La rigueur. La rigueur. Et encore la rigueur.

Imprimer

 
Sur le vif - Mercredi 22.09.21 - 06.15h
 
 
On « n’investit » pas quand on n’a pas d’argent ! Et on n’emprunte pas quand on a déjà 12,8 milliards de dettes.
 
Les 5,9 milliards « d’investissements pour la transition écologique » sont une monumentale folie. Incapable de gérer l’argent du contribuable, incapable de réduire son train de vie, incapable de soulager le fardeau des classes moyennes, le Conseil d’Etat se lance dans une fuite en avant suicidaire, sous prétexte « d’urgence climatique », le mantra des Verts. C’est un paravent pour camoufler sa faiblesse gestionnaire.
 
Les citoyennes et citoyens de ce Canton doivent se mobiliser contre cette folie. L’argent manque à l’Etat. La dette plombe les générations futures. Genève a besoin de trois vertus pour s’en sortir : la rigueur, la rigueur, et encore la rigueur.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Constat partagé. Cette politique est surtout insensée dans ses fondements
    mêmes ! En effet, M. Jouzel qui est l'une des personnalités francophones les plus citées dans le camp du GIEC reconnaissait lui-même que le relatif refroidissement documenté entre 1998-2012 ne plaidait pas pour la théorie du réchauffement anthropique (se référer à une interview de M. Luc Ferry à ce sujet). Nous ne connaissons qu'insuffisamment les mécanismes du réchauffement en l'absence de corrélation clairement établie entre celui-ci et les émissions de CO2. Les réchauffistes vous répondront que c'est l'interaction entre le CO2 et d'autres éléments, notamment la vapeur d'eau qui sont en cause (boucles de rétroaction positives). Le professeur Beniston affirme que c'est essentiellement des émissions anthropiques que le réchauffement actuel résulte. Or, on apprend aux nouvelles (hier) que les forêts qui brûlent en Sibérie sont responsable de la moitié des émissions CO2 annuelles dans le monde...On le voit, la climatologie est tout sauf une science exacte et nous sommes loin d'avoir un consensus scientifique en la matière. C'est dans ce contexte que nous devons subir les dictats de notre Conseil d'Etats avec sa politique d'alignement sur les accords de Paris. On nous ment, matin, midi et soir.

  • Incohérence totale de cet exécutif avec le niveau d'endettement actuel ! On connaît la rhétorique, ce sont des "dettes d'investissement" et pas pour le financement courant des frais de l'état, mais cela reste de la dette. Une remontée des taux d'intérêts arrivera, certes pas demain. D'autre part, vu la fiscalité inique et pyramidale de ce canton, bien de ceux qui en paye (encore) l'impôt personne physique risquent de déserter si on leur en demande plus, En conclusion, on vous laisse imaginer qui en paiera l'addition et les pots cassés.

  • Une fois de plus nous constatons que cette clique de bras cassés doit être virée lors des prochaines élections et placer ce canton sous curatelle !

Les commentaires sont fermés.