Face à la provocation du néant, l'Allemagne

Imprimer
 
Sur le vif - Jeudi 30.06.22 - 10.07h
 
 
La grande puissance, en Europe, c'est l'Allemagne. Il n'y en a pas d'autre. Tout est parti de la Guerre de Sept Ans (1756-1763), un siècle avant que l'Allemagne, en tant que nation unitaire, n'existe. Tout est parti de l'un des plus grands visionnaires de l'Histoire : le roi de Prusse Frédéric II (1740-1786).
 
L'Histoire de la Prusse devrait être obligatoire dans les écoles : sans passer par elle, sa philosophie, son rapport au travail, à la notion de devoir, on ne comprend rien à la construction de l'idée de nation allemande, du philosophe Fichte (Reden an die deutsche Nation, Berlin, 1807) à la proclamation de l'Empire allemand dans la Galerie des glaces de Versailles, en 1871. J'ai expliqué tout cela en détail, dans les 32 premiers volets de ma Série en 144 épisodes sur l'Histoire de l'Allemagne, de 1522 à nos jours.
 
Nous sommes en 2022. L'Allemagne est la quatrième puissance économique du monde, et de loin la première en Europe. Elle a certes des disparités sociales (surtout en Saxe, en Prusse et en Thuringe), mais globalement, le pays est stable. Nous ne sommes pas le 9 novembre 1918 ! Là aussi, il faut lire, lire, et lire encore. Celui qui ne s'est pas renseigné à fond sur la Révolution allemande (1918-1923), les combats entre Corps-francs et Spartakistes, ne peut rien comprendre à ce qui conduira, quinze ans plus tard, à l'avènement du Troisième Reich.
 
Nous sommes en 2022, l'Allemagne domine. Elle est prospère, imaginative, capable de se réinventer. Depuis trente ans, par d'autres moyens que naguère mais sur les mêmes chemins, elle a colonisé l'économie de l'Europe centrale et orientale. Les directions opérationnelles des entreprises sont certes polonaises, hongroises, lituaniennes. Mais les capitaux sont allemands. Elle a intégré ses oppositions, par des gouvernements de coalition, au niveau fédéral et dans les Länder, que nous Suisses connaissons bien. Elle jouit d'une paix sociale certes relative, mais sans précédent depuis l'époque bismarckienne. Elle a l'estime de tous.
 
On en oublierait presque un détail. L'Allemagne n'en finit pas de se réarmer. Dès qu'a éclaté la guerre Russie-Ukraine, elle a voté cent milliards pour son budget militaire. Au Nord, les chantiers navals nous préparent le plus impressionnant sous-marin du 21ème siècle. Les usines d'armement tournent à plein régime. C'est le programme le plus impressionnant depuis Albert Speer. Car l'Allemagne, on le sait peu, n'a jamais autant produit que pendant les toutes dernières années de guerre, alors qu'elle refluait sur les théâtres d'opérations d'Europe. En 1942 au contraire, alors qu'elle était à l'apogée de son expansion, la production était en pleine crise. C'est le remplacement de Todt par Speer qui a inversé la tendance. Avec, aussi incroyable que cela puisse paraître, une suite sur l'après-guerre, et le fameux miracle allemand. Il ne faut surtout pas croire que tout s'est arrêté en 1945. Certaines continuités, dans l'Histoire industrielle allemande, seraient même de nature à vous époustoufler.
 
L'Allemagne se réarme, je suis l'affaire de très près depuis toujours, sans doute l'un des seuls en Suisse romande à m'y intéresser. Elle se réarme, et personne n'en parle. Ou presque. Il y a même des esprits d'envergure modeste pour s'en féliciter : "Formidable, ils pourront ainsi aider les gentils Ukrainiens". Dès qu'on instille une once, même infinitésimale, de morale dans la pesée des affaires stratégiques, on entre sur le chemin d'errance.
 
L'Allemagne se réarme. C'est pour les générations à venir. Elle n'est pas pressée. Depuis Frédéric II, elle n'a cessé de prendre le temps. Elle a accumulé les succès. Face à ce mouvement lent, tectonique, de construction d'un espace solide dans la Mitteleuropa, le 8 mai 1945, au milieu d'un pays en cendres, occupé par quatre puissances étrangères, disparaissant même comme Etat pendant quatre ans, apparaît comme une défaite d'étape. Déjà, au milieu des décombres, les esprits les plus avancés pouvaient entrevoir le défi du néant à l'existence. Aujourd'hui, on connaît la réponse : par son énergie phénoménale, sa discipline, sa volonté de fer, l'Allemagne a imposé son existence à la provocation du néant.
 
 
Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • Les "esprits d'envergure modeste" sont généralement inaptes à comprendre le présent, mais ignorants, incultes qu'ils sont, du passé :

    https://www.youtube.com/watch?v=jmdIQBKkUmI

    Ceci dit, qu'en sera t-il des Allemands de souche dans trente ans ?

  • Magnifique, Pascal. La culture allemande porte au fond la culture européenne depuis Goethe et Fichte, quoi qu'on dise. Même Victor Hugo et le Surréalisme en émanent. C'est une chance, pour l'Europe. C'est le seul point à même d'y résister à l'américanisation.

  • "L'Allemagne se réarme. C'est pour les générations à venir." Et où est le mal ? Je préfère un leadership allemand dans l'Europe que le français, si chaotique...
    La presse ne parle pas des vraies raisons de l'éviction de la France du Mali, par exemple...alors que l'histoire de la DDC aurait pu lui donner quelques clés.
    (l'affaire Berberat).
    https://www.letemps.ch/suisse/mysterieuse-mort-marque-relations-entre-suisse-mali-0

  • Les USA sont en train de prendre la main sur l'Europe, grâce à l'OTAN. Une Allemagne forte, qui veut tenir compte de ses relations avec la Russie, ne serait-elle pas un contrepoids utile à cette omnipotence du suzerain de l'OTAN ? (La France se comporte en petit vassal bien obéissant...).

Les commentaires sont fermés.