- Page 3

  • Saint Laurent, martyr en pantoufles

    Imprimer

     

    Sur le vif - Jeudi 03.11.11 - 10.04h

     

    Sans le moindre contradicteur face à lui, l'aumônier Flütsch vient de répandre sa bonne parole dans Médialogues. Lui, l'humoriste de pouvoir, qui n'a jamais pris de sa vie un véritable risque de proximité (attaquer les vrais puissants, là où ils sont, dans sa ville, son canton, au risque de perdre des mandats, s'attirer de basses et mesquines vengeances), en quoi est-il l'homme de la situation pour évoquer l'affaire Charlie Hebdo?

     

    Ce qui est arrivé à ce journal est immonde: rien - je dis bien rien - ne justifie qu'on porte physiquement atteinte à une imprimerie, un livre, un journal, ni d'ailleurs une opinion librement défendue. Mais les symboles du courage comme parallèles de Charlie Hebdo ne sont sont pas les salariés de l'humour comme Flütsch. Laissez-moi me livrer à ce qui m'arrive hélas si peu à l'écoute de ses sketches militants: laissez-moi rire.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Résidence secondaire

    Imprimer

     

    Sur le vif - Jeudi 03.11.11 - 08.08h

     

    Au cas où aurait subsisté le moindre doute quant à la très grande proximité entre le conseiller d'État radical et la Tribune de Genève, il n'y en a décidément, ce matin, plus aucun. Dans ce journal, le président 2010 du Conseil d'État est chez lui. Il y a ses aises, peut-être même son peignoir et ses pantoufles. Il y vient quand il veut, il y donne sa vérité. On l'y met en scène, on l'appuie éditorialement. C'est sa Feuille d'Avis Officielle, son Bulletin de la Grande Armée, sa lettre de cachet. La cire, pour la sceller, y est toujours en effusion.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires
  • Toussaint - Jour des Morts

    Imprimer

     

    A l'occasion de la Toussaint (une fête qui m'est chère), et aussi du Jour des Morts (2 novembre), je republie ici ma chronique du 2 novembre 2009.

     

    Je dédie cette chronique à tous ceux que nous avons connus, aimés, et ne sont plus. Parents, amis, passagers de la pluie, passantes de feu, amantes d'un soir, vieux ennemis, poètes, chanteurs, anciens profs, ces sublimes hussards noirs de notre mémoire. Je pense à vous, Père Collomb, aumônier du primaire, années soixante, qui nous avez si bien enseigné la connaissance des autres religions : judaïsme, Islam, bouddhisme. A vous, votre sourire, votre bonté, je dédie des minarets de reconnaissance.

     

    Où sont-ils, maintenant ? On dit qu'ils vivent encore, dans les cœurs : parole de survivant, juste pour se rassurer ? Début novembre, on les évoque. Et toute ma haine d'Halloween, je la retourne en immense tendresse pour la Toussaint, ce frêle et dérisoire passage d'une bouffée de brume dans l'intensité solaire de nos vies si pressées. Juste penser à eux, juste un instant. Qui sont-ils, les vrais passants : eux, ou nous ?

     

    Qui sont-ils, les vrais vivants ? Qui est l'ombre, et qui la silhouette ? Où est-elle, la vraie vie ? Au-delà du rivage, en deçà ? Vous le savez, vous ? Vous y pensez, parfois, à vos morts : ou plutôt vous parvenez, une seule seconde, à n'y point penser ? Eux, humus de glaise et poussières d'étoile. Ils sont l'avant et l'après. Ils nous ont précédés. Ils nous attendent.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 12 commentaires
  • Praille - Acacias - Fahrenheit

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mardi 01.11.11 - 09.09h

     

    Il est important, dans l'existence, de se frotter à d'autres points de vue pour, parfois, corriger le sien propre. Ainsi, dans la candeur de ma jouvence, j'avais cru percevoir que le PLR, à Genève, avait perdu un siège le 23 octobre. Magistrale erreur! Comme nous l'a expliqué Mark Muller, hier soir, le PLR (étant un nouveau parti, les compteurs étant donc à zéro) a, bien évidemment, GAGNE deux sièges.

     

    Mes félicitations au nouveau parti pour cette brillante victoire. Encore quelques-une comme cela, et le zéro absolu, quelque part chez Fahrenheit, sera pulvérisé.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Céline et les dinosaures

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mardi 01.11.11 - 08.21h

     

    Fort bonne prestation, tout à l'heure, de Céline Amaudruz à la RSR. Ils en seront assez vite pour leurs frais - donnons-nous deux ans - ceux qui croient bon de sous-estimer cette jeune politicienne. Actif sur l'observation de la vie politique à Genève, je l'ai vue débarquer, se faire élire au Grand Conseil, arracher aux dinosaures la présidence du parti cantonal, puis, à l'issue d'une campagne incroyablement dure pour elle, où les missiles venaient de certains des siens, devenir conseillère nationale à l'âge de 32 ans. Elle a certes encore beaucoup à apprendre, mais justement elle apprend vite.

     

    Une petite pensée, en passant, pour Carlo Sommaruga: il risque de perdre, détrôné par Céline, son statut de coqueluche du Mammouth. Lequel ne commence à s'intéresser à une personnalité politique que plusieurs années après ceux qui, sur le terrain, l'ont repérée. C'est comme la banque privée genevoise: on cultive les valeurs sûres.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire