Daniel Favre : homme de radio, frère d'armes

Imprimer

 
Sur le vif - Mardi 09.11.21 - 11.03h
 
 
Il y a des flashes de 11h plus tristes que d’autres. La RSR nous apprend le décès, à 82 ans, de mon confrère Daniel Favre, qui fut une grande figure de l’information radiophonique en Suisse romande. Et auquel me lient tant de souvenirs de reportages communs, d’un bout à l’autre de cette Suisse qu’il aimait tant, et qu’il connaissait à fond, canton par canton, district par district.
 
Daniel a été mon chef de rubrique lors de mes années au Palais fédéral, comme correspondant parlementaire, il y a trente ans. Je lui ai succédé à la tête de la rubrique Nationale en 1994, alors que mon confrère Béat Grossenbacher reprenait la Régionale. Mais surtout, Daniel n’a jamais autant donné la mesure de son instinct radiophonique que dans les innombrables directs, sur le terrain, aux quatre bouts de la Suisse. C’est là que j’ai partagé avec lui une fraternité d’armes. Avec Daniel, comme avec Frank Musy, qui a tant marqué mes premières années radiophoniques, on n’était jamais aussi heureux que lorsqu’on montait des coups, avec la complicité d’un technicien, ce personnage tellement important dans la vie d’un journaliste radio. Une idée, un coup de sang, un appel au technicien, un Stempel du chef de jour, une voiture, une valise-satellite, et hop, à l’autre bout de la Suisse ! Quelque part dans un champ. Là où vibre la vraie vie.
 
Daniel Favre était un homme de radio. Un vrai. Avec lui, j’ai sillonné la Suisse centrale pour le 700ème, en 1991, mené une quantité impressionnante d’interviews politiques, à Berne ou dans les Cantons, couvert en direct les élections des conseillers fédéraux, fréquenté Jean-Pascal Delamuraz. Il représente une part inaltérable de mon chemin radiophonique.
 
Aujourd’hui, la radio est en deuil. À ses proches, sa famille, j’adresse amitié et sympathie. Daniel Favre restera dans ma mémoire. Il était un artisan du micro. Un instinctif. Il parlait peu. Il savait faire, tout simplement.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Tous mes remerciements pour ce bel hommage.
    Sa fille , Florence Rachez, Lausanne

Les commentaires sont fermés.