La propagande ? Mais elle est partout !

Imprimer

 
Sur le vif - Mardi 29.03.22 - 14.49h
 
 
Dans toute guerre, la propagande. Depuis la nuit des temps. La propagande fait partie de la guerre, intrinsèquement. Celle de Poutine. Celle de Zelensky. Celle des Russes. Celle des Américains. Celle du Tsar Alexandre. Celle de la Grande Armée.
 
Prenez les archives des actualités cinématographiques, pendant la Seconde Guerre mondiale, tiens celles de la Drôle de Guerre par exemple. Entre le 2 septembre 1939 et le 10 mai 1940, France et Allemagne sont en guerre, mais ne s'attaquent pas. Elle s'observent, en chiens de faïence. Nous savons maintenant comment tout cela s'est terminé : attaque allemande le 10 mai 40, capitulation française le 22 juin. Six semaines de Blitzkrieg, et c'était plié. La plus grande défaite de l'Histoire de France, parce que morale, et pas seulement militaire. Lire Marc Bloch, "L’Étrange Défaite".
 
Pendant cette Drôle de Guerre, le Reich nous livre ses actualités de propagande. A l'époque, la télévision n'existe pas. Les gens vont beaucoup au cinéma. Avant le film, il y a les actus. C'est de la pure propagande, celle de M. Goebbels, et de ses services.
 
Mais je vous invite à visionner, tout autant, les actualités, côté français. C'est exactement la même chose ! On va gagner. Les Allemands sont nuls. On a gagné en 18, on regagnera. Nous irons suspendre notre linge sur la Ligne Siegfried. Nos troupes, dans les fortins de la Ligne Maginot, ont un moral d'enfer. Bref, tout roule.
 
L'issue, nous la connaissons, nous. Mais les Français qui visionnaient ces films, dans leurs salles de cinéma, ne pouvaient en aucun cas la prévoir. Ils prenaient ces actus pour parole biblique.
 
Débusquer la propagande ? La décrypter. Faire intervenir les analyses de langage ? Mais bien sûr qu'il faut tout cela ! Mais il le faut, face à tous. Face au langage de l'agresseur. Face à celui de l'agressé. Face aux méchants. Face aux gentils. Face à Poutine. Face à Biden. Face à Zelensky. Face à tout communiqué de presse, d'où qu'il vienne. Et plus largement, guerre ou non, Ukraine ou non, face à toute parole qui sort de la bouche du pouvoir.
 
Car l'un des attributs du pouvoir - tout pouvoir, d'où qu'il vienne - c'est de prendre la parole. A nous de faire la part des choses. Ca nécessite, en amont, chez chacun de nous, une longue ascèse dans l'étude de l'Histoire, et dans celle du langage.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • Comme c'est si bien dit, limpidement. Que dire de plus..? on ne peut qu'approuver. Mais c'est indispensable de le dire et faire.

  • Mais chaque fois le "bon peuple" se fait prendre. Et bon nombre de journalistes aussi.

  • Cher Monsieur,
    La propagande, vous avez parfaitement raison. Mais il y a pire. Sous les auspices de la Turquie les bélligérants disent avoir trouvé une issue possible et que font les Américains et les Européens, ils dénigrent ces efforts, les mettent en doute, ils mettent de l'huile sur le feu au lieu d'aider à l'appaisement. C'est tout simplement pervers !

  • Bien d'accord pour décrypter la parole politique mais je suis plus réservé quant à mettre les propagandes au même niveaau.
    Zelensky paraît défendre son peuple admirablement par une habile communication politique et a bien évidemment recours à de la désinformation pour repousser les Russes. Mais certains régimes politiques (la Russie en premier lieu) fonctionnent intégralement sur de la propagande politique et à ce titre, je crois que nous pouvons quand meme distinguer et décrypter les procédés utilisés.
    Le debat reste ouvert....

Les commentaires sont fermés.