Non, Madame Sommaruga, la presse n'est pas gentille !

Imprimer

 
Sur le vif - Vendredi 21.01.22 - 15.24h
 
 
Madame Sommaruga croit que les médias sont gentils, que la presse est gentille, que le monde politique est gentil, que le Conseil fédéral est gentil. Dans ce cosmos des équilibres, elle veut sincèrement aider la presse, dans laquelle elle voit une garante de la démocratie : présentation des enjeux de la vie politique, débats, mise en antagonisme des idées, bref tout ce que votre serviteur s'échine à faire en 36 ans de journalisme professionnel. Ceux qui connaissent mon action audiovisuelle sur la place genevoise me reconnaîtront au moins cela : je fais vivre, parmi d'autres, le débat démocratique.
 
Pourtant, Madame Sommaruga (pour laquelle j'ai de l'estime) a tort. Le monde n'est pas gentil. La presse, depuis ses vrais débuts à l'époque de Balzac et des Illusions perdues, première partie du 19ème siècle, n'a jamais été là pour être gentille avec le pouvoir. Dès les origines, elle est militante, dérangeante. Elle affiche des opinions. Elle combat. Elle lutte pour son indépendance face au pouvoir politique. L'idée d'une gentille presse de pure information, qui serait "neutre", "objective", se contenterait d'analyser froidement le monde, est en fait très récente, elle date de l'après-guerre. Elle est un leurre absolu, j'y reviendrai une fois.
 
Je suis pour une presse militante, je l'ai toujours été. Jamais je ne reprocherai à aucun confrère, aucune consœur, aucune rédaction, d'afficher ses opinions, défendre les uns, attaquer les autres, être acteur dans la Cité, et non simple arbitre. Je n'ai jamais cru une seule seconde à cette ahurissante "neutralité" du journaliste. J'ai trop pratiqué, par milliers de numéros, la lecture de la presse de l'Affaire Dreyfus (sur laquelle j'ai réalisé une Série radiophonique en 1994), pour me satisfaire de cette conception du journaliste-eunuque. Si certains de mes confrères veulent se faire passer pour tels, c'est leur affaire. Moi, je m'assume comme combattant dans le monde de l'opinion. Je défends les uns, j'attaque les autres, je prends position. Citoyen, parmi les citoyens.
 
Je respecte Mme Sommaruga, sa culture, son intelligence, son souci de cohésion de notre pays. Mais désolé, elle ne comprend pas le monde des médias. Elle y voit, au fond, une sorte de corps de l'Etat, chargé d'animer la vie politique. C'est faux. Les médias, dans toute leur Histoire, se sont toujours construits contre les pouvoirs constitués. Non pas contre la gauche. Non pas contre la droite. Mais contre les appareils. Contre tout appareil, tout pouvoir, d'où qu'ils viennent !
 
Et puis, que dira Mme Sommaruga, le jour où, pour une raison ou pour une autre, un organe de presse, ou un journaliste, l'attaquera elle, très fort. Elle pestera contre lui ! Et elle aura parfaitement raison. Et chacun sera dans son rôle, le journaliste qui lui cherche noise, la conseillère fédérale qui le considère comme un fouille-merde. Et chacun aura raison ! Et ce binôme, entre l'emmerdeur et l'emmerdé, c'est cela le vrai garant de notre démocratie : poser des antagonismes, et non chercher béatement à les taire. Il est parfaitement normal que des ministres exercent le pouvoir. Et parfaitement normal que des citoyens, journalistes ou non d'ailleurs, en dénoncent les dérives. C'est cela, la vraie démocratie : un rapport de forces, des rognes, des brouilles, des haines aussi parfois (je fais partie de ceux qui ne craignent pas d'utiliser ce mot).
 
Non, Mme Sommaruga, la presse n'est pas gentille. Et vous non plus, les gens de pouvoir, vous ne l'êtes pas. Il n'y donc aucune raison, dans ces conditions, qu'un seul centime provenant du portemonnaie des contribuables suisses soit affecté à la presse. Cette dernière doit trouver ses ressources ailleurs que par une aide directe de l'Etat. Sinon, c'est la liquéfaction des différences, la confusion des rôles, la trahison des serments de l'aube.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Payer la presse et pourquoi pas payer la tournée de blanc au bistrot du coin ? Ceux qui y sont assis font aussi passer des nouvelles plus ou moins vraies. A chacun son intox.

  • "Madame Sommaruga croit que les médias sont gentils," Nuance: Madame Sommaruga veut nous faire croire qu'elle croit que les médias sont gentil, mais en tant que mondialiste patentée, invitée à la remise du Prix Charlemagne que les pires européistes mondialistes se décernent entre eux (voir photo du bas):

    https://en.wikipedia.org/wiki/Charlemagne_Prize

    elle sait très bien que la presse fait de la propagande pour son camp mondialiste 24h sur 24 et contre le peuple.

  • Bien dit ! Il y a eu des lynchages médiatiques (en Suisse avec un jeune magistrat qui voulait réduire la dette de Genève !) Et des lobbys qui ont poussés les médias avec leurs arc en ciel pour faire passer le mariage pour tous avec la scandaleuse PMA sans père !Les médecins et psys ont étés muselés. Par contre les débats sont pour moi une bonne argumentation (si ils ne sont pas partisans) comme dans votre TV Léman Bleu et la TV concurrente parfois. Notre journal un peu aussi. On voit cela aussi pour les élections (surtout en France !) MERCI pour votre objectivité et franchise.

Les commentaires sont fermés.