Le Parlement le plus gentil du monde

Imprimer

 
Sur le vif - Jeudi 13.01.22 - 14.20h
 
 
Juste avant notre débat d'hier soir, à GAC, sur les demandes de crédits supplémentaires, la Commission des finances du Grand Conseil venait justement d'accepter pour près de dix millions de ces crédits ! Ils sont liés à la rencontre Biden-Poutine, à la Conférence de l'OMC, et à la crise sanitaire. Tous acceptés, le doigt sur la couture du pantalon, par les braves Commissaires ! On a le Parlement le plus gentil du monde.
 
Miracle, sans cesse renouvelé, de la Barbichette : j'accepte les demandes de crédits de ton magistrat, tu acceptes celles du mien. C'est ça, la réalité parlementaire. Vous commencez à le comprendre, mon combat, depuis tant d'années, pour une démocratie directe renforcée, avec davantage de pouvoir au corps des citoyennes et citoyens ? Et ma méfiance viscérale face aux corps intermédiaires ?
 
De quoi débattions-nous, hier à GAC ? De la nécessité de faire avaliser ces constantes demandes de rallonges de la part du Conseil d'Etat, non par la seule Commission des finances, mais par le plénum du Grand Conseil. Avec débat public. Accessible à tous. Un projet de loi, du député UDC André Pfeffer, le préconise.
 
L'argent de l'Etat, c'est notre argent. Ces dix millions, ce sont ceux des contribuables. Nous avons le droit, en toute transparence, et non dans l'opacité consanguine d'un pronunciamiento de quinze personnes, de savoir exactement ce qu'on en fait. Et en quel honneur l'exécutif vient perpétuellement frapper à la porte de la Commission des finances, pour dépasser le cadre budgétaire qui lui est alloué. Un tel comportement, dans une entreprise privée (j'en tiens une, depuis seize ans), serait purement et simplement inimaginable.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.