On ne vit plus, on ne meurt plus, on "transite"

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 23.11.22

 

Le Conseil d’Etat s’est-il transformé en agence de pub ? A n’en plus finir, il nous bichonne des slogans. Et les jette au vent, comme miettes aux moineaux. Et le bon peuple est censé picorer, tout heureux de la graine providentielle. Chaque citoyen est un migrateur de passage, on compte sur lui pour reprendre le refrain. Ainsi, depuis deux ou trois ans, s’est soudainement imposé, dans la liturgie gouvernementale, un mot plutôt laid, technocrate, infecté par la banalité de la syllabe maudite : la « transition ».

 

On disait de Jean XXIII (1958-1963), quand j’étais tout petit, qu’il allait être un « Pape de transition », ce qu’il ne fut d’ailleurs pas du tout, puisqu’il lança le Concile Vatican II. On parle aussi, dans un ordre plus viscéral », de « transition intestinale » : un concept assurément vital, mais, reconnaissons-le, peu porté à l’éclat rhétorique, dans les conversations mondaines, ni à l’éternité littéraire. Bref, jusqu’à une période toute récente, ce mot, « transition », n’était usé que par des Cardinaux cacochymes ou des spécialistes en médecine gastrique, il ne figurait que timidement dans les traités de style, au mieux en latin et en abrégé, dans l’apparat critique.

 

Mais le Conseil d’Etat genevois, inventeur de mots comme d’autres lancent des jupes ultra-courtes en collections d’été, nous a fait de la « transition » son mantra. On garde le nom, on varie juste l’adjectif : « transition » énergétique, écologique, climatique. Nul doute que les chercheurs en sciences sociales de l’Université de Lausanne, qui ont pyjama et pantoufles sur nos ondes publiques, nous balanceront bientôt de la « transition » sexuelle, genrée, chromatique, rivalisant ainsi avec Ovide dans l’art de la Métamorphose.

 

Un exemple ? Le parc impressionnant des « bâtiments de l’Etat » (faut-il à tout prix, au passage, que ce dernier ait le statut de propriétaire immobilier ?) doit de toute urgence, nous répètent les clercs, être rénové. A entendre nos ministres, on a l’impression que ces travaux ne peuvent souffrir le moindre délai, sous peine d’avènement anticipé de l’Apocalypse. Le Conseil d’Etat a même chiffré le coût de ces menus aménagements : un milliard. Autant dire une paille, un frisson de néant. Une feuille morte, sur un traité de Newton. Vous avez bien lu : un milliard, pour la seule « transition écologique des bâtiments de l’Etat », vous savez ces locaux où travaillent, les jours ouvrables, de 9h à 17h, ces frères et sœurs en humanité appelés « fonctionnaires ». Pour la « transition » de l’ensemble du parc immobilier genevois, impliquant le privé, il faudra évidemment compter d’autres milliards, cosmiques et sidéraux, je n’ai pas dit « sidérants ».

 

Nos gouvernants lancent des mots, font tourner la planche à billets, font valser le futur à coups de milliards, nous martèlent le catéchisme de la « transition ». On ne naît plus. On ne meurt plus. On se contente de transiter. Entre deux rivages du néant.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.