Fuir les Parlements ! Fuir !

Imprimer

 
Sur le vif - Mercredi 15.09.21 - 16.43h
 
 
Quel bonheur de voir les deux partis de l'Entente, à Genève, actionner (enfin !) la démocratie directe, pour parvenir à limiter l'inflation des effectifs de la fonction publique !
 
Quel bonheur, oui ! D'abord parce que sur le fond, ils ont raison. Sur ce sujet précis, prétexte à tous les retours d'ascenseur, tous les clientélismes électoraux, toutes les barbichettes, il fallait sortir de l'enceinte parlementaire, dont il n'y a plus rien à attendre. Nous n'incriminons pas ici la gauche, mais un certain parti du double jeu, toujours à défendre une caste, pour garder son électorat.
 
Mais laissons là le débat de fond sur la fonction publique. Ce qui est jouissif dans la mise en oeuvre de la démocratie directe par le PDC et le PLR, c'est que ces deux partis, en tout cas au niveau national, passent leur temps à la condamner. Face à l'UDC, face à la gauche sociale et militante (existe-t-elle encore, ou ne s'intéresse-t-elle plus qu'à la morale ?), les partis de la droite "raisonnable" ne cessent, depuis trente ans, à vrai dire depuis Blocher, de stigmatiser la démocratie directe, la prendre de haut, la mépriser.
 
Eh bien là, ils l'utilisent ! Et ils ont raison ! Il y a une autre vie que celle, empesée et convenue, des enceintes législatives ! La vraie vie, c'est le peuple. Entendez par là, le corps électoral : être Suisse, et avoir 18 ans, c'est tout, et c'est très bien ainsi ! La vraie vie, c'est le suffrage universel. La vraie vie, ce sont des débats sonores, puissants, fraternels tout en étant parfois rudes, sur l'ensemble du Canton, voire sur l'ensemble du pays !
 
Sur la fonction publique à Genève, comme sur un ou deux autres sujets, plus rien n'était possible au Grand Conseil. La gauche et le syndicat de police bloquaient tout. Le Cartel faisait peser la menace de la rue. Du coup, le Parlement de notre République n'était plus, sur ces sujets, qu'une triste machine à sécréter l'impuissance impersonnelle. Il fallait que ça change. Il fallait un signal fort. En voilà un ! Le peuple, si les signatures sont réunies, sera saisi. Le souverain, le seul qui vaille, tranchera. Qui s'en plaindra ?
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel