- Page 2

  • PMF, je pense à vous !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mercredi 06.02.19 - 14.48h

     

    Malgré son style austère et ses défauts de caractère, Pierre Mendès France (1907-1982) est, avec Charles de Gaulle et Willy Brandt, l'un des hommes d'Etat du vingtième siècle que j'admire le plus. J'ai absolument tout lu sur lui. J'ai mené aussi un colloque sur PMF en 2009, Salle des Abeilles, à l'Athénée, organisé par Manuel Tornare, en présence de Pascal Couchepin, et d'une belle brochette de personnalités, dont Eric Roussel, l'un des meilleurs biographes de Mendès.

     

    Ce qui m'impressionne chez PMF, c'est la parfaite clarté, la totale cohérence de ses engagements. Il s'est donné un mois, dans son discours d'investiture, le 18 juin 1954, pour trouver une issue à la Guerre d'Indochine : en un mois, il l'a trouvée. Il n'est resté, en tout, que sept mois au pouvoir, du 18 juin 1954 au 5 février 1955.

     

    Intransigeant. Solitaire. Insupportable. Mais homme d'Etat, au moment où c'était son tour d'assumer le destin de la France. Sept mois, seulement ! L'antithèse incarnée de ceux qui s'accrochent au pouvoir.

     

    Je pense à lui tous les jours. Comme je pense tous les jours à Frédéric II de Prusse, à Bismarck, à Willy Brandt, à de Gaulle, à Gamal Abdel Nasser. Mais là, je pense plus particulièrement à Pierre Mendès France, parce que la politique a, comme exigence première, la clarté des engagements. Et je ne suis pas totalement certain que ce chemin soit celui que prend Genève. A en juger, en tout cas, par le traitement infligé par les parlementaires aux dossiers les plus lourds et les plus concernants pour les gens. Par exemple, celui de la retraite des fonctionnaires.

     

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Au coeur du chaos, une femme émerge

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 06.02.19

     

    Genève est en état de déliquescence. A peine élu pour cinq ans, le nouveau gouvernement a été touché de plein fouet par une série d’affaires touchant celui qui devait être, pour toute la période, son président. La suite, on la connaît : le président a cessé de l’être, puis ses pairs l’ont progressivement démis d’une impressionnante quantité de dossiers. On l’a littéralement dépouillé de la plupart de ses prérogatives. Il ne lui reste que vingt à trente personnes, pour accomplir une mission « d’accompagnement », du côté de la promotion économique. Bref, la Roche tarpéienne. Abandonné de tous, à l’exception d’une garde prétorienne de fidèles, l’homme s’accroche. C’est son droit. Rien ni personne, en l’état, ne peut démettre un magistrat en exercice, c’est ainsi.

     

    Mais il faut bien que la vie continue. Si l’affaire avait éclaté en fin de législature, on aurait tranquillement laissé le ministre indésiré blanchir, quelques ultimes semaines, sous le harnais, en attendant les élections. Mais là, contrairement à la Bible, l’Apocalypse survient au tout début ! Imaginez une histoire commençant par une catastrophe, un peu comme le « Tremblement de terre au Chili », l’éblouissante nouvelle signée Heinrich von Kleist (1777-1811). Une fois le séisme survenu, que faire ? C’est toute la difficulté, pour les plus de quatre ans qui restent, de l’actuel gouvernement genevois. La bonne volonté des hommes et des femmes qui le composent n’est pas en cause, mais la donne de départ est sacrément pourrie. L’enjeu est simple : depuis des mois, toutes les attentions sont focalisées sur un seul homme. Il faut désormais cesser de parler de lui, réhabiliter les thèmes, se remettre à faire de la politique.

     

    Dans ces circonstances, on souhaitera sincèrement bonne chance à chacun des six magistrats restants. Mais un constat s’impose : au cœur du chaos, une femme émerge. Elle s’appelle Nathalie Fontanet. Ministre des Finances, collègue de parti du magistrat en difficulté, voilà une conseillère d’Etat qui garde son calme, ne se laisse en aucun cas démonter. Surtout, elle défie le risque de paralysie générale en débloquant, avec l’appui du Parlement, le dossier si épineux de la réforme de l’imposition des entreprises. On pensera ce qu’on voudra du compromis entre la droite et les socialistes (186 millions pour aider les gens à payer leurs primes maladie), on le combattra même le cas échéant, mais comment ne pas saluer la présence – enfin – d’une percée, au milieu d’un champ politique tétanisé !

     

    Peut-être assistons-nous à l’émergence d’une femme d’Etat. Libérée des tutelles. Affranchie des influences trop pesantes, au sein même de sa formation. Voici désormais Nathalie Fontanet en première ligne de son camp politique. Ses premiers signaux montrent un sens du mouvement, une capacité de compromis, en un mot la mise en application d’une intelligence politique. Qu’on partage ou non ses idées, réjouissons-nous de cette étincelle de survie, au milieu des ténèbres.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire
  • Laissons l'écume vivre sa vie d'écume

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mardi 05.02.19 - 14.40h

     

    De même que le propos prime sur l'apparence, l'énergie du verbe sur l'artifice de l'adjectif, l'analyse politique doit considérer en priorité les mouvements lourds, les tendances de fond. Elle ne doit s'attarder ni sur les personnes, ni sur l'anecdote, ni sur le futile.

     

    Ainsi, les mois perdus à pérorer sur un seul conseiller d'Etat, pour l'attaquer ou pour le défendre, apparaissent comme particulièrement vains face à des dossiers comme l'avenir de la retraite des fonctionnaires (CPEG) ou la réforme de l'imposition des entreprises (RFFA).

     

    Les médiateurs survivront, pour peu qu'ils soient capables de faire survivre le sens. Et non de provoquer l'évaporation de ce dernier par l'omniprésence de l'anecdote.

     

    Privilégions à fond les thèmes sur les personnes. Traitons les sujets qui concernent en profondeur les gens. Laissons l'écume vivre sa vie d'écume. Quelque part, dans les horizons perdus de la surface.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Laissons les obscurs obscurcir les ténèbres !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mardi 05.02.19 - 10.13h

     

    Un référendum contre une initiative, c'était, jusqu'ici, impossible dans le système suisse. Maintenant, c'est possible, lorsqu'il s'agit d'une initiative législative, devenant loi si le Grand Conseil l'accepte. On peut attaquer toute loi par référendum.

     

    Voilà donc, à Genève, la droite qui attaque par référendum l'initiative législative de la gauche "Sauvegarder les rentes en créant des logements", acceptée la semaine dernière par le Grand Conseil. Donc devenue loi. Donc, attaquable par référendum.

     

    Tout cela, alors que nous votons déjà le 19 mai sur deux projets contradictoires concernant l'avenir de la retraite des fonctionnaires (CPEG), avec petite croix subsidiaire pour les départager ! Avec, en plus, une votation complexe sur la réforme de l'imposition des entreprises (RFFA), volet cantonal et volet fédéral.

     

    La classe politique genevoise, à commencer par le Grand Conseil, est devenue une machine à sécréter de la complexité. Ce qu'elle n'arrive pas à trouver comme issue dans l'enceinte du Parlement, elle le reporte sur le peuple. Tel quel, comme une patate chaude.

     

    L'une de mes passions professionnelles est d'expliquer et de simplifier, infatigablement, pour le grand public, la complexité souvent fumeuse de la mécanique parlementaire. Mais là, avec cette utilisation du référendum à seules fins de compensation vengeresse par les partis, l'usine à gaz devient honteuse.

     

    La politique, ça doit être la clarté. Dieu sait si je suis un partisan acharné de la démocratie directe, mais là, avec le petit jeu pervers des partis, nous sommes dans le dévoiement le plus total du système.

     

    Si vraiment tous les sujets du Parlement doivent revenir, tels quels, au peuple, parce que les partis jouent à la démocratie directe comme au ping pong, alors laissons tomber l'échelon parlementaire. Et laissons le peuple faire la politique, d'un bout à l'autre, comme dans les initiatives. Et laissons les obscurs obscurcir les ténèbres.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire
  • Le wagon de Rethondes, avec le son !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Dimanche 03.02.19 - 15.01h

     

    Exceptionnel, pour ceux qui se passionnent pour la guerre franco-allemande de mai-juin 40 : des extraits sonores (totalement inédits) des conversations entre plénipotentiaires français et allemands lors de la signature de l'Armistice, le 22 juin 1940 (après six semaines de guerre-éclair, et la plus grande défaite de l'Histoire de France), seront diffusés ce soir, 22.40h, sur France 5.

     

    Le wagon de Rethondes : tout le monde connaît les images. Mais personne, jusqu'ici, n'a entendu le moindre enregistrement sonore des paroles échangées entre Allemands vainqueurs et Français vaincus.

     

    Les événements militaires entre le 10 mai et le 22 juin 1940, appelés "Blitzkrieg", sont l'une des périodes de l'Histoire qui m'ont le plus passionné. J'ai eu l'occasion, au fil des décennies, de les étudier jour après jour, pour certains moments (le passage de la Meuse par Rommel) heure par heure.

     

    Une chose est certaine : la France, après s'être (contrairement aux idées répandues) battue courageusement, a perdu cette guerre. Elle avait face à elle une intention stratégique de génie, une mise en application exceptionnelle, que pouvait-elle faire face à cette armée-là ? La France ne s'est jamais remise de cette défaite. Ni la Libération, en 1944, ni la participation à la victoire contre l'Allemagne, les derniers mois (septembre 1944 à mai 1945) ne pourront effacer l'ampleur apocalyptique, parce que morale avant d'être militaire, de la défaite de juin 40.

     

    Sur les dizaines de livres que j'ai lus sur le sujet, s'il ne devait en rester qu'un à vous recommander, ce serait "L'étrange défaite", de l'historien Marc Bloch, lui-même commandant pendant ces six semaines. Résistant, il sera fusillé le 16 juin 1944. Un homme d'exception. Une conscience, au milieu des ténèbres.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Chacun d'entre nous est un Vaisseau fantôme

    Imprimer

     

    Sur le vif - Samedi 02.02.19 - 17.00h

     

    Pour comprendre ce qui se passe aujourd'hui, en France, mais au fond un peu partout en Europe, il faut savoir qu'il existe, depuis en tout cas un siècle et demi, un anticapitalisme de droite.

     

    Il existe, bien sûr, un anticapitalisme de gauche, cela nous le savons. Mais il existe - et cela est moins connu - un anticapitalisme de droite.

     

    Des gens qui se sentent profondément de droite, dans leur rapport à la nation, à la souveraineté (encore que ces valeurs aient aussi été, naguère, de gauche), dans leur rapport à l'école, à la langue, à la culture. Et, peut-être, jusque dans le désespoir solaire de leur solitude. Quelque chose de noir, infiniment. Mais d'un noir indicible, d'ébène et de goudron : il faut voir les magnifiques tableaux de Soulages (j'ai eu cet honneur l'été dernier, à la Fondation Gianadda), pour saisir toute l'intensité plurielle de ce qu'on appelle, d'un mot beaucoup trop générique, le "noir". Il faut voir ces tableaux, de toute la puissance de ses yeux, prendre le temps, capter le grain, les nuances de bleu, les mille soleils cachés sous l'apparence nocturne.

     

    Je sais, depuis toujours, que le noir est ma couleur politique. N'allez pas, je vous prie, tenter de lui coller une quelconque étiquette qui serait, de ma part, celle d'une adhésion inconditionnelle, vous perdriez votre temps. Le noir fut à la mode dans l'Italie des années 1922 à 1943, je n'ose dire 1943-1945. Mais il fut, tout autant, la couleur des conservateurs catholiques. Il fut celle des anarchistes. Allez chercher la cohérence. Pourtant, je sais, dans toute l'intimité d'une vie de réflexion politique, que ma couleur est le noir. J'admire le rouge, et ceux qui le défendent. Mais ma couleur, à moi, est le noir.

     

    Il existe, depuis le dix-neuvième siècle, un anticapitalisme noir. Et aussi un jaune, si on veut bien se référer à l'un des textes politiques qui m'ont le plus touché dans ma vie, l'Encyclique Rerum Novarum, publiée en 1891 par Léon XIII. Il s'agissait d'une réponse, d'un souffle et d'une puissance hallucinants, au cataclysmiques injustices sociales créées par la Révolution industrielle. Une réponse fondée sur la cohésion sociale, la solidarité humaine, le sens du collectif, la primauté de l'humain sur le profit, en matière d'économie. Bref, une lumineuse tentative de réponse non-marxiste au capitalisme spéculatif de la fin du dix-neuvième siècle, juste après l'Affaire de Panama, juste avant l'Affaire Dreyfus.

     

    L'anticapitalisme noir - ou noir et jaune - constitue, avec le Sillon de Marc Sangnier, mais aussi plus tard la Revue Esprit, d'Emmanuel Mounier, et au milieu de tout cela des dizaines de penseurs que je ne citerai pas, l'une des sources d'inspiration de mon rapport à la politique. Dans ma relation à la nation, à la souveraineté, à la langue, je suis peut-être bien un homme de droite. Dans mon désir de justice sociale, d'égalité entre tous les humains, de répartition des richesses, je suis un homme de gauche. Cette dualité n'a rien d'anormal, elle a nourri des générations. Et voyez-vous, il se pourrait bien - par exemple, à travers les gilets jaunes - qu'elle revienne au galop.

     

    Le courant qui monte en Europe est celui d'un anticapitalisme non-marxiste. Les gens ne veulent plus entendre parler de la spéculation bancaire, ni du règne de l'usure, ni du profit de casino. Ils veulent un retour de l'Etat, de la régulation, des arbitrages. Et beaucoup d'entre eux, dont je suis, veulent un retour de la nation. Non pour opprimer, mais pour organiser, à l'interne, les flux de solidarité nécessaires à l'épanouissement d'une communauté humaine. L'anticapitalisme noir, dont je me réclame, se situe quelque part dans cette mouvance.

     

    Je reviendrai, dans des textes ultérieurs, sur l'anticapitalisme de droite. Ne pas vouloir le percevoir, au nom d'une conception périmée de l'antagonisme droite-gauche, ne pas vouloir y inclure la dimension nationale, c'est courir le double risque d'errance et de dérive. Chacun d'entre nous est un Vaisseau fantôme, ignorant tout autant les rivages d'où il provient que ceux auxquels il est promis. Errons donc, puisque telle est notre nature. Mais sans jamais, une seule seconde, perdre le souci de la boussole. Ni celui de se situer, quelque part au milieu de l'azur.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 5 commentaires
  • Le RIC : tout le monde comprend, sauf... Macron !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Vendredi 01.02.19 - 16.30h

     

    Avec une parfaite clarté, les dizaines de milliers de personnes qui manifestent depuis deux mois, en France, sous le nom de "gilets jaunes", réclament l'introduction, dans le système politique de leur pays, d'une nouveauté extraordinairement facile à comprendre : le RIC.

     

    Ils réclament le référendum d'initiative citoyenne. Ils ne réclament (à part le pouvoir d'achat) que cela. Et en tout cas, seulement cela, de façon visible, émergente, sur le plan institutionnel.

     

    C'est l'une des revendications les plus simples, les plus faciles à comprendre, depuis 1789, 1830, 1848, 1871, ou 1936. Un enfant de sept ans saisit très bien, si on lui explique.

     

    Tout le monde comprend, sauf une personne : Emmanuel Macron. En guise de contre-attaque aux mouvements de foule, le locataire de l'Elysée fait semblant de ne pas entendre. Et organise un "grand débat". En réalité, un super-show Macron, pour se montrer, en vue des européennes de mai.

     

    Il n'y a, en France, strictement nul besoin de "débat". Il y a un immense mouvement, inédit et passionnant, qui réclame une chose très claire : la possibilité, comme en Suisse avec l'initiative, pour les citoyens, d'inventer eux-mêmes, d'en-bas, les thèmes de la politique. Et de pouvoir légiférer, ou intervenir sur la Constitution, directement.

     

    Macron peut dire non à cela, ou oui à cela. Mais faire semblant de ne pas comprendre la revendication la plus simple, la plus claire, depuis deux siècles, lui qui comprenait si bien les produits dérivés et la savante alchimie du profit spéculatif à la Banque Rothschild, c'est se foutre impérialement du monde, avec une morgue jamais vue, même sous le plus orléaniste des libéraux. Prendre les gens pour des cons. Prendre le peuple de France pour des sujets, ignares.

     

    M. Macron, les gilets jaunes veulent le RIC. Alors, donnez-leur le RIC, ou refusez-leur le RIC (vous en assumerez les conséquences), mais de grâce ne prenez pas les Français pour de sombres abrutis. Ils risqueraient d'en prendre, à votre seigneurial égard, un définitif ombrage.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 12 commentaires
  • RFFA : les dindons du 19 mai

    Imprimer

     

    Sur le vif - Vendredi 01.02.19 - 11.56h

     

    Les citoyennes et citoyens qui n'en peuvent plus d'être étouffés par les charges sociales, fiscales, et surtout par les primes maladie, mais qui n'ont pas l'heur de se trouver dans la tranche des futurs bénéficiaires des 186 millions d'aide aux primes maladie, bref les gens qui perdront encore plus, et ne gagneront rien, mais qui, petits entrepreneurs, indépendants, bossent 60 heures par semaine, et ne sont là que pour payer, payer, toujours payer, réfléchiront peut-être, avant de voter oui le 19 mai au compromis parlementaire sur RFFA.

     

    Un compromis juste destiné à calmer l'arrogance des multinationales, redorer le blason du PLR (ça tombe à point nommé, non ?), lustrer trois partis gouvernementaux, dont un qui s'est fait clairement acheter par la droite libérale. Tout pour plaire.

     

    PaD

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire