- Page 2

  • Quelques mots à propos du PS genevois

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mardi 10.12.19 - 10.20h

     

    Le socialisme est une grande philosophie politique, je l'ai étudiée à fond, notamment dans son Histoire allemande, suisse et française. De l'Allemand Willy Brandt au Bâlois Hanspeter Tschudi, certains sociaux-démocrates font partie de mon panthéon personnel.

    A Genève, le parti socialiste nous a donné deux hommes d’État, André Chavanne (1961-1985) et Christian Grobet (1981-1993). Que l'on partageât ou non leurs options, ces deux-là avaient le format ; le premier, par l'envergure intellectuelle ; le second, par le courage, la puissance de travail, l'intégrité, l'intransigeance.

    Le socialisme genevois fait partie, totalement, de notre paysage politique. Il est dans notre Histoire, dans notre présent, sans doute dans notre avenir. Avec les socialistes, je diverge totalement sur certains points (nombre de postes à l’État, fiscalité, etc.), et converge sur d'autres (Caisse unique, Caisse publique, réforme des retraites vers plus de mutualité). Je ne suis assurément pas socialiste, loin de là, mais je les respecte.

    A Genève, le socialisme vaut infiniment mieux que ses querelles internes. Comme tout appareil trempant dans le pouvoir, il a ses églises et ses paroisses, ses fidèles et ses infidèles, ses dogmatiques et ses hérétiques, son système de prébendes et de clientélisme, ses hobereaux, ses féodaux, ses fermiers généraux.

    Ce qui, de l'intérieur, l'a corrodé, ce ne sont pas les divergences idéologiques, par exemple entre sociaux-démocrates et gauche plus radicale. Non, c'est tout simplement le pouvoir. Oui, cette saloperie de pouvoir qui, toujours et partout, quels que soient les hommes et les femmes, dissout les liens, corrompt les âmes.

    Paradoxe : deux personnages de la crise actuelle sont justement des hommes d'une rare qualité. D'abord, le partant, Jean-Charles Rielle, infatigable militant, homme de coeur et d'enthousiasme, doté d'une vivifiante chaleur humaine, et d'un sourire qui dit oui à la vie. Et puis, l'actuel président, Gérard Deshusses. Un homme de sagesse et de culture, un conciliateur. Une envergure intellectuelle et spirituelle dont Genève a besoin.

    Je ne suis pas socialiste, mais ne suis pas insensible, non plus, à l'âme des gens. Une idéologie ne sera pas sauvée par la sainte géométrie de ses angles. Mais par la richesse humaine, imparfaite et périssable, mais sublimant la vie, de ceux qui la portent.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Les rails du désir

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - 04.12.19

     

    Jamais, dans l’Histoire de Genève, un tronçon ferroviaire n’aura été à ce point chouchouté par les autorités ! Le CEVA, alias Léman Express, qui sera inauguré jeudi 12 décembre, jour de l’Escalade, attendu depuis plus d’un siècle, aura fait fantasmer notre classe politique, comme nul autre objet du désir.

     

    Tiendra-t-il ses promesses ? Ces rutilantes rames transfrontalières, parviendront-elles à dissuader nos amis frontaliers de prendre leur véhicule, et venir engorger Genève ?

     

    Si la réponse est oui, nous aurons à nous en féliciter. Si, par malheur, elle devait s’avérer négative, ou même moyennement convaincante, alors il conviendra de tirer le bilan de quinze années de promesses mirobolantes, soutenues par une idéologie transfrontalière camouflant les appétits de croissance de petits profiteurs locaux, taraudés par l’aubaine d’une main d’œuvre moins regardante sur les salaires.

     

    Car le véritable enjeu du CEVA, ça n’est pas le train. Ce dernier, sympathique par excellence, n’est que l’appât. Non, l’essentiel, c’est le combat homérique pour ou contre la libre circulation des personnes, dans le cas précis d’un bassin transfrontalier. Les wagons du 12 décembre ne sont qu’un prétexte. Au centre de tout, il y a notre rapport à la frontière, à la souveraineté, à la préférence indigène. C’est cela, la vraie Histoire du CEVA. A l’heure où va tambouriner la propagande des rites inauguraux, un minimum de lucidité et d’esprit de résistance n’est pas de trop.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Macron n'a de jeune que son âge

    Imprimer

     

    Sur le vif - Dimanche 08.12.19 - 15.29h

     

    "Cinq ans de répit pour l'Ancien Monde", titrais-je, ici même, à la minute de l'élection d'Emmanuel Macron, en mai 2017. Je qualifiais d'archaïque un homme jeune, dynamique, intelligent, qui venait de mener une campagne d'enfer, bousculant toute la classe politique française.

    Paradoxe ? Non, pas du tout. Macron n'a de jeune que son âge. En réalité, il était, en ce printemps 2017, le candidat d'un ordre libéral, qui, partout en Europe, s'effondre. Soutenu par la haute finance internationale, porté au pouvoir pour la rassurer, il n'a eu de cesse, depuis son élection, de défendre la féodalité cosmopolite contre tout ce qui pouvait lui porter atteinte. Sourd aux cris de justice fiscale des Gilets jaunes, insensible à leur volonté d'établir une forme française de démocratie directe, il a dit non à tout. Moderne dans son apparence, ancestral dans la réalité de son pouvoir.

    Il a dit non à la justice fiscale, continuant de surprotéger les puissants, parachevant l'écrasement de la classe moyenne. Il a dit non à la réforme de la démocratie, s'accrochant à un modèle représentatif, avec des corps intermédiaires, qui partout en Europe s'essouffle et s'effondre. En fait, il défend "son" Parlement, entendez la majorité de godillots de son fan's club, élus dans la foulée de son élection. Oh, de Gaulle, oui le grand de Gaulle, avait fait exactement la même chose en 1958, et Mitterrand en 1981. Le Parlement, en France, est Chambre d'obédience, sauf en cohabitation.

    Alors, quoi ? Alors, Macron a rendez-vous avec 2022. Là, il aura face à lui la grande coalition des colères. Classes moyennes, étouffées. Citoyens, citoyennes, jamais écoutés. Paysans, moribonds. Petits artisans, méprisés. Travailleurs pauvres, sans avenir. Patriotes, attachés à la nation, ennemis de toute délégation à un empire. Souverainistes, pour qui la fierté nationale a encore un sens. Cette France-là, face à lui, il faudra la juger sur son résultat chiffré, en valeur absolue.

    Et lui, face au Commandeur, demeurera-t-il muet ? Tentera-t-il le feu ? Un rendez-vous de destin, où il n'y aura plus ni jeunesse ni vieillesse, ni modernité ni archaïsme. Mais juste la vérité, face à l'Histoire, d'un peuple. Celle, aussi, d'une très grande nation, celle qui, voici 230 ans, donnait à l'Europe une leçon en s'affranchissant de l'Ordre ancien. Puis, l'An II, en versant son sang, sur tous les champs de bataille de l'Europe, face à toutes les coalitions conservatrices, pour affirmer ses valeurs nouvelles.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Impopulaire, inaudible

    Imprimer

     

    Sur le vif - Vendredi 06.12.19 - 11.27h

     

    Depuis le 19 mai 2019, et pour de longues années, toute manif de la fonction publique, à Geneve, est promise à être aussi impopulaire qu'inaudible. Elle clamera ce qu'elle voudra, on ne l'entendra pas.

    Il y a des choses que les gens du privé, à commencer par les petits entrepreneurs indépendants, qui n'ont aucune autre garantie de revenu que celle de leur ardeur et de leur santé (tant qu'elle leur demeure souriante), et qui financent seuls l'intégralité de leurs assurances sociales et de leurs retraites, ne peuvent tout simplement pas entendre. Tant elles sont indécentes.

    Quant aux contribuables, principalement ceux de la classe moyenne, celle qui n'a droit à aucune subvention et qu'on presse comme un citron, ils sont, à Genève, à deux doigts de la révolte. Pas un seul centime - je dis pas un seul - d'impôt supplémentaire ne doit être prélevé - ni même envisagé un seul instant - à Genève.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 6 commentaires
  • Chaud, devant !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mercredi 04.12.19 - 18.02h

     

    "Pas un jour, déclare à l'instant le présentateur de Forum, sans parler de réchauffement climatique".

    Mais, Cher Confrère, il ne tient qu'à vous, si (par aventure) vous estimez qu'il y a matraquage, de laisser parfois filer de douces et belles journées, sans vous croire obligé de ramener la chose.

    Car enfin, le micro, c'est vous qui le tenez.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Les Verts, la liturgie, la bataille des mots

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mercredi 04.12.19 - 14.28h

     

    Le Conseil d'Etat genevois déclare l'urgence climatique. Il le fait savoir à l'instant, en ces termes, dans son communiqué hebdomadaire. Il s'appuie sur le rapport du GIEC, et sur les récentes manifestations de jeunes, en Suisse.

    Les quelques lignes du gouvernement genevois semblent littéralement reprises d'un service de presse du GIEC, ou des Verts, à commencer par ce titre dramatisant : "urgence climatique".

    La première victoire des Verts, en Suisse, en cette année 2019, n'est pas tellement électorale (ils ont progressé, mais demeurent parfaitement minoritaires dans notre pays), non, c'est dans l'ordre des mots, des choix de terminologie, qu'elle va se nicher. "Transfert modal", "finance durable", "mobilité douce", "urgence climatique".

    Le latin d'église des Verts déteint sur les parvis. Il envahit la place publique, à commencer par le discours des autorités temporelles. Aujourd'hui, mercredi 4 décembre 2019, ça n'est rien moins que le gouvernement de la République et Canton de Genève qui, le plus sérieusement du monde, déclare "l'urgence climatique".

    Le Conseil d'Etat ne nous dit pas : "Nous allons faire ceci, ou cela", ou très peu, juste dans les grandes lignes. En ce jour de gloire, il affiche une posture rhétorique : "l'urgence climatique".

    Sa posture, son blason, les couleurs de son étendard, rien de cela n'émane de lui-même. Non, il se contente de reprendre, mot pour mot, le slogan de campagne de l'un des partis politiques présents dans le jeu d'antagonismes de notre démocratie suisse. Il prend cette formule-là, et nulle autre.

    Les Verts sont très forts. Ils représentent une minorité des forces politiques à Genève et aux Chambres fédérales. Ils n'ont, dans notre Conseil d'Etat, qu'un magistrat sur sept. Mais ils réussissent à faire passer leurs mots à eux, leur langage, leur liturgie, comme désormais officielle, pour la politique de la République.

    Ils ont, pour l'heure, gagné la bataille des mots. Comme il avaient, en 2011, capitalisé sur Fukushima. Quatre ans plus tard, leur château de cartes s'effondrait. Huit ans plus tard, ils trouvaient d'autres mots d'Apocalypse pour construire leur succès électoral, et assouvir leurs ambitions, qui ne sont pas moindres que celles des autres.

    Là, oui, ils remportent un succès. Mais le reflux n'est jamais bien loin. Pour peu que les consciences se réveillent. Et, tout en visant sincèrement à protéger l'environnement, qu'elles commencent à faire la part des choses entre l'intérêt général et le catéchisme de propagande d'un parti.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires
  • Pour un Etat sans dette, ni déficits !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 04.12.19

     

    A quelques jours de l’examen du Budget 2020 du Canton de Genève par le Grand Conseil (session des 12 et 13 décembre), il convient de rappeler ici quelques vérités en matière de tenue de toute comptabilité, qu’elle soit individuelle, familiale, pour une petite entreprise, une moyenne, ou même une immense. Je parle ici comme citoyen, comme père de famille, ce que sont des dizaines de milliers d’autres personnes à Genève, tant d’hommes et de femmes faisant ce qu’ils peuvent pour s’en sortir. Mais je parle aussi comme petit entrepreneur, ayant à gérer depuis 14 ans un budget professionnel, et tenir ses propres comptes, là aussi comme des milliers d’autres. Je ne suis pas un élu, et n’ai aucune intention de le devenir. Mais j’ai appris à compter, à me battre, et n’ai aucune leçon à recevoir de la part de certains députés, ceux qui dépensent – et parfois dilapident – les deniers publics, sans avoir conscience qu’il s’agit de l’argent des contribuables, gagné à la sueur de leur front, puis donné à l’Etat pour qu’il en fasse le meilleur usage.

     

    Est-ce vraiment le cas ? Hélas, non ! La plupart de nos budgets publics sont déficitaires. Celui de l’Etat de Genève, pour l’année 2020, qui sera tranché dans quelques jours, l’est aussi. Le déficit, c’est un résultat négatif pour l’exercice d’une année. L’accumulation des déficits, cela s’appelle la dette. L’Etat emprunte de l’argent à des banques. Lorsqu’il est endetté, il doit payer, comme tout débiteur, les intérêts de la dette. Ces intérêts, qui les paye ? Réponse : les contribuables ! En clair, plus l’Etat creuse sa dette, plus nous-mêmes, puis un jour nos enfants, nos petits-enfants, devront passer à la caisse pour rembourser. En plus clair encore, leurs impôts, prélevés sur la sueur de leurs fronts à eux, serviront à dépenser des sommes totalement inutiles pour les tâches de l’Etat, juste régler d’anciens contentieux. Pour ma part, je trouve ce principe dégueulasse. C’est cela, le déficit. C’est cela, la dette !

     

    Je suis partisan d’un Etat fort, avec sa dimension sociale : pas question de laisser des concitoyens sur le bord du chemin. Mais cet Etat doit impérativement être géré avec une extrême rigueur. Un sou est un sou, pour la seule raison que c’est celui des contribuables. La valeur infinie de ce don, prodigué par ceux qui travaillent à la collectivité, les députés, de gauche comme de droite, doivent, à tout instant, l’avoir à l’esprit. Cet argent n’est pas à eux ! Ils n’en sont que les gestionnaires, au service de l’intérêt général. Citoyen parmi les citoyens, je demande aux élus de viser l’équilibre budgétaire. Et d’entreprendre toutes choses pour que la dette soit résorbée. Toute autre politique, dispendieuse et inconsciente face à des contribuables, notamment la classe moyenne, déjà pressés comme des citrons, sera de nature à entraîner la colère populaire. L’injustice fiscale, comme le prix du pain ou celui de l’essence, est l’une des premières causes de révolte. Les corps intermédiaires feraient bien de s’en souvenir.

     

    Pascal Décaillet

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Thomas : voir, pour croire ?

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mardi 03.12.19 - 14.31h

     

    Plus j'observe le jeune Thomas Juch, président des Jeunes libéraux-radicaux genevois, Argovien d'origine, plus je me dis que nous tenons là un tempérament politique d'avenir.

    Voilà un jeune homme dont toutes les apparences laisseraient poindre l'image d'un gendre idéal, un gentil Alémanique, devenu premier-lieutenant pour ne pas déplaire à la convenance, toujours poli, jamais contrariant.

    Oui mais voilà, la vie c'est se méfier du paraître. Il ne suffit pas de voir, pour croire. En maintes circonstances, sur le plateau de GAC, ou des Yeux dans les Yeux, ces dernières semaines, le gendre a montré, sans le moindre énervement, ni même hausser la voix, qu'il avait un jugement sûr et lucide, centré sur l'objet même du débat, en toute indifférence des circonstances, des passions, ou de la personne qu'il avait face à lui.

    Une capacité aiguë de discernement, qui l'amène très souvent à attaquer de front son propre parti "adulte", le PLR. Dernier épisode en date (cf. le Temps) : une proposition de refonte totale des statuts du parti genevois, et quelques jouissifs missiles décochés contre les intouchables, les indécrottables, les apparatchiks.

    Plus j'observe ce garçon, plus je me dis qu'il a en lui la force tranquille, le souffle aussi, de ceux qui n'ont, dans la vie, aucune espèce d'intention de se laisser distraire des objectifs qu'ils se sont donnés à eux-mêmes. Et qu'ils sont seuls à connaître.

    Bravo, Thomas, continuez. Sous votre apparence lisse et facile, il y a des équations cachées, du non-dit, de la pudeur aussi. Et sans doute, une volonté de lumière et de vérité qui pourraient faire pas mal de bien, au sein d'un parti genevois bien trop las de porter ses fatigues patriciennes.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire
  • Regula, les Saxons, l'ardeur

    Imprimer

     

    Sur le vif - 03.12.19 - 10.40h

     

    Le groupe des Verts libéraux aux Chambres fédérales nous fait savoir aimablement qu'il recevra Regula Rytz, candidate des Verts au Conseil fédéral, en milieu d'après-midi, et... qu'il n'y a strictement rien à attendre de cette rencontre au sommet !

    Rien : ni décision du groupe (reportée au 10 décembre, veille de l'élection, une fois que tous les autres se seront prononcés), ni communiqué de presse, ni le moindre frémissement de paupière, rien !

    Galvanisés par cette nouvelle fracassante, révélatrice du courage, du sens de la surprise, de l'offensive, de l'anticipation, de ce parti, adepte de la guerre de mouvement, qui bouscule les normes et bascule les lignes ennemies, nous envoyons toutes nos équipes au Palais fédéral, cet après-midi.

    Quant à Regula, elle peut compter, de la part de ce parti, sur le même soutien que celui porté par les Saxons à Napoléon, lors de la bataille de Leipzig, du 16 au 19 octobre 1813.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Mariss Jansons (1943-2019) : dépossession d'une âme

    Imprimer

     

    Sur le vif - Dimanche 01.12.19 - 12.36h

     

    Mariss Jansons ! Le monde de la musique perd l'un des plus grands chefs de notre époque. J'apprends à l'instant son décès, ce matin à Saint-Pétersbourg, à l'âge de 76 ans. Coïncidence : hier soir, je regardais encore la Dame de Pique, de Tchaïkovski, texte de Pouchkine, sous sa direction, sur Mezzo.

    Il y a 23 ans, à Oslo, il avait été foudroyé par une attaque cardiaque, alors qu'il dirigeait la Bohème. Il s'en était remis. Il avait repris le chemin des pupitres.

    Incroyable destin que celui de ce petit garçon, né en 1943 en Lettonie, et qui avait été caché pour échapper à la déportation.

    Incomparable, aussi, la tenue et la renommée qu'il avait données au Concertgebouw d'Amsterdam. Puis, à l'Orchestre de la Radio Bavaroise. Sans compter la fougue de ses Concerts du Nouvel-An, à Vienne. Un très grand, oui.

    De ce spécialiste de la musique russe, mais aussi de Mahler, Dvorak, Bartók, et tant d'autres, je retiendrai, outre son génie dans la compréhension des œuvres, la capacité d'expression de son visage, la beauté, vive, pénétrante, immédiate, de son regard.

    Nous nous sentons, en ce dimanche, tout aussi dépossédés d'une âme que lorsque nous quittèrent, ces dernières années, des gens comme Claudio Abbado (2014), ou Nikolaus Harnoncourt (2016).

    Quoi de plus saisissant que la singularité d'un être, dans le fracas du monde ?

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire