La démocratie suisse, c'est nous !

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 26.01.22

 

Notre démocratie nous appartient, à nous tous. Elle est l’affaire de chacun d’entre nous. Nulle citoyenne, nul citoyen, en Suisse, ne doit se dire « La politique, il y a des gens pour ça, des élus, qu’ils fassent le boulot, moi ça ne m’intéresse pas ! ». Ce raisonnement, c’est le début de la fin. Cette abdication des prérogatives citoyennes au profit d’une « classe politique », c’est le renoncement à ce qui constitue l’âme, la sève, la grandeur de notre pays : sa démocratie directe. Il ne s’agit pas seulement d’aller voter, quatre fois par an, cela c’est le strict minimum ! Non, il s’agit, beaucoup plus profondément, de se concevoir, chacun de nous, en amont, comme la source d’une action politique possible. Non en s’inscrivant dans un parti, nul besoin ! Mais, par exemple, en s’impliquant dans un comité d’initiative, de référendum, en lançant des idées, en donnant son avis. A l’époque des réseaux sociaux, plus la moindre excuse : chacun de nous peut ouvrir un compte, s’exprimer. Profitez-en tous, par pitié !

 

Je ne l’ai jamais caché, je n’aime guère la démocratie représentative. Je lui préfère, et de loin, l’expression du suffrage universel, suite à des mois de campagne, dont le théâtre d’opérations ne se limite pas à un cénacle d’élus, mais s’étend à l’ensemble du corps électoral. Je vais plus loin, encore : le peuple ne doit pas seulement se prononcer par réaction à des décisions parlementaires (référendums), mais il doit lui-même forcer le destin : cela s’appelle l’initiative populaire. Là, l’idée vient d’en-bas. Là, une poignée de citoyens tente d’écrire l’Histoire. Elle doit d’abord recueillir les signatures, c’est très difficile. Et puis, mener le combat. Faire campagne, d’un bout à l’autre du pays. Et si possible, un beau dimanche, réunir autour de son idée de départ la majorité du peuple et celle des Cantons. Parcours d’obstacle. Chemin d’initiation. A la fin, victoire ou défaite, mais au moins le peuple aura débattu.

 

Je ne prône pas l’abolition des Parlements. Dès la Révolution française, les deux types de démocratie existent, les deux modèles se combattent âprement entre les factions : d’un côté le pouvoir du peuple par délégation, de l’autre, plus radicalement, le pouvoir du peuple par le peuple. Pour ma part, oui, j’ai toujours rêvé d’une démocratie totale, où le suffrage universel donne les grandes lignes. Aux Parlements, laissons la mission de faire les lois, quitte à les attaquer en référendum si elles nous déplaisent. Ces derniers jours, notre démocratie directe suisse a montré, malgré le froid hivernal et la crise sanitaire, de magnifiques signes de vitalité : succès des récoltes de signatures, au niveau cantonal, pour le référendum contre la réforme du CO. Au niveau fédéral, succès contre la Lex Netflix (loi sur le cinéma), et succès de la gauche contre Frontex. Sur tous ces objets, sous réserve de vérification des signatures, le peuple votera. C’est exactement cela, une démocratie.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.