Brecht, la DDR, le jaillissement souterrain des mots

Imprimer

 
Sur le vif - Mardi 01.11.22 - 09.01h
 
 
Jamais la vie théâtrale allemande n’a été aussi saisissante d’invention, de surprises et de profondeur que pendant les quinze premières années d’existence de la DDR. À Berlin-Est, mais pas seulement : Dresde, Weimar, Rostock, et d’autres villes.
 
Comme à l’Ouest, ces villes étaient en ruines. C’est au milieu des décombres que tout a commencé. Auferstanden aus Ruinen ! Au centre de tout, un homme, le plus grand dramaturge allemand, mais surtout un poète, un inventeur de mots, le plus fécond de l’Histoire littéraire allemande, avec Martin Luther, génial traducteur de la Bible, en 1522. Acte fondateur de la littérature allemande moderne.
 
Cet homme, c’est Bertolt Brecht, sur lequel j’ai travaillé dans ma lointaine jeunesse, son Antigone, notamment, en lien avec celle de Sophocle. Mais beaucoup d’autres textes. J’ai étudié Brecht sous l’angle des mots, de son rapport à la langue allemande, jusqu’à des inflexions de son dialecte souabe natal dans les dialogues, et non sous l’angle dramaturgique. Eh oui, Brecht est un Allemand du Sud-Ouest, comme Hölderlin, autre traducteur de Sophocle. Précision capitale.
 
Au milieu de la ruine allemande, Brecht lance la grande aventure théâtrale de la DDR de l’après-guerre. Dans une Prusse sous occupation soviétique. Le grand Kleist, mais aussi Fichte, n’avaient-ils pas lancé la renaissance prussienne, et finalement l'invention de l'idée nationale allemande, sous occupation française, entre 1806 et 1813 ? Dans les deux cas, la faiblesse passagère de l’Allemagne politique se trouve comme compensée par le jaillissement souterrain des mots. Le parallèle des deux situations historiques m’interpelle depuis 45 ans.
 
C'est dans cette DDR-là, aux côtés de ce créateur d'exception, qu'interviennent les incroyables années de Benno Besson à Berlin-Est. Pour entrer dans cette époque, je vous invite à aller voir Philippe Macasdar et Carlo Brandt, du 3 au 6 novembre, sur le plateau de la Comédie de Genève. Ils y présentent un spectacle intitulé BB100, autour de la vie de Besson, qui aurait eu 100 ans le 4 novembre. Près de 70% du spectacle, nous disait Macasdar hier soir aux Yeux dans les Yeux, sont des archives audiovisuelles. On peut s'attendre à un moment scénique riche d'enseignements, d'informations : apprendre par le plaisir, l'un des principes moteurs de Brecht.
 
Depuis l'adolescence, je me passionne pour la DDR, où je me suis maintes fois rendu, et à laquelle me lient des souvenirs personnels qui remontent à très loin. Je lisais, dès le milieu des années 70, les auteurs de la DDR, certains sont saisissants, dans la très grande tradition du récit allemand. Moins baroques que Günter Grass, moins envoûtants que Kafka ou Thomas Mann, mais impressionnants de précision et de recul dans la restitution du réel. Derrière les grandes étoiles que sont Heiner Müller et Christa Wolf, il y a un foisonnement d'auteurs de nouvelles, moins connus, mais qui font partie de la littérature allemande, tout court.
 
Bref, allez voir Macasdar et Carlo Brandt. Et lisez, dans la langue bien sûr, les auteurs allemands.
 
Tenez, je ne comprends pas pourquoi Brecht n'est pas davantage lu, dans les écoles, sous l'angle de ses mots, de ses phrases, de son rythme, de son génie du dialogue (n'oublions jamais la musique éblouissante de Kurt Weill), bref sous son angle poétique, au sens grec de ce mot (le poète, celui qui fait, celui qui fabrique, celui qui façonne). Plutôt qu'en répétant, parfois un peu servilement, les théories dramaturgiques de la Distanzierung.
 
La passion des élèves ne surgira que si elle est générée, en amont, par une passion des profs. De Sophocle ou Aristote aux Lehrstücke de Brecht, apprendre par le plaisir. Celui, par exemple, d'incorporer un texte en le faisant lire, par toute une classe, un élève après l'autre, à haute voix. Mit lauter Stimme. Restituer chaque point. Chaque virgule. Chaque souffle de vie, dans le corps intime du texte.
 
Le prof qui ose cela récoltera un jour ou l'autre, par la voie d'un élève touché par la grâce des mots, les fruits de sa propre passion.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.