Gehrard Pfister : Monsieur sanctions

Imprimer

 
Sur le vif - Dimanche 08.05.22 - 09.30h
 
 
Les sanctions. Voilà désormais toute la politique du PDC suisse, ci-devant nommé désormais « Le Centre ». On croirait entendre les partisans les plus enragés de Clemenceau, exigeant le pire pour l’Allemagne vaincue en 1919. Ce qui fut hélas décidé, avec les conséquences qu’on sait.
 
Les sanctions. Le Président du PDC n’a que ce mot à la bouche. Sanctions autonomes, sanctions cohérentes, sanctions, sanctions, sanctions. La neutralité ? On laisse tomber cette vieillerie.
 
Le Président du PDC suisse n’a pas d’autres priorités pour le pays ? L’essentiel pour la Suisse : les sanctions contre la Russie. Ah, le tonifiant programme politique ! M. Pfister veut faire de la Suisse le 51ème État américain ? La prochaine fois, il pourrait faire son discours en anglais, ça en jette.
 
On savait ce parti ductile et malléable. Apôtre de l’illisible. On le découvre en fusion. Le catéchisme de l’effusion. L’Évangile de la confusion.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 7 commentaires

Commentaires

  • La neutralité est une vieillerie qui date de l'époque des voisins en guerre permanente. La neutralité n'a plus aucun sens aujourd'hui, de fait elle est morte avant la guerre, parce que notre démocratie nous définie maintenant dans un camp. Il n'y a que certains suisses qui croient encore en cette relique.
    Pour un empire poutinien, la neutralité d'un pays n'est pas un frein à l'appétit guerrier. Notre neutralité est donc caduque.

  • @motus

    Vos propos sont tout simplement inadmissibles. Ils relèvent de la subversion.

    Subversion, définition:
    « Action visant à renverser ou à contester l'ordre établi, ses lois et ses principes.»

    Par ailleurs...

    Le principe de neutralité tel qu'il est innscrit dans la Constitition fédérale de la Confédération suisse - du 18 avril 1999 (Etat le 1er janvier 2021)

    Art. 173 - Autres tâches et compétences (Assemblée fédérale)
    1. L’Assemblée fédérale a en outre les tâches et les compétences suivantes:
    a). elle prend les mesures nécessaires pour préserver la sécurité extérieure, l’indépendance et la neutralité de la Suisse; (...)

    Art. 185 - Sécurité extérieure et sécurité intérieure
    1 Le Conseil fédéral prend des mesures pour préserver la sécurité extérieure,
    l’indépendance et la neutralité de la Suisse.

    Dès lors que tous les élus (ministres et députés de l'Assemblée fédérale), ont fait serment, de respecter la Constitution et les lois qui en découlent... ils ont l'obligation d'y faire allégeance.

    Code pénal suisse - Titre 13 Crimes ou délits contre l’État


    Art. 265 - Atteinte à l’indépendance de la Confédération
    1. Celui qui aura commis un acte tendant
    à porter atteinte à l’indépendance de la Confédération ou à mettre en danger cette indépendance, ou à provoquer de la part d’une puissance étrangère, dans les affaires de la Confédération, une immixtion de nature à mettre en danger l’indépendance de la Confédération, sera puni d’une peine privative de liberté d’un an au moins.

    Art. 275 (14)
    3. Mise en danger de l’ordre constitutionnel
    Atteintes à l’ordre constitutionnel
    Celui qui aura commis un acte tendant à troubler ou à modifier d’une manière illicite l’ordre fondé sur la Constitution ou la Constitution d’un canton, sera puni d’une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d’une peine pécuniaire.

    Il semble qu'au vu de ce qui précède, que le «compte devrait être bon» pour certains de nos élus sous la coupole, voire même pour certains membres du Conseil fédéral.

  • Bravo Pétard ! Il est bien triste que l'on doive rappeler à certains de nos concitoyens ce qu'ils auraienbt dû apprendre à la maison, à l'école ou au service militaire !

  • Merci pétard de remettre motus à sa place!

  • Vous nous demandez de rêver, pétard, alors que nous sommes dans un monde ou toute contradiction doit être écrasée.

  • @petard et autres.
    La neutralité nous a été imposée par les grandes puissances, il est temps de se libérer de ces chaînes étrangères.
    Quant à la subversion face à un diktat extérieur, j'appelle ça de l'indépendance.
    La Suisse n'a plus à être neutre, ce qui ne veut pas dire choisir toujours un camp.

    Être patriote, ce n'est pas faire sienne un diktat, mais de s'en libérer. Il est triste de voir que cette neutralité imposée est associée au patriotisme, c'est une injure pour le patriotisme.

  • « Il est triste de voir que cette neutralité imposée est associée au patriotisme, c'est une injure pour le patriotisme. »

    Il se trouve que pour le moment, la Constitution fédérale révisée du 18 avril 1999, ainsi que les lois lois qui en découlent sont toujours en vigueur.

    Que ça vous rende triste peu importe. Car il en est de même avec certaines disposition légales que vos courants d'opinion ont voulues et qui ne plaisent pas à vos adversaires.

    Vous êtes les premiers à vouloir faire respecter les lois en vigueur; alors voilà: «réponse du berger à la bergère». On ne lâchera pas !

Les commentaires sont fermés.