La capitale du monde, c'est Munich. Pas Berlin.

Imprimer

 
Sur le vif - Mardi 13.04.21 - 10.19h
 
 
Quand on pense Bavière, on pense catholicisme. C'est un tort. La Bavière est certes à majorité catholique, mais tout le Nord du pays bavarois est fortement imprégné par la Réforme, notamment la Franconie moyenne (Mittelfranken) et la Haute-Franconie (Oberfranken), régions que j'ai la chance de bien connaître : elles jouxtent par le Sud le Land de Thuringe, temple vivant de la religion luthérienne.
 
Mais c'est ainsi : l'image première de la Bavière, ce sont Munich, les Châteaux de Louis II, les lacs sublimes qui se reflètent dans les Alpes, à la frontière autrichienne. J'y ai passé encore quelques jours l'été dernier, de retour d'un séjour en ex-DDR. Il est vrai que le tableau est saisissant.
 
J'ai déjà abordé, dans ma Série Allemagne en 144 épisodes, le cas, si particulier et passionnant, de "l'Etat libre de Bavière", la région d'Allemagne (avec la Saxe et la Prusse) où j'ai passé le plus de temps. C'est un pays, en soi. C'était un Royaume, jusqu'à la Révolution de novembre 1918, qui y fut particulièrement féroce, avec des Soviets locaux, proclamés en 18-19 dans la plupart des principales villes. La Bavière industrielle, ouvrière, se rappelait à notre bon souvenir, faisant éclater le vernis d'une imagerie paisible et prospère, celle de la carte postale de Linderhof et Neuschwanstein.
 
Bref, l'Histoire de la Bavière reste à écrire : elle est celle d'un pays comme un autre, qui a cherché au 19ème siècle à vendre au monde une image d’Épinal, mais traversé par toutes les forces antagonistes de l'Europe : Réforme, Contre-Réforme, guerres napoléoniennes, fin du Saint-Empire (1806), cheminement vers l'Unité allemande (1866), Révolution industrielle, deux guerres mondiales, Révolution de novembre 1918, contradictions et mensonges de l'après-guerre. Pays captivant, méconnu, victime de la carte postale qu'il nous avait lui-même concoctée, avec de bons gros bougres, en shorts de cuir, brandissant une chope de bière. Un pays comme les autres : ça ne vous rappelle rien, amis Suisses ?
 
Je vous parle ce matin de la Bavière luthérienne, moins connue que la Bavière catholique, parce que le Ministre-Président, Markus Söder, 54 ans, natif de Nuremberg, est justement luthérien. Et qu'il s'invite, contre l'appareil de la CDU, contre Armin Laschet, le dauphin désigné de Mme Merkel, à la course à la Chancellerie, qui se jouera le 26 septembre. Et sa candidature, moins sage et moins docilement orthonormée Europe que celle de son rival, va faire parler d'elle.
 
A-t-il des chances ? Nous verrons. Mais une chose est sûre : pour la toute première fois, un Ministre-Président de Bavière s'ouvre la voie vers le pouvoir central. A l'image d'un Prince électeur, à l'époque du Saint-Empire, postulant pour le titre d'Empereur. Telles sont les Allemagnes, décentralisées, plurielles, très personnalisées dans les régions. Un Bavarois à la Chancellerie : même le puissant Franz Josef Strauss, le Taureau de Bavière, n'y était pas parvenu. En avait-il seulement eu envie ? La capitale du monde, chez ces gens-là, c'est Munich. Pas Berlin.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.