Les vibrations acariâtres du Triste Sextuor

Imprimer

 
Sur le vif - Dimanche 21.03.21 - 10.46h
 
 
La presse dominicale, qu'on a connue plus transgressive dans la projection intellectuelle, se contorsionne pour savoir quel Département on pourrait bien "donner" à Pierre Maudet, en cas de réélection.
 
A la vérité, Frères orangés, ne vous faites aucun souci à ce sujet. Si, par hasard, Pierre Maudet devait être réélu, ce qui est loin d'être fait à J-7, alors croyez-moi, il ne s'agira pas, pour le Triste Sextuor, de lui "donner" un dicastère. "Donner", oui, ce mot méprisant que vous osez, comme s'il s'agissait de statuer sur le nombre de miettes de pain qu'on jette à un moineau, ou sur la pièce que l'on concède à un mendiant, sur un parking de supermarché.
 
Le Sextuor n'est pas propriétaire d'une parcelle, dont il n'aurait, à regret, qu'à bien vouloir laisser une partie, la plus infinitésimale possible, à l'enfant prodigue.
 
Le Sextuor est au service du peuple, qui l'élit. Il doit avoir l'intelligence d'en percevoir les signaux.
 
Si, par aventure, Pierre Maudet devait être réélu, après trois années où il fut pestiféré, alors ce sera beaucoup plus qu'une simple élection, beaucoup plus qu'un simple rapport mathématique entre lui et ses concurrents.
 
Si Pierre Maudet est réélu, c'est un séisme. La voix du peuple, contre vents et marées, qui tonne, dans la nuée.
 
Et il ne va pas réélire Maudet, le peuple, pour que le Triste Sextuor lui accorde, du bout des lèvres, un strapontin. Mais bel et bien, pour que le Conseil d'Etat fonctionne à nouveau à sept, sans la moindre injustice, ni la moindre inégalité, de l'un à l'autre.
 
Si Pierre Maudet est réélu, ça n'est certainement pas lui qu'il s'agira d'avoir à l’œil. Mais les six autres ! Et, au premier chef, cette Présidente du Conseil d'Etat qui a multiplié les paroles pour dire à quel point toute collaboration avec le pestiféré lui pesait. En tirera-t-elle les conséquences ? Aura-t-elle, elle aussi, le courage de mettre son poste en jeu ?
 
Il est un peu dommage que la presse orangée, toute à l'écoute des vibrations acariâtres du Sextuor, n'ait pas eu l'ampleur de vue de considérer la dimension tellurique, volcanique même, d'un retour du pestiféré.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 5 commentaires

Commentaires

  • Le spectacle de la haine donne toujours envie de voter pour ceux qui en sont victimes, fussent-ils en partie coupables.

  • Je n'ai jamais vraiment compris pourquoi l'UDC était si mal aimée dans notre canton. Yves Nidegger est non seulement un être brillant, sensible et intelligent, mais il est surtout immensément humain.
    Il semble presque inaccessible. Lorsqu'il parle, en toute sincérité, sans la moindre langue de bois, ceux qui l'écoutent semblent se sentir complexés. Frustrés de ne pas comprendre ou bien suspicieux d'un second degré certes omniprésent mais seulement pour enfoncer le clou.
    J'espère sincèrement qu'il fera un excellent score. Il le mérite. C'est un modèle du genre qui se met à disposition sans ambition personnelle, juste son besoin de participer à sauver ce qui peut l'être dans notre canton qu'il aime et où il vit.
    C'est le seul candidat à venir en rupture avec ce collège minable. Ce triste sextuor qui a foutu Genève à terre pour faire comme tout le monde alors qu'on sait aujourd'hui que cette crise sanitaire n'était qu'une grippe un peu sévère qui n'a touché que 0,03 % de la population.
    Je n'attends que 2023 où ces misérables seront virés en bloc. Et si Yves Nidegger est encore candidat et qu'il ne passe pas, je cesserai de participer à cette farce. Définitivement.

  • Maintenant, il y a plus. Comme vous nous l'avez communiqué, la candidature du PDC est contestée. Le scrutin risque d'être invalidé. Genferei ? Bien pire. On devient la caricature de ce qui se passe un peu partout. Un modèle du genre. Dont je suis fier. Nos grandes gueules élastiques ne se distendent pas en vain. Elle contribuent à la prise de conscience de l'aberration.

  • Entièrement d'accord avec vous M. Jenni. Le candidat Nidegger se détache clairement du lot. Mais il suffit de voir les commentaires sur Tamedia pour voir que la masse des électeurs est plutôt indifférente à ce type de politicien. Et bien évidemment, son étiquette politique n'aide pas. Peut-être faudrait-il rebaptiser ce parti en "Union des Cycliste" et ça passerait mieux:-) Mon pronostic est sombre: je pense que d'ici un peu plus d'une décennie, Genève sera à nouveau le Chef-lieu cantonal du département du Léman comme sous la brève République Helvétique napoliéonienne.

  • Jenni l'homme qui dégaine sont 0.03 %.

    Que nenni. A Genève 20 % de contaminés en 2020 et surmortalité de 20 %. Létalité lors de la première vague 0.35 % hors EMS. Létalité variant anglais 0.60 % et encore si les soins peuvent être prodigués, ce qui n'est pas garanti au cours de la troisième vague en cours si l'on fait appel à Nidegger, Maudet ou la PDC-PBD-etc..

    Il y a une année on jaugeait de haut l'Italie. On a vu le résultat. Aujourd'hui on jauge de haut l'Italie, la France, l'Autriche et l'Allemagne. Certains n'apprennent rien de la vie et de la mort.

    On jugera ce que l'on veut. Mais articuler 0.03 % cela est articuler une contre-vérité et émane de celui qui veut mettre sur le dos d'une épidémie son échec professionnel. Or, M. Jenni n'en n'a pas la moindre nécessité puisqu'il n'est en rien responsable du sort des taxis. S'il veut un responsable qu'il le désigne : l'européiste Maudet.

    Mercredi midi. Fin de campagne. Respectons la tradition.

Les commentaires sont fermés.