D'abord les nôtres !

Imprimer

 
Sur le vif - Vendredi 14 mai 2021 - 10.31h
 
 
La situation économique extraordinairement difficile dans laquelle va s'installer la Suisse post-Covid va vous imposer des choix de survie.
 
Au premier plan d'entre eux, s'imposera tout naturellement une régulation draconienne des flux migratoires. Le concept "D'abord les nôtres" sera de moins en moins contesté, l'idée s'imposera doucement, de même que la préférence cantonale, à Genève, a progressivement conquis les consciences, ces dix dernières années.
 
Des secteurs comme l'hôtellerie-restauration, le transport aérien, sont exsangues, parmi hélas beaucoup d'autres. Il faudra une solidarité nationale. Les Suisses y sont prêts. Mais une majorité d'entre eux exigeront que l'aide parvienne en absolue priorité à ceux d'ici, ceux qui depuis des décennies ont fait ce pays, ceux qui ont travaillé toute leur vie pour sa prospérité. Avec une attention toute particulière au régime des retraites. Et à la diminution des charges sur les classes moyennes.
 
Nulle relation internationale de la Suisse, nulle politique extérieure, notamment face à l'Union européenne, nulle cléricature de diplomates, ne pourra faire l'économie de cette exigence ascendante, puissante, tellurique, de l'opinion publique suisse : d'abord les nôtres.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 5 commentaires

Commentaires

  • Oui d'abord et enfin les nôtres...

  • "D'abord les nôtres !"


    Parfaitement et tout à fait!

    Les nôtres, entendu ... pas les Ôtres nôtres à nous, mais ...

    ... les autres nous de chez nous, en Suisse.

    Une différence qu'il fallait certainement rappeler.

  • Tout-à fait le contraire de l'ambiance macronienne, pour qui le "blanc indigène" est devenu quantité négligeable!

  • Je tente depuis quelques mois, de m'occuper de marginaux et de laissés pour comptes d'ici, et je viens de faire une pétition avec ue seule signature, pour le Grand Conseil et le Conseil Municipale, en ce sens, et je sais que devant les commissions on va me faire la remarque -Comment les nôtre sont désavantagés aujourd'hui en Suisse, à Genève? OUI exactement les nôtres sont des laissés pour comptes! Aucuns logements d'urgences n'a été construit pour les nôtres ces 20 dernières années, et pas de jardins familiaux supplémentaires pour nos chômeurs! J'en avais demandé en 2010! Aucun n'a été construit! Je parle avec des marchands aux Puces, presque aucun n'a reçu d'aide, et les papiers qu'on leur demande de remplir sont incompréhensibles! Et combien de personnes âgées qui n'osent pas demander l'aide complémentaire, ne la reçoivent pas et vivent sous le seuil de pauvreté??? Dans l'indifférence de toute la gauche!

  • 37% de la population genevoise n'a que le passeport suisse....les 63% restants sont des naturalisés ou par mariage possédant une double nationalité. Il ne fait pas bon être suisse à Genève, surtout si vous êtes dans la précarité. Cette ville est une honte !

Les commentaires sont fermés.