Gottfried Benn : rigueur, précision, poésie

Imprimer

 
Sur le vif - Jeudi 15.04.21 -
 
 
Il faut lire les pages culturelles de la Weltwoche, de même qu'il faut lire celles de la NZZ et de la Frankfurter Allgemeine.
 
Là, dans l'édition de ce matin (jeudi 15.04.21, no 15), c'est Gottfried Benn (1886-1956). L'un des plus grands poètes de l'expressionnisme allemand. Un Prussien. Remarquable double page, signée Ulrich Gumbrecht, sur la réédition des poèmes selon la version originale (Fischer Taschenbuch, 688 pages).
 
Benn est un immense poète, et je le dis aux germanistes : il mérite une approche plus complète que les morceaux retenus habituellement dans les anthologies. C'est un Prussien pure souche, habité par l'Histoire de cette nation, fils d'un pasteur luthérien de Mansfeld (l'actuelle Prignitz), il a été médecin (dermatologue), il a servi pendant la Grande Guerre, il s'est engagé dans l'expressionnisme tout en étant un adversaire de la République de Weimar, il a très sérieusement sympathisé avec les nazis, avant de s'en séparer. Disons que sa seule relation avec le régime NSDAP, de 33 à 45, mérite un livre entier, tant elle est complexe. Il meurt à Berlin, en 1956.
 
Ca, c'est le Benn biographique. Mais il faut entrer dans son écriture poétique. La double page de la Weltwoche nous y invite avec puissance et précision : rares sont les articles de presse qui, au sujet d'un poète, entrent en matière sur l'essentiel : le rythme, le souffle, la prosodie, l'essence même du vers. Gumbrecht, dans cet article, le fait. On est loin des survols et des approximations : on entre dans le ventre du sujet.
 
J'invite tous les profs d'allemand, dès le niveau fin Collège, à faire lire aux élèves, à haute voix, la poésie précise, concrète et structurée de Gottfried Benn. L'un des repères de la littérature allemande dans la première partie du vingtième siècle.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Le romancier et enseignant (belge) Pierre Mertens voue lui aussi une admiration profonde à l'œuvre du poète allemand. Quant à l'homme Gottfried Benn, son parcours singulier l'a incité à lui consacrer un formidable roman biographique, "Les Eblouissements" (Seuil, 1987 et réédition Point Seuil) que j'ai lu et relu quand je préparais l'émission sur G. Benn pour les rendez-vous littéraire d'Espace 2 à la fin des années 90. En revanche, j'ai pas mal ramé pour dénicher les oeuvres du poète et leurs traductions françaises. (Avis aux éventuels profs d'allemand qui voudraient initier leurs classes à Benn.)
    Suivez le conseil de Pascal Décaillet : plongez dans l'œuvre de cet immense poète. Quant au roman biographique de Pierre Mertens, sa lecture ne vous décevra pas.

Les commentaires sont fermés.