La jouissance durable

Imprimer

 
Sur le vif - Jeudi 29.04.21 - 10.15h
 
 
Jadis, les financiers faisaient de la finance. Et les savetiers, quelque chose comme de la savate.
 
Aujourd'hui, les banquiers ne disent plus "Je fais de la finance", mais "Nous faisons de la finance éthique". Et les investisseurs font de "l'investissement éthique et durable".
 
Et les éthiciens ? Ma foi, ils ne savent plus trop ce qu'ils peuvent faire. L'éthique, tout le monde le leur a piquée. Ils peuvent certes dire "Je fais de l'éthique durable", mais ce genre de tics ne dure pas.
 
Les architectes, les bâtisseurs, affirment s'investir dans la "construction durable". Avec des moyens éthiques.
 
Les philosophes, qui ont appris le mot "éthique" en lisant en grec un célèbre ouvrage d'Aristote, font désormais de la philosophie durable.
 
Les proxénètes tiennent à signaler que leur métier aussi, s'il veut s'avérer durable, a une éthique. Le prix de la passe inclura désormais une taxe sur les dégagements de CO2 pendant les ébats. On servira ainsi la cause mondiale. Ce sera la jouissance durable. Une sorte d'impôt sur le sel de la vie. La gabelle de l'extase.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel