L'unité d'un pays tellement pluriel

Imprimer

 
Sur le vif - Dimanche 25.09.22 - 14.52h
 
 
Le résultat très serré sur l'AVS nous révèle d'ancestrales fractures au sein de la Suisse. Entre régions linguistiques. Entre Suisse centrale/orientale et Suisse occidentale. A certains égards aussi, villes-campagnes. Sans compter la vieille césure entre conception libérale (Freisinn économique) où l'Etat n'est pas premier, et approche latine, où il est plus maternant. De vieilles lignes de front, oui, qui rappellent les votes du 6 décembre 1992, ou ceux sur l'assurance-maternité.
 
La leçon à tirer ? Sur les retraites, comme sur les tous les grand sujets sociaux, tellement plus importants, en lames de fond, que les vaguelettes sociétales, nous devons avoir à l'esprit l'unité de notre pays.
 
L'unité, ça n'est pas l'homogénéité, surtout pas ! Le génie de la Suisse, c'est sa diversité. Les opinions s'entrechoquent, le corps électoral tranche, c'est parfois très serré, il faut en tenir compte. Non pour relativiser le vote majoritaire. Mais pour construire l'avenir sans écarter personne. Sur les retraites, c'est un enjeu majeur. Le chantier est encore immense, pour construire un système digne des grands idéaux de 1947 : donner à tous nos aînés les moyens de vivre dignement.
 
L'unité suisse n'est pas en danger lorsque les composantes du pays votent différemment les unes des autres. Ni lorsqu'un scrutin, comme aujourd'hui, est serré. Elle serait en péril le jour où la voix du peuple ne serait plus considérée comme l'ultime arbitrage. Le jour où les factions l'emporteraient sur le processus politique. C'est valable pour les retraites. C'est valable pour l'assurance-maladie, dont aurons nous à parler en tout début de semaine. C'est valable pour tout ce qui touche à l'intérêt supérieur. Non celui d'un clan, mais celui de l'ensemble.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.