Devenir Suisse

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 07.04.21

 

Vouloir le vote des étrangers, c'est avoir une conception flasque, approximative, du périmètre de l'Etat, et de celui d’appartenance nationale. On a la nationalité, ou on ne n'a pas. Si on l'a, on vote. Si on ne l'a pas, on ne vote pas. Si on veut l'acquérir, on postule à la naturalisation.


Cette dernière doit être accessible à tous, mais claire quant à ses exigences. Il faut montrer un intérêt très vif pour le pays dont on demande le passeport. Il faut connaître son Histoire, et de grâce pas seulement les récits mythiques du treizième siècle, mais la vraie Histoire suisse, celle de 1798, 1848, 1919, nos institutions, nos grandes figures. Il faut connaître tout cela en profondeur.

 

Le candidat ne doit pas être jugé comme un singe savant, peu importe s'il bute sur une date. Ce qu'il faut, c'est dégager la puissance de passion qu'il installe dans sa volonté d'être Suisse, le reste vient après. Notre Histoire. Il doit la connaître dans ses grandes lames de fond, et non en laborieux pointilliste ayant appris par cœur des repères.

 

Tout cela exige une chose. C’est que les examinateurs, eux aussi, soient dotés intellectuellement de ce bagage. Et soient capables de faire la différence entre une Histoire suisse comprise, et la tristesse d’un bachotage que l’on recrache. On souhaite à tous les candidats de réussir l’examen, il faut se montrer ouvert, humain, et non pinailleur sur un détail relatif à Sempach ou Morgarten. On leur souhaite de réussir. On se réjouit de les accueillir. Et là, oui, ils pourront voter.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 6 commentaires

Commentaires

  • Votre discours sur la naturalisation est très beau et dans le principe j'y adhère, mais nous vivons dans une société judiciarisée baser sur le texte de la loi. Le singe savant sera admis faute d'élément objectif pour le recaler et le passionné désirant vraiment devenir Suisse sera recalé s'il ne passe pas l'examen. Les qualités des examinateurs n'y joueront aucun rôle, c'est le choix des juges sur le sort des recours qui fera la décision et cette décision sera basée sur le froid protocole de la procédure.

  • L'important pour accepter une demande de naturalisation, est que le candidat accepte la démocratie, la liberté d'opinion et la tolérance. L'Histoire est secondaire en comparaison. En résumé, que le candidat continue à propager nos valeurs, issus des révolutions du passé.

    Si on prend une tribu au fin fond de l'Amazonie, elle demandera à l'inconnu d'adhérer aux valeurs de la tribu. C'est une réaction universelle pour préserver la viabilité de la société.

    Les intellectuels qui veulent un monde bisounours, considèrent l'étranger comme une victime. Et on assiste à des dérapages, jusqu'à la protection d'extrémistes qui agissent en contradiction avec nos valeurs.

    Les suisses, un mélange de celte et de germains se sont unis sous la bannière de liberté et de l'indépendance, et non de sang. Il a fallu des siècles pour arriver à cette Suisse moderne. Ce n'est pas un étranger venant de pays non démocratiques qui doit nous imposer sa loi, sa vision rétrograde.

    Il est important que notre héritage se perpétue, la naturalisation est un filtre nécessaire pour éviter des remontées "moyenâgeuses".
    La situation française montre que nos valeurs ne sont pas naturelles dans toutes les migrations, c'est un avertissement contre la naturalisation automatique.

  • Excellent billet! Si vous allez voir le "Quizz" mis à la disposition des candidats à la naturalisation pour tester leurs connaissances:

    https://outil.ge.ch/site/media/site_site/files/website/connaitre-la-suisse/quizv2/story.html

    vous pourrez apprécier à quel point il a été infecté par la doxa bienpensante des pseudo-progressistes. Un exemple:

    -La guerre du Sonderbund y est décrite comme une guerre entre cantons conservateurs et cantons progressistes

    Je ne parlerai pas de l'indigence de ce pseudo-test dont le but est de faire réussir tout le monde. Par exemple, si vous ne connaissez pas la réponse à certaines questions vous la trouverez insérée dans une autre question et comme on peut changer ses réponses après coup, le tour est joué.

    Pour la petite histoire, il y a quelques années ce même test comportait la question suivante: "Quel empereur romain est passé par Genève?" et la bonne réponse (parmi un choix de trois) était censée être Jules César alors que ce dernier n'a jamais été empereur. Ceci montre le niveau de culture de ceux qui préparent ces tests!

    Si vous regardez le "didacticiel" comme ils l'appellent sur le site, la propagande bienpensante ne manque pas:

    https://www.ge.ch/connaitre-suisse-geneve

    Ici vous trouverez "l'ouverture au monde" dans les valeurs qui caractérisent l'Esprit de Genève ... on comprend bien ce que cela veut dire pour ceux qui l'ont écrit = fin des frontières et entrée dans l'UE:

    https://outil.ge.ch/site/media/site_site/files/website/connaitre-la-suisse/module5/story_html5.html

  • La naturalisation doit être revue et corrigée en obligeant les candidats à abandonner leur actuelle nationalité en acceptant de devenir Suisse. On est Suisse ou on ne l'est pas ! Il est incroyable d'avoir des élus-es avec plusieurs passeports. Il y a quelques années un élu avait 3 passeports car il était Suisse, Italien et Mauricien !!! et il n'est pas le seul !

  • suis naturalisé et d'origine lointaine. Pour moi obtenir le passeport suisse était un acte de libéralisation; plus de visas et plus de fouilles aux frontières. Cela étant je pense que la Suisse ne doit pas autoriser les européens à devenir helvétiques tout en gardant leurs nationalités d'origines, en l'absence d'un avantage matériel. En devenant seulement suisse, l'européen apprendra à mieux aimer notre pays et faire des choix (votations) favorables à l'indépendance du pays. La double nationalité devrait être interdite partout dans le monde, et que dire des triples et des quadruples nationalités, ça n'a aucun sens.

  • On se dit suisse ou français, alors qu'on a un double passeport et que l'on se fera enterrer sans son pays d'origine! Après avoir dénigré pendant des années notre pays d'accueil!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel