La grève de trop

Imprimer

 
Sur le vif - Mardi 04.10.22 - 22.32h
 
 
La grève des fonctionnaires est une insulte de première classe, un soufflet d’esturgeons, à tous ces milliers de minuscules indépendants, à Genève, qui n’en peuvent plus de ramer pour garder la tête dehors.
 
Une insulte à tous ceux qui triment, crachent au bassinet, n’osent jamais tomber malades, courent derrière l’ombre de leur propre vie, sans jamais la rattraper. Leurs rêves ? Pour un lambeau de ciel bleu, combien d’amertumes, de sentiment de néant, face à la vie qui va ?
 
Cette grève laissera des cicatrices. Les classes moyennes du privé n’en peuvent plus. Un jour, elles exploseront.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • Les fonctionnaires étaient apellés "serviteurs de l'Etat" ils sont devenus les serviteurs d'eux-mêmes.

  • On a jamais vu un fonctionnaire fatigué car ils ont tous le temps de roupiller aux frais des contribuables qui les entretiennent ! Ce n'est pas nouveau car cela dure depuis de nombreuses années avec les élus-es de gauche ! La fainéantise est une institution gauchiste qui se fout de la gueule des contribuables qui les entretiennent ! Et dire qu'il y a des électeurs qui votent pour cette corporation qui est une simple secte extrémiste se prosternant devant des illuminés !!

  • J’admire votre courage et votre ténacité. Vous êtes un combattant que l’on ne peut que soutenir et applaudir. Bravo.
    Ceci dit, voyez-vous un changement possible et par quel miracle ? Ne croyez-vous pas que l’on est dans une situation quasi irréversible ? A mon avis, seul un bouleversement imprévisible et violent pourrait changer la donne. La fonction publique est un train aveugle lancé à grande vitesse que personne ne semble pouvoir arrêter. Le nombre de fonctionnaires va continuer à augmenter et leur poids alourdir nos finances et le fonctionnement de l’administration. Comme par le passé, la grève va satisfaire leurs revendications et le contribuable passer à la caisse. Qui pourra inverser ce cercle infernal ? Je ne mets nullement en cause les fonctionnaires ; la plus part font bien leur boulot. Ils profitent simplement d’un système où ils ont les pieds au chaud alors que dehors c’est la tempête.

  • Ils sont tellement habitués à ne rien faire que lorsqu'ils font grève ils appellent ça une journée d'action.

Les commentaires sont fermés.