Quelque part, dans le sépulcre noir des océans

Imprimer

 
Sur le vif - Mercredi 17.08.22 - 09.10h
 
 
Une poignée de jeunes Allemands, dans un espace extraordinairement clos. Trois heures de film, à vous couper le souffle. En apprenant, ce matin, le décès de Wolfgang Petersen (1941-2022), se presse dans ma mémoire la foule de ces images, ces visages de sous-mariniers, ces angoisses, ces silences, ces attentes à l'approche du navire ennemi. Ce film, l'un des plus grands de l'Histoire du cinéma, c'est Das Boot (1981), le journal de bord d'un sous-marin allemand, en 1941, dans les eaux de l'Atlantique-Nord.
 
Le film est un chef d’œuvre. D'abord, c'est la reconstitution la plus saisissante du quotidien à l'intérieur d'un U-Boot de la Seconde Guerre mondiale, jamais réalisée. D'innombrables sous-mariniers, encore vivants en 1981 (un an après le décès du Grand-Amiral Karl Dönitz), l'avaient reconnu. Tout est conforme au vécu de l'époque, la salle des machines, les appareils, le périscope, les lance-torpilles, l’exiguïté saisissante, mais aussi les sons, la musique, les communications radio, les costumes.
 
Alors oui, on peut se contenter de décrypter le film à la seule lumière du réel, et se dire "Tout est juste". Les acteurs sont époustouflants, à commencer par "Der Alte", le Commandant, Jürgen Prochnow. L'historien de la Kriegsmarine placera l'oeuvre de Wolfgang Petersen (d'après le roman de Lothar-Günther Buchheim) dans l'extraordinaire saga de la Kriegsmarine, héritière immédiate de la Kaiserliche Marine et de son fondateur Alfred von Tirpitz (1849-1930), l'homme qui crée sous Bismarck, puis commande entre 1914 et 1916, la machine de guerre navale prétendant rivaliser avec la Royal Navy, d'abord en Mer du Nord et en Baltique, plus tard dans l'Atlantique.
 
Dans cette épopée, celle des U-Boote. Le premier apparaît en 1906, ils sont 28 en 1914, ils seront 375 pendant la Seconde Guerre mondiale. Allez voir le remarquable Musée de la Marine à Hambourg (je l'ai visité en 2019, avec mon épouse) : l'étage consacré aux U-Boote est saisissant. J'en avais vu un en juillet 1968, avec mon père, dans le port de Hambourg : l'intérieur est une boîte de sardines. Le génie de Wolfgang Petersen, c'est d'avoir restitué les angoisses de ce huis-clos. Inutile de dire que les passionnés de la guerre sous-marine connaissent personnellement, par leur nom, les 375 U-Boote de la Seconde Guerre mondiale. 229 ont été perdus, et 40% des hommes d'équipage, officiers et sous-mariniers, sont morts au combat. C'est le taux le plus important au sein de toutes les forces allemandes en action, Kriegsmarine, Wehrmacht, Luftwaffe, confondues.
 
Ca, c'est le fond historique du film de Wolfgang Petersen. Les U-Boote ne sont pas apparus par hasard sur le théâtre des opérations en Baltique et en Mer du Nord. Il fallait, dès la fin du 19ème siècle, rivaliser avec l'Anglais, rattraper le retard pris face à la Royal Navy, dont l'un des Premiers Lords les plus actifs au 20ème siècle, un certain Winston Churchill, ne cessera de commander de nouvelles pièces, faire évoluer les techniques. Le Bataille du Jutland (31 mai et 1er juin 1916) constituera l'apogée de cette rivalité. Nombre de combats, de duels notamment, de la Seconde Guerre mondiale, sont des comptes très précis à régler, de bâtiment à bâtiment, par rapport à des pertes de la Grande Guerre. Les marins n'oublient jamais.
 
Mais le film de Petersen présente d'autres vertus que celles de la seule exactitude historique. Il est une Odyssée. Et la figure du Vieux, le Commandant, n'est pas sans rappeler les mille tours d'Ulysse, entouré de ses compagnons, qu'il perdra les uns après les autres. Au plus profond de l'Atlantique-Nord, ces gamins égarés dans une folle aventure rêvent de retrouver l'Allemagne, c'est leur Ithaque, leur Pénélope. Sur des couchettes de maison de poupée, serrés comme des harengs, ils lisent et relisent les lettres des filles qu'ils ont laissées, là-bas, à terre. Ils contemplent les photos. Mais ces mêmes jeunes hommes rêvent aussi d'en découdre. Alors, on guette le navire anglais. La Royal Navy, ça n'est pas rien : depuis des siècles, elle domine les mers du monde. On attend. On s'approche en silence. On écoute son coeur palpiter. Soit on torpille l'ennemi, soit c'est la même mort, abominable, pour soi-même, dans le sépulcre noir des océans.
 
Alors voilà. Je vous encourage à voir et revoir ce film. Il y a de l'Homère, du Moby-Dick, et du Kubrick (celui de l'Odyssée de l'Espace) dans cette oeuvre-là. Il y a des hommes magnifiques. Habités par la peur. L'angoisse. La solitude. L'aventure, au sens étrangement ambigu de ce supin : ce qui peut advenir, se passera en effet, ou non. N'est-ce pas, au fond des mers ou dans celui de nos âmes, le lot de tout humain, face au destin ?
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • 3 videos sur le U505 du Museum of Science and Industry de Chicago:

    https://www.youtube.com/watch?v=DUuQIpVuhCg

    et

    https://www.youtube.com/watch?v=roZ80opHWiU

    et

    https://www.youtube.com/watch?v=gl5eXjNUp4c

  • La série inspiré du film n'arrive pas aux ballasts du chef-d'œuvre de Petersen. ;)

Les commentaires sont fermés.