La course à l'échec

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 25.05.22

 

Le élections, à Genève, c’est toujours la même chose. La gauche, en ordre de bataille. La droite, en désordre et en pagaille. Ce samedi 21 mai, deux partis gouvernementaux qui entendent le rester pour la prochaine législature, les socialistes et les Verts, ont désigné leurs candidats pour les élections au Conseil d’Etat.

 

Oh, ça n’est pas pour tout de suite (avril 2023), mais il faut serrer les rangs le plus tôt possible, montrer sa cohésion, ou tout au moins en donner l’impression. Deux candidats par parti : Carole-Anne Kast et Thierry Apothéloz pour les socialistes, Fabienne Fischer et Antonio Hodgers pour les Verts. Le carré d’attaque est constitué.

 

Il ne s’agit pas ici de savoir si chacun de ces candidats, individuellement, respire la transcendance. Mais de voir le phénomène de groupe. Il est cohérent, positif. A l’inverse, la droite donne encore l’impression de nager en eaux troubles. Certes, on commence à connaître les candidats à la candidature. Mais rien n’est sûr. D’autres peuvent encore surgir, dans certains partis. Quelle alliance ? Quel jeu d’ensemble ? Quelle stratégie commune ? Mystère et boule de gomme, même si Bertrand Reich, Président du PLR, a lancé de clairs appels à l’unité.

 

La gauche unie, la droite hésitante. Le signal, à dix mois du premier tour (2 avril 2023), n’est pas bon pour tous ceux, à Genève, qui sont déjà plus que fatigués de cette majorité gouvernementale de gauche, depuis la complémentaire du printemps 2021. Courir à l’échec, est-ce pour l’éternité la maladie héréditaire de la droite à Genève ?

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 5 commentaires

Commentaires

  • La gauche est unie certes, mais à l'intérieur de ceux-ci ça balance entre gauche traditionnelle et gauche radicale.
    L'interdiction de manger de la viande chez les uns ou chez les autres, le soutien à des militants LGBT qui empêchent un débat, n'est pas un bon signe pour eux.
    L'électorat est majoritairement centriste, donc la base militante de la gauche peut savonner la planche électorale par idéalisme.
    La gauche est gentiment envahi par le virus du wokisme qui n'est partagé que par les bobos ou les vieux de la gauche qui veulent plaire aux jeunes pour se sentir dans le coup, pas par la classe populaire.

    Le destin de la droite n'est donc pas écrit, mais une grande alliance serait une assurance de succès. La gauche est en pleine tempête (islamo-gauchisme, wokisme, radicalité), une année, ce sera long pour contrôler la base militante agressive.

    La droite peut espérer un gros coup de pouce de la jeunesse militante de gauche qui a été déjà assez conne pour couler la loi CO2.
    L'écroulement de la gauche française peut se répéter ici, le wokisme semble faire des ravages dans cette gauche qui se veut djeun, il n'y aura que les bobos pour suivre.
    Je pronostique la baisse de la gauche et un bond des Verts Libéraux avec une droite majoritaire.

  • "La droite, en désordre et en pagaille ... Bertrand Reich, Président du PLR, a lancé de clairs appels à l’unité."


    Le PLR n'est pas à droite d'un centre mais en orbite autour de la gauche, raison pour laquelle lui, sa boussole et ses compas tournent en rond et font perdre du temps à tout le monde qui attend une direction, un sillage et un rassemblement visible et compréhensif derrière le PLR.

    Le centre du PLR, c'est la gauche.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Compas_(navigation)
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Compas_(g%C3%A9om%C3%A9trie)
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Compas_(genre_musical)

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Contredanse


    Les appels clairs d'unité de Bertrand Reich sont des appels à tomber dans la gauche.

  • La droite est majoritaire dans ce canton. Si elle veut l'emporter en 2023, il est indispensable qu'elle s'unisse. En laissant les querelles d'ego au vestiaire!

  • Qu'elle demande à la droite vaudoise le mode d'emploi et tout changera !

    A Morges, la droite avait réussi à s'unir face à la gauche qui s'est retrouvée avec deux sièges sur sept et ensuite la méthode a été appliquée pour les cantonales avec un résultat positif !

  • Un appel à l'unité de la droite comme chez les Vaudois, les Fribourgeois ! Merci beaucoup Mr DECAILLET et les autres. Raus les querelles ! (un peu inévitables !) Il est temps de les mettre de côté (pardonner dit Jésus Christ) L'ENDETTEMENT DE GENEVE EST MASSIF ET RESTE SUR LA DOS DE NOS JEUNES !
    PARDON POUR CELA aux jeunes et générations futures et montrons l'exemple (pas facile il est vrai)

Les commentaires sont fermés.