La tyrannie du genre, ça suffit !

Imprimer

 
Sur le vif - Mardi 08.11.22 - 13.08h
 
 
Succession de Mme Sommaruga : bravo à l'excellent Conseiller aux Etats zurichois Daniel Jositsch, qui se lance dans la bataille. Et ose ainsi défier le coup de force féministe de la présidence du parti socialiste suisse, qui veut absolument imposer à l'Assemblée fédérale, le 7 décembre, un ticket à deux femmes.
 
M. Jositsch est socialiste, il est alémanique, il est hyper-compétent, il a les qualités d'un Conseiller fédéral. Pourquoi diable, au nom d'une tyrannie idéologique du genre, devrait-il renoncer à se présenter ?
 
Le jour venu, les 246 trancheront. Et cela, quel que soit le choix du Groupe socialiste. Un Conseiller fédéral est élu par l'Assemblée fédérale, et non par la combinazione d'un parti. Au besoin, le Collège électoral du 7 décembre ferait bien d'administrer, comme en 83, comme en 93, une bonne leçon républicaine à ces sectaires du genre.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Bravo! Ces dérives woke cherchent à nous étouffer, mais ça ne passera pas, car nous sommes une très grande majorité à s'y opposer. Sus aux tyrans woke mondialo-gauchistes et aux médias qui leur font de la propagande pour donner l'impression qu'ils représentent la norme. Ce ne sera jamais le cas.

  • Est-ce de la tyrannie ou le rejet de l'homme blanc institutionnalisé ?

    De l'ancienne chef des jeunesses socialistes à Calmy-Rey, la discrimination est un modèle politique, elles assument leur discrimination. C'est peut-être le courant dominant au PS.

    Le PS a fait une erreur parce qu'ils sont dans l'entre-soi, particulièrement sa jeunesse. Cette jeunesse ne voit rien de mal dans la discrimination, mais les discriminés vont certainement voter pour un autre parti de gauche.

    Les socialistes ont eu tort d'assumer officiellement leur discrimination, le reste de la gauche va en profiter l'année prochaine.

    On peut souhaiter la fin de la discrimination, mais pour l'actuel PS coincé entre les féministes et la gauche radicale, c'est son mode naturel de fonctionnement. Le wokisme a métastasé le parti.

  • Bien que j'adhère très souvent aux propos de M. Maillard, je ne partage pas les propos qu'il a tenus hier sur la RTS, à savoir qu'il fallait absolument que Madame Sommaruga soit remplacée par une femme et en plus une mère de famille. Si les compétences sont égales, alors oui je serais d'accord. Mais si les compétences de l'homme sont supérieures, on ne saurait l'écarter de l'élection. On pourrait même parler de discrimination. J'estime qu'actuellement les compétences sont fondamentales. La fonction de Conseiller fédéral requiert plus que jamais de grandes connaissances et je pense surtout au Département de l'énergie. Je partage l'avis de M. Décaillet, il y a actuellement une tyrannie idéologique du genre et on ne parle plus que de ces questions qui finissent par lasser.

Les commentaires sont fermés.