Commentaires GHI

  • Ceux qui se lèvent

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 15.09.21

     

    A Genève, les gens qui se lèvent le matin pour aller bosser, triment toute l’année, toute leur vie, payent beaucoup trop d’impôts. Le revenu du travail (salaire pour un employé, bénéfice pour un indépendant) est beaucoup trop taxé dans notre canton. Ce sont ces gens-là qu’on appelle les classes moyennes. La définir n’a rien de si compliqué : ni les assistés, exonérés d’impôts et aidés pour leurs primes d’assurance maladie, ni, de l’autre côté, les personnes aisées qui peuvent tirer un revenu substantiel de leur capital, jusqu’à en vivre.

     

    Il faut d’urgence, à Genève et en Suisse, inventer des solutions pour que le travail soit moins taxé, sinon la marmite à vapeur des classes moyennes finira un jour par exploser. Ce sont elles, depuis la fin du dix-huitième siècle, qui font les Révolutions, pas le prolétariat.

     

    Des solutions ? Il en existe ! Ecoutez notamment le Professeur Xavier Oberson, brillant pédagogue, avec lequel je multiplie depuis quinze ans les émissions spéciales sur la fiscalité. Des solutions, il en entrevoit par exemple dans la taxation de l’intelligence artificielle, celle des robots, celle des géants mondiaux de la toile. Ces pistes, tout le monde les connaît, elles reviennent de plus en plus souvent dans les conversations. Alors, de grâce, avançons ! Il n’est absolument pas normal, 232 ans après la Révolution française, que la voracité la plus sauvage du fisc se tourne vers le fruit du travail des honnêtes gens. Ceux qui se lèvent, oui, pour aller bosser !

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire
  • Zéro pointé à Zéro pub !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 15.09.21

     

    Mais dans quel monde la gauche municipale genevoise vit-elle ? Dans quel univers, nimbé de quelle ouate, coupé à ce point des réalités du monde, à commencer par celles de l’économie ? En acceptant, le 7 septembre dernier, l’initiative dite « Zéro pub », le délibératif de la Ville, perclus d’idéologie, vermoulu par les grandes leçons cosmiques de la gauche morale, a donné un signal catastrophique. Celui d’une Nomenklatura politique ayant décidé de faire le bonheur des gens sans leur demander leur avis, décréter à leur place ce qui est juste et bon, régir les consciences. Cette gauche-là, désolé, n’est plus politique, encore moins sociale (un domaine qu’elle délaisse pour la morale), non, elle frémit dans l’extase de la chaire, oui avec un « e », celle du pasteur, ou du prêtre, ou du redresseur, ou du directeur de conscience. Celui qui dit le bien. Celui qui chasse le mal. Ah, les braves gens !

     

    Bannir des murs de la Ville la publicité commerciale. Sous des prétextes moraux : elle prônerait « l’obsolescence programmée », « la surconsommation ». Bref, on prendrait le diable par toutes les fourches de sa queue, et on l’enverrait se faire voir, hors des fortifications de la Cité : Vade retro, Satanas ! Parce que dans l’esprit de ces gens-là, la gauche municipale, moins moralisante quand il s’agit de son clientélisme électoral avec les « collectifs » et les « associations », la pub, c’est Lucifer. Nous traversons, pour cause de Covid, l’une des périodes les plus abominables pour notre économie, composée à 97% de PME. Des entreprises ont fait faillite. D’autres, avec l’énergie du désespoir, tentent de surnager. La pub, pour une boîte, c’est d’abord faire savoir qu’elle existe. Donner au public l’information de son ouverture à entrer avec lui dans un contact commercial. Telle pizzeria glissera dans votre boîte aux lettres le menu de ses mets à commander à domicile. Tel coiffeur vous signifiera sa disponibilité, c’est cela la fonction première. Où est Belzébuth ? Où est l’enfer ?

     

    Et puis quoi, les affiches ? Nous sommes, en Ville de Genève, des citoyennes et citoyens libre, majeurs, parfaitement capables de discerner, de déceler sur une image publicitaire toute la part d’exagération, qui lui est propre. Capables, aussi, de sourire de cette manipulation. Mais alors, la gauche municipale, elle nous prend pour qui ? Pour des demeurés, qui prendraient au premier degré le message de valorisation d’une marchandise ? Elle aurait tout compris, d’en haut, elle la gauche, et nous, tendres promeneurs captifs, serions de doux agneaux à la merci du loup publicitaire ? Ils auraient pour mission, les conseillers municipaux, de nous prémunir de nous-mêmes ? Mais ça n’est plus la politique, c’est le Ministère de la Santé morale ! Avec ses Archanges, ses Tables de la Loi, ses lanières prêtes à fustiger. Ce modèle de gouvernance vous fait envie ? La gauche morale a de nouveau frappé. Il faudra un jour lui signifier gentiment que ce petit jeu suffit.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire
  • Les bons soldats

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - 08.09.21

     

    Jean Romain et le PLR ont gagné : les ministres cantonaux de l’Instruction publique de Suisse romande et du Tessin ne pourront plus imposer d’en haut leur « orthographe rectifiée ». Ce vendredi 3 septembre, en fin d’après-midi, le Grand Conseil genevois a adopté, de façon claire, la motion combattant ce projet. L’avant-veille, le Parlement jurassien acceptait, de son côté, une résolution dans ce sens. Et la fronde ne fait que commencer : une pétition d’opposition avait déjà, au 2 septembre, recueilli cinq mille signatures.

     

    A Genève, une question se pose : pourquoi diable le débat fut-il un affrontement droite-gauche ? Pourquoi la droite devrait-elle toujours se montrer conservatrice en matière de langue, et la gauche, rouler pour la réforme ? En quoi le rapport à la langue devrait-il à tout prix épouser les lignes de fracture tradition-rénovation ? La langue n’appartient pas à la droite, pas plus qu’à la gauche. Et assurément, moins les politiques s’en occuperont, mieux elle se portera !

     

    Alors quoi, la gauche a docilement roulé pour sa ministre, à Genève ? On aurait osé espérer, dans ses rangs, la dissidence d’au moins deux ou trois esprits libres, dont la hauteur d’esprit eût été capable de rompre la triste prévisibilité des fronts. Peine perdue. A gauche, on défend l’Appareil. Le débat sur la langue mérite mieux : il doit aiguiser les esprits, vivifier les âmes, surprendre. Comme le verbe, il doit s’inviter là où on ne l’attend pas. Au royaume des camarades, on s’aligne. En bons soldats.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • La politique, ça n'est pas la morale !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 08.09.21

     

    La politique, ça n’est pas la morale. Ni les bons sentiments. Ni les grandes déclarations universelles, du type de celles dont raffole la Ville de Genève, phare éthique dans l’obscurité bleutée de l’univers. La politique, ça n’est pas la tyrannie de l’émotion. Ça n’est pas à confondre avec l’humanitaire. Ça n’est pas une succursale des grands courants religieux. La politique, c’est l’art d’administrer au mieux une communauté humaine donnée (ville, canton, nation), circonscrite dans un périmètre précis, liée à l’interne par un partage de la mémoire, un culte des morts, la reconnaissance de valeurs, une codification écrite qui s’appelle la loi.

     

    Citoyennes et citoyens, détenteurs du pouvoir ultime dans ce pays, nous attendons des élus qu’ils défendent en absolue priorité les administrés dont ils ont la charge. Ils ne sont pas au service de la planète tout entière, ni d’un quelconque « universel ». Non, ils sont là pour défendre les intérêts de leur ville, leur canton, leur nation, en fonction de l’échelon où ils ont été élus. Pour les grands discours cosmiques, si on y tient à tout prix, merci à chacun de se référer à son prêtre, son pasteur, son modèle spirituel ou son gourou, chacun est libre. Mais la politique, c’est autre chose.

     

    A Genève, le poids de la morale dans le discours public devient insupportable. Et pas seulement à gauche ! Un certain parti du centre, où le parfum de sacristie s’accroche à la moiteur des choix, persuadé de brandir l’étendard du bien et de cheminer, comme en procession, vers la rédemption, n’en peut plus de se rallier à la gauche morale. Sur les questions d’asile, par exemple, où il est tellement aisé, du cénacle d’un Parlement, de se montrer ouvert, généreux, exemplaire pour le monde. Sans se soucier, une seule seconde, des dangers que certaines personnes accueillies un peu vite, sans un filtrage rigoureux, pourraient un jour faire courir à notre société, à nous. L’Allemagne regorge d’exemples, notamment en Prusse, en Saxe, en Thuringe, régions que je connais fort bien, où la grande générosité de 2015 donne à la population de base, fort modeste et précaire, des occasions de regrets et d’amertume.

     

    Dire cela, ça n’est pas mettre en cause la tradition d’asile. Mais notre population, à nous, a le droit d’être exigeante pour sa propre sécurité. Il n’y a là aucune xénophobie, encore moins de racisme, juste l’appel à la prudence. Ça rend moins populaire que les grands discours universels, eh bien j’assume : il faut dire les choses telles qu’elles sont, regarder autour de nous, chez nos voisins. Car la politique, ça n’est pas la morale, pas plus qu’elle ne serait d’ailleurs l’absence de morale. Ces deux domaines doivent dialoguer, s’interpeller, mais en aucun cas se confondre l’un avec l’autre. Méfions-nous des bons sentiments, des grandes envolées universalistes. Défendons, en absolue priorité, notre communauté de destin, ici. C’est déjà une très grande ambition.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Que l'école soit source de vie !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - 01.09.21

     

    L’école, qui a repris ce lundi 30 août pour des milliers d’élèves et d’enseignants, a le devoir d’être exigeante. Mais elle n’a pas le droit d’être ennuyeuse. C’est tout le paradoxe de l’enseignement. Le maître dispense le savoir, incite, éveille, aiguise l’appétit des connaissances, et tout cela doit se faire dans la joie. Les profs sont des hommes et des femmes qui ont choisi ce merveilleux métier, ils en connaissent les moments de grâce, mais aussi les inévitables servitudes : aucune activité humaine ne peut faire l’économie de la part d’effort, d’intendance, d’ingratitude, de solitude parfois pesante. Cette part d’ombre fait partie du métier, elle s’inscrit dans le jeu. Pour l’école, il y a le contact avec l’élève, qui – on l’espère, en tout cas – procure de la joie. Et puis, il y a la préparation, les corrections. Il en va ainsi d’une émission, de radio ou de télévision : beaucoup d’intendance, avec patience, précision et rigueur, pour cet espace de liberté que constitue l’entretien avec l’invité. D’autant plus libre, dans la magie du direct, qu’il aura, en amont, été soigneusement préparé !

     

    Enseigner doit se faire dans la joie, oui. Parce que toute autre solution serait dévastatrice pour l’élève, en termes d’envie, de motivation. Un prof a le droit d’exiger, d’élever le niveau, de rugir s’il le faut. Mais il n’a pas celui de foutre le bourdon à son assistance. Non parce qu’il est prof, mais parce que toute personne, au monde, s’emparant de la parole face à un public, a le devoir de l’emballer, le prendre avec lui, l’enthousiasmer. Tout cela, au service de la transmission des connaissances. Il est inimaginable – et, à vrai dire, inacceptable - qu’un enseignant débarque dans une classe en faisant la gueule, il n’en a tout simplement pas le droit face à l’assistance. C’est valable pour un prof. C’est valable pour un journaliste radio, au moment où il lance son émission. C’est valable pour tout locuteur, tout conférencier, sur la planète.

     

    Pourquoi je vous parle de la joie, pourquoi j’insiste tant ? Mais parce que le chemin de connaissance est un chemin de joie ! La plus austère des grammaires, grecque ou latine, la plus enchevêtrée des phrases allemandes, comme en certaines pages de Kafka ou de Thomas Mann, peuvent se métamorphoser en pistes de lumière avec un prof qui saura vous enthousiasmer. C’est difficile, souvent, et ne parlons pas des maths ! Mais la rugosité fait partie du jeu, elle s’inscrit dans le parcours d’initiation. Il faut demeurer lucide, garder courage, c’est parfois très dur : alors, ce chemin, autant le faire dans la bonne humeur. Parce que sinon, c’est l’enfer.

     

    J’ai aimé l’école. Le grec, le latin, le français. L’allemand, passionnément. J’ai souffert sur les maths. J’ai survécu à la physique en apprenant par cœur des équations qui m’étaient bien étrangères, je n’en suis pas fier, car tout doit passer par la compréhension. Globalement, ma nostalgie de cette époque bénie est immense. A tous, qui ont repris le 30 août, élèves, profs, parents, personnel auxiliaire, j’adresse mon amitié, ma fraternité. Engagez-vous ensemble sur le chemin de connaissance. Et n’oubliez jamais la joie, l’émotion, la passion.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire
  • L'école, pas la morale !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 01.09.21

     

    Désolé si je glace l’atmosphère, mais l’école n’est pas le lieu pour enseigner la morale. Ou alors, tout au plus, comme l’une des disciplines de la philosophie, dans toutes ses variations en fonction de l’époque et des auteurs. Mais en Histoire par exemple, il faut observer les faits, recueillir le maximum de témoignages, ne jamais se contenter des versions officielles, encore moins des récupérations gouvernementales. Tout cela, oui, avec distance, et même une pointe de cynisme, dans le meilleur sens du terme. Se donner des instruments pour comprendre une époque, avec son magma de contradictions, en écoutant toutes ses voix. Mais pas la morale.

     

    La morale, en Histoire, est mère de l’anachronisme. On prétend juger une période antérieure, en fonction des impératifs éthiques – déjà discutables, au demeurant – de la nôtre. D’aujourd’hui, on désigne des coupables. On les livre à la vindicte. On arrache les statues. On déboulonne. On juge avec les yeux du temps présent.

     

    L’Histoire, ça n’est pas cela. C’est tenter de comprendre. Confronter les témoignages. Ressusciter des voix éteintes. Se pénétrer de toutes les visions, issues de tous les camps, y compris les maudits. Et à partir de là, avec nos consciences périssables, limitées, tenter une synthèse. C’est cela que doit nous proposer l’école. Pour les jugements moraux, il y a le tribunal de l’opinion, les résistants de la vingt-cinquième heure, les épurateurs de fortune. Le chemin de connaissance mérite mieux. Rigueur, distance, et observation.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Villes suisses : un peu d'autocritique, SVP !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 25.08.21

     

    Marco Chiesa, président de l’UDC suisse, aurait commis un crime de sang, les réactions n’eussent pas été plus courroucées. Certes, le Tessinois avait mal choisi sa date : le discours du 1er Août a plutôt comme fonction d’appeler à l’unité nationale que de fragmenter les Suisses, par exemple entre villes et campagnes. Allons-y donc pour la faute de goût. Mais de là à déverser sur lui toutes foudres du ciel ! La pléthore des réactions, leur violence, confinant parfois à l’insulte, sont plutôt de nature à prouver que l’homme avait raison : les Villes suisses, principalement les municipalités de gauche dans des communes d’une certaine importance, brillent par leur clientélisme, leur voracité financière, leur inaptitude totale à l’autocritique. Non seulement la Ville de Genève en fait partie, mais elle détient la palme. Triste record.

     

    Clientélisme. En matière culturelle, et cela depuis trente ans, bien avant Sami Kanaan, qui n’est pas spécialement en cause, et qui aurait même plutôt tendance à vouloir rétablir une certaine rigueur. Clientélisme en matière sociale. En matière d’associations, estimant le plus naturel du monde de voir renouveler tous les ans, au moment du budget, leur petite enveloppe de subsides. Il n’y a là rien d’illégal, rien de condamnable sur le plan juridique, tout au plus le ronron de petites habitudes. C’est ainsi, en soignant savamment ses électeurs, que la gauche se maintient depuis des décennies en Ville de Genève. Oh, la droite ne ferait sans doute guère mieux, mais enfin, si on parle de la gauche en Ville, c’est parce qu’elle s’y trouve incrustée depuis si longtemps. Avec ses petites habitudes, ses rituels, son vocabulaire, ses appels aux droits de l’homme aux quatre coins de la planète. Gauche urbaine. Gauche morale. Gauche bobo. Gauche donneuse de leçons. Pourquoi diable le président du premier parti du pays n’aurait-il pas le droit de relever cela ?

     

    Alors, voilà, comme les mots irrémédiables furent prononcés par le président de l’UDC suisse, parti honni par la gauche, et qu’il n’était en effet pas très malin, un 1er Août, de monter une partie des Suisses les uns contre les autres, encore moins d’utiliser le mot « parasites », chargé d’une lourde connotation historique, tout le petit monde de gauche prit plaisir à tomber sur le baudet. A quelques exceptions près (dont Sami Kanaan, qui répondit avec chiffres et arguments), on se précipita sur le porteur du funeste message, plutôt que d’entrer en matière sur les arguments de l’accusation. C’est dommage. Car il existe bel et bien, en Suisse, un problème avec les municipalités de gauche des grandes villes. Sublimation de l’altérité au détriment des braves Suisses. Dépenses considérables avec l’argent des contribuables. Clientélisme. Comportement de caste. Ces choses-là méritent qu’on les analyse, qu’on les prenne au sérieux. Même si c’est un UDC qui les a relevées. Autant dire le diable.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Hommes et femmes libres !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 30.06.21

     

    Il faudrait quand même que chacun d’entre nous comprenne qu’il est un homme ou une femme libre. Personne n’a à lui dicter ce qu’il doit penser. Nulle contrainte, dans cet ordre-là, ne doit être opérée sur lui.

    Mais cette liberté ne va pas sans contreparties. Il appartient à chaque humain de se cultiver, dans les domaines qui lui sont chers. Par exemple, lire. Se renseigner. Toute sa vie, cheminer vers la langue, vers la connaissance. Confronter les points de vue. Aiguiser le sien, au fil des années. Ne jamais rien tenir pour définitif. La connaissance historique, par exemple, se construit d’avis contradictoires, de témoignages inattendus, d’ouverture de l’historien sur ce qui peut le surprendre. Il faut accepter le changement de perspective, c’est la vie elle-même qui le veut.

    Et puis, il y a la liberté suprême, celle des mots. Que ton langage soit le tien, et non le plagiat des autres. Que chacun ait son style, ses choix. Que sa langue soit un univers. Dans ce modèle, il n’y a place ni pour les sectes, ni pour les gourous. Ni pour les chefs de bande, ou de meute, avec leurs coups de menton, leur sabir, leurs marteaux et leurs burins pour nous incruster leurs vocables, à eux, dans nos tronches, à nous.

    Que tu sois homme, femme, de gauche, de droite, peu m’importe. Mais viens avec tes mots à toi, ton rythme, tes silences. Ton style ! Chaque humain est unique. C’est le miracle de la vie.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire
  • La guerre des mots est lancée

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 30.06.21

     

    La guerre des mots est lancée. Il ne faut en aucun cas la sous-estimer. Il ne s’agit pas du combat de quelques esthètes de salons, conservateurs de mots comme d’autres collectionnent des livres, des timbres rares, d’antiques limousines, des lépidoptères de Sumatra. Les mots n’appartiennent à personne, pour la simple raison qu’ils sont à tous. Ils sont notre trésor, notre legs. En les laissant s’envoler, nous transmettons ce que nous avons reçu, dès l’aube de l’enfance. Nous jouons de ces précieux bijoux de la famille universelle, nous les écrivons, nous les disons, nous les chantons. Ils accompagnent nos vies. Il n’y a donc pas à conserver les mots, comme des pièces de musée, ni à refuser leur évolution. Mais il y a, oui, à les apprendre, les connaître, en distinguer les variantes. Il y a à jouir, intensément, de leur usage. Ils sont de notre vie. Ils sont notre vie.

     

    Alors voilà, quand on nous massacre les mots, la syntaxe, quand on nous balance des néologismes comme un guano d’albatros portuaire, comme au début du Temple du Soleil à Callao (Pérou), au détriment des pauvres Dupondt, quand des sectaires, du climat ou du genre, tentent de nous imposer leur liturgie, leurs prières, leurs révérences, leurs prosternations, leur catéchisme, alors il convient que les âmes nobles se réveillent. Non pour défendre l’immobile, ni la conception figée d’un tissu linguistique en perpétuelle évolution, mais afin de porter l’étendard des mots. Les idiomes des allumés sectaires, on les refuse. On ne les prononce tout simplement pas, ou alors avec des guillemets de mépris. Si un halluciné, du climat ou du genre, tente de vous les imposer, vous restez calmes, vous ne réagissez pas, vous abolissez sa phrase dans un océan d’indifférence, et puis vous reprenez, avec vos mots à vous, ceux que vous aimez, ceux en qui vous croyez. Vous montrez là votre puissance de solitude, de résistance, votre indépendance, votre rejet des dogmes. Vous vous comportez en salutaire emmerdeur. Vous perdez des amis, vous renforcez votre amour du verbe.

     

    Si vous ne croyez pas à « l’urgence climatique », la solution est très simple : vous ne dites jamais « urgence climatique ». Vous laissez ces deux mots aux Croisés de la cause, c’est leur droit, ce sont leurs mots, pas les vôtres. Si la peste inclusive vous donne le moindre tourment, vous refusez absolument de vous l’inoculer. Vous laissez les allumés tournicoter comme des éphémères autour de leurs points médians, chacun jouit comme il peut. Mais vous, de marbre, vous continuez d’écrire selon le rite de votre enfance, de vos maîtres de naguère, de vos écoles, de votre temps. Ne soyez pas conservateurs, ils essaieront de vous passer comme tels. Non, soyez dans la justesse, la simplicité, la capacité d’évocation de cette belle langue qui est nôtre, le français. Au besoin, relisez Verlaine, « l’Art poétique », « De la musique avant toute chose ». Savourez chaque syllabe, le rythme de l’impair. Savourez « la menthe et le thym ». « Et tout le reste est littérature ».

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Le miracle d'un Sommet

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 23.06.21

     

    On pouvait s’attendre au pire, ce fut le meilleur. On craignait le chaos, il n’advint pas. On pestait déjà sur la congestion, la fluidité l’emporta. Je n’ai pas toujours été tendre, ici même, sur la politique de mobilité à Genève. Mais je dois le reconnaître : pour le Sommet Biden-Poutine, du 16 juin 2021, ce fut impeccable.

     

    Partout où j’étais, soit de mon promontoire privé, d’où je pus capter les limousines, soit perdu dans la circulation, j’ai été infiniment surpris en bien par la gestion des flux, en ce moment qui s’annonçait pourtant infiniment critique. Ce fut prévu, anticipé, incroyablement coordonné, circulation bloquée quelques minutes avant l’arrivée des cortèges présidentiels, débloquée quelques minutes plus tard. Ce fut souple, rapide, adapté, ajusté. Franchement, bravo !

     

    J’ignore qui je dois féliciter exactement. Mais je le fais. La population fut informée bien en amont sur les zones à éviter. Des avis de fermeture furent publiés juste avant les passages critiques, aussitôt révoqués après : on ne peut pas dire que le quidam fût laissé à croupir sans information dans le cockpit brûlant de son véhicule.

     

    Alors, rêvons. Si un tel miracle fut possible pour MM Poutine et Biden, c’est que nous avons, quelque part à Genève, un savoir-faire. Pourrait-on imaginer de le mettre en branle tout au long de l’année ? Au service, cette fois, non des seuls puissants de ce monde, mais du brave citoyen-contribuable. Qui paye ses taxes. Et aime, lui aussi, se mouvoir dans Genève.

     

    Pascal Décaillet

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Genève ou le Valais ? Les deux, Mon Général !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 23.06.21

     

    Il nous faut penser, chacun de nous, à la chance infinie que nous avons d’habiter Genève. Je parle ici de la Ville, principalement, mais cela s’applique tout autant aux quarante-quatre autres communes de notre magnifique campagne. Je suis un homme de la Ville. J’y suis né. J’y ai passé la plus longue période de ma vie, à part seize ans à Lancy (Commune à laquelle je reste attaché), plusieurs années à Berne (comme correspondant RSR au Palais fédéral), et d’innombrables séjours en Allemagne. C’est peu dire que j’aime Genève. Je l’aime autant que mon Valais d’origine, auquel me rattachent, sur des siècles, toutes mes souches familiales, Orsières par ma mère, Salvan par mon père. Ces deux identités, celle de Genève et celle du Valais, loin de se combattre, s’ajoutent l’une à l’autre. Elles se conjuguent, se mélangent, s’enrichissent mutuellement, dans l’amour partagé du destin du Rhône, et celui de la Suisse.

     

    L’amour de Genève, comme celui du Valais, procède d’abord d’une intense émotion physique. Il ne faut pas sous-estimer les paysages, ils veillent sur nos rêves, dépassent nos vies, nous renvoient à nos jeunesses, nos parents, nos amis d’antan. Ils configurent une certaine manière de voir le monde. Mes deux parents avaient grandi dans des villages de montagne, Orsières d’un côté, sur la route des Italies ; le Châtelard de l’autre, juste sur la frontière française. Le Rhône, encore et toujours, ici par la Dranse d’Entremont, là par l’Eau Noire, puis le Trient qui se glisse dans les gorges, et rejoint le « grand fleuve », en route pour les Camargues. Genève, c’est le lac, la résurgence du fil rhodanien, et puis l’intimité, oui maternelle, de ce triangle formé par les Voirons, le Salève, le Jura. La percée sur le Mont-Blanc, le Môle, parfois l’Aiguille Verte, nous rappelle la souveraine proximité des Alpes. Figures protectrices, tutélaires, Olympes qui se jouent du sentiment de proximité, un jour elles apparaissent, le lendemain se cachent. Ainsi, de l’absence à la présence, se jouent les filiations. Ainsi, dans l’Odyssée, le jeu des dieux, pour aider ou pour contrer, régner dans l’ordre de l’invisible, parfois poindre sous les traits d’un mortel.

     

    Alors oui, Valaisan de Genève, ou Genevois d’origine valaisanne, peu importe. Il y a la part commune, souvent impétueuse, combative, parfois impitoyable dans l’acte de guerre. Il y a l’apparente césure entre ville et campagne, plaine et montagne. Et puis, comme chez tout humain, et comme dans le fil d’un fleuve, il y a la continuité d’un destin. Quelque part, sur le chemin de vie des eaux, entre Gletsch et Port-Saint-Louis-du-Rhône, ou les Saintes-Maries, il y a cette ville, Genève, d’intense caractère et d’intelligences mêlées. C’est cela que j’aime, la trace des humanistes, la Réforme, le souvenir de Jean-Jacques Rousseau, les artistes, les musiciens, l’ouverture au monde, la vie qui passe, la vie qui va. Vers quel destin ?

     

    Pascal Décaillet

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire
  • Palme d'or de la dépense : un scandale !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 16.06.21

     

    C’est une étude de l’Institut bâlois BAK, relayée par la Tribune de Genève, qui l’affirme : Genève est le canton le plus dépensier de Suisse. Et il l’est de très loin. Il détient le triste record de la dépense publique la plus faramineuse, par habitant, en comparaison intercantonale. C’est d’autant plus ahurissant que Genève est l’un des cantons où les recettes sont les plus confortables : l’argent circule, et même à flots, il est dûment taxé, jusqu’à étouffer les classes moyennes qui vivent de leur travail, il engraisse l’Etat, et ce dernier est incapable de s’en servir correctement. Palme d’or de la dépense, mais aussi du déficit, et de la dette. Cette situation, qui n’est pas nouvelle mais s’aggrave au fil des ans, n’est tout simplement plus supportable. L’Etat doit être géré par des gens qui savent ce que l’argent public signifie, de quelle sueur il provient, à quel point il faut être prudent, et respectueux des deniers confiés par les contribuables.

     

    Car cet argent, ça n’est pas le leur. C’est le nôtre ! Du moins, celui des Genevois qui ne font pas partie des quelque 38% de personnes ne payant pas d’impôts, parce que leur capacité contributive est jugée trop faible. Ce chiffre aussi, en passant, est hallucinant, et pose un véritable problème d’égalité citoyenne devant l’impôt : il n’est pas normal que près de deux habitants de Genève sur cinq, en âge de contribuer au trésor public, en soient dispensés. Ils devraient, même symboliquement, s’acquitter d’un peu plus que la taxe minimum actuelle. Pour les classes moyennes genevoises, dont je vous parle si souvent dans ces colonnes, celles qui se lèvent le matin pour aller bosser, gagnent leur vie, ne reçoivent pas un seul centime de subvention, il y a quelque chose de plus en plus écœurant. La taxation démesurée sur le travail, ajoutée aux montants des primes pour l’assurance maladie et à celui des loyers, renforce chez ces gens le sentiment d’être de véritables vaches à lait. Pour les indépendants, qui en plus payent eux-mêmes la totalité de leur AVS et de leur prévoyance retraite, sans compter les assurances pertes de gain et autres taxes, ça en devient franchement dégueulasse, dans l’ordre de l’injustice.

     

    Alors maintenant, ça suffit. La révolte, à Genève et sans doute ailleurs en Suisse et en Europe, viendra de ces gens-là, les classes moyennes qui travaillent. Leur pouvoir d’achat, leur capacité à épargner, est réduite à néant par le poids des taxes, dont la plus étouffante est la fiscalité. Et tout ça, pourquoi ? Pour apprendre, via un Institut bâlois, que Genève jette par les fenêtres l’argent qu’il ponctionne sur nos vies de travail. Fonction publique démesurée, états-majors surpeuplés, folie du contrôle interne et de l’intendance : notre argent, que nous confions à l’Etat, ne sert même pas prioritairement à améliorer la vie des Genevois ! S’il servait à cela, nous pourrions comprendre, car nous sommes des citoyennes et des citoyens attachés au bien commun. Mais il sert, beaucoup trop, à engraisser la machine elle-même. Et cela, d’urgence, doit cesser.

     

    Pascal Décaillet

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 3 commentaires
  • Le climat vaut bien une messe, non ?

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 09.06.21

     

    In corpore. Le Conseil d’Etat s’est présenté au grand complet, ce mercredi 2 juin 2021, pour nous parler climat. Les sept magistrats étaient certes en civil, mais des chasubles eussent peut-être été d’usage, et pourquoi pas quelques vapeurs d’encens, les grandes orgues, les petites fugues de Bach, la majesté du latin, pour montrer que c’était du lourd. D’ailleurs, le gouvernement de la République et Canton de Genève n’était pas chez lui, ce jour-là. Pour l’occasion, il avait déserté l’austérité patricienne de la Vieille Ville pour se rendre à l’OMM (Organisation météorologique mondiale). Histoire d’en rajouter dans l’ordre de la symbolique, au cas où tous n’auraient pas été pénétrés par la gravité de cette apparition de sept Cassandres tutoyant la fin du monde. Bref, le Conseil d’Etat, ce jour-là, a mis le paquet.

     

    Il s’agissait de nous présenter le « Plan climat cantonal 2030 ». Vous avez remarqué ? Tout, ces temps, se définit à l’horizon 2030. Et si, par hasard, on estime en haut lieu, dans les nimbes météorologiques du pouvoir, que le délai est un peu serré, alors peu importe, on le repousse à 2050. Nous avons, en Suisse, une crise sociale, liée à la crise sanitaire, nous avons des jeunes sans emploi, ni perspective. Nous avons des retraités qui rament pour cause de rentes malingres. Nous avons des livreurs qui deviennent cinglés dans les bouchons. Mais non, la politique, elle, se définit aux horizons 2030, 2050. On voit plus loin que royaume des presbytes, on jette son regard vers les horizons perdus, à nous l’avenir. Pour le présent, nous verrons plus tard.

     

    Ce mercredi donc, l’exécutif in corpore. La grand-messe. Liturgie, prières, psaumes, sans oublier le sermon. Mieux encore : la Secrétaire générale adjointe de l’OMM a droit au discours d’introduction. Elle entre en matière sur le fond, adoube d’avance les options climatiques du Conseil d’Etat : lorsqu’on parle du bien, on évite d’en dire du mal. Et puis, après quelques minutes, l’éminente fonctionnaire internationale daigne « donner la parole » au Président du Conseil d’Etat. Lequel, docile, bien obédient à l’instance mondialiste qui l’accueille, entame le long confiteor de tous nos péchés qu’il va s’agir, d’ici 2030 (ou 2050, si on prend quelque retard), de laver. Après tout, quand il s’agit de se délivrer du mal, on n’est pas à vingt ans près. Je vous passe le détail purgatoire, le chemin de croix de la dépollution, la rédemption par la taxe, version moderne de l’Indulgence, à l’époque de Luther.

     

    Bref, on nous promet du sang et des larmes, et même pas un petit cigare churchillien pour tenir le coup. Allons, pèlerins, cheminons. Chassons de nos vies la diabolique voiture. Que la piste cyclable soit notre route enchantée, notre voie lactée pour enfin fréquenter les anges. Tout cela valait bien un septuor, non ? Un gouvernement décentralisé au paradis du soleil et des nuages, avec le dieu Mercure comme messager de nos songes. Ce mercredi-là, la messe était parfaite. Quant à la quête, vous la retrouverez bientôt. Sous la forme rédemptrice de taxes et d’impôts. Que du bonheur. Ah, un détail encore : demain, il fera beau. Demain, toujours demain.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 3 commentaires
  • La Suisse, l'Europe, les pleureuses

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 02.06.21

     

    Insupportables pleureuses, dignes des cimetières méditerranéens ! Insupportables pleureurs ! Vous nous noyez de vos larmes, alors que le Conseil fédéral, sur l’Europe, a pris sa meilleure décision depuis de longues années. Enfin, claire. Enfin nette. Tranchante. A hauteur du gouvernement d’une nation certes paisible, amie de ses voisins, désireuse d’échanger et de partager, mais viscéralement attachée à sa souveraineté. La Suisse, dans le concert des nations, est un tout petit pays, aux équilibres fragiles, sans matières premières, entouré de voisins puissants, à commencer par la France et l’Allemagne. Nous les aimons, ces voisins, je suis le premier à les aimer : je rédige depuis six ans une Histoire de l’Allemagne en 144 épisodes, dont 32 déjà publiés, je me nourris depuis l’enfance d’Histoire de France, je vibre pour l’étude du monde arabe et du Proche-Orient, on peinerait à me taxer de Suisse replié.

     

    Oui, la Suisse est petite et fragile. Mais, au fil des siècles, patiemment, elle a tissé, à l’interne, des liens puissants, de confiance et de respect des équilibres, qui lui permettent de tenir, face au monde, avec la cohérence d’une nation, parmi les autres. Depuis 1848, notre pays a construit un système institutionnel, une démocratie directe (1891, surtout), une volonté de représentation proportionnelle à Berne (1919), une aspiration au dialogue social (1937), qui, peu à peu, ont dessiné les contours d’un pays ouvert, respectueux, travailleur, soucieux de finitions, que beaucoup nous envient. Et puis, après la guerre, il y a eu l’immense aventure de nos assurances sociales, dont la pierre angulaire est l’AVS, débattue en 1947, entrée en vigueur en 1948. Profs d’Histoire, apprenez ces choses-là à vos élèves !

     

    Petit pays, face aux masses tectoniques des grands mouvements européens. Ils n’ont pas commencé avec le Traité de Rome, qui lance en 1957 l’aventure de l’Europe communautaire, bien sûr que non, ils ont toujours été là : Saint-Empire, Révolution française, guerres napoléoniennes, construction des identités nationales, guerres mondiales. Nous avons toujours eu, dans l’ombilic alpin de ce continent en fusion, les ressources pour nous définir, parfois dans la communauté de destin (1848), parfois dans la différence. Avec plus ou moins de gloire, plus ou moins de panache, parfois plutôt moins que plus, nous avons toujours fini par trouver les issues. Le sort des petits n’est peut-être pas de se couvrir d’héroïsme, mais de permettre aux siens de survivre.

     

    Dans ces conditions, il faut dire, très fort, aux pleureurs et aux pleureuses, que leurs jérémiades nous fatiguent. L’Accord-cadre, que le Conseil fédéral a décidé à juste titre d’enterrer, le mercredi 26 mai 2021, n’était pas bon. Il était atrocement mal fagoté, posait des problèmes sociaux et institutionnels insurmontables, il fallait mettre fin à l’exercice, c’est chose faite. Maintenant, gardons notre calme. Respirons. Et réapprenons à nous parler, entre Suisses, avant d’envoyer à Berne des diplomates avec des sacs de nœuds dans leurs valises.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Le Pont de l'Enfer

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 26.05.21

     

    A peine Genève commence à entrevoir la fin de la crise Covid, voilà que pleuvent les annonces de leurs déconvenues futures ! Ça concerne la circulation, et ça va faire mal. Dans quelques jours, début des travaux sur le Pont du Mont-Blanc, autant dire l’enfer pour les automobilistes. Plus tard, chamboulement complet de Cornavin, où la voiture sera bientôt réputée indésirable. Et tout cela coïncide avec quoi ? Avec le retour massif des pendulaires, reprise économique oblige.

     

    Bien sûr, il faut entretenir le Pont du Mont-Blanc. Mais un peu de jugeote, de la part de tout qui constitue à Genève le pouvoir, un peu de coordination, un peu de stratégie dans la communication, ne seraient pas de trop. Mais non ! On catapulte les mauvaises nouvelles, sans la moindre vision d’ensemble dans l’opportunité des annonces. On signifie aux automobilistes qu’ils vont, une fois de plus, en baver. En filigrane, on leur délivre du mépris, une totale insensibilité à leur sort : « Ils n’ont qu’à prendre les transports publics ! ».

     

    Eh bien non, nous n’avons pas « qu’à » ! Nous avons, à Genève, le libre choix de nos modes de transports. Nous n’avons absolument pas à nous sentir coupables, parce que ça contredit la doxa des Verts, de nous déplacer en voiture. Rien ne nous oblige à succomber au charme du vélo, ni des bus, ni des trams, ni des trains. Va-t-il falloir, à Genève, recréer un parti des automobilistes, bien poujadiste et bien populacier, pour se faire entendre ? Je vous klaxonne mon salut.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Que la droite assume ses valeurs !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 26.05.21

     

    Nous sommes dans une démocratie, nous n’allons pas nous en plaindre. Nous n’avons ni homme fort, ni dictateur, ni sauveur providentiel. Faire de la politique, en Suisse, n’est pas réservé aux élus, surtout pas ! C’est le lot de toute citoyenne, tout citoyen. Les patrons c’est le peuple, c’est nous. Et, comme nous sommes d’avis différents sur les moyens d’assurer le bien de la Cité, nos visions s’entrechoquent, nous nous frottons, nous nous engueulons : rien de plus sain ! Dans les régimes autoritaires, on parle assez peu, on se contente du murmure en catimini, on rase les murs, on a peur. En Suisse, on a le droit de s’exprimer, il est venu lentement à travers les siècles, il est, comme chez nos voisins, le fruit d’une conquête. Aux générations qui nous ont précédés, nous devons notre reconnaissance. Il ne faut pas croire que ces droits sont arrivés tout seuls.

     

    Mais alors, pour le moins, que chacun d’entre nous assume ses positions. Qu’il en ait le courage ! Ne venez pas me parler de neutralité, ça n’existe pas ! D’ailleurs, nous avons en Suisse une exemplaire démocratie directe, le monde nous l’envie, elle nous propose quatre fois par an de dire oui ou non à différents projets, eh bien assumons nos oui, ou nos non. Si on est à gauche, ayons le courage d’être à gauche. Si on est à droite, défendons les valeurs de la droite. Hélas, trois fois hélas, dans le second cas de figure, ça ne fonctionne pas ! Nous avons affaire, au sein de la droite suisse, à part à l’UDC, à une droite qui semble totalement timorée à l’idée d’affirmer ce qu’elle est, d’où elle vient, ce que fut son Histoire, où sont ses fondamentaux. Une droite qui copie la gauche. Une droite qui reprend servilement le jargon climatiste, le langage des Verts, leurs tics verbaux, leur liturgie dans l’ordre de la désignation, de la nomenclature. Bref, une droite qui n’ose pas.

     

    Pour notre démocratie, c’est une catastrophe. Le combat des idées a besoin de clarté, de courage, de précision dans le contour des antagonismes. Il a besoin d’hommes et de femmes qui n’ont pas peur du conflit, ni des meutes de petits délateurs sur les réseaux sociaux, qui s’y entendent à merveille pour détruire une réputation. Il a besoin des Verts, et, s’ils y tiennent, de leur langage. Et il a tout autant besoin, en face, d’hommes et de femmes courageux, pour dire aux Verts : « Nous sommes en désaccord total avec vous, votre sabir ne vaut pas un clou, vous ne nous impressionnez pas, votre mode passera, nous luttons pour d’autres valeurs ». La démocratie, c’est cela ! C’est le courage de s’opposer ! Et c’est, surtout, celui d’aller à l’encontre du courant dominant du moment, celui devant lequel tout le monde se prosterne : les médias, les éditorialistes, le causeurs, les chroniqueurs, les petits bavards des réseaux, et jusqu’à certains humoristes, totalement affidés au pouvoir, eh oui, ça existe ! La démocratie, c’est l’antagonisme. Ça passe par la puissance d’une solitude. Pas par l’intégration à une meute.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Pour une école enthousiaste et joyeuse !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 19.05.21

     

    L’école genevoise est à la peine. Elle ressemble à une immense machine, dans une gigantesque usine, avec des mouvements répétés, des milliers d’ouvriers qui s’affairent, la tyrannie de la mécanique, sans que personne ne sache exactement ce qu’on y fabrique, dans quels buts, pourquoi tous ces gens sont là, dans quel dessein. C’est impressionnant, mais un peu triste. Le Temps modernes, de Charlot, sans l’éclat de rire toutes les dix secondes, sans le scintillement du génie d’un Chaplin.

     

    Bien sûr, la crise sanitaire n’a rien arrangé. Ordres, contre-ordres, travail à distance, délitement des classes, perte de repères : l’école est sans doute l’une des institutions à avoir le plus souffert de la période Covid. Tous sont passés par un légitime mal-être : les élèves, les profs, les parents. A eux, notre sympathie : tous ces acteurs du monde scolaire ont été les victimes d’un épisode totalement dévastateur de lien social dans notre Histoire. Un virus, totalement imprévisible, a surgi dans leur destin, il a profondément nui au bon fonctionnement de l’institution. On pourrait presque, si l’affaire se prolongeait (ce que nul ne souhaite, bien sûr), parler de génération sacrifiée.

     

    Mais le virus n’explique pas tout. Disons qu’il joue un rôle de révélateur, en aggravant un état général qui, antérieurement à la crise sanitaire, multipliait déjà les signes de morosité. Il y a, dans la machinerie scolaire genevoise, des choses qui ne vont pas. Et le premier sentiment qui se dégage est celui d’une certaine tristesse. Oh bien sûr, vous pourrez me contredire avec d’excellents contre-exemples, me signaler tel prof génial, enthousiasmant, et j’espère bien en effet que cela existe. D’ailleurs, les profs ne sont pas ici en cause. Le métier est passionnant, mais difficile, ceux qui l’exercent méritent notre respect et notre reconnaissance. Mais il y a la machine, toujours recommencée, moins poétique hélas que la Mer, de Paul Valéry.

     

    Il ne faudrait tout de même pas que l’école genevoise, infestée de tristesse, se mettre à ressembler à un Cimetière marin. Alors qu’elle a besoin de sens. De passion. D’enthousiasme, dans la transmission des connaissances. De joie, partagée entre tous les acteurs de ce lien sacré : les profs, les élèves, tous ceux qui recréent ce lien de filiation si merveilleusement décrit par Charles Péguy dans « L’Argent », Cahiers de la Quinzaine, 1913. Oui, l’école a besoin de retrouver la joie. Certains, sans doute, la transmettent, hommage à eux. Mais l’impression générale est hélas celle de la tristesse. Comme si la machine – toujours elle – du Département, avec ses commissaires au fonctionnement, l’emportait sur l’émotion d’apprendre. Cela, nos élèves ne le méritent pas. Ils sont au début de leur vie, dans une phase d’appétit et d’ouverture. Le champ du possible leur est ouvert. Le rôle de l’école, c’est de satisfaire cette faim et cette soif de sens. Avec exigence, certes. Mais avec passion.

     

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Blanquer au DIP !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 12.05.21

     

    Ministre français de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer n’est pas un capitulard. Le 6 mai dernier, dans une circulaire au Bulletin officiel, le successeur de Jules Ferry a officiellement proscrit l’usage de l’écriture inclusive. Notamment ce fameux « point médian » qui brouille la lecture, enfume l’esprit, dissout l’entendement, obscurcit le sens.

    C’était donc possible ! Au milieu d’une France étouffée par la peur des courants dominants, un homme a osé. Il a pris la décision. Il a pris la plume. Il a dit : « On arrête les frais. On trace une ligne rouge ». Il a réagi à l’aplaventrisme généralisé. Et l’immense majorité des Français, ceux du pays profond, pas ceux des « collectifs », lui en seront infiniment reconnaissants. Parce qu’il a défendu la langue. Sa prodigieuse aptitude à la clarté, à la légèreté (dans le plus beau sens du mot, celui de Verlaine). Il a défendu la langue, contre ceux qui la polluent.

    En France, un homme a osé. Et à Genève ? Qui, parmi les gens de pouvoir, aura l’élémentaire audace de dire « Maintenant, ça suffit ». Les points médians, les lourdeurs de l’inclusif, empèsent et empoissent le discours officiel, jusqu’à être rendus obligatoires dans certaines administrations. Il faut maintenant qu’à Genève, une voix se lève. Et, très calmement, très fermement, sans haine, dise simplement non. Si la France le peut, Genève le peut. Nous sommes enfants de la même langue. Amoureux des mêmes syllabes. Lecteurs des mêmes poèmes. Nous dirons non. Nous ne céderons jamais.

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 8 commentaires
  • La nuit d'effroi des capitulards

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 12.05.21

     

    Marre des capitulards ! Marre de ceux qui se couchent. Ceux qui plient face à la première mode de pensée venue. Ceux qui se mettent en génuflexion. Ceux qui ploient. Notre société a besoin d’hommes et de femmes libres. Libres dans leurs têtes. Libres dans leurs convictions. Libres d’exprimer ce qu’ils pensent, même si ça déplaît au courant dominant. Or hélas, combien d’entre nous se retiennent ! Combien gardent en eux. Combien réfrènent. Ils n’osent pas, parce qu’en face il y a la meute. Alors, ils se disent « A quoi bon ? ». Plutôt que d’expulser leur pensée dans l’espace public, ils préfèrent la laisser macérer, silencieuse, enveloppée de rancœur, au plus profond d’eux-mêmes. Ils ont tort. Parce que nous sommes en guerre. Et la bataille des idées a besoin de combattants. De femmes et d’hommes d’honneur, fiers de leurs convictions, ne craignant pas la bagarre. Sans eux, sans cette trempe d’humains, les ennemis de la liberté ont déjà gagné.

     

    Je m’adresse ici à ceux qui voudraient, mais n’osent pas. Et je leur dis simplement : « Osez ! ». Vous êtes excédés par la tyrannie de la pensée dominante, en matière par exemple de climat, de guerre des genres, vous voudriez rétorquer, mais vous vous retenez, par peur de la chasse aux sorcières que les gens d’en face ne manqueront pas de vous faire subir. Alors, vous bastez. C’est humain. Mais vous avez tort. Dans la vie, si on a des convictions, il faut se battre. Sinon, c’est la victoire assurée de l’autre camp. Personne au monde ne pourra vous reprocher, dans les limites de la loi et du respect des personnes bien sûr, de formuler au plus près le contour de vos idées, et de le rendre public. Comme déjà dit la semaine dernière, chacun d’entre nous peut s’exprimer sur un réseau social, accepter l’auditoire qu’il veut, lancer le débat ou non. Il n’y a plus aucune excuse technique, comme naguère la limitation d’un éditeur, pour ne pas vous lancer à l’eau.

     

    Alors, les capitulards, qui sont-ils ? Ce sont ceux qui voudraient bien, mais qui finalement renoncent. Pour éviter les emmerdes. Terrible calcul, perdant à tous les coups, contraire à l’honneur, contraire au courage, contraire aux lois les plus élémentaires de la guerre. Dans la bataille des idées, il faut se battre. Le choc des armes, donc ici celui des mots, n’est pas à laisser aux autres. Chacun, pour lui-même et en son nom propre, doit mener son combat. Et par pitié, vos textes, vous les signez, de votre nom et de votre prénom ! Lâcheté des pseudonymes, veulerie de tous ces petits malins qui polluent la toile de leur fiel masqué. Non, non et non ! Le débat public mérite mieux. Il exige transparence, courage, puissance de solitude, détermination. A tous ceux d’entre vous qui ont des choses à dire, je dis simplement : « Prenez une plume, ou prenez votre voix, et dites-les ». C’est aussi net que cela. La clarté de l’homme ou de la femme d’honneur, plutôt que la nuit d’effroi du capitulard.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 3 commentaires
  • Les Verts : tous les pouvoirs !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - 05.05.21

     

    Les Verts ? Ils ont maintenant, à Genève, d'innombrables leviers du pouvoir. Au Conseil d'Etat. Au Parlement. Dans une quantité de commissions. Au sein des régies publiques. Ils ont pour eux la presse, en pâmoison. L'air du temps. Le vent des modes. La doxa climatique, irréfutable.

     Ils nous imposent leur langage : "urgence climatique", "bilan carbone", "transition énergétique". Et les autres partis, bien penauds, bravaches, reprennent en chœur. Terrorisés par l’idée de déplaire aux Verts.

     Les Verts ne sont plus l'opposition, pour peu qu'ils l'aient jamais été. Ils sont le pouvoir. A Genève, ce dernier s'exerce dans la transversalité, l'horizontalité, l'infiltration. Et puis, ils recasent leurs anciens magistrats : quand vous cessez d'être Conseiller d'Etat Vert, vous continuez d'exercer le pouvoir, autrement.

    Les Verts sont partout. Fort bien. A nous de les considérer comme le parti du pouvoir à Genève, un peu comparables à ce que furent les bons vieux radicaux vaudois dans les décennies d’après-guerre. Ils détiennent les manettes, tant mieux pour eux. A nous de les toiser, les critiquer, les juger. A nous de nous montrer particulièrement attentifs aux éventuels abus de ce pouvoir, là où il opère. Non parce qu’ils sont les Verts. Mais parce qu’ils sont le pouvoir. Et que tout pouvoir, quel qu’il soit, d’où qu’il vienne, doit nous inspirer lucidité, courage de nous opposer, et viscérale méfiance.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 7 commentaires