Commentaires GHI

  • La course à l'échec

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 25.05.22

     

    Le élections, à Genève, c’est toujours la même chose. La gauche, en ordre de bataille. La droite, en désordre et en pagaille. Ce samedi 21 mai, deux partis gouvernementaux qui entendent le rester pour la prochaine législature, les socialistes et les Verts, ont désigné leurs candidats pour les élections au Conseil d’Etat.

     

    Oh, ça n’est pas pour tout de suite (avril 2023), mais il faut serrer les rangs le plus tôt possible, montrer sa cohésion, ou tout au moins en donner l’impression. Deux candidats par parti : Carole-Anne Kast et Thierry Apothéloz pour les socialistes, Fabienne Fischer et Antonio Hodgers pour les Verts. Le carré d’attaque est constitué.

     

    Il ne s’agit pas ici de savoir si chacun de ces candidats, individuellement, respire la transcendance. Mais de voir le phénomène de groupe. Il est cohérent, positif. A l’inverse, la droite donne encore l’impression de nager en eaux troubles. Certes, on commence à connaître les candidats à la candidature. Mais rien n’est sûr. D’autres peuvent encore surgir, dans certains partis. Quelle alliance ? Quel jeu d’ensemble ? Quelle stratégie commune ? Mystère et boule de gomme, même si Bertrand Reich, Président du PLR, a lancé de clairs appels à l’unité.

     

    La gauche unie, la droite hésitante. Le signal, à dix mois du premier tour (2 avril 2023), n’est pas bon pour tous ceux, à Genève, qui sont déjà plus que fatigués de cette majorité gouvernementale de gauche, depuis la complémentaire du printemps 2021. Courir à l’échec, est-ce pour l’éternité la maladie héréditaire de la droite à Genève ?

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Couchepin, Delamuraz : portraits croisés

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 25.05.22

     

    Je pourrais écrire un livre sur mes zones de convergences avec Pascal Couchepin, Conseiller fédéral de 1998 à 2009, dont j’ai suivi de près la carrière politique pendant plus de vingt ans, et aussi sur ce qui nous sépare. Les différences, d’abord : ses relations au capitalisme financier, au libéralisme économique, aux Etats-Unis d’Amérique (Irak, 2003), n’emportent pas mon adhésion. Le point commun : le goût de l’Etat. Il fut un homme d’action, et moi un simple observateur, un commentateur. Je l’ai tant de fois interviewé, surtout en radio, quand il était chef de groupe à Berne, puis Conseiller fédéral, mais aussi en TV. Et toujours, quel que fût mon accord ou mon désaccord avec ses propos, j’ai apprécié l’intelligence de l’homme, sa clarté, sa lucidité. Il est un esprit avec qui le dialogue est un enrichissement. Il aime discuter, croiser le fer, comme on le fait dans les bistrots valaisans, depuis la nuit des temps.

     

    Avec Jean-Pascal Delamuraz, son prédécesseur au Conseil fédéral (1983-1998), que j’ai très bien connu aussi, j’ai beaucoup moins le souvenir de discussions : son verbe fusait par irruptions, parfois des traits de génie, des formules pour l’Histoire (« dimanche noir », 6 décembre 1992, échec de l’EEE), des piques, des saillies d’humour comme des comètes, mais pas ce goût de l’argument démonstratif du radical valaisan. Au fond, le radical vaudois ne cherchait pas tant à convaincre qu’à exister très fort, si possible dans le cœur des gens. Le Valaisan, dans la grande tradition philosophique du Freisinn, croit aux lumières de l’argument juste. Peut-être sa très longue expérience de minoritaire, comme radical, dans un Valais naguère dominé par les conservateurs, lui a-t-elle aiguisé, dès les très jeunes années, cette nécessité de la démonstration comme une arme. Pour tenir tête à la scholastique. Le moins qu’on puisse dire est qu’il s’en est servi.

     

    Delamuraz, Couchepin : deux monstres sacrés du radicalisme romand, les derniers grands, au niveau fédéral, comme à Genève nous eûmes Guy-Olivier Segond. Ils étaient réputés ne pas s’aimer, le second guettant toute faiblesse du premier pour un jour prendre sa place. C’est possible. Mais jamais, de ma vie, je n’ai entendu l’un dire du mal de l’autre. Ils étaient infiniment différents, c’est sûr, Delamuraz buveur, jouisseur, fraternel dans le contact physique, Couchepin toujours se dominant. Le Valaisan, apôtre de la Raison triomphante, celle de Kant et de toute la philosophie allemande de l’Aufklärung, à qui le radicalisme suisse doit tant. Le Vaudois, où semblait toujours poindre la folie, toujours à la lisière de la démesure, l’homme qui surprend, l’homme qui surgit.

     

    Pourquoi je vous parle de ces deux hommes ? Parce qu’ils m’ont marqué. Ils viennent d’une très grande famille politique, celle qui a fait la Suisse moderne. Ils avaient, comme nous tous, des qualités, des défauts, connaissaient leurs propres faiblesses, leurs limites. Ils aimaient leur pays. Ils étaient de cette espèce rare, en voie de disparition, qu’on appelle des hommes d’Etat.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Fin de règne

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 18.05.22

     

    50,8% de non ! Pour les opposants à la réforme du Cycle d’orientation, soumise en votation ce dimanche 15 mai, la victoire est courte, disons quelques cheveux. Mais elle est réelle. Il faut saluer tous ceux, dans les deux camps, qui ont mené ce combat difficile. La bataille fut âpre, pas toujours compréhensible : la réforme n’était pas aisée à expliquer au grand nombre, et les arguments des adversaires, encore plus complexes.

     

    Mais le peuple a tranché. De peu, il contribue à plomber la fin de règne de l’actuelle cheffe du DIP, qui est encore en fonction pour un an. Les affaires sont nombreuses, on les connaît. La confiance n’est plus au rendez-vous. La machine écrase tout. Le politique ne semble plus guider les hauts-fonctionnaires. La potion est amère.

     

    Il faut maintenant laisser se dérouler cette ultime année, sans ajouter de l’huile sur le feu. Le bilan de l’équipe sortante est assez clair pour qu’on ne s’y étende pas, sauf affaire nouvelle qui viendrait à surgir d’un placard.

     

    Tourner doucement la page, oui, pour se projeter dans l’avenir. En 2023, au moment des élections, les socialistes auront tenu le DIP pendant 44 ans, sur 62, depuis 1961. 24 ans sous Chavanne, dix ans sous Charles Beer, dix ans sous la titulaire actuelle. Aujourd’hui, leur gestion est un échec. D’autres, provenant d’une autre philosophie politique, doivent maintenant prendre les rênes. Avec un souffle nouveau. Une ambition nouvelle. Non au service d’une structure, ni surtout d’un compagnonnage. Mais de la connaissance. Et de sa transmission. Là est le défi. Là, l’enjeu.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Vous allez nous les nettoyer, ces écoles !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 18.05.22

     

    Renoncer au grand nettoyage d’été de nos écoles genevoises, faute de moyens. Rien que ces quelques mots suscitent, auprès des citoyens et des contribuables, la colère la plus dévastatrice. Et le rage, partout dans le canton, de Céligny à Chancy, de Jussy à Satigny, de donner au petit monde qui nous gouverne un phénoménal coup de balai. C’est la Tribune qui révèle l’affaire, vendredi 13 mai. Il n’y aurait pas assez d’argent pour procéder, entre deux années scolaires, à la plus élémentaire mesure d’hygiène : faire à fond les classes, les couloirs, les toilettes, les locaux de gymnastique, les réfectoires de nos bâtiments scolaires.

     

    A ce niveau de scandale, on n’a même plus envie de savoir si la responsabilité incombe à l’Instruction publique, aux Infrastructures, aux deux, au Conseil d’Etat dans son ensemble. Non. On a juste besoin de crier sa colère. D’aucuns, avant moi, l’ont fait depuis vendredi. Eh bien, continuons : cette décision, d’une mauvaise foi inimaginable, est tout simplement inacceptable. Non seulement il va falloir nettoyer à fond les écoles, mais aussi les Ecuries d’Augias chez nos bureaucrates, nos apparatchiks, et certains de nos élus. En clair, l’origine de ce chantage (pas d’argent, pas de nettoyage) doit être identifiée. Ses responsables, sanctionnés. L’autorité politique l’ayant couvert, placée devant ses responsabilités. Nous, les citoyennes et citoyens, et notamment les contribuables, tondus comme dans aucun autre canton pour engraisser un Etat-mammouth, nous devons nous montrer sans la moindre indulgence par rapport aux lascars ayant laissé courir l’équation : « Pas de moyens, pas de propreté à la rentrée ». S’ils veulent se lancer dans une carrière de maîtres-chanteurs, qu’ils aillent chanter Wagner, à Nuremberg.

     

    « Pas de moyens » ! Mais on se fout de qui, là ? Faut-il rappeler ici le budget mirobolant du DIP, ou, d’une manière générale, de l’ensemble de la machine d’Etat à Genève ? Faut-il évoquer la lourdeur de l’administration, le poids de l’appareil et des états-majors, l’utilité fort relative de certains services de recherches, la liturgie pétrifiée des habitudes ? Faut-il revenir sur les innombrables affaires qui ont plombé le Département pendant cette législature, malaise chez les directeurs de Collèges, Foyer de Mancy, etc. Mais surtout, l’argument nauséabond du manque d’argent : un milliard de plus de rentrées financières à l’Etat l’an dernier, train de vie inconsidéré de la fonction publique, de loin la plus onéreuse de Suisse par habitant. Et il n’y aurait pas de quoi nettoyer nos écoles, après deux années Covid, cet été ? Foutaise. Et je pèse mes mots.

     

    Le scandale, c’est celui de l’éternel chantage au manque d’argent, qui suinte la vengeance face à de récents combats budgétaires perdus, alors que des ressources financières, l’Etat de Genève en dispose, beaucoup plus que n’importe lequel des 25 autres cantons. Plus jamais les citoyens, plus jamais les contribuables, les cochons de payeurs de ce canton, ne doivent laisser passer une affaire de ce genre. Il faudra un grand nettoyage. Et pas seulement dans les écoles.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 3 commentaires
  • Machine à broyer

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 11.05.22

     

    Depuis des décennies, mais notamment depuis seize ans (Genève à Chaud), je donne la parole à des jeunes politiciens, tous partis confondus. Innombrables sont ceux d’entre eux qui, depuis le jour de leur première apparition radiophonique ou télévisuelle, ont fait carrière. D’autres préfèrent s’orienter vers d’autres voies, c’est la vie, chacun est libre.

    Il ne s’agit pas de faire du jeunisme. La jeunesse, en politique, n’est ni vice ni vertu en soi, elle est juste une étape de la vie. Mais une petite voix, en moi, me dit depuis toujours : « Donne-leur une chance, au tout début ». Ensuite, chacun vit sa vie.

    Ce qui est terrible, ça n’est pas d’être jeune, ni d’être vieux. Ni de vieillir. Non, l’horreur de la vie politique, c’est la véritable machine à broyer que constituent les partis. Avec leurs assemblées. Leurs comités. Leur lourdeur structurelle. Leurs rivalités. Leurs clans. Je les vois, les jeunes, au fil des années, blanchir lentement sous le harnais, s’incorporer dans le jeu des ambitions, perdre l’idéal, gagner en roublardise. Je n’aime pas cela. C’est triste. Parce que la vie, ça doit être le maintien en éveil des rêves de sa jeunesse.

    Les partis, mais aussi les parlements. C’est triste, un jeune déjà dévasté par les tics de langage législatifs : « Comme vient de l’exprimer mon préopinant », « Vous transmettrez, M. le Président », etc. La politique, ça ne doit pas être ces passages obligés de la convenance ! La politique, ça doit être de la compétence, mais aussi du désir, du panache. Sinon, c’est la mort, par strangulation de l’ennui.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Nos chers amis américains

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 11.05.22

     

    Il y a des choses qu’aucun citoyen suisse ne peut laisser passer. En voici une, toute récente : une Commission du Congrès américain vient d’insulter gravement notre pays, de s’ingérer avec une arrogante vulgarité dans nos affaires, de se permettre de nous faire la leçon, à la face du monde. Jeudi 5 mai, cette Commission décrivait la Suisse comme « l’un des principaux complices du dictateur Poutine et de ses acolytes ». Le Président de la Confédération, Ignazio Cassis, a immédiatement réagi, rejetant « avec la plus grande fermeté les formulations utilisées ». Non seulement il a bien fait, mais il aurait dû aller beaucoup plus loin : notre tout petit pays, fragile, riche de sa seule cohésion interne, ne peut en aucune manière recevoir un tel soufflet sans rétorquer avec la dernière des véhémences. Surtout lorsque l’insulte vient de la première puissance du monde, impérialiste à souhait depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, moraliste à l’extrême. Le géant qui insulte le tout petit.

     

    Les Américains n’en sont pas à leur coup d’essai. Pendant toute l’affaire des fonds en déshérence, la Suisse s’est laissée mettre sous pression, sans broncher, par tout un petit monde d’avocats d’affaires, de parlementaires en quête de lumière, gravitant autour de New York et de Washington. Le Conseil fédéral de l’époque s’était montré beaucoup trop doux, trop gentil, trop passif. Il passait son temps à courber l’échine, laissait les donneurs de leçons de la Côte Est nous dicter leur version de l’Histoire, les rançons qu’ils espéraient en tirer. Et nos courtois Conseillers fédéraux filaient doux comme des enfants trop sages, pris en faute, rougissant, affrontant le destin sur la pointe des pieds, attendant le coup suivant, espérant que l’orage allait passer. Où était la fierté de la nation suisse ?

     

    Idem, quelques années plus tard, avec l’affaire du secret bancaire. Mise sous pression américaine, d’une violence insoutenable, comme si, en la matière, leur système législatif (on pense notamment à l’Etat du Delaware, dont le Sénateur fut longtemps un certain… Joe Biden) avait des leçons de morale à donner au nôtre. Et là aussi, la Suisse s’est comportée en élève modèle, en un mot elle a capitulé. C’est cela, vous, que vous attendez des autorités de notre pays ? Et la gauche suisse qui, de l’intérieur du pays, relayait ces pressions ! Et la quasi-totalité des médias qui entonnait comme des enfants de chœur le cantique de la docilité ! Fonds en déshérence, secret bancaire : la Suisse a plié devant les Etats-Unis. Alors, pour les sanctions avec la Russie, pourquoi se gêneraient-ils de nous mettre à nouveau une pression d’enfer : les gentils Suisses finissent toujours par céder, non ?

     

    Dans l’affaire ukrainienne, les Etats-Unis, quoi qu’ils disent, sont en guerre. Ils ont même pris le commandement de la Croisade contre la Russie. Notre pays n’a pas à leur obéir. Les relations entre Berne et Moscou regardent bilatéralement la Suisse et la Russie, et nulle autre puissance au monde. Nous sommes un tout petit pays. Mais si nous cédons au principal géant de la planète, alors nous ne serons vraiment plus rien.

     

    Pascal Décaillet

       

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire
  • La pointe de la dague

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 04.05.22

     

    Il n’en manquait plus qu’un, et ce fut celui-là. Au moment où semblait émerger, enfin, la possibilité d’une droite unie pour Genève, il ne manquait que la pointe d’une dague : ce fut, au, douzième coup de minuit, l’étincelante lame du PDC. Toute personne, munie d’un minimum de lucidité, ayant pris connaissance des propos de la présidente de ce parti, ci-devant nommé désormais « Le Centre », a compris une chose : il n’y aura pas de droite unie, la gauche rigole déjà en coulisses, les ferments de dispersion l’emportent, la médiocrité générale peut en reprendre pour cinq ans. Que du bonheur.

     

    La droite unie, pourtant, ça n’est pas l’uniformité, sinon un parti unique ferait l’affaire. Mais c’est un socle commun. Un tel projet exige, de la part de chacun (PLR, UDC, PDC, et pourquoi pas MCG, Verts libéraux) un minimum d’ampleur de vue, de sens de la synthèse, de hiérarchie des priorités, pour mettre l’accent sur ce qui rassemble, plutôt que sur les divisions. La gauche, elle, ne s’en prive pas : malgré les différences hallucinantes entre sociaux-démocrates et certains ultras de la gauche radicale, elle parvient tactiquement à trouver des compromis. La droite, jamais. C’est un peu dommage. Parce qu’elle est nettement majoritaire, dans le Canton.

     

    Dès lors, que faire ? Se jeter dans le lac ? Offrir son corps à la voracité des brochets ? C’est une option. L’autre, c’est de construire un projet avec la vraie droite, celle qui ne passe pas son temps à louvoyer. Avec un axe fort PLR-UDC, et toutes les bonnes volontés qui voudront bien s’y joindre. C’est la voie du salut. Et les dagues, on les laisse au musée.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 3 commentaires
  • Profs, enseignez notre Histoire politique !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 04.05.22

     

    Profs d’Histoire, ça vous arrive, de temps en temps, d’aborder encore avec vos élèves le cheminement de nos idées politiques, la genèse et le développement de nos partis en Suisse, disons depuis la Révolution française ? Pour être exact : depuis la République Helvétique (1798), ou tout au moins depuis le printemps des peuples de 1848, l’année de la création la Suisse fédérale, la Suisse moderne. L’Histoire du parti radical, le grand parti qui a fait la Suisse, sept conseillers fédéraux sur sept, de 1848 à 1891. Ces radicaux qui ont forgé nos institutions, créé les grandes écoles fédérales, lancé le pays dans l’aventure industrielle et ferroviaire, percé le Gothard, développé la chimie bâloise, la banque, les grandes assurances. Un legs incomparable, même face à leurs homologues de la Troisième République, en France.

     

    Profs d’Histoire, parlez-vous avec vos élèves des autres courants politiques de notre destin national ? L’Histoire de ce qu’on appelle aujourd’hui la démocratie chrétienne, en bref le parti catholique, favorable au Pape, vaincu du Sonderbund, pendant ces 43 années d’opposition. Les nuances, Canton par Canton, à l’intérieur de cette famille catholique : les conservateurs, les chrétiens-sociaux, l’aile syndicale, les Noirs, les Jaunes. Totalement passionnant ! Comment voulez-vous comprendre la politique valaisanne, jurassienne, fribourgeoise, et même genevoise, sans une connaissance intime de cette palette ?

     

    Profs d’Histoire, évoquez avec vos élèves le long chemin de la gauche, en Suisse, les socialistes par exemple, pour parvenir enfin aux affaires, en pleine guerre, en 1943, au Conseil fédéral. Là aussi, donnez les nuances : entre communistes et socialistes, entre gauche participative et gauche plus radicale, entre partisans de la lutte des classes et sociaux-démocrates. Là aussi, enseignez cette Histoire Canton par Canton. Notre Suisse est plurielle, nuancée, magique et fragile jusque dans ses différences.

     

    Profs d’Histoire, enseignez la genèse de l’UDC, du parti agrarien du Bernois Rudolf Minger jusqu’à aujourd’hui, en passant par Ogi et Blocher. Ces partis-là, et puis tous les autres bien sûr, les Verts, les libéraux. Et par pitié, pas seulement les partis ! Le prodigieuse Histoire de nos assurances sociales, des premiers contrats collectifs jusqu’à la grande date de 1947, la décision d’introduire l’AVS. Et puis, plus tard, la prévoyance professionnelle, les assurances maternité, le long combat de l’égalité entre hommes et femmes. Notre Histoire suisse est l’une des plus passionnantes d’Europe. Il n’y a, en elle, rien d’ennuyeux. Juste un long chemin de destin, celui des humains qui, patiemment, ont construit ce magnifique pays. Et notre démocratie directe ! Et l’Histoire de nos initiatives !

     

    Profs d’Histoire, enthousiasmez vos élèves. La Suisse le mérite. Son chemin, au milieu de l’Europe, est absolument remarquable. Elle n’a pas à en rougir. Un élève, lorsqu’il quitte l’école pour entrer dans la vie professionnelle, doit avoir ces connaissances-là. C’est votre devoir de les transmettre.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 4 commentaires
  • Premier Tambour

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 27.04.22

     

    Le culot de Jean-Luc Mélenchon ! Faisant irruption au soir d’un second tour auquel il n’avait pas été invité à participer par le peuple français, le chef de file de La France insoumise appelle les Français à « l’élire Premier ministre ». Et puis quoi, encore ? Lui faire couler un bain chaud ? Lui offrir une édition originale des Discours de Saint-Just et Robespierre ? Lui ériger un échafaud en or, en Place de Grève ? Une intervention déplacée, prétentieuse, n’ayant au fond qu’une vertu : souligner l’égo démesuré de ce tribun surdoué, assoiffé de Lumières, et pas seulement celles de Voltaire et Montesquieu, quelques projecteurs faisant parfaitement l’affaire.

     

    C’est vrai, Mélenchon parle bien. Il fut, dans cette campagne 2022, le meilleur orateur. Son verbe est incandescent, il sait créer un rapport immédiat avec le public. Mais existe-t-il encore, de Strasbourg à Perpignan, de Nice à Dunkerque, une seule porte assez large pour laisser passer sa tête ? Il y a des moments où ce fervent républicain se prend pour le Roi.

     

    Ainsi, « Elisez-moi Premier ministre ! ». L’homme peut rêver d’une Sixième République, mais il se trouve que la France vit encore à l’heure de la Cinquième. Au suffrage universel, le peuple élit un Président. Ce dernier, et nul autre, choisit son Premier ministre. Il le fait, bien sûr, en fonction d’un rapport de forces législatif. Mais nul ne peut lui imposer la personne. Sous la Cinquième, désolé Monsieur le Premier Tambour des exécutions, on n’élit pas le Premier ministre. Vous le savez du reste très bien. Votre formule est un raccourci. Comme le sont les condamnés. Après vos réquisitoires.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire
  • Macron et l'océan du convenable

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 27.04.22

     

    La victoire d’Emmanuel Macron, ce dimanche 24 avril, nous invite à nous interroger sur un phénomène, d’une présence écrasante dans le monde de la presse et des médias, que j’appellerais « l’océan du convenable ». De quoi s’agit-il ? De l’incroyable propension des commentateurs, éditorialistes, pies bavardes des chaînes privées françaises (à quelques belles exceptions près), à se ranger instinctivement, comme par atavisme, du côté du pouvoir. Comme si le journaliste était devenu un être tellement faible, tellement fragile (il l’est souvent économiquement, il faut le reconnaître), qu’il aurait besoin d’un protecteur. Un mécène, comme dans la musique, jusqu’à la fin du dix-huitième siècle. Alors, pourquoi prendre des risques ? On veut bien être un bel esprit, faire briller sa plume ou sa voix, décocher des chroniques comme des flèches de curare, mais l’insolence a ses limites.

     

    Entre Marine et Macron, ce beau petit monde choisira toujours le second. Par conviction ? Sans doute, la sincérité n’est pas ici en cause. Mais c’est justement là l’inquiétant : tous sont pour Macron, ou presque, alors que plus de deux Français sur cinq (13 millions, près de 42%) ont donné leur voix à Marine. Ça pose tout de même un léger problème de représentativité des journalistes, non ? De même, en Suisse, connaissez-vous beaucoup de médias (à part la Weltwoche) qui affichent ouvertement leur sympathie pour les idées de l’UDC, premier parti du pays, près d’un Suisse sur trois ? Ils est où, l’éditorialiste sur trois qui partagerait au grand jour les valeurs de cette famille politique ? A la vérité, il n’y en a pas un sur vingt !

     

    En Suisse aussi, nous avons notre océan du convenable : il faut être à gauche, ou alors dans la droite européiste et libre-échangiste, bref PLR ou Centre. Là, vous n’aurez jamais aucun problème. Nul ne vous cherchera noise. Nul ne vous collera d’étiquettes, du style (chaque fois qu’on présente un journaliste de la Weltwoche) : « proche de l’UDC ». En clair, votre « proximité » ne sera précisée que si elle relève du camp du Mal. Pour celui du Bien, nulle estampille ne sera nécessaire. Là, on vous considère comme normal. Rafraîchissant, non ?

     

    La réélection d’Emmanuel Macron est sans appel. L’homme est légitimé, pour cinq nouvelles années, à présider la France. Il faut bien sûr en prendre acte. Mais le risque est énorme, avec la servilité naturelle des médias français, et surtout des petits marquis surexcités des chaînes privées parisiennes, d’un phénomène « Dieu », avec tout ce qu’il a de ridicule, comme au début du second septennat de François Mitterrand. Que les partisans de Macron se prosternent devant lui, grand bien leur fasse. Mais enfin, les journalistes ! Ils peuvent bien être macroniens, aucun problème. Mais, à deux ou trois exceptions près, où sont les résistants ? Où sont ceux qui oseront dire, cartes sur table : « Ces deux Français sur cinq qui soutiennent Marine, ces 42%, ces treize millions, j’en fais partie ».

     

    Pascal Décaillet

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Colleurs d'étiquettes

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 20.04.22

     

    Se contenter de coller des étiquettes sur l’adversaire, pour le disqualifier et éviter tout débat, ça marche de moins en moins. Et bientôt, ça ne fonctionnera plus du tout. « Fasciste », « xénophobe », « populiste », les bonnes vieilles rengaines, si commodes pour jeter l’autre dans le camp du Mal, et s’ériger soi-même dans celui du Bien, c’est bientôt fini. Le truc est usé, laminé, jusqu’à la moelle.

    Elle date de quand, cette vieille ficelle ? Au moins de Mai 68, lorsque fleurissaient, sur les murs de Paris, des slogans aussi efficaces (à l’oreille) que scandaleux sur le fond. Exemple : « CRS-SS ! », où les Compagnies républicaines de sécurité, qui n’étaient certes pas des tendres dans les manifs, se voyaient comparées, 23 ans après la guerre, avec les tueurs nazis. Le slogan sifflait, il était d’une incroyable efficacité acoustique, mais l’assimilation était tout simplement scélérate. A l’âge de dix ans, très informé déjà de la Seconde Guerre mondiale, je trouvais ces cinq syllabes inadmissibles.

    Les colleurs d’étiquettes seront bientôt à bout de souffle. Parce que leur vieux truc ne marche plus. En France, en Suisse, dans toute l’Europe, les gens veulent des réponses sur le fond. La souveraineté de leur pays. Son indépendance. Un contrôle drastique des flux migratoires. Une éducation de qualité, sans fadaises. Une maîtrise nationale de l’agriculture, de l’industrie, de l’alimentaire. Une fiscalité raisonnable. Un pouvoir d’achat correct. Ils veulent que l’on parle de cela. Les étiquettes, ils s’en foutent.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire
  • Ils sont artistes ? Et alors !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 20.04.22

     

    Vous aimez les spécialités parisiennes ? Il en est une qui devrait vous ravir : les pétitions « d’artistes », ou « d’intellectuels », à quelques jours d’une élection. On se donne quelques coups de téléphone, entre privilégiés du gratin, on tartine un manifeste, on le fait signer par une liste de stars, on y dénonce la bête immonde, le retour au fascisme, le syndrome des années trente, et il y a toujours un moment, dans le texte, où apparaît la formule « Plus jamais ça ! ». Ainsi, nos élites Rive Gauche auront fait leur boulot, elles pourront aller siroter leur drink sur une terrasse de Saint-Germain-des-Prés, en se prenant pour Sartre ou pour Beauvoir, ou pour Juliette, ou pour Camus : le sentiment du devoir accompli. Elle est dure, la vie d’intellectuel : on le mérite, son capuccino sur la table ronde du Flore, avec Le Monde et le Canard entre la saccharine et l’amaretto.

     

    Ils nous ont fait le coup en 1988, deuxième tour. Réélection de François Mitterrand, pour sept ans. La bête immonde s’appelait Jacques Chirac, Premier ministre de cohabitation sortant. Ce républicain pure souche, pétri des grandes valeurs qui ont fait la France, une sorte de rad-soc des Troisième et Quatrième Républiques, ils ont réussi à nous le décrire comme une antichambre du fascisme en France. Ils étaient tous là, les « artistes », les « intellos », concerts à la bougie, chœurs effarouchés, « Tonton, laisse pas béton », pour ériger François Mitterrand en saint, voire en « Dieu », et nous diaboliser Chirac. Dieu fut réélu, le Corrézien dut attendre sept ans.

     

    Ils nous ont refait le coup, puissance mille, lorsque Jean-Marie Le Pen s’est permis l’outrecuidance de se hisser au second tour, en 2002, à la place de Jospin, lamentable troisième. J’entends encore l’un d’entre eux, fort bon acteur au demeurant, prendre un air de gravité monastique, et oser nous sortir « Dès ce jour, nous entrons en résistance ». Le ridicule ne tue pas. Tant mieux pour l’acteur : il est toujours parmi nous. Et cette fois, c’était Chirac en face : le méchant de 1988 était devenu le sauveur de 2002. Et la vie, à Saint-Germain, continuait, tranquille, comme le cours de la Seine, immuable depuis Victor Hugo, Esmeralda et Quasimodo.

     

    Je vous passe 2017, Macron-Marine no 1, glissons à 2022, Macron-Marine no 2. Et ils sont toujours là, nos artistes, nos intellos ! Pétitions, dans les journaux branchés. Grandes leçons, sur l’avènement des régimes autoritaires. Les fronts, plissés. Les airs, emplis de gravité. L’index, érigé vers le ciel. Ils n’ont sans doute pas lu, pour l’écrasante majorité d’entre eux, ni Thomas Mann, ni son frère Heinrich, ni Klaus. Ils n’ont jamais étudié la République de Weimar, encore moins l’Italie de 1922. Mais pour la leçon de morale, ils sont toujours là. Ils ont compris, mieux que le peuple français, la douceur du Bien contre l’acidité du Mal. Ils sont prêts à monter sur l’autel. Non pour jouer, ni pour chanter. Mais pour prêcher.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire
  • Non, l'Otan n'est pas un club de gentils !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 13.04.22

     

    Le PLR serait-il devenu le parti de l’étranger ? Son président national, Thierry Burkart, appelle clairement, dans le Tages-Anzeiger du vendredi 8 avril, à un rapprochement de la Suisse avec l’Otan. Il ne dit pas « adhésion », certes, mais enfin, au nom de la Realpolitik, et d’un diagnostic sur la modestie et la fragilité de nos systèmes de défense, il estime que la Suisse doit collaborer avec cette organisation, entraînements communs par exemple, ou achats d’avions de combat américains. C’est au moins clair. Dès le lendemain, samedi 9 avril, l’UDC suisse, réunie en Assemblée, lui répondait par un non cinglant, rappelant que la neutralité du notre pays n’était pas négociable. L’UDC lui a répondu cela, et ma foi, elle a eu raison.

     

    Bien sûr que la Suisse est fragile. C’est justement pour cela qu’il ne fallait en aucun cas, ces dernières décennies, sous prétexte de fin de l’Histoire et de mirages de paix éternelle sur le continent européen, relâcher nos efforts de défense. Un pays qui renonce à assumer lui-même le prix de sa souveraineté (militaire, agricole, alimentaire, industrielle, énergétique, numérique, etc.), est un pays déjà mort, comme nation indépendante. Il ne lui reste que la soumission, ou l’intégration à un grand ensemble. Aucune de ces deux options ne correspond à l’Histoire, ni aux intérêts supérieurs de notre pays. Soumis, personne ne veut l’être, évidemment. Devenir membre d’un Empire, c’est la fin de la Suisse. Il nous faut donc nous défendre nous-mêmes, c’est la seule solution.

     

    Il nous faut surtout, très gentiment, expliquer à M. Burkart, au demeurant le meilleur des hommes, que l’Otan, ça n’est pas un club de gentils. Cela, c’est l’image qu’ils veulent donner, face à l’Empire du Mal (un jour la Serbie, vingt ans plus tard la Russie). Non, M. Burkart : l’Otan, c’est l’organisation militaire à la botte des Etats-Unis d’Amérique. Le vrai patron de l’Otan, c’est M. Biden, le reste c’est du bidon. C’est une organisation hégémonique, au service de l’impérialisme américain. Depuis la chute du Mur, et contrairement à la promesse faite aux Russes, le club des affidés de Washington ne cesse d’étendre ses griffes vers l’Est de l’Europe. Le Pacte de Varsovie s’est dissous, l’Otan continue, plus que jamais. C’est son jeu. C’est le jeu des Etats-Unis. Il nous faut au moins le savoir, et ne pas prendre tout ce petit monde atlantiste pour de gentils protecteurs du « monde libre », détestable expression qui fleure le maccarthysme, et légitime depuis trois quarts de siècle les appétits d’expansion des Américains.

     

    Nous, Suisses, ne changerons pas l’Otan. Ni la politique américaine. Nous sommes bien trop petits pour cela. Mais au moins, ayons la sagesse de demeurer à l’écart de tout Empire, toute tutelle supranationale. Et celle de garder la main sur nos systèmes de sécurité. La garder, ou la reprendre : les trois dernières décennies nous ont plutôt habitués à la niaiserie du pacifisme. Notre survie, comme nation souveraine, exige le sursaut.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 5 commentaires
  • Socialistes, génération Minitel

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 06.04.22

     

    Les plus jeunes, parmi ceux qui me font l’amitié de lire cette chronique, ne connaissent sans doute pas le Minitel. Pour faire court, disons que c’est une invention un peu hybride, dans la France des années 80, entre un téléphone et un écran d’ordinateur, laideur verdâtre, génération préhistorique, vous en trouverez sans doute dans les musées d’Histoire de l’informatique. Aujourd’hui, ça paraît complètement ringard, mais à l’époque, premières années du règne de François Mitterrand, c’était un truc ravageur, révolutionnaire. On se l’arrachait, pour des fonctions aussi existentielles que réserver une table, au restaurant, en tapotant sur un clavier, plutôt qu’en appelant le bistrot. On pensait le Minitel éternel, et puis non, les ordinateurs ont évolué, il est très vite devenu le symbole de la mode qui se démode, la jeunesse qui vieillit.

     

    En écoutant Mme Hidalgo, candidate officielle des socialistes français, le parti de Jaurès, le parti de Mitterrand, le parti de Pierre Mauroy dans la grande tradition du Nord, des mines et de Zola, il m’arrive toujours de penser au Minitel. Intrinsèquement et sans ironie, je la trouve plutôt bien, la Maire de Paris. De la classe. De l’élégance. Des convictions. Une certaine rhétorique. Le problème, c’est le fond de ce qu’elle avance. Son discours est taillé dans le marbre des années 80 et 90. Les années Jospin. Un socialisme justicier, moralisateur, persuadé d’incarner la noirceur des colères ouvrières, mais complètement à côté de la plaque, tant il est devenu bobo, déconnecté. En un mot, le socialisme qui n’a pas vu venir ce dimanche d’avril 2002, où Jean-Marie Le Pen a ravi à Lionel Jospin la place au deuxième tour.

     

    A Genève, en Suisse, en France, le socialisme est infesté par le syndrome du Minitel. Les logiciels de pensée sont dépassés, depuis longtemps. Mais on s’y agrippe, comme à une bouée de sauvetage. C’est le cas de Mme Hidalgo. C’est le cas de toute une génération caviar de socialistes genevois, allaités aux mamelles du pouvoir partagé. Les postes. Les prébendes. Les Conseils d’administration des grandes régies. Les réceptions internationales de la Ville de Genève, droits de l’homme, canapés, flûtes de champagne, on est si bien entre soi. On milite dans une organisation onusienne, on a pour soi la rectitude morale, la justice éternelle. Les ouvriers votent maintenant pour la droite patriotique et populaire, on regarde ça de haut, avec mépris. On hausse les épaules, on enfourche son vélo, on court à la réception suivante, en anglais si possible, on condamne ces « relents populistes », on se dit que ça passera, tout rentrera dans l’ordre. Comme avant. Comme du temps de François, à l’Elysée, de Manuel à la Mairie de Genève. Ce temps des camarades qui réchauffaient les cœurs : on avait avec soi les élans de justice, l’ardeur des électeurs, les parfums de la rose, l’éternité du bien. La nuit, juste un mauvais rêve, de temps en temps, toujours le même : on est invité à l’Elysée, esturgeons et tapis rouge. Juste un détail, un peu pénible : souriante, avenante, c’est Marine qui nous y accueille.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 3 commentaires
  • Notre démocratie directe éclate de santé !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - 30.03.22

     

    Nos compatriotes sont-ils bien conscients de la chance que nous avons en Suisse ? La démocratie directe ! Le référendum, mais surtout l’initiative populaire. Par ces deux mécanismes, le corps des citoyennes et citoyens, qu’on appelle « le peuple », existe comme institution à part entière de notre pays. Au même titre que le gouvernement. Au même titre que le parlement. Au même titre que le pouvoir judiciaire. Non seulement il existe, mais le vrai, le seul patron, c’est lui. Le parlement vote une loi ? Des citoyens la contestent ? Ils récoltent des signatures pour un référendum, un beau dimanche le peuple vote. Si le référendum passe, la loi passe à la trappe.

     

    Mille fois mieux : l’initiative ! Mieux, pourquoi ? Parce qu’elle ne se définit pas, elle, par rapport à un travail parlementaire. Je dirais même qu’elle laisse dormir tout le petit monde de la Coupole fédérale. Elle le contourne. Elle le court-circuite. Une idée vient du peuple. Un comité se forme. Il doit réunir cent mille signatures, ce qui est loin d’être facile. Et, à l’issue d’un vaste débat national, un dimanche, le peuple tranche. Si l’initiative passe, c’est la Constitution fédérale qui est amendée. Le parlement doit trouver des lois d’application. Il doit le faire dans l’esprit de l’article constitutionnel voté par le peuple et les cantons (la fameuse double majorité). D’en bas, l’Histoire suisse aura ainsi été écrite. Unique au monde !

     

    Les hommes et les femmes qui lancent des initiatives, tous bords politiques confondus, doivent être salués. C’est un travail extraordinairement difficile. Il faut du courage, de la persévérance. Il faut affronter l’adversité. Subir les quolibets des corps intermédiaires, le mépris des parlementaires, les leçons de juridisme des profs de droit, qui se permettent de décréter quel texte est recevable, lequel ne l’est pas. Ces gens-là, du haut de leur superbe, adorent venir s’interposer dans un processus démocratique où le peuple défie le peuple. Oui, les quelques partisans du premier jour donnent rendez-vous, un beau dimanche, à l’ensemble du corps électoral suisse. Plusieurs millions de citoyennes et citoyens, dûment informés par des mois de campagne et de débats. C’est quand même mieux que 246 parlementaires !

     

    Le droit d’initiative, au niveau fédéral, existe depuis 1891, l’année même où le pouvoir absolu des radicaux (sept conseillers fédéraux sur sept depuis 1848 !) a été tempéré par l’arrivée du premier catholique-conservateur (ancêtre du PDC), le Lucernois Joseph Zemp. En 130 ans, seules 24 initiatives, sur 225 soumises en votation, ont été acceptées. Un peu plus d’un dixième. C’est la preuve de l’extrême difficulté de l’exercice. Sans compter la nécessité d’obtenir la double majorité, peuple et cantons. Oui, ceux qui se battent pour un texte méritent notre admiration. On vote oui, on vote non. Mais le peuple, comme institution vivante de notre système politique, crée l’événement. Et ce rôle est incomparable. Je vous invite à chérir notre démocratie directe. Et même à la renforcer, dans l’avenir.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Vivent les Vaudois !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 30.03.22

     

    Les Vaudois seraient-ils, en politique, beaucoup plus intelligents que nous ? Cette hypothèse atroce, humiliante, nous devons hélas l’envisager, se serait-ce que du bout des lèvres, juste quelques secondes. Lors du premier tour de leurs élections cantonales, le dimanche 20 mars, la droite a fait un tabac. Elle place en tête trois PLR. Et, dans le septuor obtenant les meilleurs résultats, une jeune et prometteuse candidate du Centre (PDC), et un UDC.

    Bien sûr, rien n’est joué. La gauche se regroupe pour le second tour, nous verrons bien les résultats. Mais tout de même, nos amis vaudois nous donnent une leçon. Lorsque la droite part unie au combat, elle gagne. Elle n’a strictement aucune leçon à recevoir de quiconque, et certainement pas de la gauche (qui, elle, ne se gêne pas pour des alliances en forme de grand écart). Elle définit des valeurs communes, sur la conception de l’Etat, les finances, la fiscalité, l’économie, l’école. Elle fait campagne sur ce socle. Les candidats font preuve d’une remarquable cohésion. Et à la fin, les résultats sont là.

    Pourrait-on imaginer que notre droite genevoise, dans les mille éclats de sa pluralité, fasse preuve, juste une fois, pour voir, de la même intelligence ? C’est un vœu d’une infinie piété, celui des âmes simples, comme celle de votre serviteur, profane en politique, et à qui il faut expliquer les choses, comme à un enfant. Essayer l’intelligence, juste une fois. Si ça ne marche pas, on reviendra bien gentiment à la bêtise.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Coupable par essence

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - 23.03.22

     

    Quand vous arrivez en voiture place du Cirque, direction Pont de la Coulouvrenière, vous tombez sur un feu qui ne reste vert que quelques secondes. Seuls cinq ou six véhicules passent, les autres attendent. Vous restez là, plantés. Vous avez tout loisir d’admirer le paysage. Un exemple, parmi tant d’autres. Chacun de vous pourra donner le sien. Chacun a en tête la cartographie des bouchons genevois, ceux qu’on pourrait parfaitement éviter, mais qu’on ne touche pas, pour bien laisser l’automobiliste, ce coupable par essence, mariner dans le jus de sa colère.

    Cette politique ne doit rien au hasard. Elle relève d’un choix idéologique bien précis : rendre la vie impossible aux conducteurs de véhicules motorisés, les inciter à laisser leurs voitures au garage, et à entrer dans le paradis des transports publics.

    Cette politique porte un nom : celui de Serge Dal Busco. A la ville, le meilleur des hommes, je le dis sans ironie. Un magistrat soucieux du bien public. Mais hélas, un ministre qui a, de façon totalement incompréhensible, troqué la politique de son camp naturel, en matière de mobilité, contre celle de ses adversaires. Ce transfert (voyez, je reste poli), unique dans l’Histoire de Genève, demeure l’un des mystères de la législature. L’homme serait-il allé à Damas ? Serait-il tombé de cheval ? Aurait-il été frappé par une révélation ?

    La loi sur la mobilité dite « cohérente et équilibrée » brille par deux aspects singuliers : son incohérence, son déséquilibre. Ainsi va le monde : parfois, il nous déroute.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 3 commentaires
  • Non à la pollution inclusive : députés, bravo !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 23.03.22

     

    La langue française est belle et fluide, elle a le jaillissement d’une eau de glacier, sa clarté cristalline est source de vie. La langue allemande est plus complexe, avec ses racines qui s’entrelacent, des mots inattendus au détour de la phrase, le verbe qui se fait attendre, le risque surexcitant de se perdre dans une forêt. Le même allemand, pourtant, touche au sublime, dans la musique ou la poésie : Friedrich Hölderlin, Paul Celan. Le grec ancien nous fascine par sa richesse, la subtilité de ses formes verbales, sa souplesse dialectale. Et l’italien, ah l’italien, où tout est tonalité, nuances, saveur. Une langue, ça n’est pas rien. Avec elle, nous entretenons un rapport matriciel qui va chercher beaucoup plus loin, dans la mémoire affective, que le simple statut de porteur de sens. Tout ce qui touche à la langue est passionnel, ça vient du ventre, de la gorge, ça surgit du souffle, ça porte le rythme, l’émotion : on ne résoudra pas les questions de langue par de savantes formules rationnelles.

     

    Face à l’écriture inclusive, impossible de demeurer calme. Pourquoi le faudrait-il, d’ailleurs ? Pourquoi faudrait-il laisser cette querelle aux pisse-froid et aux docteurs de la démonstration ? Cette graphie de l’illisible, c’est avec les viscères, avec la bile noire de notre colère, qu’il faut la condamner. Parce que c’est de nos entrailles que vient la langue. Avec l’air surgi du ventre, puis transformé par l’intérieur de la mâchoire, les labiales, les sifflantes, les palatales, avec toute cette machinerie parfaitement physique, se créent les syllabes, puis les mots, les phrases, et parfois les vers, les hexamètres, et parfois l’Iliade, poème chanté bien avant d’avoir été transcrit par l’écriture. Oui, la parole précède l’écrit, l’homme et la femme sont des êtres de chant et de musique, en amont d’être des juristes ou des philosophes. Cet aspect primal de la langue, chacun de nous le sent, au fond de soi. L’enfant commence par la syllabe, il tricote ses sons à lui, bien avant d’accéder au langage de raison.

     

    Le Grand Conseil genevois a dit non, il y a quelques jours, à l’écriture inclusive dans les textes de l’administration. Il a réussi ce renversement, après des années de déculottée de l’officialité face à la mode d’un moment. Il a voté cela, et jamais je n’ai eu autant envie de remercier une majorité de députés. Bien sûr, cela ne concerne que l’écriture de l’Etat, une affaire interne au monde des scribes. Mais le signal est donné. Il est fort. Il est courageux. Il va contre le vent. Il doit, à tout prix, constituer un coup d’arrêt à cette pollution programmée du verbe et du sens. Ce précédent doit maintenant donner à d’autres, partout où il le faudra, l’ardeur d’aller dans le même sens. Jeter au brasier les barres obliques et les points médians. Rendre à la langue française sa clarté, sa simplicité, et au fond sa lisibilité. Allons, réjouissons-nous. Et surtout, trouvons dans nos tréfonds le courage de pulvériser d’autres modes. La guerre culturelle ne fait que commencer.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Le pays endormi

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - 16.03.22

     

    En France, l’Union sacrée. Sous prétexte de guerre en Ukraine, un tapis rouge déroulé sous les pieds d’Emmanuel Macron, Père de la Patrie, monarque protecteur. On a vu ça avec la réélection, sans véritable combat idéologique, de François Mitterrand, en mai 1988. C’est le scénario qui prévaut pour la présidentielle 2022, sous réserve d’événements majeurs pouvant encore survenir d’ici aux dimanches 10 et 24 avril.

    Ce scénario est funeste pour la France. Privés de droits démocratiques tels que nous les connaissons en Suisse (initiative, référendum), livrés toute l’année à la verticalité du pouvoir parisien, les Français n’ont qu’un seul grand moment de débat national : la présidentielle, tous les cinq ans. Ce débat, dès l’automne dernier, avait bien commencé, avec des voix réellement alternatives à celle du Président sortant : à gauche, Jean-Luc Mélenchon ; dans la droite nationale et souverainiste, Marine Le Pen et Eric Zemmour.

    Et là, Ukraine oblige, on nous dit qu’il faudrait calmer le jeu ! Ce serait une catastrophe. Si les choses les plus dures ne se disent pas maintenant, elles ressortiront pendant la législature Macron 2. Dans les rues, des Gilets jaunes 2. Partout dans le pays, la colère sociale. Et puis, sur l’appartenance de la France à l’Otan, sur sa place dans l’Union européenne, les trois candidats cités plus haut présentent des thèses radicalement opposées à l’aimable internationalisme de Macron. Les taire aujourd’hui, ou les atténuer, c’est l’assurance de voir le débat rugir demain. On n’endort pas le pays impunément avec le faux consensus de l’Union sacrée.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • La dérive autoritaire du Conseil d'Etat

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 16.03.22

     

    La fin de règne la plus pesante de l’Histoire politique genevoise. Et il reste plus de quatorze mois ! Jamais une équipe n’aura, à ce point, donné l’impression d’être à bout de souffle, toucher le fond, multiplier les impairs. Le DIP est dévasté par les affaires, il n’a plus ni pilote, ni cohérence. L’Aéroport de Genève est décapité de sa Présidente, par le seul fait du Prince. Les conférences de presse sont des monceaux de théâtralité ratée. Telle ministre s’enferme dans le déni. Tel autre s’engonce dans l’arrogance. Ils parlent, mais le message ne passe plus. On leur parle, ils n’entendent pas. Il n’y a plus ni dialogue, ni échange : il n’y a plus qu’une désespérante juxtaposition de sept voix. Nous sommes au bout de l’exercice, au bout du rouleau.

     

    Dans n’importe quel autre système, ce gouvernement aurait, en bloc, été démis, à la faveur d’une autre équipe, reposée, innovante, enthousiaste. Mais à Genève, on laisse faire : les élections approchent (printemps 2023), les partis veulent s’y préparer avec temps et méthode, ils savent que la situation est pourrie, mais ne feront rien. C’est trop tard, dans la législature, pour s’offrir une crise politique. Trop tard, pour une élection complémentaire, d’autant qu’on a déjà donné ! Alors, on laisse faire. On laisse couler. On laisse pisser. Quatorze mois sacrifiés, alors que les enjeux, autour de nous, sont immenses. Guerre en Ukraine, afflux possible de réfugiés, pénurie énergétique, flambée du prix de l’essence, érosion du pouvoir d’achat, architecture de notre sécurité nationale à réinventer.

     

    Comment certains conseillers d’Etat ont-ils pu en arriver là ? Entre la conférence de presse totalement ratée de Mme Emery-Torracinta sur le Foyer de Mancy, et les réponses ubuesques données par M. Dal Busco, une semaine plus tard, sur l’éviction de la Présidente de l’Aéroport, on se dit, face à cet étranglement du sens, que quelque chose de fondamental ne joue pas. Comme déjà écrit précédemment, ici même, les qualités individuelles des ministres ne sont pas en cause : ni leur intelligence, ni leur souci du bien public. Mais il y a comme un os, une arête dans la gorge, une impossibilité à se reprendre. Nul chef, face au public, ne peut se permettre cela. L’effet est dévastateur. Y compris sur leurs collègues, qui, eux, fonctionnent.

     

    Et puis, il y a la dérive autoritaire. Flagrante chez M. Dal Busco, dans sa gestion de l’affaire de l’Aéroport. Triste et gênante, chez la cheffe du DIP, quand elle se contorsionne sur Mancy. Et puis, d’autres faits du Prince, encore, comme ces magistrats qui contournent le refus du budget 2022 en venant constamment faire l’aumône, pour des « crédits complémentaires », auprès de la trop complaisante Commission des finances. A cet égard, rappelons à certains députés qu’ils sont là pour contrôler l’action du gouvernement, et non pour exécuter les ordres du magistrat de leur parti. Lorsque ce type de député vient d’un mouvement naguère protestataire, on se dit que le Parlement a tout à regagner, pour s’affirmer comme le premier pouvoir, et non une joyeuse équipe de godillots. A tous, excellente semaine !

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire