Vous êtes sur un réseau social. Vous avez mille fois raison !

Imprimer

 
Publié sur mon site FB - Vendredi 14.01.22 - 15.28h
 
 
Vous êtes sur un réseau social, puisque vous me lisez.
 
Vous êtes sur un réseau social, et moi aussi. J'adore ça, depuis une décennie. J'aime aussi lire des milliers de livres, j'aime passionnément la musique. J'aime mon métier, faire des émissions, donner vie au débat public, exposer mon point de vue dans des commentaires. J'ai une vie hors du réseau social. Mais j'en ai une sur le réseau, j'en suis très heureux, et c'est très bien ainsi. J'ai plusieurs vies, plusieurs cerveaux, plusieurs univers. Pas vous ?
 
Vous êtes sur un réseau social. Vous avez mille fois raison. C'est vivant, interactif, rapide, jaillissant, surprenant. C'est une eau de source, en montagne, celle qui galope et se rit de la verticalité.
 
Vous lisez encore des journaux papier ? Imprimés une fois pour toutes, la veille à minuit, expédiés de façon lourdingue dans des trains, ou des camions ? Sur la toile, nous avons l'intégralité du même journal, avec en plus les commentaires des lecteurs, les débats liés aux articles, les rafraîchissements des nouvelles, les compléments d'informations apportés par des inconnus, souvent d'une redoutable expertise.
 
Le journal papier sort à minuit, sur la rotative. A deux heures du matin, un événement majeur se produit. Vous en êtes encore à attendre le journal papier du surlendemain, pour vous annoncer la nouvelle, avec 24 heures de retard ? Sur le réseau, sur la radio, les deux médias les plus rapides, vous avez tout, tout de suite. Ca vous fait hausser les épaules ? Moi pas. J'aime la rapidité. Elle a été, dans mes longues années radiophoniques, ma marque de fabrique. Contrairement à ce qu'on vous raconte, elle n'est nullement synonyme de superficialité. Un esprit bien fait est capable de fulgurance et d'approfondissement. En même temps. Pour cela, il faut avoir un peu travaillé, toute sa vie, sur la matière.
 
Vous êtes sur un réseau social. Moi aussi. Vous et moi, nous avons mille fois raison. Nous sommes dans le mode de communication, de partage des savoirs, qui sera celui de demain. Il y aura toujours du papier, si ça vous chante, moi je n'en ai nul besoin. Pourtant, j'ai passé ma jeunesse à humer passionnément de vieux livres, dans les bibliothèques.
 
Vous êtes sur un réseau social. Continuez. Apportez-y ce que vous avez de meilleur : votre culture, vos passions, votre verbe, vos mots, votre enthousiasme. Et les petits prétentieux du journalisme constitué en hiérarchies, en groupements d'intérêts corporatistes, en sociétés de rédaction, qui vous font la leçon sur les vices des réseaux et les vertus de leur travail à eux, sentez-vous libres de les envoyer où bon vous semble.
 
Nous êtes sur un réseau social. Moi aussi. Nous sommes des hommes et des femmes libres. Nous échangeons nos passions. Nous partageons nos savoirs. Nous détestons le pouvoir, tout pouvoir, d'où qu'il vienne. Nous aimons le verbe, la voix humaine, la magie des mots. Nous n'avons besoin ni de "rédaction" constituée, ni de petits chefs, ni de directeurs de conscience. Nous avons juste besoin d'air, d'eau, de musique, de poésie, de liberté. Et puis surtout, nous avons besoin du verbe. Celui qui fuse, et nous arrache à l'encre noire de la terre.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Merci pour cet article contraire à la pensée unique ! Votre audace est vraiment bien ! Contrairement à la grande majorité des médias ! Dans cette fondé pandémie les réseaux sociaux nous ont aidé à garder le contact, dialoguer, s'instruire, ... MERCI et tant pis pour ceux qui sont réfractaires, le partage est pour nous !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel