Les Gueux sont devenus les suppôts du pouvoir

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 17.11.21

 

C’est toujours comme ça, avec les mouvements populaires, ou populistes si ça vous plaît de les appeler ainsi : ils émergent, enflamment la République, atteignent des sommets, foutent une trouille d’enfer aux notables, ou aux patriciens fatigués, enfin à tous ceux qui ont pignon sur rue. Et puis, avec le temps, comme dans la sublime chanson de Ferré, va, tout s’en va. Elus au Parlement, ils participent au pouvoir, commencent à avoir leur lot dans les postes et prébendes, goûtent au statut d’officiels, se prennent au sérieux, se disent qu’eux aussi sont des notables, pourquoi pas des notaires, comme dans un autre chef d’œuvre, « Les Bourgeois », de Brel. Alors, ventripotents, ils appellent le Commissaire pour dénoncer les jeunes crétins qui font du chambard, en pleine nuit, sous leurs fenêtres.

 

Ainsi, le MCG. Ce parti, né des effets pervers de la libre circulation des personnes, mais aussi d’une légitime révolte populaire contre la Genève de la barbichette, celle des libéraux principalement, mais aussi des apparatchiks socialistes, ou Verts, celle des tranquilles PDC, amateurs d’éternité, celle des radicaux logés aux enseignes de lumière, ce mouvement, cette fronde, cette jacquerie, a fait un bien fou à la République de Genève. Ces Gueux, méprisés à leur arrivée, ont secoué le cocotier, balancé la marmite, incendié la sérénité des consciences, plongé le doigt là où ça fait vraiment mal. Boulangistes après l’heure, poujadistes réincarnés, ils ont remué Genève, lui ont signalé de vrais problèmes que toute l’officialité feignait d’ignorer. Ils ont été des lanceurs d’alertes. Oui, le MCG fut salutaire, en ces premières années du troisième millénaire.

 

En novembre 2021, que reste-t-il de tout cela, dites-le-moi, et là c’est notre troisième chanson, celle de Trenet. Que reste de tous ces Gueux ? Que reste-t-il de leurs folies, leurs manières de mauvais garçons, leurs verres d’eau jetés en plein visage ? Que reste-t-il de leurs imprécations, leurs mauvaises manières, leurs cris de cour d’école ? Que reste-t-il du temps d’Éric Stauffer, funambule de feu sur le fil des limites ? Que reste-t-il de ce temps des colères, sonores certes, mais tellement utiles au réveil de la République ? Le préférence cantonale, slogan méprisé en 2005, et même encore en 2009, par toute l’officialité suave du Canton, est maintenant inscrite dans les consciences. Rien que pour cela, cette prise en compte du périmètre de la communauté d’appartenance, ce parti méritait d’éclore. Hélas, aujourd’hui, le voilà devenu plus sage, plus convenable, plus gouvernemental que les plus ennuyeux des caciques PDC, avec barbichette et costume trois-pièces, dans la plus huppée des Communes. C’est dommage. A force de rentrer dans le rang, on se fond dans la masse, et puis, doucement, on disparaît. Ainsi mourut Vigilance. Ainsi furent submergés les boulangistes. Ainsi périssent les ennemis de la transgression. Ceux qui lui ont préféré le confort.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 11 commentaires

Commentaires

  • Que dire à cet article tellement vrai !
    J’en suis triste !

  • N’enterrez pas trop vite le MCG…… la bête fait semblant de dormir…!

  • Extrêmes dans la révolte, extrêmes dans la persécution des révoltes. Pas toujours, mais très souvent.

  • "Les Gueux sont devenus les suppôts du pouvoir"

    Nous le verrons le 28 novembre avec la loi covid.
    Pour information, l'épidémie a quasiment disparu à Genève ou en tout cas elle n'occasionne aucune surmortalité depuis le 1er janvier de cette année (et même une sous-mortalité en considérant la moyenne des décès attendus, 307 décès en moins). Nonante décès attribués au virus, soit 3.46% des décès observés durant les 10 premiers mois de l'année.

    Mais que fait le pouvoir contre les 96.54% des autres décès? Un vaccin contre la mort peut-être? Obligatoire bien sûr.

  • bonjour Pascal

    les gueux des premiers combats sont toujours présents et continuent la lutte, preuve en est avec la proposition déposée en juin pour que le test de sérologie soit pris en considération pour les non-vaccinés ,pour ne donner que ce dernier exemple qui est d'actualité et il est loin d'être isolé au vue du nombre de proposition que les députés font depuis 2018 et qui ne sont malheureusement pas repris par la presse classique

  • L’épidemie Covid n’a pas du tout disparu à Genève, comme l’affirme un commentateur ici. Voici les dernières données statistiques : 881 nombre de cas positifs durant les 7 derniers jours ;34
    Hospitalisations en cours le 2021-11-16 ; 7 Hospitalisations en soins intensifs le 2021-11-16. Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas eu de décès dû au covid, que ceux qui l’ont contracté ne pourraient pas subir de graves séquelles pour le restant de leur vie. Alors, protégeons les autres, et votons oui le 28 novembre. Bonne journée

  • Certains élus écologistes vont même à Berne en voiture de fonction avec chauffeur!

  • Frenkel, à ce jour les hôpitaux ne sont absolument pas débordés par les patients Covid. Par ailleurs, ce sont bel et bien les non vaccinés qui sont menacés par les vaccinés et non l'inverse. Vous semez la confusion en inversant les rôles. C'est une tactique généralement très répandue dans les dictatures.
    Vous êtes vacciné n'est-ce pas? Alors laissez-nous en paix! Pourvu que le peuple dans un sursaut de lucidité refuse le 28 novembre cette loi inique dont le caractère disproportionné rappel un forcené cherchant à tuer un moustique avec un lance-roquettes.

  • Marc : 1) Alors que la cinquième vague arrive en Europe, les hôpitaux pourraient être débordés si les gens ne se vaccinaient pas. 2) Vous dites que les non-vaccinés sont menacés par les vaccinés. Autant que je sache, ce sont les non-vaccinés qui peuvent minoritairement infectés les vaccinés. 3) Plus de 65% du peuple suisse s'est déjà fait vaccinés. Selon la constitution helvétique, le peuple a toujours raison, et gageons qu'il confirmera la décision de se faire vacciner le 28 novembre.

  • Oui, Marc, vous avez entièrement raison: chantage et dictature sanitaire qui discriminent ceux qui ne veulent pas de ces (prétendus) vaccins expérimentaux qui causent des problèmes style myocardites, péricardites, thromboses ou AVC. Surtout chez les jeunes sportifs. Un "vaccin" quasi périmé après 6 mois, ce n'est pas un vaccin. Je ne refuse pas de me faire vacciner, je veux choisir mon vaccin. Et je veux le meilleur. Or la corruption fait que ce choix n'existe pas. Je demande aussi la publication de noms de tous ceux qui ont des actions des labos pharmaceutiques et qui ont des conflits d'intérêt. Cerise sur le gâteau, un cardiologue qui se moquait des non vaccinés est décédé d'une crise cardiaque 15 jours après sa 3me dose. La protéine S produite par les mARN est toxique pour certaines personnes, y compris des jeunes. Phénomène ADE à envisager.

    2598 personnes sont décédées à Genève durant les 10 premiers mois de 2021. Parmi celles-ci 90 seulement AVEC le covid. Car ceux qui décèdent ont dans la très grande majorité des cas une co-morbidité responsable du décès: obésité, diabète, hypertension artérielle. Alors pourquoi ne soigne-t-on pas obésité, diabète et hypertension? Une vie saine (alimentation, sommeil, activité physique) y suffit dans la plupart des cas.

    Tant qu'on y est pourquoi ne compte-t-on pas les malades hospitalisés pour cancers, pour maladies cardio-vasculaires, accidnets de la route, etc.

  • Voici la situation épidémiologique à Genève

    35

    Hospitalisations en cours le 2021-11-17
    7

    Hospitalisations en soins intensifs le 2021-11-17
    21

    Hospitalisations en soins intermédaires le 2021-11-17

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel