- Page 2

  • La charge de Saas Balen

    Imprimer

    600px_115727.jpg 

     Chronique publiée dans le Nouvelliste - Vendredi 02.08.13

     

    Avant-hier soir, mercredi 31 juillet 2013, à Saas Balen, en allemand devant un public haut-valaisan, Christophe Darbellay a lancé son attaque. Il devait l’avoir ruminée, il a choisi le lieu, la majesté symbolique de la montagne, la date, la langue. Il n’y avait plus qu’à appuyer sur la gâchette.

     

    Dans un discours intitulé « Frei sein und frei bleiben », être et rester libre, le président du PDC suisse a ciblé un homme. Non pas Blocher, pour une fois. Ni la gauche. Mais le très raisonnable, très présentable et très gouvernemental Didier Burkhalter. Une charge du premier PDC de Suisse contre un conseiller fédéral radical en fonction, avec cette violence-là, était du temps de mes années fédérales, à l’époque des gentils PDC passe murailles, le gentil Koller par exemple, totalement inimaginable. Aujourd’hui, elle l’est, et c’est très bien ainsi, pour un motif qui ne tient ni aux convenances ni aux politesses sur les décombres du Sonderbund : ce motif, c’est que Darbellay a raison, et que la timidité de notre politique étrangère, en cette période de crise, doit en effet être dénoncée.

     

     « Celui qui me fait le plus de soucis, a déclaré à Saas Balen le Flandrin des Glaciers, c’est notre ministre des Affaires étrangères. Au lieu de représenter avec force et clarté nos intérêts, il est devenu le ministre du renoncement ». Allusion, bien sûr, à l’entrée en matière face à des juges étrangers dans l’affaire de la Cour européenne de justice qui pourrait arbitrer, en matière de bilatérales, les litiges entre la Suisse et l’Union européenne. Dans le Haut-Valais, à quelques heures du 1er Août, Darbellay a dit bien haut ce que l’immense majorité de nos compatriotes ressentent en silence, avec humiliation et colère, parfois jusqu’à la gorge nouée. Alors que nous sommes attaqués de toutes parts, et qu’il faut justement demeurer inflexibles, cette porte ouverte (via le secrétaire d’Etat Rossier) aux juges étrangers est un signal catastrophique. Il donne l’impression d’une diplomatie coupée du pays profond, consacrant davantage d’intelligence à l’adversaire que d’écoute de nos souffrances. C’est un coup de poignard dans le dos.

     

    Christophe Darbellay n’a jamais éprouvé pour Didier Burkhalter une estime extatique, on le savait. Mais il serait faux, pour autant, de mettre sur le compte d’une inimitié personnelle le jugement sévère, mais juste, de Saas Balen. Oui, la Suisse a besoin de grandes voix, celles d’un Tschudi, d’un Furgler, d’un Delamuraz ou même d’un Couchepin. Elle n’a pas besoin, au plus haut niveau stratégique, de ces sortes d’éteignoirs du désir et de la parole politique. Ils sont là, c’est sûr, ils ont été élus, nous n’avons pas de procédure de révocation ni de motion de censure. Il nous reste la colère. Christophe Darbellay, à Saas Balen, a proclamé la sienne. Ici, citoyen de ce pays, je dis la mienne.

     

     Pascal Décaillet

     

  • Sans Etat, pas de Suisse

    Imprimer

     

    Sur le vif - Jeudi 01.08.13 - 11.40h

     

    Il y aurait des feux et de la joie, au mieux l’émotion d’une appartenance, et il faudrait, au nom de cette béatitude d’un soir, sous prétexte que la fête est spontanée, populaire, « vient d’en bas », oublier l’Etat. Je suis en désaccord total avec cette vision. La Suisse est un Etat. Fédéral, depuis 1848. Et aussi, une Confédération de vingt-six Etats, nos cantons. L’Etat, c’est ce qui nous fédère. Encore faut-il le définir.

     

    Pas d’Etat, c’est l’anarchie. La jungle. Donc, la loi du plus fort. Le riche, le propriétaire, le prédateur, le spéculateur. Trop d’Etat, c’est le carcan. L’inflation des états-majors, comme au DIP à Genève, les petits copains à placer, les frais de fonctionnement qui l’emportent sur les nécessités frontales du terrain. Cela non plus, nous ne le voulons pas. Tout l’enjeu se situe donc dans l’entre-deux : où placer le régulateur ?

     

    La meilleure définition, le plus dense et la plus éloquente, c’est Pascal Couchepin qui me l’avait sortie sur le plateau de Genève à chaud : « Un Etat solide, ni plus, ni moins ». J’aime infiniment ces sept mots, ils résument ma conception, à la fois radicale dans la nécessité d’une force publique, au service de la justice et de la solidarité, mais aussi attentive à lutter contre toute forme d’abus. Les quelques députés PLR, à Genève, dont MM Weiss et Gautier, qui se sont battus cet hiver contre un budget déficitaire, ne sont nullement des ultra-libéraux, mais juste des adeptes de ces sept mots : « Un Etat solide, ni plus, ni moins ». À noter que le libéralisme, en tout cas continental, celui de Tocqueville ou d’Aron, n’a jamais stipulé l’absence d’Etat, loin de là. Seuls les allumés du Livre blanc et les libertaires de la finance spéculative sans entraves ont pu, un moment, rêver de s’affranchir de la puissance publique. J’étais l’un des seuls, à ce moment-là, à les attaquer de front.

     

    Parler d’Etat un 1er Août n’est pas hors sujet. Même si une tradition de mielleuse candeur (qui franchement m’exaspère) dans les discours, tend à l’évacuer, au nom de l’extase du « vivre ensemble », ici la glorification expiatoire de l’altérité, là les lanières du fouet, vers nous-mêmes tendues, très tendance depuis une trentaine d’année.

     

    À ces sulpiciennes postures, je préfère le discours sur l’Etat. Nos Etats cantonaux, notre Etat fédéral. Rendre hommage, par exemple, à tous ceux qui, notamment depuis 1948, ont construit et réformé nos assurances sociales, je pense évidemment en priorité à ce grand socialiste que fut Tschudi. Hommage à ceux qui ont offert du temps à notre défense nationale, et tenté de la faire évoluer vers des modèles plus adaptés. Hommage aux enseignants, tous niveaux confondus, cette prodigieuse fonction de transmission, la plus belle, je dirais presque la plus sacrée, dans notre communauté humaine, je vous renvoie aux lignes inoubliables écrites par Péguy sur le sujet, dans l’Argent, Cahiers de la Quinzaine, 1913.

     

    L’Etat, ce ne sont pas des armées de fonctionnaires, ce ne doit pas être cela, ni des types qui tirent la gueule derrière un guichet. L’Etat, dans un canton comme au niveau fédéral, cela doit être l’outil, étymologiquement l’organe de mise en œuvre des priorités choisies par la volonté populaire. Au service de la population, et non comme caste d’apparatchiks.

     

    Rendre hommage à cet Etat-là se situe pour moi au cœur de nos festivités nationales. Hommage aussi, par exemple, aux policiers, pompiers, ambulanciers, personnel hospitalier qui seront de faction pendant que nous ferons la fête. Pour eux, pour la ferveur de leur engagement, j’ai toujours voulu croire en l’Etat. Sans Etat, pas de Suisse. Peut-être quelques pulsions tribales de reconnaissance. Mais pas de pays. Pas de nation souveraine. Rendre hommage, une fois, à cet organe qui ne doit pas être un but en soi mais a tant fait pour nous, me semblait nécessaire. Vous me direz que je vire rad-soc, style Troisième République, tendance Queuille aggravée. Je vous répondrai que je l’ai peut-être toujours été. Je me suis juste contenté de porter la cagoule dans les seules courses de ski de mon enfance, et d'user du compas dans les seuls cours de géométrie.

     

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire