- Page 2

  • Italie : de quoi se mêle Macron ?

    Imprimer

     

    Sur le vif - Jeudi 14.06.18 - 07.34h

     

    La leçon de morale administrée à l'Italie, sur sa gestion de la crise migratoire, par Emmanuel Macron, est un scandale.

     

    L'Italie se trouve être, par sa situation géographique, comme la Hongrie, en première ligne sur le front des flux migratoires. Elle a dû déployer, ces dernières années, d'immenses efforts, abandonnée par ses chers voisins (dont la France !) et par Bruxelles. En matière d'asile comme ailleurs, la "dimension européenne" est une fiction, seule existe la solitude de chaque nation.

     

    Fatigué de porter seul le fardeau migratoire, le peuple italien, lors d'élections parfaitement démocratiques et régulières, en mars, a voté majoritairement pour deux partis proposant une régulation plus stricte de l'immigration.

     

    Ces partis, après des mois de gesticulations de la vieille classe politique (jusqu'au plus haut niveau) pour les empêcher d'accéder aux affaires, sont enfin au gouvernement. Ils sont là pour appliquer la politique voulue par une majorité du corps électoral : c'est cela, la République !

     

    Dans cette affaire, que vient faire M. Macron ? De quoi se mêle-t-il ? Qu'a-t-il accompli de si extraordinaire, chez lui, dans la gestion de la crise migratoire, pour venir faire la leçon au pays qui se trouve en première ligne ? Ce bourgeois connaît-il Calais ?

     

    M. Macron ferait mieux de s'occuper de la cohésion sociale française. De ses cheminots. De ses infirmières. De ses enseignants. De ses ouvriers. De ses chômeurs. De la souffrance de ses paysans. Il n'a aucune légitimité pour venir faire la morale à l'Italie.

     

    Le Président du Conseil italien a réagi vivement, il n'a aucune intention de se laisser faire par le beau parleur de l'Elysée. Et il a mille fois raison.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires
  • Les députés DOIVENT contrôler le Conseil d'Etat !

    Imprimer

    topelement.jpg 

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 13.06.18

     
    A quoi sert un Parlement ? Dans les grandes lignes, à deux choses : faire des lois, et contrôler l’activité du gouvernement et de l’administration. Prenez l’Histoire de l’institution parlementaire, depuis la Révolution française : elle s’inscrit dans cette double mission, au reste déjà entamée sous l’Ancien Régime, alors que le mot « Parlement » faisait plutôt référence, en France, à des Chambres judiciaires régionales, souvent frondeuses face au pouvoir de Paris, et constituant ainsi une amorce de contre-pouvoir. En Suisse, nous avons 26 Parlements cantonaux, et un Parlement fédéral, lui-même composé de deux Chambres (le National, les États), nous avons une Histoire complexe et décentralisée, mais aujourd’hui, les missions de tous ces Parlements sont les mêmes. Faire des lois. Et contrôler l’exécutif.

     

    La première de ces deux tâches fonctionne très bien. Trop, peut-être même : d’aucuns, à juste titre, condamnent l’inflation législative des élus, née de la volonté de se mettre en valeur en inondant le plénum de motions ou projets de loi. Beaucoup, parmi les citoyens, considèrent que nous avons trop de lois, sur le plan cantonal comme fédéral. Trop de loi tue la loi ! Mais la seconde des missions, contrôler le gouvernement, combien de députés l’assument-ils vraiment ? Combien d’entre eux ont-ils seulement intégré, dans leur conscience et leur culture politique, que cette activité de contrôle ne relevait en rien du facultatif, encore moins d’un luxe, mais d’un impératif et d’un devoir ? Et qu’ils devaient les appliquer à TOUS les ministres, y compris ceux de leur parti. Trop d’élus s’imaginent qu’ils doivent être les groupies de leur représentant à l’exécutif. Eh bien désolé de le leur dire comme cela, mais ils n’ont rien compris à leur cahier des charges.

     

    Les députés, qui sont-ils, si ce n’est les représentants du peuple ? Leur Collège, qu’on appelle dans les cantons le « Grand Conseil », ne doit strictement rien au gouvernement, n’a aucun compte à lui rendre, c’est même l’inverse. Alors, de grâce, laissons travailler en paix les députés, comme MM Thomas Bläsi ou Bertrand Buchs, qui ont des choses à nous dire en matière de critique du gouvernement : ILS SONT LÀ POUR CA ! Ils ont été élus pour exercer ce contre-pouvoir, au service du peuple, pour lutter contre l’arbitraire des ministres, repérer les abus de pouvoir, c’est leur boulot, leur job ! Que les ministres mis en cause, ou leurs officines, essayent de les faire taire, c’est ma foi le jeu. Mais que d’autres députés, bien moins actifs qu’eux dans la mission de contrôle, se permettent de venir leur faire la leçon, là nous devons réagir ! Nous, les citoyennes et citoyens de ce canton, nous voulons des élus actifs, dynamiques, courageux, fouineurs, et surtout sachant résister aux pressions. A MM Bläsi et Buchs, qui ont pris des risques en faisant leur boulot, je dis bravo. A leurs pairs qui leur tombent dessus, je dis : « Changez de métier. Et allez directement cirer les bottes des puissants ».

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Saint Thomas

    Imprimer

     

    Sur le vif - Dimanche 10.06.18 - 15.06h

     

    Mon père était ingénieur en génie civil et bâtiment. Pendant près d'un demi-siècle, il a œuvré. Il ne se réjouissait jamais d'une construction avant qu'elle ne fût achevée. Ou du moins, avant le bouquet, sur le toit, avec les ouvriers.

     

    Ce primat du concret sur les brasseurs de vent, Genève en aura rudement besoin, dans les années qui viennent.

     

    Parce que changer la loi avec des grandes promesses 2030, c'est bien, mais construire VRAIMENT, c'est mieux. Et là, tel Saint Thomas, j'attends de voir.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 5 commentaires
  • Martin Luther : souffle et lumière

    Imprimer

    martin-luther-696x366.jpg 

    Sur le vif - Vendredi 08.06.18 - 18.48h

     

    Pas un jour sans que je ne pense à l'immensité de l'importance de cette traduction de la Bible en allemand, par Martin Luther, autour de 1522.

     

    C'est l'acte fondateur de la modernité de la langue allemande. Un texte pétri de sens et du génie du verbe. Luther est un penseur, mais il est aussi un écrivain, un inventeur de mots. Pour un peuple entier, pour des millions de germanophones, il jette dans l'espace public un texte d'exception. Qui servira, plus tard, de support à Jean-Sébastien Bach, et plus tard encore à Brahms. Il propulse le texte biblique dans la langue véhiculaire des gens de son époque. Désormais, à partir de ce début du seizième siècle, ils vont au Culte, ils comprennent. Vous vous rendez compte de ce que cela signifie ?

     

    Je réfléchis à la suite de ma Série allemande, entamée l'été 2015, 24 épisodes déjà bouclés et publiés. Mon problème, comme toujours avec ce qui me passionne, est ma très grande difficulté à faire des choix. Alors, je voudrais parler de tout, en même temps, en oubliant la chronologie (oh, rassurez-vous, elle est dans ma tête, au millième de millimètre), en mêlant l'Histoire musicale (qui me dévore de plus en plus) à celle des textes poétiques, sans oublier bien sûr la politique. Et surtout, l'Histoire de la langue allemande elle-même : de Luther à Bertolt Brecht (autre génie total de l'invention verbale), en passant par le Sturm und Drang, et bien sûr les Frères Grimm.

     

    Au milieu de ce fatras, d'apparence désordonnée mais où je sais parfaitement où je vais, la permanence de figures tutélaires, cosmiques, qui m'englobent, donnent du sens à ma vie. Il y a Beethoven. Il y a Richard Wagner. Il y a Bach et Brahms, Haendel, Richard Strauss, Mendelssohn, et des dizaines d'autres musiciens allemands. Il y a tous ces poètes, auxquels je fus jadis initié par un professeur d'exception, Bernhard Boeschenstein. Il y a Brecht, Thomas Mann, et tous les autres.

     

    Tous ceux-là, oui, et tant d'autres. Mais à la source de tout, il y a Martin Luther. Et sa traduction de la Bible. Je ne suis pourtant pas Réformé, comme on sait, mais la lumière de cet homme, sur la langue et l'imaginaire de tout un peuple, me fascine totalement. Depuis l’adolescence.

     

    Lorsque je dis "Je sais où je vais", il me faut être plus précis. Je dirais plutôt qu'au milieu de la nuit, du fracas et désordre, j'ai étrangement confiance, propension qui (c'est un euphémisme) ne m'est pas exactement naturelle. Dans l'univers germanique, depuis toujours, je me sens chez moi. Intimement habité, depuis l'âge de 13 ans, sans doute depuis ma visite de l'Expo Dürer, en 1971, à Nuremberg, pour les 500 ans de la naissance du peintre, à quelques jours de ma première rencontre avec Wagner, par l'idée qu'il existe un fil conducteur du destin allemand. Un fil invisible. Un anneau précieux, à trouver ? Un... Ring. Ce qui, à un œil extérieur, non-initié à la complexité allemande, donne l'apparence d'un chaos, dissimule la cohérence d'une vérité voilée.

     

    C'est pourquoi je suis si attaché à Wagner. Et tout autant, à ce texte si singulier, si énigmatique, si secret parfois aussi, en tout cas si difficile pour moi, qu'on appelle la Bible. En la traduisant dans la langue de tous, Martin Luther a tenté - avec un génie incomparable - de donner du sens à un langage crypté. Une aventure de l'esprit, dans la puissance incarnée du verbe. Avec ou sans majuscule à ces deux mots, esprit et verbe, chacun orthographiera comme il voudra.

     

    Une chose est sûre : dans les enjeux fondamentaux du destin allemand, dans la nuit comme dans la lumière, dans la rédemption comme dans le crime, dans la joie comme dans la douleur, dans l'architecture comme dans le chaos de la destruction totale (1648, 1945), il y a la question théologique. Celle du rapport au verbe. Et c'est pourquoi, justement, cette aventure de traduire la Bible en allemand représente, à mes yeux, l'un des défis humains les plus saisissants. Peut-être Martin Luther est-il, avec Beethoven, l'Allemand par excellence. Celui qui défie l'Ordre cosmique, pour lui donner du sens.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire
  • Saint-Pierre : un discours pour rien

    Imprimer

    9548.jpg?CacheBusterGUID=bd270382-6bab-4048-9be4-5debf659f7ee 

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 06.06.18

     

    Le discours triste et sec d’un homme qui pense à autre chose. Le catalogue, impeccable et ennuyeux, de sept intentions gouvernementales juxtaposées, sans beaucoup de lien entre elles. Un homme en chaire, sans le moindre sourire, qui procède à une énumération, entendez la part la plus fastidieuse de la rhétorique, celle où les mots défilent au pas. Je pensais Pierre Maudet meilleur dans l’ordre de l’oralité, capable de surprises, de ruptures de rythme, de pointes d’humour (il l’est, dans la vie), de variations dans les tonalités. Là, nous eûmes une sorte de lecteur contre son gré, juste l’officiant d’une parole qui ne serait pas sienne, mais collective. Comme si le verbe, âme et principe du monde, pouvait surgir d’autres entrailles que de l’individu.

     

    Alors, quoi ? Que s’est-il passé ? L’homme, attaqué politiquement, le jour même, par quatre partis du Grand Conseil sur sa petite virée en jet privé, avait-il l’esprit ailleurs ? C’est fort possible. Mais en rhétorique, peu importent les causes, seul compte l’effet. Celui qui prétend, de la chaire d’une Cathédrale où prêcha Calvin, s’adresser au public, n’a pas droit à l’erreur. Chaque faille l’expose au Jugement dernier. C’est comme l’art du micro, qui amplifie la faiblesse autant que la vertu des voix. Après tout, nul d’entre nous n’est obligé de se mettre en situation de devoir prendre la parole dans ce lieu où, pendant des siècles, l’austérité fut sanctifiée, la démesure prohibée, le péché vilipendé. Nul d’entre nous, jamais, n’est obligé de s’approcher d’un micro.

     

    Je n’analyse pas ici le fond du discours, qui définit fidèlement les ambitions du collège pour cinq ans. Avec une telle égalité des parts laissée à chacun qu’il y manque juste l’essentiel : le souffle d’un style. Ce dernier, n’en déplaise aux pédagogues du collectif, ne peut surgir que de l’univers intérieur d’un individu : on n’écrit jamais rien de bon à quatre mains, encore moins à quatorze. Et celui qui parle, toujours, s’approprie. Le rhétoricien est capteur, pirate, il saisit au vol, ramène à lui : l’oralité est, par essence, le domaine où rien ne se partage, si ce n’est justement la parole libérée du locuteur.

     

    Alors certes, il y eut tout ce qu’il fallait, un peu de Léman Express, un zeste de formation obligatoire jusqu’à 18 ans, quelques miettes sur l’excellence hospitalière : les six collègues ont dû être contents, nul ne fut oublié, sauf que le résultat rhétorique fut un échec. D’autant plus étonnant que Pierre Maudet est, d’ordinaire, plutôt bon à l’oral, mais il faut que ça vienne de lui, de sa révolte, de ses entrailles, comme à la magnifique époque de la rue du Stand, et non de l’ennui mortel d’un exercice imposé.

     

    Cet échec, dans l’ordre du discours, ne préjuge de rien. Pierre Maudet peut devenir un très bon Président. Il pourra, en d’autres circonstances, retrouver sa verve. Il aura son nom dans l’Histoire, dans les dictionnaires, sans doute sa rue. Il aura juste peiné, en ce lieu et en ce moment-là, à réveiller Calvin et les grands prédicateurs. On y survit, assurément. On survit à tout. Ou presque.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Commis-voyageur de la guerre

    Imprimer

    merk.jpg 
    Sur le vif - Mardi 05.06.18 - 15.15h
     
     
    Et pendant ce temps, M. Netanyahou, Premier ministre israélien, poursuit sa tournée des popotes, pour convaincre les dirigeants européens de sortir de l'Accord nucléaire avec l'Iran. Après Mme Merkel à Berlin, c'est aujourd'hui M. Macron à Paris, et demain ce sera Londres.
     
    La tournée du Premier ministre israélien va bien au-delà de l'Accord nucléaire, signé sous Obama, puis dénoncé par Trump. Il s'agit, doucement mais fermement, de préparer les puissants, en Europe, à une guerre des Etats-Unis et d'Israël contre l'Iran.
     
    Une guerre qui se prépare depuis des années au Pentagone (le scénario date de bien avant l'arrivée de Donald Trump). Regardez la carte des puissances stratégiques au Proche-Orient et au Moyen-Orient : l'Iran est littéralement cerné, aujourd'hui, par les bases militaires américaines. Elles ne sont pas là pour rien.
     
    Il existe, aux États-Unis, des forces très puissantes, et très influentes, en faveur d'un conflit armé direct avec l'Iran. Il y a tous ceux qui n'ont pas digéré l'humiliation subie par les Américains à la fin de l'ère Carter, lors de la désastreuse tentative de libération des otages. Il y a les milieux évangéliques, dont on sous-estime ici la capacité de leviers idéologiques. Et puis, il y a les traditionnels soutiens d'Israël. Mis ensemble, cela commence à faire du monde. Et constitue, pour Trump, une clientèle non-négligeable pour sa réélection, en 2020.
     
    Oui, les Etats-Unis et Israël préparent, ensemble, la guerre contre l'Iran. Oui, tous les prétextes leur seront utiles, comparables à la petite fiole, naguère, de Colin Powell. Oui, ils utilisent l'Accord nucléaire, et son prétendu non-respect par Téhéran, comme cause directe pour intervenir.
     
     
    C'est dans cette optique, bien précise, que s'opère la tournée européenne de M. Netanyahou. Il n'est pas venu sur le Vieux Continent comme messager de la paix. Mais comme commis-voyageur de la guerre.
     
     
     
    Pascal Décaillet
     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 10 commentaires