Profs, enseignez notre Histoire politique !

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 04.05.22

 

Profs d’Histoire, ça vous arrive, de temps en temps, d’aborder encore avec vos élèves le cheminement de nos idées politiques, la genèse et le développement de nos partis en Suisse, disons depuis la Révolution française ? Pour être exact : depuis la République Helvétique (1798), ou tout au moins depuis le printemps des peuples de 1848, l’année de la création la Suisse fédérale, la Suisse moderne. L’Histoire du parti radical, le grand parti qui a fait la Suisse, sept conseillers fédéraux sur sept, de 1848 à 1891. Ces radicaux qui ont forgé nos institutions, créé les grandes écoles fédérales, lancé le pays dans l’aventure industrielle et ferroviaire, percé le Gothard, développé la chimie bâloise, la banque, les grandes assurances. Un legs incomparable, même face à leurs homologues de la Troisième République, en France.

 

Profs d’Histoire, parlez-vous avec vos élèves des autres courants politiques de notre destin national ? L’Histoire de ce qu’on appelle aujourd’hui la démocratie chrétienne, en bref le parti catholique, favorable au Pape, vaincu du Sonderbund, pendant ces 43 années d’opposition. Les nuances, Canton par Canton, à l’intérieur de cette famille catholique : les conservateurs, les chrétiens-sociaux, l’aile syndicale, les Noirs, les Jaunes. Totalement passionnant ! Comment voulez-vous comprendre la politique valaisanne, jurassienne, fribourgeoise, et même genevoise, sans une connaissance intime de cette palette ?

 

Profs d’Histoire, évoquez avec vos élèves le long chemin de la gauche, en Suisse, les socialistes par exemple, pour parvenir enfin aux affaires, en pleine guerre, en 1943, au Conseil fédéral. Là aussi, donnez les nuances : entre communistes et socialistes, entre gauche participative et gauche plus radicale, entre partisans de la lutte des classes et sociaux-démocrates. Là aussi, enseignez cette Histoire Canton par Canton. Notre Suisse est plurielle, nuancée, magique et fragile jusque dans ses différences.

 

Profs d’Histoire, enseignez la genèse de l’UDC, du parti agrarien du Bernois Rudolf Minger jusqu’à aujourd’hui, en passant par Ogi et Blocher. Ces partis-là, et puis tous les autres bien sûr, les Verts, les libéraux. Et par pitié, pas seulement les partis ! Le prodigieuse Histoire de nos assurances sociales, des premiers contrats collectifs jusqu’à la grande date de 1947, la décision d’introduire l’AVS. Et puis, plus tard, la prévoyance professionnelle, les assurances maternité, le long combat de l’égalité entre hommes et femmes. Notre Histoire suisse est l’une des plus passionnantes d’Europe. Il n’y a, en elle, rien d’ennuyeux. Juste un long chemin de destin, celui des humains qui, patiemment, ont construit ce magnifique pays. Et notre démocratie directe ! Et l’Histoire de nos initiatives !

 

Profs d’Histoire, enthousiasmez vos élèves. La Suisse le mérite. Son chemin, au milieu de l’Europe, est absolument remarquable. Elle n’a pas à en rougir. Un élève, lorsqu’il quitte l’école pour entrer dans la vie professionnelle, doit avoir ces connaissances-là. C’est votre devoir de les transmettre.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 4 commentaires

Commentaires

  • Transmettre la politique de la gauche ...

  • Malheureusement le seul souci des "profs" d'histoire des mes enfants c'est de leur bourrer l'esprit de propagande woke du genre: "La Suisse n'existe pas", "les suisses sont racistes", "les droits des minorités et la justice sociale", "la fin de la dictature de la majorité et du patriarcat", "l'entrée nécessaire de la Suisse dans l'UE pour plus de liberté et d'égalité", "les droits des femmes", "la théorie du genre et son application en histoire", "le très grand danger des fakes news", "le climat", "l'immigration nécessaire" etc. Bref, pour faire ce que vous voulez Monsieur Décaillet, il faudrait un grand coup de balai. On peut toujours rêver. Le ver est dans la pomme et tous nos "jounalistes" soutiennent cette propagande. pour parfaire le lavage de cerveau.

  • Petit Rappel: Le PS, Monsieur Décaillet, voilà ce qu'il veut faire de nos enfants:

    https://lesobservateurs.ch/2017/07/31/la-socialiste-ada-marra-pour-notre-1er-aout-la-suisse-nexiste-pas/

  • Cher Monsieur Décaillet,
    Admirable mais triste constat. En ce qui concerne les partis politiques, je vourdais rappeler que, dans notre jeunesse, le Parti Conservateur Chrétien Social avait pour buts la conservation des valeurs traditionnelles de notre Etat dont le Préambule de la Constitution énonce le principe ‘Au nom de Dieu, amen’ et que l’une des préoccupations majeures de l’Eglise Catholique était la justice sociale. Comme ‘conservateur chrétien’ était devenu insultant, on l’a supprimé et remplacé par ‘démocratie chrétienne’. Ainsi est né le PDC. Puis, comme le terme ‘chrétienne’ est devenu offensant, on l’a supprimé et ainsi ce parti est devenu le ‘Parti du Centre’. Exemple typique du ‘renversement des valeurs’, emblème de notre société actuelle.

Les commentaires sont fermés.