Profs, enseignez l'Histoire de l'AVS !

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 01.12.21

 

Il faut tenter de s’imaginer la Suisse de 1947. Deux ans après la guerre. L’Europe, tout autour, marquée au fer rouge. L’Allemagne, détruite. La France, sortant de la déchirure des années d’Occupation, puis de l’Épuration, au moment de la Libération. Cette même France, à vrai dire, jamais remise de la défaite de juin 1940, la plus cruelle de son Histoire. L’Italie, en pleine misère. Libérée du fascisme, certes, mais lacérée par une guerre terrible, entre Allemands et Alliés, sur son territoire. L’Italie de l’après-guerre, immortalisée par le génie du cinéma, celui du néo-réalisme, est un pays qui a faim, une terre d’émigration, sans espoir, avant de commencer à renaître dans les années cinquante.

 

Au milieu de tout cela, la Suisse. Notre pays, certes, n’a pas participé à la guerre. Mais chez nous aussi, les années sont difficiles. Pour une grande partie de la population, la précarité règne. La protection sociale, en comparaison d’aujourd’hui, n’existe quasiment pas. Les personnes âgées rencontrent d’immenses difficultés. Sur le continent, la paix est revenue, mais pas la prospérité. Pas encore ! C’est dans ce contexte sombre que la classe politique arrive enfin à se mettre d’accord sur l’instauration de ce qui deviendra le fleuron de notre protection sociale en Suisse : l’AVS. Il faut bien se rendre compte d’une chose : avant l’acceptation par le peuple (80% de oui) de la loi fédérale sur l’assurance vieillesse et survivants, le 6 juillet 1947, d’innombrables aînés tombaient dans le trou d’un filet social beaucoup trop large. Bien sûr, les retraites existaient déjà, par métiers, par corporations, par conventions d’entreprises, mais tout cela était disparate : un siècle après le lancement de la Suisse fédérale, il fallait un régime national de protection des plus âgés. C’est cela, la grande aventure de l’AVS.

 

Depuis plus de trente ans, à vrai dire depuis mon arrivée à Berne comme correspondant parlementaire, l’Histoire de l’AVS me passionne. J’ai rencontré d’innombrables témoins de l’époque, à commencer par mes parents, nés en 1920. Mais surtout, je n’oublierai jamais mon émotion, lorsque je suis allé interviewer chez lui à Bâle, avec mon Nagra RSR, en 1993, pour ses 80 ans, l’ancien Conseiller fédéral Hans-Peter Tschudi (1913-2002), immense figure de la Suisse au vingtième siècle, père de trois révisions complètes de l’AVS entre 1959 et 1973. Un socialiste qui s’intéressait encore au peuple ! Cette Histoire de nos assurances sociales, depuis les débuts, dans les années 1848-1914, jusqu’à nos jours, en passant par la Grève générale de novembre 1918, la Paix du Travail (1937), les combats de l’après-guerre sur l’assurance-maternité, et tant d’autres encore, j’encourage nos enseignants à les étudier en profondeur avec leurs élèves, de tous âges. Car cette Histoire de la Suisse moderne, de 1848 à aujourd’hui, est la nôtre. Elle fut celle de nos parents, nos grands-parents. Elle nous concerne, au plus haut point. Parler de l’AVS aux élèves, c’est parler du pays, de ses combats pour la dignité des plus faibles. Ce que notre Suisse, au fond, a de plus grand. Excellente semaine à tous.

 

Pascal Décaillet 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.