Commentaires GHI - Page 10

  • Une femme d'action

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - 03.04.19

     

    Je ne suis pas sûr d’épouser la vision de RFFA (imposition des entreprises), volet cantonal, véhiculée par Nathalie Fontanet, soumise au vote (au milieu d’une foule d’autres sujets) le 19 mai. Je n’aime guère la manière dont les milieux libéraux, sous prétexte de conjurer l’exode des multinationales vers le canton de Vaud, nous mettent le couteau sous la gorge, prétendant que l’Apocalypse nous attend en cas de non.

    Je ne partage sans doute pas la position de notre ministre des Finances. Mais j’admire son énergie, sa volonté d’action, sa lucidité dans le combat. Voilà une conseillère d’Etat qui prend son bâton de pèlerin, parcourt les communes, les associations, la plupart du temps le soir, pour aller convaincre citoyens et citoyennes.

    C’est exactement comme cela qu’il faut faire de la politique. Se porter physiquement vers les gens, aller à leur rencontre, mener bataille. La campagne de Nathalie Fontanet m’en rappelle une autre, que j’ai couverte jour après jour, pendant des mois, lorsque j’étais correspondant au Palais fédéral : celle de Jean-Pascal Delamuraz en vue de la votation du 6 décembre 1992 sur l’Espace économique européen.

    Delamuraz, au final, avait perdu. Mais il s’était battu avec un courage exemplaire, au nom de sa conception de l’intérêt supérieur du pays. Toutes proportions gardées, Nathalie Fontanet mène un combat similaire. On partagera ou non son choix politique, mais on devra bien reconnaître la dimension d’Etat de son combat.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire
  • L'Entente menacée de surdité

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 03.04.19

     

    Lorsque la politique est laissée aux partis, le citoyen se trouve spectateur des petits jeux d’alliances ou de mésalliances entre les uns et les autres. Apparentements, ruptures, réconciliations font le bonheur des chroniqueurs, et on parle de tout sauf de l’essentiel : santé, primes maladie, logement, mobilité, emploi, retraites, bref les thèmes, ceux qui concernent vraiment la vie des gens. Dans cette page, depuis des années, j’ai choisi de privilégier les thèmes, sans trop m’attarder sur la petite cuisine des politiciens entre eux, certes beaucoup plus aisée à raconter, mais finalement tellement vaine, car éloignée des soucis des gens. D’autant que mon credo, vous le connaissez : la politique des partis, avec des candidats à des élections, tout ce petit jeu de la démocratie « représentative », va laisser la place, d’ici un siècle ou deux, à une forme de démocratie totale, à inventer au fil des générations, dont la pierre angulaire sera le citoyen ou la citoyenne, et non plus l’homme ou la femme politique. Mais c’est de la musique d’avenir.

     

    En attendant ce jour, considérons tout de même le péril dans lequel se trouve l’Entente, cette alliance genevoise octogénaire (années trente) entre les libéraux, les radicaux et la démocratie chrétienne. Elle est en danger, parce que le PDC, note le Matin dimanche du 31 mars, menace de partir aux élections fédérales du 20 octobre sans s’apparenter avec le PLR. Et ce ne serait que la première étape d’une émancipation menant le PDC vers une nouvelle coalition, bien au centre, par exemple avec le PCD (Parti Citoyen Démocratique, nom genevois du PBD) et les Verts libéraux. Bref, le PDC, parti de la famille, pourrait divorcer du PLR, et se remarier – ou tout au moins fricoter - avec d’autres.

     

    Le PDC genevois a évidemment le droit de faire ce qu’il veut. Mais un examen de la situation révèle tout de même bien des contradictions dans ses appétits stratégiques. Prendre sa liberté, mais pas vraiment pour l’élection au Conseil des Etats***, qui affiche un duo PLR-PDC (Hugues Hiltpold, Béatrice Hirsch). Se payer une aventure avec de nouveaux alliés, vêtus de probité candide et de lin climatique, jeunes et urbains, branchés, étincelants de mode et de thèmes en vogue. Mais, sur le fond, l’économie par exemple, les relations avec le patronat, demeurer tout de même dans le giron nourricier de l’Entente. Le beurre, l’argent du beurre, la crémière, et de surcroît le grand frisson climatique. Que du bonheur, non ?

     

    A la vérité, le comportement du PDC genevois, tout à la jouissance de son vertige centriste, rappelle celui des Saxons, lors de la Bataille de Leipzig, cette fameuse « Bataille des Nations », du 16 au 19 octobre 1813, qui constitue, plus encore que Waterloo, la plus grande défaite de Napoléon. Le 18 octobre, sur le coup de 17h, les Saxons se sont retournés contre l’Empereur. Ce fut décisif, dans le sort du combat. Pendant des années, ils avaient partagé sa gloire, et les avantages de l’alliance. Et puis, d’un coup, ils ont regardé ailleurs. Chaque fois que je passe à Leipzig, je pense à eux. Avec un enthousiasme relativement mesuré. Excellente semaine !

     

    Pascal Décaillet

     

    *** Sur ce point, le président du PLR, Bertrand Reich, a clarifié les choses, sans la moindre ambiguïté, lundi soir sur le plateau de GAC.

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Climat : l'aubaine

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - 27.03.19

     

    La percée des Verts, ce dimanche 24 mars, aux élections cantonales zurichoises, donne des ailes à ce parti : porté par le thème de la lutte contre le réchauffement climatique, il se voit déjà pulvériser tous les records, aux élections fédérales du 20 octobre. Avec un groupe parlementaire sérieusement étoffé. Et, pourquoi pas, un conseiller fédéral.

     

    Y parviendront-ils ? Nous verrons. Ce qui est sûr, c’est que l’actuelle focalisation des esprits sur tout ce qui touche au climat va dans le sens des Verts. Quand on voudra bien élaguer un peu, dans la forêt d’arguments sur les gaz à effet de serre, la part de pesanteur morale, plus étouffante encore que le thème lui-même, on sera bien obligé, en vieux routier de l’observation politique, de reconnaître une chose : la grande affaire climatique constitue, pour les Verts, en Suisse comme ailleurs, une formidable aubaine électorale. Comme, en 2011, Fukushima.

     

    Comme citoyen, je veux bien que les Verts profitent de l’aubaine : on prend le vent là où on peut, là où il vient. Je veux bien qu’ils marquent des points sous la Coupole, cet automne. Je veux bien qu’ils entrent au Conseil fédéral. Mais de grâce, qu’ils nous épargnent le coup de la morale. Comme si eux n’étaient pas, à l’image de tous les politiques, mus par l’instinct de l’opportunité, le goût du pouvoir, la récupération des vents. Il est vrai qu’en termes de récupération, les Verts sont rois. Et, paraît-il, exemplaires.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 12 commentaires
  • Notes de frais : l'arrogance du Conseil d'Etat

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 27.03.19

     

    Orgueil, superbe et arrogance : les trois visages affichés, ce mercredi 20 mars, par le gouvernement de la République et Canton de Genève. Un sommet, dans l’ordre du comportement princier, qui fera date. On pensait que les attitudes hautaines avaient été l’apanage du Président du Conseil d’Etat dans la législature précédente, on s’est peut-être trompé : l’équipe actuelle ne fait pas mieux. Ce 20 mars donc, notre collège gouvernemental, qui fait l’objet des attentions de la Commission de contrôle de gestion du Parlement pour faire la lumière sur ses notes de frais, a cru habile de contre-attaquer en venant faire la leçon juridique à la République entière. Oubliant - ou plutôt omettant – un détail : dans toute cette affaire, c’est lui, le Conseil d’Etat, et nul autre, qui est audité. Lui qui est ausculté. Lui qui doit produire les pièces nécessaires à la vérité. Il n’est pas là comme juge, ni comme ministre, mais comme partie sous enquête.

     

    Dans ce dossier, il y a trois forces en présence. Le Conseil d’Etat, autorité exécutive du Canton ; le Parlement, premier pouvoir, autorité législative, via sa Commission de contrôle de gestion ; la Cour des Comptes, organe voulu par le peuple souverain, pour mettre son nez là où ça fait mal, dans la gestion des affaires publiques. Inutile de dire que peu de magistrats, ou de hauts fonctionnaires, se montrent particulièrement réjouis lorsque François Paychère, Président de la Cour des Comptes, ou ses collègues viennent renifler dans leurs affaires.

     

    Là où les choses se compliquent (mais rassurez-vous, ça demeure parfaitement compréhensible !), c’est que dans l’affaire des notes de frais des conseillers d’Etat, la Commission de contrôle de gestion du Parlement a mandaté la Cour des Comptes, la jugeant plus professionnelle que de simples députés pour une investigation dans des colonnes de chiffres, ce dont tout le monde conviendra. Et c’est cela que le Conseil d’Etat ne peut pas supporter, ce qui nous a valu le 20 mars ses grandes leçons juridiques, tout juste bonnes à montrer à quel point il était sur la défensive. Aurait-il des choses à cacher ?

     

    A cette arrogance du Prince, il convient de résister. D’abord, saluer l’opiniâtreté de la Commission du Parlement, présidée par le PLR Yvan Zweifel : on espère que la volonté de lumière y est unanime, tous partis confondus, et que nul député ne se déroberait à son devoir de contrôle pour protéger un ministre de son camp. Un tel comportement serait indigne du pouvoir parlementaire. Saluer, aussi, le professionnalisme de la Cour des Comptes, qui depuis des années rend service à la transparence républicaine. Enfin, rappeler au Conseil d’Etat que le mépris ne saurait tenir lieu de méthode gouvernementale, pas plus que prendre les gens pour des naïfs. Nous avons connu, entre 2013 et 2018, de pénibles moments d’arrogance exécutive. Nous espérions un changement. Puissions-nous ne pas nous être trompés.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Pédale douce, SVP !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - 20.03.19

     

    L’affaire a éclaté comme un coup de tonnerre : sur le volet cantonal de RFFA (réforme de l’imposition des entreprises, votation du 19 mai), les socialistes genevois ont changé d’avis. En Assemblée générale, ils ont finalement dit non.

     

    Ce volet cantonal, c’est un taux unifié à 13,99% pour l’imposition des entreprises du canton, mais aussi des compensations sociales, dûment négociées entre la droite et la gauche, notamment entre PLR et PS : 186 millions pour aider les gens à payer leurs primes maladie, 18 millions pour les crèches. Du coup, le compromis ayant volé en éclats, la droite libérale est tombée à bras raccourcis sur les socialistes, les accusant de tous les maux. Elle a tort, immensément.

     

    D’abord, chaque parti est libre de ses positions. Les libéraux n’ont pas à dicter à la base socialiste ses choix. Libre, aussi, de changer d’avis, parce qu’il juge qu’on lui met le pistolet sur la tempe, en termes de pression temporelle. Et puis surtout, la droite libérale (pas tous : un homme comme Cyril Aellen demeure parfaitement digne et mesuré dans ses tonalités, la conseillère d’Etat Nathalie Fontanet aussi) n’est absolument pas qualifiée pour dicter le tempo dans le canton. Nous assistons à un retour du besoin d’Etat, la population ne considère plus les multinationales comme des vaches sacrées, intouchables, les mentalités changent.

     

    Si les partisans de ce volet cantonal de RFFA veulent gagner le dimanche 19 mai, ils ont sérieusement intérêt à mettre la pédale douce sur leur tons menaçants. Et à respecter le suffrage universel, seul souverain.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI, Sur le vif 1 commentaire
  • MCG : la guerre civile

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 20.03.19

     

    Le MCG : un parti en pleine crise. Un parti divisé, où règnent les clans et les règlements de comptes. Un parti qui part dans tous les sens, au mépris de sa lisibilité politique et de son crédit. Un parti qui a perdu de sa flamme et de sa gouaille, perdu son goût, son fumet giboyeux, ses accents de quartiers populaires, et jusqu’à ses irruptions pétaradantes, comme dans le Grand Guignol, le catch ou le théâtre de boulevard, celui où claquent les portes, avec des voleurs sous le lit, des amants dans les armoires, des cadavres dans les placards. Le MCG vient de se choisir un nouveau président, Francisco Valentin. C’est un homme très bien, respecté. Mais son travail, pour remettre à flots un parti miné par les luttes intestines, est immense. Sera-t-il seulement possible ?

     

    Fondé en 2005, le MCG appartient à l’Histoire de Genève, il aura son nom dans les livres. D’abord, parce qu’il a soulevé, n’en déplaise à tous ses détracteurs et tous les ricaneurs de l’époque, de vrais problèmes, auxquels les citoyens ont été profondément sensibles. Au moment où entrait en vigueur la libre circulation des personnes, avec des promesses de mesures d’accompagnement qui n’ont jamais été tenues, et où la gauche syndicale s’est faite proprement duper, le MCG a été, en Suisse, avec au Tessin la Lega, le premier parti à poser la question de la nature frontalière d’un canton. Et à exiger, pour la politique genevoise, des mesures appropriées à l’irruption de dizaines de milliers de personnes de France voisine sur notre marché de l’emploi. Côté libéral, et affidés, on lui a ri au nez. On ne jurait que par le miracle du libre-échange. On a eu tort.

     

    Il fallait la voir, l’arrogance de ces fatigues patriciennes, prenant de tellement haut la colère de la rue. On se disait qu’on était éternel, que le MCG n’était qu’un zéphyr passager. Là encore, on a eu tort. 9 députés en 2005, 17 en 2009, 20 en 2013 : l’ascension était fulgurante, le mouvement ne s’est renversé qu’en 2018, suite à des dissensions internes, comme si l’enfant chéri de la victoire avait porté en lui, dès le départ, les germes de sa propre destruction : il y a, dans le destin du MCG, comme une malédiction mythologique, nourrie dans le giron même de la famille.

     

    Aujourd’hui, le MCG n’est plus que l’ombre de ce qu’il fut. Ses héros fondateurs sont allés chercher – avec plus ou moins de bonheur – dans les montagnes du Valais, ou sur les rives du Tage, la promesse, comme Enée, d’un nouveau royaume. Les clans, parfois jusqu’à la haine, ruinent l’unité du parti. Chacun dénonce l’autre, la délation est souveraine. Le nerf de la guerre fait défaut. La cohérence idéologique n’est pas au rendez-vous. L’ordre de bataille, absolument nécessaire pour mener les luttes électorales d’octobre 2019 (fédérales) et du printemps 2020 (municipales), est en liquéfaction. Les alliances ne sont pas garanties. Oui, Monsieur Valentin, vous avez du boulot. On vous souhaite bonne chance. Brandissez-nous des idées, comme en 2005. Et faites-nous grâce des querelles de personnes. Il a va de la survie de votre formation politique.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire
  • Relax - Détente

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - 13.03.19

     

    Bains chauds ? Sauna ? Hammam ? Massages relaxants ? Week-ends à Abu-Dhabi ? Derniers tangos, dans les primes floraisons de l’aube ? La fonction de membre de l’exécutif de la Ville de Genève (ils sont cinq, dont un Maire, tournant chaque année) doit comporter de prodigieux avantages, pour qu’une telle foule, tous partis confondus, se presse au portillon de la « candidature à la candidature ».

     

    Prenons les Verts. En ville, il sera bientôt plus simple de dénombrer les membres de ce parti n’étant pas candidats, que les postulants. A Ensemble à Gauche, ils commencent à sortir du bois, chapelle par chapelle, crypte par crypte, cellule par cellule, annonçant pour les semaines qui viennent l’algébrique complexité des comètes, à l’approche de l’équinoxe.

     

    Une myriade de candidats, pourquoi pas ? Le bon peuple, simplement, s’il considère les équipes sortantes, notamment celle-ci (2015-2020), cherche avec pas mal de désespoir les mirifiques réalisations qui auraient été offertes, en compensation des avantages. Il cherche, et peine à trouver.

     

    Dès lors, le risque est énorme de se dire : « Beaucoup de candidats, peu d’élus. Un tonnerre de promesses, et puis le calme plat. Tant de miroirs brandis, tant d’alouettes prises au piège, si peu de progrès réels pour la Ville ». Ramené au monde de Shakespeare, on pourrait résumer les choses en affirmant que tout commence avec « La Tempête », et que tout, dans ce Finistère du Lac si cher à nos cœurs, se termine avec « Beaucoup de bruit pour rien ».

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 4 commentaires
  • PLR : sauvé des eaux !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 13.03.19

     

    Après des mois de turbulences, le PLR genevois a enfin trouvé son nouveau président : c’est l’avocat Bertrand Reich que l’Assemblée du parti a porté à cette charge, jeudi 7 mars à Troinex, avec 257 voix, contre 136 à sa rivale Natacha Buffet-Desfayes. Le résultat est clair, sans appel. Il ne désavoue nullement les qualités, bien réelles, de la perdante, que l’on retrouvera assurément dans l’avenir, mais préfère donner sa chance à un homme libre et indépendant, dépourvu de tout soupçon de mise sous tutelle par le clan Maudet. En cela, l’Assemblée du 7 mars marque une étape signifiante dans la vie du parti : bien souligner, en pleine période de crise (qui n’est ni résolue, ni révolue), l’absolue liberté de manœuvre du PLR face aux éternelles tentations de pressions du ministre en déliquescence, par cabinets noirs interposés.

     

    Cet acte d’affranchissement était salutaire. Depuis des années, certains ministres, notamment radicaux, avaient mis un tel grappin sur le parti, par leur jeu d’influences, leurs commis à des œuvres plus ou moins basses, leurs estafettes plus ou moins douteuses, qu’il fallait couper le cordon. Le comité directeur, juste avant Noël, était allé dans ce sens, désavouant clairement Pierre Maudet. Ce dernier, avec une habileté digne du retour de l’île d’Elbe, avait contre-attaqué en demandant une Assemblée générale, qui lui avait renouvelé sa confiance. Chacun, comme au ping-pong, avait gagné une manche. L’Assemblée de Troinex, ce fut la belle. Les partisans de Pierre Maudet l’ont clairement perdue. Sauront-ils entendre le message, sans s’engager dans un irrédentisme désespéré ?

     

    Le parti a sauvé sa peau, et les conditions de son indépendance, mais sur l’affaire Maudet, rien n’est réglé. Quelles relations le nouveau président entretiendra-t-il avec le conseiller d’Etat ? Le parti exigera-t-il toute la lumière, vraiment, sur les officines chargées de veiller sur la cagnotte radicale, au moment de la fusion ? Certains partisans extrémistes du ministre, ayant révélé depuis des mois, sur les réseaux sociaux, la nature clanique de leur obédience au chef, parfois jusqu’à la violence sectaire, auront-ils l’intelligence de se calmer, ou s’engageront-ils dans les combats de trop, ultimes et dévoyés ? Ces questions-là sont fondamentales. Elles ne pourront être esquivées, sous prétexte de pacification, nécessaire à reconstruire l’unité.

     

    Reste l’essentiel : le fond. Un parti, pour faire quoi ? Défendre quelles valeurs ? Tant le programme de Natacha Buffet-Desfayes (qui devra continuer de nourrir les réflexions à Genève, notamment sur l’apprentissage et la formation) que celui de Bertrand Reich affichaient une salutaire ouverture après les années obsessionnelles autour de la réforme de l’imposition des entreprises. Ces deux programmes nous disaient que l’économie, thème certes central dans l’ADN du parti, ne pouvait s’ériger en sujet unique, et qu’une vision plus générale et plus humaniste était salutaire. Reste à transformer cette vision en réalités, bien palpables. Vaste défi, à coup sûr le plus passionnant, pour le premier parti du canton.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire
  • Populiste : c'est toujours l'autre !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 06.03.19

     

    Je vais vous dire pourquoi je ne fréquente plus le monde. Pour une raison simple : ne plus jamais me retrouver dans ces situations ubuesques où tout le monde se met à parler des populistes, évidemment en mal, sans que personne ne se demande, une seule seconde, s’il n’y a pas, peut-être, un populiste dans la salle.

     

    Imaginez une tablée de quinze personnes, maîtresse de maison délicieuse, convives charmants, nectars de rêve, ambiance détendue. Soudain, l’un des quinze lance la conversation sur le populisme. Ces mouvements recueillant près d’un tiers des voix dans nos pays, il devrait, statistiquement, se trouver cinq populistes à table. Las, il n’y en a aucun ! Evaporé, le Tiers-Etat ! A moins d’un solitaire courageux, qui n’ait pas peur de casser l’ambiance et de foutre en l’air l’unisson bourgeois de la tendre chère, nul n’osera s’avouer. Et les quinze, d’une même voix, continueront de casser du sucre sur le populiste. Vitupérer l’éternel absent. Ou plutôt, l’éternel muet.

     

    Le populiste, c’est celui dont tout le monde parle, mais qui n’est jamais là. Ou alors, il se tait, parce qu’il sait la catastrophe que serait la discordance de son intervention. Alors, s’en voulant de ne pas jouer le Misanthrope, il préférera le rôle de Philinte, l’ami arrangeant, qui tente de sauver l’ultime espoir social de l’homme sauvage. Car nos codes, hérités des bonnes manières patriciennes, exigent que la petite musique de la mondanité, badine et taquine, s’emploie à toujours bannir le choc d’idées frontal. Ces gens-là vivent dans la terreur de l’éruption d’un Alceste ou d’un Cyrano, un incongru qui, soudain, viendrait mugir les choses telles qu’elles sont, un empêcheur de câliner en rond, dans la tiédeur du consensus.

     

    Alors voilà, le populiste n’est jamais dans la salle. Le populiste, c’est toujours l’autre. On casse du sucre sur son dos, sans qu’il élève la moindre protestation. Et l’auguste tablée, au moment de prendre congé, se félicite de cette merveilleuse soirée, de l’humanisme de cette compagnie : entre soi, on a célébré le convenable, on a défini la nature du diable, on peut aller se coucher.

     

    Le populiste n’est jamais dans la chambre. Il est l’autre, l’étranger au monde, le casseur de codes. Il est la fausse note. Il est l’invisible emmerdeur, celui dont il sied de dire du mal, mais qui, chez ces gens-là, n’a droit ni à surgir, ni à se dévoiler, ni même à être. Nul droit à la parole, non plus, ni même à la mention : « Voyons, Oscar, vous vous rendez compte qu’avec des propos pareils, sur la démocratie directe, les corps intermédiaires, vous faites le jeu des populistes ? ». Car chez ces gens-là, on peut sans problème « faire le jeu » du libéralisme le plus sauvage, ou de la gentille démocratie chrétienne, ou de la Sainte-Alliance des Verts avec le climat. Mais pas des populistes. « Vous nous décevez Oscar, je ne n’aurais pas cru cela de vous ». Alors, Oscar se tait. Gorgé de repentance, il attend le dessert. Comme d’autres attendent la fin du monde.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 11 commentaires
  • Dignes et libres

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 06.03.19

     

    On peut rejeter le libéralisme, comme modèle économique, tout en admirant le comportement de certaines personnalités libérales. C’est mon cas. Je suis trop profondément attaché à l’État, à sa mission d’arbitrage et de régulation, à la solidarité sociale aussi, pour me sentir de quelconques affinités avec un projet libéral qui insiste trop sur l’individu, pas assez sur le collectif.

     

    Seulement voilà. Il y a les idéologies, et il y a les êtres humains. Dans l’affaire Maudet, au cœur même du PLR, parti meurtri, ont émergé quelques comportements individuels qui, malgré mon éloignement idéologique, ont forcé mon admiration. Des hommes et des femmes que j’ai perçus comme libres et responsables, face à un clan organisé comme une armée, ou une chapelle en ordre de croisade.

     

    Dans ces gens, il y a Nathalie Fontanet. La conseillère d’État a su, tout au long de la crise, se montrer digne, respectueuse des gens. Elle a trouvé la tonalité d’Etat qui sied à sa fonction. Tout autant, il y a Cyril Aellen. Le brillant chef du groupe PLR au Grand Conseil, d’un bout à l’autre de la tourmente Maudet, est demeuré fidèle à son sens de l’éthique et de l’intérêt supérieur.

     

    On mentionnera aussi le président sortant. Je l’ai dit, je le répète : Alexandre de Senarclens a montré une grande tenue morale, et une attitude de gentleman, dans la gestion d’un parti lacéré par les divisions. Au fond, au PLR, la richesse première est celle des hommes et des femmes. Puissent-ils s’affranchir d’un clan qui veut tout dévorer.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Fatras et lumière

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 27.02.19

     

    J’ai sous les yeux la liste des votations soumises au suffrage populaire le dimanche 19 mai prochain, telle que publiée par le Conseil d’Etat, le 1er février dernier. Mon premier sentiment, à la lecture de ce fatras, est celui d’une profonde révolte. Par métier, je fais partie de ceux qui se font un point d’honneur à toujours traduire en langage simple et clair, pour le public le plus large possible, les enjeux politiques. Plus le dossier est complexe, plus la mission est belle : avoir l’esprit de synthèse, dégager les grandes lignes, mettre en contexte, donner du sens. Et surtout, penser à ce qui concerne les gens, mettre en valeur ces points-là, éviter l’abstraction. Remplacer le fatras par la lumière.

     

    Si le Conseil d’Etat publie tel quel le menu du 19 mai, c’est l’échec assuré. Non l’échec de tel ou tel camp, mais celui de la clarté dans le contrat politique. Il est vrai que le Grand Conseil, notamment dans le dossier de la CPEG (Caisse de prévoyance de l’Etat de Genève) n’a pas simplifié la tâche sur le fond, avec son feu vert donné à deux projets de loi contradictoires. Les partis, qui chacun ont lancé référendum contre la majorité qui leur avait déplu, ajoutent à l’opacité. Le Conseil d’Etat, en nous balançant un menu illisible pour le grand public, parachève la nuit citoyenne.

     

    Le menu du 19 mai 2019, quant à la forme en tout cas, constitue une absolue négation de la politique. Une victoire de l’obscur sur la nécessaire clarification des enjeux, en démocratie.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire
  • Une femme, parmi d'autres

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 20.02.19

     

    Conseillère administrative depuis 2011, chargé de la Cohésion sociale et de la Solidarité en Ville de Genève, Esther Alder ne se représentera pas pour un troisième mandat en 2020. Du coup, les appétits s’aiguisent pour lui succéder : chez les Verts, on se presse au portillon.

     

    Esther Alder est une personnalité politique profondément respectable, dans le rapport qu’elle entretient à la chose publique, à la fonction exercée, à la notoriété. Là où d’autres laissent les effluves du pouvoir monter jusqu’au plus profond de leurs têtes, la magistrate Verte a toujours su demeurer une femme comme une autre. Une femme parmi d’autres, au cœur de la Cité. On partage ou non ses options politiques, mais on doit reconnaître la très belle vertu de simplicité du comportement de Mme Alder.

     

    Elle a été touchée par l’affaire des notes de frais, notamment pour son appétence pour les taxis. Dont acte. Mais tout de même, nous sommes à des milliers de lieues marines d’autres excès, je ne vous fais pas un dessin. Pour ma part, j’apprécie à son plus haut niveau le sentiment d’égalité qui se dégage de Mme Alder.

     

    Elle exerce une fonction, mais ne se prend pas, pour autant, pour un être inatteignable. Au contraire, elle vit sa vie, à son rythme, défend ses causes, demeure accessible et souriante. Vous voulez que je vous dise ? Ce sont là des valeurs suisses, tout simplement. Je souhaite à Mme Alder une excellente fin de mandat.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • La citoyenneté, ça commence à l'école !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 13.02.19

     

    Dans notre démocratie suisse, le personnage principal, ça n’est ni le Président de la Confédération, ni celui de l’Assemblée fédérale, ni celui du Conseil d’Etat, ou du Grand Conseil, de votre canton. Non, le personnage no 1, c’est le citoyen, ou la citoyenne. Chacun d’entre nous, non en tant qu’individu, mais comme partie prenante, quatre fois par an, à la grande liturgie profane du suffrage universel. Chaque citoyenne, chaque citoyen constitue, lorsqu’il participe à un processus de vote, une part certes infime, mais indivisible, inaliénable, du pouvoir suprême de décision sur le destin suisse. C’est cette part sacrée que des millions de Français, relayés par le mouvement des gilets jaunes, veulent obtenir, pour se prononcer désormais, comme en Suisse, directement sur les thèmes de la politique. Et non se contenter, tous les cinq ans, de choisir des « représentants », qui feraient la politique à leur place. Parce que cette part réclamée est sacrée, Macron la leur refuse, ou rechigne en tentant de gagner du temps : l’ordre du sacré, dans son esprit, est réservé au monarque.

     

    En Suisse, nous devenons citoyens à l’âge de 18 ans, celui du droit de vote. Mais pour être immédiatement opérationnel, à ce moment de la vie, dans le champ politique, il est absolument nécessaire d’y avoir été, avec patience et pendant de longues années, formé par le système scolaire. Formé à la citoyenneté, et non formaté pour se fondre dans un parti ou un autre ! Formé aux actes citoyens, à la mécanique de décision dans notre pays. Informé, dès l’école primaire, de façon aiguisée, appétissante, plaisante, pourquoi pas ludique, sur notre système. Initié, surtout, à l’Histoire politique. Celle de l’Europe, celle du monde, celle de la Suisse, celle du canton. Initié, par des profs d’Histoire qui aient la niaque ! On n’a pas le droit, sur des sujets aussi capitaux, de se montrer ennuyeux, grisâtre, poussiéreux : le prof d’Histoire doit être le hussard noir de la République, celui qui éveille, excite, secoue le sens, affûte la curiosité, dégage des lignes de crête, éclaircit les horizons.

     

    Quant à l’éducation citoyenne, elle peut afficher mille visages. Débats, jeux de rôles, visionnements d’émissions TV, écoutes de moments de radio, initiation à l’usage des sites internet, et même à une utilisation citoyenne des réseaux sociaux. Il est urgent, en Suisse, que près d’un siècle d’archives SSR (radio dès les années vingt, TV dès les années cinquante) soient totalement et gratuitement mises en ligne. Et que les écoles puissent les utiliser, les mettre en contexte, en perspective. On ne laisse pas dormir un tel trésor ! Avant tout, il faut que l’Ecole de la République se pénètre bien de sa mission de mise en appétit citoyen. Elle n’est pas là pour regarder passer les trains, ni pour se réfugier dans une tour d’ivoire. Elle est une part très importante de la vie citoyenne, tout court. La formation, à Genève, est maintenant obligatoire jusqu’à 18 ans. Eh bien formons des citoyens, c’est essentiel !

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Pêche interdite

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - 06.02.19

     

    Il paraît que certains petits marquis, autour de M. Macron, émettent des doutes sur la démocratie directe suisse. Grand bien leur fasse. Tout au plus devrait-on leur faire parvenir le communiqué de presse du Conseil d’Etat genevois, en date du vendredi 1er février 2019, énumérant les votations, fédérales et cantonales, qui nous attendent le dimanche 19 mai. Ce jour-là, interdiction d’aller à la pêche !

     

    Ce communiqué, sobre et factuel, constitue en lui seul la plus remarquable défense et illustration de notre système suisse. Voilà, dans un canton suisse réputé (à tort) pour sa légèreté politique, ses fameuses Genfereien, des citoyennes et citoyens qui vont, le même jour, se prononcer, en vrac, sur la réforme de l’imposition des entreprises, l’avenir des retraites des fonctionnaires (CPEG), le plafonnement des primes maladie à 10% du revenu du ménage, et la politique culturelle. Tout cela, au seul échelon cantonal !

     

    Côté fédéral, le volet suisse de RFFA (imposition des entreprises), mais aussi la votation très sensible sur les armes. Montrez ce document à un ami français, favorable ou non aux gilets jaunes. Montrez-lui juste ce texte, expliquez-lui les enjeux. Il verra un pays où le corps électoral des citoyens s’exprime sur le fond. Sur des sujets difficiles, austères. Le rôle des médias responsables (comme ici, dans ce journal, ou à Léman Bleu, ou d’autres journaux ou antennes, à Genève), étant d’en présenter les enjeux avec la passion de l’explication, et celle de la clarté. Vive notre démocratie directe !

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire
  • La politique, sans les partis !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - 30.01.19

     

    La politique vous passionne ? Surtout, ne vous inscrivez pas dans un parti ! Vivez votre passion en vous concentrant sur des thèmes, en ciblant vos objectifs sur des buts précis. Lancez des idées, qui viennent de vous, et non copiées sur d’autres, refusez tout aîné, toute allégeance : rien de plus insupportable que ces grappes de groupies, autour d’un leader charismatique. On se bat pour des idées, pas pour servir l’écurie personnelle d’un ambitieux.

     

    Vous aimez la politique ? Faites-en ! Pour cela, nul besoin de s’insérer dans l’appareil lourdingue d’un parti, avec ses structures héritées du dix-neuvième siècle, de la Révolution industrielle, de la lutte des classes. Avec ses comités, ses Assemblées générales, ses commissions internes, son président, ses vice-présidents, ses rivalités de chapelle, ses clans. Ne vous embarrassez pas de toute cette dérisoire gravité ! Battez-vous pour des thèmes, engagez-vous dans des comités d’initiatives, produisez-nous des idées, comme les Jeunes Verts avec le mitage, comme le Parti du Travail, avec les soins dentaires.

     

    La démocratie directe suisse a besoin de jeunesse, d’énergie, de forces vives. Elle a besoin de nous tous. Regardez les partis, toutes tendances confondues : ils vous font envie, avec leurs luttes intestines, leurs combats de coqs, leurs machines à se coopter dans les conseils d’administration des grandes régies ? Vous aimez la politique ? Engagez-vous ! Au service des idées !

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 4 commentaires
  • Les hommes et les femmes politiques, c'est nous !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 30.01.19

     

    Dans l’Histoire de l’humanité, le concept « d’homme politique » est une invention incroyablement récente. Ne parlons pas de celui de « femme politique », qui l’est encore davantage ! Au fond, cette étrange catégorie d’individus, dont on attendrait qu’ils fassent seuls la politique, n’est apparue qu’après la Révolution française : on commence à les entrevoir dans certains romans de Balzac. Ils arrivent à partir du moment où, avec pas mal de soubresauts pendant tout le dix-neuvième siècle, on s’est mis à élire des gens dans des Parlements. En parallèle, sont nés les partis politiques : ceux qui en étaient membres, ou en constituaient les personnages les plus visibles, on les a appelés des « hommes politiques ». Et peu à peu, a germé dans l’esprit des gens l’idée que seuls ceux qui étaient dûment estampillés de ce label avaient le droit de « faire de la politique ». La masse des autres n’étant bonne qu’à élire, tous les quatre à cinq ans, des gens qui, à leur place, décideraient du destin national.

     

    Cette conception, qui met en valeur et en lumière une petite catégorie de clercs, et jette dans l’ombre le corps des citoyens, transformé en masse anonyme, est un dévoiement du principe révolutionnaire de citoyenneté. On notera que, déjà sous la Révolution, existait une dialectique fort vive entre partisans du pouvoir au peuple (une sorte de démocratie totale), et ceux qui défendaient la primauté de la représentation. Ces derniers ont assurément gagné, mais jusqu’à quand ? Plus de deux siècles après cet immense brassage d’idées qu’a constitué l’épisode révolutionnaire, de nouveaux paramètres surgissent, qui pourraient bien, dans les décennies qui nous attendent, réhabiliter l’idée d’une démocratie centrée, non sur les corps intermédiaires, mais sur les citoyennes et les citoyens. Ces derniers n’étant plus considérés comme de bonnes vieilles machines à élire, puis se taire entre deux élections (ou brailler dans la rue). Mais comme des acteurs de la vie politique.

     

    Au fond, les hommes et les femmes politiques, c’est nous. Chaque citoyenne, chaque citoyen, muni du droit de vote, détient une partie de la souveraineté universelle. Cette part est infime, mais elle est sacrée. Inaliénable. Indivisible. Elle nous sert à élire des gens, mais aussi – et c’est infiniment plus intéressant – à inventer nous-mêmes la politique, par exemple en nous engageant dans des comités d’initiatives. Notre démocratie directe n’est pas un luxe, ni une option, elle est un organe de notre ordre constitutionnel, au même titre qu’un processus de décision parlementaire. Sa vivacité, son crédit, son efficacité ne dépendent que de nous : plus nous nous en servirons, mieux nous choisirons nos thèmes, plus l’institution même de la démocratie directe, dans notre pays, marquera des points. La balle est dans notre camp à tous : nous sommes tous des citoyennes et des citoyens. Tous, nous sommes des femmes et des hommes politiques.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Soins dentaires : voilà du concret !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 23.01.19

     

    Une initiative cantonale pour le remboursement des soins dentaires : voilà un sujet qui nous concerne tous ! Un sujet concret, sensible, qui touche la vie quotidienne des gens, à commencer par les moins favorisés. Les Genevois voteront oui ou non, le 10 février, à ce texte, mais une chose est sûre : en lançant cette initiative, qui a récolté 18'500 signatures (impressionnant !), le Parti du Travail a vu juste. Il parle aux gens de leur vie, leur corps, leur santé : n’est-ce pas là l’un de nos biens les plus précieux ?

     

    Bien sûr, 18'500 signatures, ça ne signifie pas encore la victoire en votation. Dans le texte de l’initiative, il est question des « soins dentaires de base », mais nul catalogue de prestations n’est précisé. Dans le débat du Grand Genève à chaud consacré à ce sujet, le dimanche 20 janvier, les partisans ont reconnu qu’il appartiendrait, en cas de oui le 10 février, au Parlement de se montrer plus précis, lors de la loi d’application. Et puis surtout, la question du financement, qui passe par un prélèvement sur les salaires, ne manquera pas de susciter de vives oppositions.

     

    Mais enfin, qu’on soit pour ou contre, on doit féliciter le Parti du Travail (comme les Jeunes Verts, pour le mitage) d’empoigner un sujet vif et infiniment concernant. Ça nous change de la politique des abstractions, de la querelle sur le sexe des anges, ou… sur l’opportunité même de parler des anges !

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 3 commentaires
  • Les thèmes l'emportent sur les personnes !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 23.01.19

     

    Dans notre politique suisse, nous intervenons, comme dans les autres démocraties qui nous entourent, sur le choix des personnes : ce sont les élections. Exemple : les élections fédérales du dimanche 20 octobre 2019, pour lesquelles les partis aiguisent déjà leurs armes. Mais notre démocratie directe nous permet également de nous prononcer directement, nous les citoyennes et citoyens, sur les thèmes de la politique. Elle nous permet soit de contester une loi votée par le Parlement (référendum), soit, beaucoup mieux, de lancer nous-mêmes, d’en-bas, un grand débat national, avec votation à l’appui, un beau dimanche : cette possibilité, unique au monde, que les Français nous envient tant, est le doit d’initiative.

     

    Exemple : nous votons, le dimanche 10 février 2019, sur l’initiative des Jeunes Verts contre le mitage du territoire. Un débat passionnant, incroyablement concernant pour chacun de nous, pour les générations futures, pour le rapport que nous entendons entretenir à la ville et à la campagne, aux espaces verts, à l’agriculture. Et, finalement, au paysage. Les Jeunes Verts demandent que chaque nouvelle zone à bâtir, dans le pays, soit compensée par l’équivalent (en surface) en retour à la nature. Il s’agit que la ville soit la ville (densifiée, s’il le faut), et que des espaces de campagne soit clairement préservés. Qui d’entre nous n’a jamais pris le train Genève-Lausanne ? Regardons par la fenêtre : le voilà, ce fameux « mitage » du territoire, avec des zones semi-citadines, semi-champêtres, un habitat étalé, dispersé, beaucoup de gaspillage.

     

    Le mois qu’on puisse dire est que l’enjeu est de taille. Eh bien nous n’aurions jamais voté, le 10 février prochain, si à l’origine, un tout petit groupe d’hommes et de femmes motivés, citoyens dans l’âme, en l’occurrence les Jeunes Verts, n’avait décidé de se lancer un jour dans l’aventure – ô combien difficile et périlleuse – de l’initiative populaire fédérale. Grâce à eux, nous allons voter sur un thème majeur pour l’avenir de l’habitat, dans notre pays. Un exemple, parmi des dizaines d’autres depuis 1891 (début de l’initiative populaire fédérale), de la chance que nous avons de nous prononcer directement sur les sujets de la politique. En France (en attendant que les gilets jaunes obtiennent gain de cause sur leurs demandes de nouveaux droits populaires), en Italie, en Allemagne, nos voisins de ces grandes démocraties ne vont aux urnes, sauf rares exceptions, que pour élire des personnes. Du coup, l’engagement citoyen se résume à soutenir ou rejeter des candidats. On les élit pour quatre ou cinq ans, dans des Parlements, et entre deux élections, on leur délègue tout pouvoir de décision.

     

    Eh bien disons-le clairement : nous avons, nous en Suisse, la chance d’avoir un meilleur système. Loin d’être parfait, mais plus ouvert, et plus directement démocratique. Le citoyen n’est pas juste un électeur. Il est un acteur de la vie politique. Saisissons cette chance, et privilégions à fond les thèmes sur les choix des personnes. Vive notre démocratie directe ! Elle est notre grande chance, face à l’Histoire.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Image et vérité

    Imprimer

     

     Commentaire publié dans GHI - Mercredi 16.01.19

     

    Un moment de surréalisme, ce samedi 12 janvier, en pleines manifestations des gilets jaunes : sur le plateau parisien d’une chaîne continue, un ineffable beau parleur nous dit que tout va bien, et que Macron reprend la main. Pendant qu’il parle, en total décalage avec ses propos, l’image qui s’offre aux spectateurs est celle d’un incroyable bordel, avec fumigènes et lances à eau, devant l’Hôtel-de-Ville de Bordeaux, cette ville illustre de Gironde qui eut pour Maire, à la fin du seizième siècle, un certain Montaigne.

     

    Le parisien, en plateau, pérore. Simultanément, l’image bordelaise dit exactement le contraire. De fait, il faut s’interroger sur le rôle de la police, ce samedi 12, dans des villes comme Toulouse ou Bordeaux. Elles ont eu, assurément, la main fort lourde : était-ce toujours justifié ?

     

    Surtout, se pose la question de l’image. Entre les images dûment choisies, mises en scène, montées et commentées par les TV proches du pouvoir, et les dizaines de milliers de vidéos privées circulant sur les réseaux sociaux, il y a lieu de prendre sérieusement en considération cette seconde catégorie. Des bribes de vie, brutes, certes parcellaires (donc à remettre dans leur contexte), mais autrement plus porteuses de vérité que ce que veulent bien nous balancer les stations pro-Macron.

     

    Sauf dans de très rares cas : par exemple lorsque l’image en direct, celle de Bordeaux, vient contredire sans filet les propos hallucinants du petit marquis bavard d’un régime qui s’effondre.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Suisse-Europe : ne lâchons rien, restons libres !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 16.01.19

     

    D’abord, dire une chose, haut et fort : la Suisse est, dans toutes les profondeurs de ses entrailles, un pays européen. Son destin n’a rien d’insulaire : il s’est construit, au fil des siècles, en fonction des événements extérieurs. Aucune des grandes lames de fond ayant déferlé sur le continent européen n’a épargné la Suisse : ni l’Empire romain, ni la structure féodale, ni les grands ordres chrétiens, ni l’invention de l’imprimerie, ni la traduction de la Bible en allemand par Luther (1522), ni la Réforme, ni la Contre-Réforme, ni les Lumières, ni la Révolution française, ni l’épisode napoléonien, ni la Restauration, ni le romantisme, ni la Révolution industrielle, ni le printemps des peuples de 1848 (début de la Suisse moderne), ni le Kulturkampf, ni l’Encyclique Rerum Novarum de Léon XIII (1891), ni les deux Guerres mondiales. Dans tous ces mouvements tectoniques, la Suisse a été secouée, comme ses voisins. La thèse de l’insularité ne vaut pas un clou.

     

    Oui, la Suisse est un pays européen. Le destin du continent est le sien. Sa position géographique, centrale, configure ainsi les choses. Simplement, nous ne sommes pas membre de la structure appelée « Union européenne ». C’est ainsi : les choses, depuis 1957 (Traité de Rome) se sont faites sans nous. Nous avons, certes, constamment négocié avec Bruxelles, mais nous avons choisi de rester dehors. Hors de la structure, mais pas hors de l’Europe ! Dans la longue dialectique, déjà six décennies, engagée entre la Suisse et l’Europe communautaire, notre atout principal est, simplement, de rappeler ce que nous sommes. Un pays d’Europe, ami de tous, désireux d’entretenir avec ses voisins les meilleures relations, mais férocement attaché à ses institutions, sa démocratie directe, son fédéralisme, son indépendance nationale, sa souveraineté. Il n’y a là aucune animosité, aucune déclaration de guerre : juste dire à Bruxelles : « Nous sommes un pays libre, nous entendons le rester ».

     

    Dans les négociations, le Conseil fédéral doit absolument avoir cette tonalité-là : courtoisie sur la forme, implacable fermeté sur le fond. En aucun cas les négociateurs ne doivent arriver avec le complexe d’infériorité du petit face au géant : la Suisse est un pays libre, une nation souveraine, elle défend avec rage les intérêts supérieurs de ses citoyens, c’est cela le rôle de nos négociateurs, et non chercher à plaire à Bruxelles. Et surtout, ne rien précipiter ! Quelle UE sortira des élections européennes de mai 2019 ? Quelle place, au sein même du conglomérat, vont y reconquérir les différentes nations ? Quelle place pour la nation française, la nation allemande, la nation italienne, la nation hongroise ? Partout en Europe, comme en 1848, gronde la voix des peuples, partout l’exigence démocratique émerge, partout l’aspiration à la démocratie directe fait surface. Face à cette gigantesque incertitude, nous, la petite Suisse, nous aimons nos institutions, nous avons déjà la démocratie directe, nous vivons ensemble dans la paix et le respect mutuel. Aucune raison, donc, de paniquer face à l’Europe ! Affirmons ce que nous sommes, ne lâchons rien, restons libres.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire