D'urgence, le DIP doit être enlevé à la gauche !

Imprimer

 
Sur le vif - Vendredi 24.06.22 - 09.50h
 
 
Des sous, des sous, des sous. Chaque fois qu'on parle de l'Instruction publique à Genève, le seul et unique discours de la gauche est de larmoyer pour obtenir des "moyens".
 
L'école va mal ? Il faut des sous ! Les connaissances ne se transmettent plus ? Des sous ! L'illettrisme gagne du terrain ? Des sous ! L'enseignement de l'Histoire, à part quelques profs magnifiques, ne donne plus aux élèves, depuis longtemps, l'indispensable approche synthétique, et diachronique, pour avoir une vision d'ensemble ? Des sous ! Les profs de géo ne jurent plus que par l'endoctrinement climatique ? Des sous ! Plus aucun élève, ou presque, n'est capable de lire un poème, à haute voix, avec l'amour de la métrique et de la prosodie, le sens du "e" muet, la passion musicale de la syllabe ? Des sous, des sous, encore des sous !
 
Un secteur entier du DIP, s'occupant d'élèves en souffrance, dysfonctionne totalement depuis des années ? Des sous ! L'autorité politique élue a perdu tout contrôle sur cet Office ? Des sous ! Des choses très graves, méritant une Commission d'enquête, s'y sont produites, au détriment des élèves ? Des sous, des sous, encore des sous !
 
On dirait qu'en matière de formation, la gauche a perdu tout sens de l'essentiel : la qualité, humaine et intellectuelle, de la transmission des connaissances. Pour elle, sans argent, sans ces éternels "postes supplémentaires", rien ne serait possible pour perpétuer ce miracle permanent du savoir partagé, celui dont parle Péguy, dans "L'Argent", Cahiers de la Quinzaine, 1913. Au fond, cette gauche-là ne s'intéresse pas au coeur de la question. Elle tournicote, comme les trompettistes autour de Jéricho, en hurlant : "Des sous, des sous, encore des sous !".
 
Cet argent doit leur être refusé, et la droite a raison. Le DIP est déjà doté, en comparaison intercantonale, du budget le plus délirant du pays. Beaucoup trop de strates de contrôle, d'états-majors, de secrétaires généraux, de services de recherches, au détriment du front de l'enseignement. Ce dont le Département a le plus impérieux besoin, c'est le rétablissement de la confiance. Cette dernière, à tous les échelons, fait cruellement défaut. Le DIP est en état de décombres. Saluons les profs, les élèves, le personnel administratif et technique, les doyens et directeurs qui, malgré cette déroute généralisée de l'autorité politique, continuent, au jour le jour, de pratiquer au mieux cette incomparable rencontre humaine qui s'appelle la transmission des connaissances.
 
En 2023, d'autres devront reprendre ce Département sinistré. Venant d'autres horizons. Ayant d'autres discours, d'autres horizons d'attente, d'autres approches intellectuelles et spirituelles, que la perpétuelle mendicité pour quémander des "moyens supplémentaires".
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 8 commentaires

Commentaires

  • Bonjour
    Entièrement d’accord avec vous
    Je suis sidéré de voir les connaissances en géographie et histoire de ma fille après même une maturité
    Elle n’a pratiquement rien vu de l’histoire Suisse
    On ne parle même pas de la géographie toujours portée sur l’écologie on se demande si ces cours n’ont pas été compilés par des uluberlus écolo-gauchiste
    À mon époque dans le Jura et à Fribourg on sortait de l’école obligatoire en sachant lire écrire et compter correctement.
    On dirait que sous des couverts d’égalitarisme on tire pas volontairement le niveau vers le bas
    Triste société qu’on se prépare.
    Je me souviens toujours d’un vieux prof qui nous disait que la culture générale était ce qui nous restait une fois qu’on avait tout oublié!
    Triste république!!!!!!
    C’est moi qui ai éveillé un peu sa culture générale et elle comprend mieux ce qui se passe avec les références historiques et géographiques à travers le temps
    A se demander si on ne le fait pas exprès pour que les jeunes générations gobent tout et n’aie plus d’esprit critique
    Meilleures salutations

  • Merci Monsieur Décaillet! J'espère que votre billet a été ou sera publié dans GHI et ailleurs afin qu'une majorité de gens puisse le lire. Il faut que les genevois se réveillent une bonne fois pour toutes et mettent fin à la destruction de l'enseignement par la gauche.

  • Et que dire de tous les délires woke que la gauche impose dans nos écoles?

    A la page 6 du journal 20 minutes du vendredi 17 juin, 2022, ce torchon se permet critiquer la conseillère nationale UDC Verena Herzog, car elle ose s'opposer à la diffusion d'une brochure de 60 pages intitulée "Hey You" qui explique entre autres aux enfants de 12 ans l'usage des plugs anaux tout en précisant qu'"il est important que tu nettoies les jouets avant et après les rapports sexuels avec un désinfectant adapté."

    Les plugs anaux? Est-ce vraiment un sujet pour des enfants de 12 ans? La gauche essaie de détruire notre jeunesse et on la laisse faire faire.

    C'est une mère d'un enfant de 12 ans qui vous pose la question: Les plugs anaux? Est-ce vraiment un sujet pour des enfants de 12 ans?

  • L'administration genevoise est une personne féminisée, obèse, souvent en arrêt maladie, très bien payée, peu active et sponsorisée par un CE qui vit au dessus de ses moyens grâce à l'argent des banques qui vont d'ailleurs augmenter les tôts de leurs prêts et aussi avec l'argent des impôts des gens qui travaillent encore étant donné que 40% des habitants de Genève innocupés sont assistés. La politique à Genève c'est de la gestion de surandêtement sans espoir de remboursement. Quand au DIP il s'occupe de gérer le handicap scolaire que l'assistanat social a contribuer à mettre en place. La boucle est bouclée, l'Etat de Genève ne peut plus sortir par les urnes du marasme financier et scolaire qu'il a lui même créé, puisque une majorité d'électeurs n'a pas d'intérêt financier ni intellectuel à voter contre cette dérive. La fuite en avant de la presqu'île genevoise en mer française n'a d'autre choix faute d'une gestion rigoureuse de ses finances et des choix émotionnels de son instruction publique que de s'apauvrir dans les deux sens du terme.

  • Quand on voit le PS vaudois remettre Nordmann et Maillard en piste on croirait voir le parti Radical de l'après guerre dans ses eouvres. Les deux vieux mâles qui s'accrochent au pouvoir et à la rémunération qui va avec ont répondu aux questions du journaliste de la RTS. : Nordmann"je suis le meilleur" et Maillard "je suis le seul à pouvoir résoudre les problèmes". Les petits jeunes n'ont qu'a attendre leur tour comme dirait mon grand père qui était radical.

  • Exact à 100 %

  • @ norbert maendly : C'est très PS vaudois : nous savons tout ... laissez-nous faire et tout ira bien surtout en matière fiscale !

    La Droite travaille, la Gauche dépense ...

  • Merci à Charlotte pour son commentaire. Voici un autre article sur le même sujet: la confédération a dépensé la bagatelle de 800.000 francs pour apprendre aux enfants de 12 ans à se servir d'un plug anal. Ce projet est combattu par l'UDC mais bien entendu soutenu pas la gauche. Merveilleux!

    https://www.20min.ch/fr/story/la-confederation-explique-les-plugs-anaux-aux-jeunes-de-12-ans-670051832788

Les commentaires sont fermés.