- Page 2

  • La garce, servile

    Imprimer

     

    Sur le vif - Samedi 08.02.20 - 12.04h

     

    Beaucoup de gens, dans la France de la Cinquième République, n'arrivent pas intellectuellement à s'imaginer qu'un grand chef d'opposition puisse un jour accéder à l'Elysée.

    Sous de Gaulle, sous Pompidou, sous Giscard, une écrasante majorité de l'opinion donnait Mitterrand comme un homme du passé. Il incarnait la République d'avant, la Quatrième, dont il avait été onze fois ministre. Il avait sa carrière derrière lui, on ne le reverrait plus au pouvoir.

    Il y avait objectivement des raisons de penser le contraire. L'homme, en décembre 1965, avait défié de Gaulle, l'avait mis en ballottage, combattu au deuxième tour, c'était un exploit. Neuf ans plus tard, face à Giscard, en mai 1974, il avait failli passer.

    Ces données objectives, l'opinion ne voulait pas les voir. Peut-être parce qu'elle est garce, servile, attachée à sublimer le pouvoir en place. Tout pouvoir, quel qu'il soit.

    Idem pour Chirac, sous Mitterrand. Jamais il ne reviendrait, pensait la garce servile, offerte au monarque, après l'échec de 1988, l'épisode douloureux de la Grotte d'Ouvéa, le triomphe de Tonton, père de la nation, idole des jeunes et des anti-racistes. La suite, on la connaît : Chirac, contre la servilité, contre la garce, a fini par percer.

    Et puis, aujourd'hui ? À écouter la vieille garce servile, rien ne pourrait empêcher, en mai 2022, une réélection de Macron. Rien, et surtout pas la seule à faire office, aujourd'hui, de leader d'un grand parti d'opposition, capable de rassembler des millions et des millions de voix.

    Ont-ils raison, ont-ils tort ? Laissons Madame Soleil à ses aubes de lumière. Et laissons la garce, bavarde, servile, et tellement dévouée au Maître du moment, se lover, lascive, dans les allées du pouvoir.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires
  • Le pari perdant de Mme Merkel

    Imprimer

     

    Sur le vif - Vendredi 07.02.20 - 10.48h

     

    Que s'imagine gagner Mme Merkel, avec sa pression sur l'homme qui avait la légitimité des urnes pour gouverner le Land de Thuringe, que j'ai le privilège de connaître de l'intérieur, et dont je rappelle au passage qu'il est l'un des berceaux de la plus haute civilisation allemande ?

    Que s'imagine-t-elle gagner, que s'imagine-t-elle sauver ?

    La démocratie ? Certainement pas ! Nous sommes dans le déni de démocratie le plus parfait. D'autant plus grave qu'une intervention de la Chancellerie fédérale sur un scrutin régional est totalement contraire au fédéralisme allemand de 1949.

    Les valeurs de l'Allemagne ? Mais qui les définit, qui d'autre que le peuple souverain lorsqu'il vote ? Un comité de sages ? Le cabinet particulier de Mme Merkel ?

    Et puis, quoi ! Il faudrait laisser le peuple s'exprimer. Mais, s'il a le mauvais goût de le faire dans un sens qui déplaît au pouvoir en place, on lui dit que ça compte pour du beurre.

    Quelle place Mme Merkel occupe-t-elle, depuis quinze ans, dans la politique allemande ? Réponse : la place de Bismarck ! Elle est Chancelière fédérale. Elle est l'un des successeurs de ce très grand homme, pour qui l'essentiel en politique, c'était le résultat.

    Or là, dans l'affaire de Thuringe, quel résultat Mme Merkel va-t-elle obtenir ? Loin d'affaiblir l'AfD, elle va la renforcer !

    Le précédent de Thuringe fera office, pendant des années, d'exemple le plus achevé de combinazione des élites au pouvoir pour continuer de s'en partager les prébendes. L'AfD va continuer, inlassablement, en Prusse, en Saxe, en Thuringe, à faire de la politique de proximité, sur le terrain, avec une authentique écoute des plus démunis, avec des antennes sociales, avec un verbe concret, qui parle aux plus défavorisés.

    Elle va continuer à leur parler du sentiment de Gemeinschaft, enraciné dans le destin allemand, pour en avoir accompagné les heures de pires souffrances (1648, 1945), et à opposer toute l'intimité sacrée de ce sentiment à la froideur cosmopolite de l'universalisme.

    Et l'AfD, d'élection en élection, va continuer de marquer des points. Et les vieux partis qui se partagent le pouvoir depuis 1949, la CDU/CSU, héritière du Zentrum bismarckien, et le SPD, le parti de Willy Brandt, vont continuer d'en perdre. Et il y aura un moment où ils en auront tellement perdus, et où les nouveaux partis en auront tellement gagnés, où la combinazione de la survie ne sera plus possible. Ce jour-là, Mme Merkel et les siens auront tout perdu.

    C'est dans cette spirale que s'engage la Chancelière. Quant à ceux qui, pour définir l'AfD, en sont encore à un système de langage et de références vieux de 87 ans et huit jours, style "peste brune", il serait peut-être temps qu'ils adaptent un peu leur logiciel. La reductio, ça va un moment. Ils voudraient croiser le fer avec votre serviteur, en profondeur et en précision, par éditos interposés, sur l'Histoire allemande ? Votre serviteur est à leur disposition.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 7 commentaires
  • Vive la Commune, vivent les Maires !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - 05.02.20

     

    Je vais vous dire une chose : il faut vraiment avoir le moral pour siéger dans un Conseil municipal ! Pour ceux qui, dès leur enfance, furent initiés à la politique par les Mémoires de Guerre de Charles de Gaulle, ou la Vie des hommes illustres de Plutarque, ou les récits des combats et des traités, c’est un sacré retour au concret que de suivre les discussions d’un délibératif communal. On y parle cadastre, canalisations, projets de constructions, aménagement des routes, mais aussi finances, centimes additionnels, plans localisés de quartier (les fameux PLQ), police de proximité, service du feu, locaux sportifs, événements culturels. Enfin, tout ce qui touche de près à la vie des gens. C’est moins romantique que les Mémoires d’Outre-Tombe, mais ça dit la vie, la vraie, les soucis des habitants : s’en préoccuper, avec bienveillance et précision, n’est-ce pas la grandeur des élus et édiles communaux ?

     

    Alors oui, je dis « Vive les Communes, vivent les Maires ! ». Nous avons, dans notre Canton, 45 communes : cela fait des centaines d’élus qui s’en occupent, entre les Conseils administratifs (exécutifs) et les Conseil municipaux (délibératifs). Des centaines de personnes qui consacrent du temps, en plénum ou dans les commissions, ou simplement par leur contact au quotidien, à la gestion du bien commun. Je les fréquente de près, ces temps, recevant nombre d’entre eux dans mes émissions sur Léman Bleu, une chaîne qui met le paquet sur la couverture de ces municipales. Eh bien les gens que nous recevons à longueur de semaines, avec mes confrères et consœurs, je vous le dis tout net, sont admirables ! Franchement, pour aller se coltiner, après une journée de boulot, les délibérations d’un Municipal, il faut passionnément aimer la chose publique. Ceux qui s’y lancent ne le font ni pour l’argent (ils n’iraient pas très loin, à part s’ils siègent à l’exécutif de la Ville, ou d’une très grande Commune !), ni pour la gloire. Ils le font, dans l’immense majorité d’entre eux, pour SERVIR.

     

    En voyant défiler ces concitoyens engagés, je me dis qu’au fond, l’enjeu premier n’est pas de savoir s’il faut les choisir à gauche ou à droite. Non, il est d’envoyer dans les Mairies, ou dans les Conseils, ceux d’entre eux qui se sentent le plus habités par cette idée, si haute et si noble, de service. On fait rarement la une des journaux dans les Municipaux, on demeure anonyme, mais on fait avancer la cause commune. Ces élus locaux, discrets et concrets, pourraient donner de grandes leçons à d’autres, ceux qui défrayent la chronique, cherchent la lumière. Alors, à Genève, soutenons la Commune ! Institutionnellement, elle mérite plus de pouvoir, plus d’indépendance du Canton, plus d’intérêt des cœurs et des âmes. Car elle est l’échelon premier : celui où le contact direct est possible, celui où le fruit de la promesse électorale est immédiatement visible. Le 15 mars, n’oubliez pas d’aller voter : nos 45 Communes en valent la peine !

     

    Pascal Décaillet

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire
  • La Suisse survivra à l'Union européenne

    Imprimer

     

    Sur le vif - Jeudi 06.02.20 - 06.32h

     

    La Suisse survivra à l'Union européenne. Nous sommes un tout petit pays. Mais nous sommes une démocratie vivante, dont la pierre angulaire est le citoyen, non l'élu. Nous avons une Histoire.

    Nous avons des institutions solides, auxquelles nous sommes attachés. Nous avons une joie d'être ensemble, malgré nos différences, nos quatre langues. Une joie de nous engueuler entre nous, quatre fois par an, sur des sujets de votations. Et une grande maturité d'accepter le verdict du peuple.

    Lorsque nous votons, c'est sur l'objet-même, que nous décortiquons à fond, et non par plébiscite - ou rejet - du pouvoir en place. Nous avons une démocratie THÉMATIQUE, l'une des plus accomplies au monde.

    Nous avons un triple échelon, Commune, Canton, Confédération, parfaitement clair et lisible. Les gens comprennent, jouent le jeu, s'identifient, le système fonctionne.

    Nous avons le fédéralisme, 26 Instructions publiques, 26 Polices, la proximité à l'état pur, l'antithèse du parachutage jacobin. Nous croisons nos édiles dans les bus, nous leur parlons.

    Nous avons notre souveraineté, elle est à mes yeux la clef de tout. Un petit pays, fier de ses valeurs, doit se montrez sourcilleux, intransigeant, sur sa capacité à décider lui-même de son destin. Il s'est construit contre les grands ensembles, il doit demeurer, en absolue priorité, maître de ses décisions. Son droit à lui, édicté par le peuple ou par ses représentants, doit être ultime.

    Le secret de la Suisse, c'est sa cohésion sociale. Nous devons, les uns envers les autres, nous montrer solidaires et fraternels. Nous avons mis au point, en 1947, une très grande assurance sociale, l'AVS, notre fleuron. Il nous faut, dans les années qui viennent, le souffle de solidarité nationale nécessaire à un nouveau projet d'envergure, au service de tous. Nous ne devons jamais oublier ceux de nos compatriotes qui souffrent.

    Si nous demeurons attachés à ces valeurs fortes, exigeantes, stimulantes, si nous demeurons dans la joie de la chose commune et partagée, tout en nous montrant imaginatifs pour construire l'avenir, alors notre petit pays, fort à l'interne, survivra grâce à sa cohésion.

    La Suisse, oui, a les moyens de survivre, non à ses voisins européens, qu'elle aime et respecte, et avec lesquels elle veut partager le futur, mais à la machine administrative de Bruxelles.

    C'est cela qu'on aimerait entendre du Conseil fédéral, ce discours-là, cette vision, cette détermination. Hélas, on en est loin. À des années-lumière.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 6 commentaires
  • En cinq lettres

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mercredi 05.02.20 - 18.04h

     

    Accord institutionnel : l'UE donne neuf jours à la Suisse pour signer. Eh bien la Suisse, nous l'espérons vivement, saura lui répondre comme le Général Cambronne le fit aux Anglais. Ca tombe bien : c'était tout près de Bruxelles ! Un 18 juin, en fin d'après-midi. Dans une morne plaine, juste un peu au Sud, qui porte le nom de Waterloo.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires
  • Pitoyable Nancy Pelosi !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mercredi 05.02.20 - 13.07h

     

    Pitoyable Nancy Pelosi, qui, de son perchoir, dans le dos de Donald Trump, déchire publiquement le discours du Président ! Geste totalement indigne de sa haute fonction de Présidente de la Chambre ! Indigne de son intelligence, à elle, indigne de sa classe !

    Geste qui affaiblit la dignité parlementaire, au lieu de l'affirmer.

    Pitoyables Démocrates, qui auront tout entrepris, sans répit, avec une hargne vengeresse sans comparaison, depuis le jour de son élection, pour avoir la peau de Trump. Et qui ne font, à mesure qu'ils s'agitent et gesticulent, que creuser leur propre tombe politique.

    Le spectacle donné, depuis 2016, par cette grande famille politique américaine, qui fut celle de Roosevelt, est l'un des plus lamentables de l'après-guerre. Il faut bien que, d'ici, quelqu'un le dise, puisque 99% des médias de Suisse romande sont, depuis des décennies, alignés couverts derrière les Démocrates.

    En 1974, j'avais seize ans, je suivais passionnément le Watergate, c'était déjà le même alignement, docile et moutonnier, derrière les deux grands journaux de la Côte-Est qui, pour des raisons très précises, voulaient à tout prix la peau de Nixon.

    A moins d'une énorme bêtise (qui n'est pas à exclure) sur le théâtre du Proche-Orient, Trump sera réélu, début novembre.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires
  • L'homme qui tient bon

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 05.02.20

     

    Candidat du PLR à l’exécutif de la Ville de Genève, Simon Brandt revient de loin. Juste avant Noël, cet homme a vécu un cauchemar : arrestation par la police, avec un déploiement qui rappelle plutôt l’interpellation des adeptes du grand banditisme. Fouille complète. Interrogatoire serré. Cela, pour une affaire de violation du secret de fonction.

     

    Dans cette affaire, un volet judiciaire, sur lequel nous ne nous prononcerons pas. Mais aussi, évidemment, une résonance politique : Simon Brandt fut longtemps le lieutenant de Pierre Maudet, il prétend ne plus l’être, dont acte. Mais aussi, il est candidat à la Mairie de la deuxième Ville de Suisse, il suscite des jalousies, jusque dans son propre camp.

     

    Juste avant Noël, l’homme était proprement lessivé. Soufflé par ce qui lui était arrivé. On le serait à moins ! Et puis, courant janvier, lentement mais sûrement, nous eûmes à deux reprises le sentiment très net qu’il remontait la pente. Là où d’autres auraient flanché, il a tenu. Il est venu dans les débats, il s’est battu avec brio, il avait retrouvé son mordant.

     

    Un homme qui tient, un homme qui se bat, un homme qui ne capitule pas, mérite non seulement notre respect humain, mais aussi notre admiration politique. Plongé dans une affaire qui rappelle les premières pages du Procès de Kafka, l’homme a traversé la tourmente. Il a tenu. Et il est toujours là. Pour un candidat au stress d’un exécutif, c’est plutôt pas mal, non ?

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Pas la Lune. Juste un Etat !

    Imprimer

     

    Sur le vif -Lundi 03.02.20 - 09.41h

     

    Les adversaires d'un Etat palestinien s'imaginent nous convaincre en nous rabâchant une vieille antienne : "La Palestine n'existe pas". D'autres vont même jusqu'à dire : "Les Palestiniens n'existent pas". Cette attitude, visant à annihiler l'adversaire, le réduire au néant dans son Histoire et son identité, est simplement odieuse.

    Il est vrai qu'il n'y a jamais eu d'Etat de Palestine. Et c'est bien pour cela qu'il en faut un ! Il est vrai que la solidarité arabe fait défaut, et cela depuis 1948. Et c'est bien pour cela qu'il faut un Etat palestinien ! Pour que l’Égypte, le Liban, la Syrie, la Jordanie aient comme interlocuteur et comme voisin, au Levant, non un amoncellement disparate de "populations", les unes en Cisjordanie, les autres à Jérusalem-Est, d'autres encore sous blocus à Gaza, mais des hommes et des femmes libres, citoyens et citoyennes de ce cadre de dignité, cet échelon de reconnaissance, qui s'appelle un Etat.

    Un Etat, pas une "Autorité" paillasson, statut indigne, intermédiaire, inachevé, prétexte à la continuation de l'occupation et des annexions. Politique coloniale à laquelle Trump vient de donner un épouvantable blanc-seing.

    Il est tout de même inimaginable que ceux qui, en 1948, se sont tant battus pour la dignité d'un Etat, refusent à d'autres, leurs voisins, leurs frères humains entremêlés sur la même terre, le seul statut qui vaille : celui d'une communauté humaine organisée, avec ses lois, son Parlement, son gouvernement, son drapeau.

    Sans doute l'idée palestinienne était-elle fort vague en 1948. Mais 72 ans d'humiliation auront plus fait pour la forger que tous les discours. Lisez, je vous prie, chez Lacouture, l'Histoire de l'idée d'indépendance algérienne depuis 1830, oui depuis cet homme immense qu'était l'émir Abdelkader (1808-1883), jusqu'à 1962. Plus la France colonise, plus la Résistance monte, plus mûrit, chez des hommes comme Messali Hadj et Fehrat Abbas, l'idée d'un Etat algérien.

    Les Palestiniens ne demandent pas la Lune. Juste un Etat. C'est si compliqué à comprendre ?

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires
  • Palestine : un Etat, et rien d'autre !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Dimanche 02.02.20 - 14.49h

     

    Je ne cesse de suivre, depuis un demi-siècle, la politique au Proche-Orient, région du monde où je me suis souvent rendu depuis 1966, soit en privé soit pour des reportages. Je me considère comme un ami de tous les peuples de la région, je dis bien tous. Je dis que tous y ont leur place.

    La question centrale, entre Israéliens et Palestiniens, celle qui doit primer sur toute chose, est celle de l'Etat. Il existe un Etat d'Israël, depuis 1948. Il n'existe pas d'Etat de Palestine. C'est aussi simple que cela.

    Bien avant la question humanitaire (Gaza, notamment), bien avant la question linguistique, religieuse ou confessionnelle, l'enjeu central est celui de l'Etat. Israël en a un, il n'est pas question de revenir sur cette réalité historique. Les Palestiniens n'en ont pas, il n'est pas question de se voiler la face sur l'immensité de ce déséquilibre, de cette injustice.

    J'avais neuf ans en juin 1967, lors de la Guerre des Six Jours, c'était déjà un an après mon premier voyage. Sur le moment, je n'y ai vu que du feu. Israël bénéficiait d'un fort capital de sympathie, on vantait le génie stratégique de Moshe Dayan, on applaudissait la progression des chars israéliens, dans le désert. Une guerre-éclair, un cessez-le-feu après moins d'une semaine, on n'en revenait pas.

    Ce n'est qu'après (à partir de 1969, me semble-t-il) que j'ai commencé à comprendre la politique des annexions sur ce qu'on appelle, aujourd'hui, les "territoires". Pour la saisir en détail, j'ai dû beaucoup lire, me renseigner, aller plusieurs fois sur le terrain, voir ce qu'est un check-point, découvrir la vie à Jérusalem-Est ou Ramallah. Et j'affirme ici que la question première n'est ni humanitaire, ni religieuse : elle est POLITIQUE. Tant que les Palestiniens ne disposeront pas d'un Etat, de même qu'Israël en a un, aucune solution viable ne sera possible.

    Il y a eu, en un demi-siècle, quelques percées de lumière. On peut penser à Camp-David (1978), ou aux Accords d'Oslo (1993). Mais la question palestinienne, depuis 72 ans, contient en elle la désespérance de Sisyphe : on croit avancer, et tout s'effondre. Cette impossibilité ne tombe pas du ciel : elle est dûment voulue, et entretenue, par ceux qui ne veulent pas d'Etat palestinien : les États-Unis et, à l'intérieur d'Israël, le clan des faucons. Voyez, je ne mets pas en cause ici le peuple d'Israël dans son intégralité, une grande partie de ceux qui le composent veulent la paix.

    Or, Trump, que vient-il de faire, avec son chiffon de papier ? Il vient démolir, pour une ou deux générations, tout espoir, pour les Palestiniens, de parvenir à la dignité d'un Etat. Il vient d'entériner la politique israélienne d'annexions. Il vient de donner raison à 120% au colon, et de jeter le colonisé dans les oubliettes de l'Histoire.

    Dans ces conditions, Mahmoud Abbas, successeur de Yasser Arafat à la tête de l'Autorité palestinienne, que pouvait-il faire d'autre que couper tous les ponts avec le colon et son puissant allié d'Outre-Atlantique ? Car à ce Jean-sans-Terre, il ne reste pas plus de pouvoir réel qu'à Charles de Gaulle, après l'échec de sa catastrophique tentative de débarquement à Dakar, en septembre 1940. Il ne lui reste rien.

    Rien, si ce n'est la dignité de sa posture. Rien, si ce n'est son regard sur l'horizon. Rien, si ce n'est la politique. C'est justement lorsque tout semble perdu qu'il faut garder la tête haute. Citoyen suisse, j'aimerais que mon pays ait un mot pour la Palestine. En attendant cette improbable officialité, et puisqu'il faut un mot, voici le mien.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires
  • La liberté leur fait peur ?

    Imprimer

     

    Publié sur mon site FB - Samedi 01.02.20 - 09.57h

     

    L'essentiel n'est pas la survie des mammouths médiatiques. Ni des structures corporatistes. L'essentiel, c'est la capacité, pour chaque citoyenne, chaque citoyen, de rendre publique sa part de vérité. Sa lecture. Son interprétation. Et surtout, sa sensibilité.

    Il n'y a aucune raison qu'une quelconque caste - celle des journalistes, par exemple - s'accapare le monopole de cette capacité d'expression.

    En cela, le réseau social, comme celui sur lequel nous sommes ici (toi aussi, puisque tu me lis), est en soi une invention absolument géniale. Chacun d'entre nous est libre. Soit d'y raconter des fadaises. Soit d'y produire des textes d'intérêt public.

    Chacun de nous, face à sa liberté, sa responsabilité individuelles.

    Chacun d'entre nous, face à sa solitude.

    Chacun de nous choisit le thème. Produit son texte. Le corrige, l'améliore. L'édite. En assume la responsabilité.

    Cette incroyable liberté - doublée d'une implacable responsabilité - irrite au plus haut point les médias organisés.

    La liberté leur fait-elle peur ?

    Ils passent leur temps à démolir les réseaux sociaux. Ne prenant pour exemple que ce qu'il y a de pire (vie privée, bavardage, fausses nouvelles, etc.). Ignorant volontairement le meilleur : richesse et pluralité des témoignages humains, construction collective d'un savoir, émergence, chez de parfaits inconnus, de plumes et de sensibilités insoupçonnées, autodidactes de génie.

    Et surtout, ce sentiment de liberté, d'air frais, en un mot d'humanité, qui fait tant défaut à l'écrasante majorité des rédactions organisées. Écrasées de pesanteur, de hiérarchies. Incroyables d'arrogance, quand elles nous définissent elles-mêmes leurs "missions", totalement autoproclamées, dont nul ne leur a jamais donné mandat.

    Oui, ils ont peur. Peur de la mort. Peur de ce qui émerge. Peur de la naissance. Peur que puisse exister, après eux, une autre forme de vie.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire