Vous reprendrez bien un peu de nausée ?

Imprimer

 
Sur le vif - Lundi 21.03.22 - 15.28h
 
 
Face à la moindre déclaration contraire à sa doxa, la gauche morale s'étrangle. Son adjectif préféré : "nauséabond".
 
Les propos de l'UDC ? Nauséabonds ! Ceux d'un PLR un peu décoincé dans le discours, sceptique sur l'Europe et sur les flux migratoires ? Nauséabonds ! Ceux du MCG, sur la préférence aux résidents ? Nauséabonds !
 
Le discours de Marine Le Pen ? Nauséabond ! Celui d'Eric Zemmour ? Nauséabond ! Les analyses historiques faites avec le cerveau, plutôt qu'avec l'émotion, sur les causes de la guerre en Ukraine ? Nauséabondes ! Les tentatives de comprendre, entre autres, la cause serbe, pendant les guerres balkaniques ? Nauséabondes !
 
La passion pour l'Histoire ? Nauséabonde ! Donner la parole à tous, y compris aux maudits ? Nauséabond ! Ne pas adhérer à la religion du Climat ? Nauséabond ! Ne pas se déclarer féministe ? Nauséabond ! Vouloir contrôler les frontières ? Nauséabond ! Prôner une défense nationale forte, crédible ? Nauséabond ! Réserver le droit de vote aux nationaux ? Nauséabond !
 
Le premier qui commercialise un anti-vomitif bon marché, sans prescription médicale, celui-là, je vous le dis, fera fortune.
 
Ah mais zut, s'enrichir, c'est nauséabond.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 5 commentaires

Commentaires

  • Excellent! On ne saurait mieux résumer l'attitude des vendus et des idiots utiles de la gauche mondialiste qui, en diabolisant tous ceux qui ne suivent pas la doxa, espèrent ainsi éviter un débat de fond dont ils seraient bien incapables.

  • Excellent. Bravo, monsieur Décaillet.

  • Ils sont pathétiques... ah, merde qu'est-ce je dis, c'est nauséabond... et "merde" c'est nauséabond...

  • «Avec l’arrivée d’un UDC blochérien au gouvernement, notre canton vivrait des temps sombres.»

    «Nous devons faire barrage à l’extrême droite. Nous sommes persuadés que ce canton ne veut pas d’un climatosceptique au gouvernement.»


    Je trouve que les slogans de la gauche ne sont pas nauséabonds, mais à Vaud mire !

  • Je me demande si le critère de l'odeur ne trouve pas son origine chez un blogueur socialiste genevois. Je m'étais en effet étonné, il y a quelques années déjà, du manque d'imagination manifesté par l'usage de cet adjectif olfactif.
    Il est vrai que l'on dit aussi, devant la menace d'un événement désagréable, que "ça sent mauvais", mais il s'agit là d'un image du langage courant entré dans l'usage depuis très longtemps. On peut aussi citer l'usage des couleurs pour les orientations politiques, qui elles sont presque universelle, tels que l'usage de "rouges" pour les communistes ou "bruns" pour les nazis et "noirs" pour les fascistes (si je ne fais erreur).
    Dans ces cas, cependant le rapport avec la réalité est évident, drapeaux, vêtements, alors que dans le cas incriminé il est entièrement issu d'un transfert mental, une synesthésie, entre le dégoût que ressent le sujet à la pensée d'un objet politique ... poil au nez.

Les commentaires sont fermés.