Liberté - Page 2

  • Epicène : c'est non, et on vous emmerde !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Dimanche 14.06.20 - 08.54h

     

    Le langage épicène ? Il suffit de lui dire non.

    Simplement non. Sans autre forme de discussion.

    Non à cette saloperie, bricolée par des idéologues n'ayant aucune oreille à la musique des mots. Ils marquent la syllabe comme on plombe un oiseau.

    Non à ce boulet de redondances, qui alourdit les paupières, émousse le désir, empoisse les sens.

    Non à ce goudron dans les ailes des mots.

    Non à la ridicule préciosité qui prétend imposer à la langue le corset de ses préjugés.

    Si cet immondice verbal s'impose, ce ne sera pas à cause de ceux qui l'ont sécrété. Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font. Ils ne savent d'ailleurs rien, c'est bien là le problème, leur abyssale inculture.

    Non. Ce sera à cause de nous. Chacun d'entre nous, individuellement responsable. Parce que, par lâcheté, nous n'aurons pas dit non.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 14 commentaires
  • Le tragique, l'obscur, l'essentiel

    Imprimer

     

    Sur le vif - Samedi 13.06.20 - 11.18h

     

    La gauche sociétâââle adore, tous les six mois, s'enflammer mondialement pour des feux d'artifice moraux ou cosmopolites, c'est le vieux rêve trotskiste de Révolution mondiale, ils sont gens des Lumières, contemplent le bouquet final en saluant l'universel. Accessoirement, cette gauche-là a perdu tout contact avec le monde ouvrier, les oubliés, les damnés de la terre, mais c'est sans doute un détail.

    Je me réclame d'une tradition de pensée - ou plutôt d'une confluence - diamétralement opposée. Rien d'universel ne m'habite, le monde ne m'intéresse pas. Mais la vie interne, intrinsèque, de chaque nation. Avec son Histoire, ses conflits, ses contradictions. Avec toute la lumineuse noirceur de ses passions. Avec le cortège de ses morts. Avec toute la puissance de sa langue, l'Histoire vivante de ses mots, comme dans le prodigieux Dictionnaire de la langue allemande des Frères Grimm, le deuxième plus grand monument de la langue allemande moderne, après la traduction de la Bible par Luther. Avec la voix de ses poètes, les chants de ses musiciens. Avec l'immensité du tragique, immobile, désespérante.

    Je ne crois pas à l'idée de progrès. J'observe la permanence du pouvoir, sous le masque des apparences. L'Histoire n'offre ni lois, ni solutions. Elle nous invite juste à l'essentiel : l'exercice de la lucidité, la lecture, l'écriture, la musique.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • L'empire de la rue

    Imprimer

     

    Sur le vif - Jeudi 11.06.20 - 15.53h

     

    Il y a deux semaines, manif cycliste. Totalement illégale. Le Conseil d'Etat ne bouge pas.

    Mardi soir, manif contre le racisme. Totalement illégale. Le Conseil d'Etat ne bouge pas.

    Dimanche, manifs féministes annoncées. Respecteront-elles les normes légales ? Le Conseil d'Etat bougera-t-il ?

    Sommes nous dans un Etat de droit ? Ou sous l'empire des collectifs, associations et communautés ?

    Somme-nous sous l'empire de la rue ?

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 6 commentaires
  • Voir et dire !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Jeudi 11.06.20 - 12.40h

     

    Suites politiques de la manif totalement illégale de mardi : il n'existe pour l'heure, à ma connaissance, qu'une seule démarche parlementaire pour exiger des explications du Conseil d'Etat : une Question urgente écrite, annoncée hier soir par le député PLR Philippe Morel.

    Et ses 99 collègues ? Ils comptent fermer les yeux ? Jouer l'autruche ? Faire comme si rien ne s'était passé ?

    Le Parlement est le premier pouvoir de notre République. Il est le garant de l'Etat de droit. Il est là pour voir et dire. Et non feindre d'ignorer. Et se taire.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Le ventre de la mémoire

    Imprimer

     

    Sur le vif - Jeudi 11.06.20 - 10.27h

     

    Celui qui n'a pas lu au moins trois mille livres d'Histoire, ni confronté, pour chaque sujet, le maximum de visions (celle des vaincus, dans une guerre, par exemple), ne devrait pas se lancer en politique. Toujours, il lui manquera cruellement l'essentiel : la vision diachronique, la perspective, la mise en contexte, le sens de la durée, la passion de Thucydide pour les causes et les effets.

    Le préparation pour la politique n'est certainement pas la philosophie. Ni la pure mécanique des idées. Mais l'Histoire. La prise en compte, patiente, sur des décennies de lectures et d'archives, du réel. La lente reconstitution, dans sa conscience, comme il en va d'une photographie révélée en chambre noire, d'une vérité. Avec toutes ses facettes, toutes ses contradictions, toutes ses désespérantes impasses.

    Car l'approche historique ne propose pas de solution. Ni de lois universelles. Rien de tout cela. Tout est particulier, infinitésimal parfois, il faut aller y voir de très près. J'ai plus appris sur certains éléments du Troisième Reich, à la sortie de l'enfance, en lisant la correspondance en allemand de ma mère avec des gens qu'elle avait fréquentés en 1937 et 1938, que dans des quantités de livres.

    Il faut aller voir. Il faut gratter. Il faut rejeter la morale et le jugement. Il faut constituer le réel dans sa conscience. En accepter l'insondable complexité. Multiplier les sources et les témoignages. Se garder de tout universel. Laissons le ciel aux cosmopolites. Plongeons-nous dans les entrailles de la terre. Dans le ventre de la mémoire.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Serge Dal Busco, le diviseur

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 10.06.2

     

    La guerre des transports fait rage à Genève. Elle n’est pas revenue toute seule, ni par la grâce du Ciel, mais par l’œuvre d’un homme, un seul, qui devra un jour en assumer toute la responsabilité : Serge Dal Busco. C’est lui, le ministre en charge de la Mobilité, qui a déterré la hache de guerre, lui qui a fait peinturlurer de nuit, en catimini, les rues de Genève, lui qui a récidivé dans ces rondes de nuit à faire pâlir Rembrandt, lui qui réveille la foudre. Du coup, Genève est divisée en deux camps : les cyclistes, les automobilistes. Alors que chacun de nous, alternativement, peut être l’un ou l’autre, le ministre lui-même, par maladresse, par inconscience ou par intelligence programmée avec un camp, a relancé le vieil apartheid des pires heures, celles des deux derniers ministres de gauche à son poste. M. Barthassat, quoi qu’on puisse penser de lui par ailleurs, a plutôt fait figure, dans cette triste séquence, de personnage conciliant et pragmatique. Sous son règne, en tout cas, Genève roulait. C’était entre 2013 et 2018. C’était il y a mille ans.

     

    Serge Dal Busco est un homme de grande valeur. Il a parfaitement sa place au Conseil d’Etat, où le peuple l’a porté, cela n’est pas en cause. Il a le sens de l’Etat, roule pour l’intérêt public. Le seul problème, c’est que nous, nous ne roulons pas ! M. Dal Busco est un homme honnête, chaleureux, sympathique. Mais pourquoi cacher les choses ? Son passage à la Mobilité est un échec. Non parce qu’il peinturlure à gauche plutôt qu’à droite, avec telle largeur pour les bandes cyclables plutôt que telle autre, dans telle rue, de tout cela on peut naturellement discuter, et nous affirmons ici que les cyclistes doivent pouvoir circuler aisément, en toute sécurité. Non, l’échec vient de deux causes. D’abord, tel un héros des romans d’espionnage de John le Carré, il est littéralement passé à l’Est, avec armes et bagages, quittant le camp de son électorat pour accomplir la politique des Verts et des partisans de la « mobilité douce ». On notera là, pour demeurer dans de convenables normes de langage, un certain sens de « l’adaptation » qui, à Genève, en choque plus d’un.

     

    Ensuite, ce comportement porte un sens. Il dessine une personnalité qui, malgré ses qualités et sa sincérité à réaliser le bien public, s’adapte un peu trop facilement au vent du pouvoir en place. Les Verts ont marqué des points ? Fort bien, M. Dal Busco surabonde dans leur sens ! Donc, il s’attelle aux forces dominantes du moment. Demain, ne s’agripperait-il, tout autant, à d’autres ? Ce trait de caractère, hélas, est de nature à atténuer la bienveillance initiale de notre jugement sur son action politique. Dans ces conditions, l’homme étant selon nous à sa place au gouvernement mais pas à la Mobilité, il ne nous apparaîtrait pas inutile qu’un remaniement, au sein du collège, décharge M. Dal Busco de ce dossier – ou tout au moins de la seule gestion de ces questions. Cela, non pour nous faire plaisir. Ni pour faire triompher un camp contre un autre, surtout pas. Mais pour rétablir, à Genève, la paix des braves. Excellente semaine à tous !

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 6 commentaires
  • Non, la Suisse n'est pas raciste !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mardi 09.06.20 - 22.55h

     

    Non, non et non, la Suisse n'est pas un pays raciste ! Le seul fait de libeller ainsi les choses est immonde. Il y a certes, dans notre pays, des dérapages, et ils doivent assurément être condamnés. Car tout être humain en vaut un autre, aucun problème avec cela !

    Mais venir transposer, par pur opportunisme de manifestants professionnels (les éternels agités, qui guettaient depuis trois mois l'occasion de retrouver cette rue qu'ils adulent), la vraie question du racisme aux États-Unis, vieille comme l'Histoire de ce pays, sur notre Suisse, est un procédé inqualifiable.

    Pour ma part, et je me contrefous de mon image auprès des bobos, je n'accepte pas ce procédé. Il me révulse ! J'invite tous les Suisses qui pensent comme moi à se révolter contre cette dictature bruyante de la minorité.

    Quant aux éternels agitateurs de la rue, peu importe la cause, pourvu qu'on batte le pavé, ils doivent rendre des comptes à la justice pour les manifestes transgressions de distances, au mépris de toutes les règles, ce soir. Ils sont faciles à trouver : certains, qui remuent la tourbe depuis plus de quarante ans à Genève, appelaient déjà, il y a quelques jours, à la manif des cyclistes. Ces gens-là doivent assumer leurs responsabilités. La République des manifs, la République des gueulards, la République de la rue, c'est non !

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires
  • Colère et dégoût

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mardi 09.06.20 - 21.01h

     

    Les centaines d'images de la manif de ce soir sont parfaitement claires : aucune distance n'a été respectée. La loi républicaine a été bafouée. Pendant ce temps, on tyrannise commerçants et restaurateurs avec des règles et des contrôles tatillons. C'est parfaitement dégueulasse. À Genève, il y a désormais deux poids et deux mesures face à la loi. Immense colère citoyenne. Et une forme de dégoût. Les 495'000 Genevois n'ayant pas participé à cette catharsis de la transgression doivent maintenant se faire entendre.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 11 commentaires
  • Puisque leur cause est celle du Bien !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mardi 09.06.20 - 13.51h

     

    Il existe, à Genève, une toute petite portion de la population, flirtant avec l'infinitésimal, qui descend dans la rue. Toujours les mêmes. Tandis que l'écrasante majorité, à l'instar de votre serviteur, ne manifeste jamais. Je dis bien : jamais.

    Ces tonitruants minoritaires, combien sont-ils ? Quelques centaines. Disons même quelques milliers. Seraient-ils, toutes causes confondues, un réservoir total de vingt-mille (et là, je suis généreux dans l'estimation !), qu'il demeurerait tout de même, dans le Canton, quelque 480'000 personnes pour ne JAMAIS manifester. Je dis bien : JAMAIS.

    Sur la masse de la République, nos manifestants professionnels sont donc une poignée ! Toujours des gens de gauche. C'est normal, cette famille politique squatte, accapare, monopolise la rue, depuis 1945. Trois quarts de siècle de banderoles rouges, de postillons dans les haut-parleurs, ça crée des habitudes, on s'installe, on est chez soi. Pour un peu, on descendrait dans la rue en pantoufles, traîner ses savates et, dans la foulée, son blues.

    Les générations passent. Dans les familles de gauche comme dans la noblesse de robe, sous l'Ancien Régime, on se transmet la charge. Comme dans les paroisses, à l'ombre des clochers. La manifestation n'est-elle pas une procession ? Pas de Vierge noire, mais la marée rouge des slogans. Sinon, même litanie. Même liturgie. Dans la rue, tu jouis, tu communies, tu exploses du bonheur terrestre et charnel de la présence.

    A partir de là, les causes pourraient presque (à un esprit chagrin) ressembler à des prétextes. Un jour, les gentils Kurdes. Un autre jour, les gentils Arméniens. Ou encore, les gentils Tibétains. Le nucléaire. L'anti-militarisme. Le climat. Le féminisme. Ah ben tiens, le racisme en Suisse, pourquoi pas : on surfe sur l'affaire Floyd, on se dit qu'on pourrait exporter la question - bien réelle, et pertinente - du racisme aux États-Unis.

    Alors, d'un coup de baguette, on helvétise la cause, pourquoi se gêner ! Et hop, on descend dans la rue, à l'heure de pointe ! Et on se sanctifie d'emmerder le bon bourgeois bosseur, le cochon de payeur d'impôts et de taxes, qui a le mauvais goût de rentrer de son travail, via le centre-ville, à ce moment-là. On lui en aura fait voir, à ce gros porc ! On lui aura ouvert les yeux sur ces plaies de la Suisse que, de son auge aveugle, il est incapable d'entrevoir. Eh oui, Robert, la Suisse est raciste, tu refuses de le voir, nous t'abreuvons de lumière.

    Chaque fois que Genève manifeste, c'est une certaine famille qui descend dans la rue. Avec ses rites, ses couleurs, ses canons de conventions. Le Ciel est avec eux, avec tous ses archanges et tous ses séraphins. Puisque leur cause, comme l'éternelle blancheur de leurs consciences, est celle du Bien.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 15 commentaires
  • Poids et mesures

    Imprimer

     

    Sur le vif - Lundi 08.06.20 - 15.26h

     

    Les blanches âmes qui manifestent contre "le racisme en Suisse" prendront-elles aussi la rue pour dénoncer la maigreur des retraites, les conditions de vie de nos aînés, la précarité croissante de la classe moyenne, la fiscalité étouffante du travail, les oubliés de la libre-circulation, le chômage des résidents face à la pression migratoire, le scandale absolu des primes maladie ?

    Ou, peut-être, ces quelques causes vulgaires - face à l'universalité cosmique de la première - ne seraient-elles pas assez porteuses, en termes d'image, dans les cocktails branchés ? Où l'on prendra soin, of course, de se rendre à vélo. Sur les bandes cyclables de Sergio-la-Terreur.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires
  • Respectez le Parlement, M. Maudet !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Dimanche 07.06.20 - 14.40h

     

    Monsieur Maudet, un Conseiller d'Etat ne peut se contenter de qualifier "d'élucubrations" les propos des députés Buchs (PDC) et Bläsi (UDC) sur vos liens avec Manotel.

    Vous êtes membre de l'exécutif. Ces deux Messieurs sont des élus du peuple, membres du premier pouvoir, le Parlement, qui a pour mission de contrôler l'activité du gouvernement et de l'administration. Nombre de leurs collègues, hélas, ne l'assument pas, cette mission. Ces deux-là, parmi quelques autres, si.

    S'il vous interpellent, vous devez leur fournir des réponses précises et circonstanciées. Au surplus, je ne sache pas que vous ayez à qualifier - encore moins à disqualifier - les questions légitimes qu'au nom du peuple, ces deux excellents députés se posent sur votre gestion.

    Monsieur Maudet, je vous ai souvent défendu, et continuerai de le faire pour que vous gardiez votre place au Conseil d'Etat, et que vous retrouviez un Département avec ampleur et marge de manœuvre. Mais vous ne pouvez rejeter ainsi, d'un revers de la main, les questions de la représentation populaire de notre Canton.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent 3 commentaires
  • Pourvu qu'elles meurent, avant que d'être !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Samedi 06.06.20 - 18.07h

     

    La liberté d'expression n'existe pas. Tout le monde en parle, tout le monde la promeut, mais elle n'existe pas.

    Ceux qui la brandissent avec le plus de majesté, ou de fureur messianique, sont en général les premiers à la déchiqueter, dès qu'ils se sentent eux-mêmes atteints, ou en danger. La sauvegarde de chaque intégrité s'impose immédiatement sur les grands principes universels, c'est ainsi, c'est viscéral, c'est la vie. L'humain n'est pas une idée abstraite, mais un champ de forces physiques, avec leurs antagonismes, leurs contradictions.

    Même dans notre bonne Suisse, pays libéral sur le plan de la pensée, cette liberté n'existe pas, autrement que comme intention posée. Un principe intellectuel, tout au plus. En réalité, y a des choses, tout simplement, qu'on ne peut pas dire. Soit parce qu'elles sont interdites (à tort ou à raison, chacun jugera) par la loi. Soit, plus sournoisement, parce que les énoncer vous exposerait à tellement d'ennuis qu'à la réflexion, après avoir hésité un moment, vous préférez renoncer. Pourquoi s'incendier l'estomac, se torturer d'insomnies, si on peut l'éviter ?

    Dans cette opacité de plomb, il y a bien, ici ou là, quelques percées de lumière. Leur vie, infiniment brève, est celle des comètes. Ou des feux de Bengale. Elles nous distraient. Nous les tolérons, pourvu qu'elles demeurent instantanées. Pourvu qu'elles meurent, avant que d'être ! Plus pervers : les organes du pouvoir et de la convenance, si nombreux dans notre espace public, sont les premiers à leur octroyer une apparence de droit de cité, comme un frisson d'orgasme canaille, retenu puis hurlé, sur un sofa bourgeois.

    Il y a des sujets que nul n'ose aborder. Et qui pourtant nous tourmentent, un grand nombre d'entre nous. Mais il faut les taire, sinon c'est la foudre.

    En vérité, je ne suis pas sûr que nos sociétés européennes de 2020, la Suisse, la France, l'Italie, l'Allemagne, soient intellectuellement beaucoup plus libres que celles d'il y a 100 ans, ou 150, dans les mêmes pays. Pour avoir longuement travaillé sur la presse française et suisse romande des années Dreyfus (1894-1906), avec la folie de ses passions et de ses antagonismes, je suis même persuadé du contraire. La presse de cette époque-là était sanguine, excessive, injuste, fébrile, enflammée, dégueulasse même parfois. Mais elle était plus libre que celle d'aujourd'hui. Je ne dis pas meilleure, je dis plus libre.

    Alors ? Alors, rien ! Je n'ai rien d'autre à ajouter. Chacun jugera, selon son coeur, selon son âme, selon la puissance de ses haines, ou celle de ses passions. Chaque humain est un univers. Chaque conscience est libre de se taire. Ou de parler. J'ai lu ça quelque part dans Luther, dans sa traduction allemande de la Bible, 1522. Et nul d'entre nous n'a, au fond, à juger le degré de lâcheté - ou de courage - de son voisin. Qu'il s'occupe déjà de lui-même. Le champ est vaste. Une vie jamais n'y suffira.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 5 commentaires
  • Ah, les sottes gens !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Jeudi 04.06.20 - 12.54h

     

    Singulière période, où le prolétaire se déplace en voiture, et où le bobo urbain jouit de l'horizontalité silencieuse des pistes cyclables.

    Le prolétaire ? Le petit artisan, l'ouvrier. Il n'a pas la chance d'habiter au centre-ville, il a besoin de son véhicule. Il en a rêvé longtemps, il a mis des années à pouvoir se l'offrir. C'est lui, bien souvent, qui ronge son frein dans les bouchons, à côté d'une piste cyclable aussi démesurément large que vide.

    Le bobo ? Habite en ville. Travaille en ville. Vote Vert. Aime les mots nouveaux : transition énergétique, transfert modal, énergies renouvelables. Cultivé, souvent. Doux, agréable. N'aime pas le cambouis. Ni le bruit, ni les moteurs. Aime le télétravail, sauf que son vélo lui manque. Pas de gros mots, pas d'ébullition, jamais hors de soi. La vie s'écoule, paisible, comme une éternité de petites graines.

    La guerre des transports est aussi cette guerre-là. Une bonne vieille guerre sociale. Entre le nanti, protégé à l'extrême dans son cocon, et l'infâme petit indépendant, avec sa camionnette de mauvais goût, même pas lavée. Même pas de badge "Nucléaire, non merci !" collé sur sa vitre arrière. Ah, les sottes gens !

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 9 commentaires
  • Complot : nos révélations !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mercredi 03.06.20 - 13.03h

     

    Dans le tumulte des passions, aujourd'hui, deux forces antagonistes :

    1) Le pouvoir. Qui règne et se maintient en s'appuyant sur des dogmes. En matière sanitaire, par exemple. Ou climatique. Chaque dogme a sa secte, ses experts, ses grands-prêtres. Les plus inspirés, sans même se dévêtir, s'immergent dans les eaux baptismales du Jourdain.

    2) Ceux qui remettent en cause ces dogmes. Donc, remettent en cause le pouvoir qui les porte.

    Les partisans du champ 1, parmi lesquels pas mal de bouffons allaités à la Voie lactée du pouvoir, traitent ceux du champ 2 de complotistes. Appellation contemporaine du Cathare.

    La vie est simple et belle comme un feu de bûcher.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • L'immigration, c'est notre affaire !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 03.06.20

     

    Insupportable, la manière dont d’Office fédéral de la statistique nous présentait, fin mai, les prévisions démographiques pour la Suisse ! Il nous annonçait que notre pays, doté aujourd’hui de 8,5 millions d’habitants, passerait à 9,4 en 2030, puis 10,4 en 2050. Trois quarts de cette croissance provenant de l’immigration ! L’OFS nous balance ces chiffres, comme un fait accompli. Les médias les reproduisent tels quels, sans le moindre discours critique sur ce qu’ils représentent, en termes notamment de pression migratoire benoîtement acceptée. Comme si cette dernière était inéluctable. Comme si le peuple suisse, autorité suprême de notre pays, n’y pouvait rien. Comme s’il devait rester là, sur le bord de la route, à voir débarquer les flux de la migration. Comme si l’explosion des chiffres relevait d’une obligation de destin, que nous, citoyennes et citoyens libres d’un pays souverain, devrions accepter, tête basse, les yeux fixés vers le sol, échine courbée. Comme si nous étions des sujets, alors que nous sommes le souverain !

     

    Alors, il est temps de rappeler une chose : nous ne sommes pas des sujets ! Nous ne sommes pas des jouets du destin. Nous sommes des hommes et des femmes libres. Citoyens, nous façonnons nous-mêmes, par le suffrage universel, l’avenir de notre pays. Les grandes orientations, c’est le peuple, en Suisse, qui les détermine. Le peuple, et certainement pas les seuls élus, encore moins les fonctionnaires de l’Office fédéral de la statistique. Il en va ainsi de tous les domaines de notre politique, et la question de l’immigration ne fait pas exception. La Suisse est un pays souverain. C’est elle qui gère ses flux migratoires. Elle qui fixe les quotas de ce que nous voulons accepter. Au plus haut niveau, comme arbitre ultime de ces décisions, c’est le peuple. Entendez par ce mot, « peuple », les citoyennes et citoyens suisses âgés de 18 ans et plus, ce qui fait quand même pas mal de monde.

     

    Les flux migratoires ne doivent en aucun cas nous être présentés comme une fatalité, comme le fait l’OFS, en nous plaçant devant un fait accompli. Ils doivent être, au contraire, le résultat d’une politique, donc d’un choix citoyen, démocratique, opéré par le suffrage universel, au terme d’un vaste débat, dans tout le pays, où chacun peut s’exprimer. Au final, le peuple souverain vote, et c’est cela, la voix de la Suisse. Car c’est lui, le patron. La démocratie, ça n’est pas l’absence de décision, loin de là. Ce sont, au contraire, des décisions fermes et précises, simplement elles sont celles du peuple, et non celles d’une nomenclature. C’est plutôt génial, non ? Alors, faisons-le vivre, ce système, donnons-lui corps et âme ! Car il dépend de nous, de nos énergies citoyennes, de notre passion pour la politique et pour notre pays. Ainsi, sur la question migratoire, évidemment essentielle, c’est le peuple qui décide. Nous aurons, par exemple, l’occasion de le faire le 27 septembre prochain. Nous y reviendrons bientôt. Excellente semaine à tous !

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires
  • Oubliez l'Europe, regardez l'Allemagne !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mardi 02.06.20 - 06.34h

     

    Ma passion puissante pour l'Histoire de l'Allemagne et celle de la France, en profondeur depuis au moins 45 ans, m'amène à considérer comme très périphérique la question dite "européenne". Le mot même, "Europe", n'évoque pas grand-chose pour moi.

    Il évoque certes un continent. Dont j'ai visité presque tous les pays, certains (Allemagne, France, Italie) à d'innombrables reprises. On pourrait évoquer la fiction même que constitue l'étiquetage de la planète en cinq continents, mais bon, allons-y pour le continent européen. Je suis monté au Cap Nord, avec ma famille, l'été 1968, j'ai ressenti puissamment l'épine dorsale de l'Europe physique.

    Mais il n'y a pas, il n'y a jamais eu d'Europe politique. L'Empire carolingien, puis le Saint-Empire Romain-Germanique, ne constituent en fait que des jeux d'alliances fluctuants, fragiles, entre familles royales, liens d'intérêts économiques et financiers, en certaines parties de l'Europe.

    Le conglomérat appelé aujourd'hui "Union européenne" n'a aucune dimension politique. Il n'a ni défense commune, ni affaires étrangères, deux éléments qui constituent la puissance de souveraineté d'une communauté humaine. Dans la crise sanitaire que nous venons de traverser, l'UE s'est liquéfiée, elle a disparu, seules les nations ont agi. Chaque nation séparément, pour elle-même. Le concept de préférence nationale s'est naturellement imposé, sans provoquer le moindre débat. L'Europe, aux abonnés absents.

    Mieux : le jeu très ancien de triangulation entre trois pôles dominants (France, Allemagne, Angleterre) n'a cessé d'opérer, tout au long de l'Histoire de l'Europe communautaire. Réconciliation franco-allemande les premières années, tentative de greffe britannique en 1972, puis inexorable montée de l'Allemagne, suite à la chute du Mur, dès l'Acte unique. Déjà dans les Guerres balkaniques des années 1990, l'Allemagne se remet à jouer sa carte nationale. C'en est fini du nain politique de l'après-guerre.

    Nous sommes en juin 2020. L'Europe politique n'existe pas. Elle n'a jamais existé. L'Allemagne est plus puissante que jamais. Son économie demeure d'une vitalité exceptionnelle. Ses capacités stratégiques, dans l'indifférence générale, ne cessent de se renforcer. L'implantation de ses entreprises à l'Est de l'Europe se renforce.

    Face à cette Allemagne, la France est larguée. C'est un événement considérable : la construction de 1957, puis la Réconciliation (Versöhnung) de Gaulle - Adenauer, se fondaient, comme une Cathédrale, sur deux piliers de force égale. Aujourd'hui, c'est fini : l'Allemagne est loin devant. La France, une nouvelle fois, a perdu la guerre. La puissance française en Europe est morte en juin 1940, le 22 pour être précis. Dans une forêt de l'Oise.

    Nous sommes en juin 2020, il n'y a pas d'Europe. La vérité, c'est qu'il n'y en a jamais eu. Tout au plus une fiction, un paravent. La réalité demeure celle, tenace et ancrée, des intérêts nationaux. Et celle de l'inexorable montée en puissance de l'Allemagne. Ce chemin a commencé pendant la Guerre de Sept Ans (1756-1763), sous l'immense Roi de Prusse Frédéric II. Et depuis, il n'a jamais cessé. Le 8 mai 1945, dans ce parcours, n'est qu'une défaite d'étape.

    Le 8 mai 1945, pour l'Allemagne, est infiniment moins important que le 22 juin 1940, pour la France. Les livres d'Histoire ne le disent pas. Pas encore.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Les extases du cyclo-diacre

    Imprimer

     

    Sur le vif - Lundi 01.06.20 - 15.58h

     

    Gardons-nous, frères et soeurs, de confondre le cyclo-diacre avec le cycliste, tout court.

    Le cycliste est l'usager d'un moyen de transport. Pour se mouvoir, il a choisi le vélo, comme d'autres ont opté pour la voiture, le scooter, la trottinette ou le téléphérique.

    Le cyclo-diacre, c'est le cycliste militant. Il s'est converti un jour, il en a été transfiguré. Le feu ! Alors, de son corps d'avant, devenu cendre et braise, a émergé l'être nouveau. Par le vélo, il a trouvé la paix. Il a trouvé la voie (cyclable). Il a trouvé la vérité.

    Le cyclo-diacre n'est pas un égoïste. La sublimation de sa métamorphose, il veut la partager. Avec tous. Alors, tel le chrétien des premiers siècles, il se fait prosélyte. S'il faut aller vers le martyre, allons-y tous ensemble, en pédalant.

    Métamorphosé. De cloporte, il est devenu colporteur. Partout, il répand la bonne nouvelle. Il récite. Il encense. Il nous invite à la liturgie des temps nouveaux. Il nous éduque aux mots de son latin d'église : mobilité douce, transfert modal. Tout sceptique, qui ne serait pas immédiatement illuminé par la Grâce de ces vocables, sera rayé du cercle des élus.

    Le cyclo-diacre est tombé amoureux de son moyen de locomotion. Tel l'Empereur Caligula, épris de son cheval, il adule ce qui le transporte, il veut en faire la totalité, l'universel, la clef du monde et celle des songes, le vent du soir qui nous ramène au Paradis perdu.

    Longue vie au cyclo-diacre. Un coeur, une âme, deux roues, la vie qui chante, la vie qui crisse, la vie qui s'emballe. La vie qui va.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • La morsure infectée des Gueux

    Imprimer

     

    Sur le vif - Lundi 01.06.20 - 08.00h

     

    J'ai condamné ici la décoiffante conversion de nombreux libéraux à la dette, en toute hâte, au plus fort de la crise sanitaire. Ont-ils pris peur ? Ont-ils vu poindre, avec quelque frayeur, un effondrement de l'ordre social ? Ont-ils eu le vieux réflexe de la bourgeoisie suisse face à la possibilité d'un Novembre 1918 ? Encore que la perspective d'une grève générale eût paru fort singulière en une période où... tout le monde était au repos forcé !

    Je ne parle pas ici de la gauche. Ni de la droite souverainiste. Mais de la droite libérale ! Celle qui, dans les Cantons et sous la Coupole fédérale, gardait le Temple de l'orthodoxie financière. Frein à l'endettement, refus des déficits, coupes dans les dépenses. Et là, en quelques jours, juin 40 ! Tout se retourne, tout s'effondre ! La fin d'un discours, la fin d'un monde. Soudain, c'est Keynes, le New Deal, la relance de l'économie par les investissements, sans qu'on sache d'ailleurs lesquels !

    Alors, quoi ? On n'était anti-dette que par posture, par beau temps ? On lâche des dizaines de milliards aux Gueux par peur de la morsure infectée ? On craint l'ordre social secoué, la vase retournée, la tourbe répandue ?

    Pour ma part, moi qui ne suis pas libéral, je demeure viscéralement opposé à tout déficit, et tout endettement. On dépense l'argent si on l'a. Pas d'emprunt. Pas de lien avec les usuriers. S'il le faut, on vit plus simplement. On travaille pour gagner sa vie, tant qu'on le peut. On va chercher du travail là où il y en a. On ne sollicite les aides qu'en cas d'extrême nécessité. On arrête de tout attendre de l'Etat, comme des oisillons, le bec ouvert. Et ce dernier ne doit être fort que dans ses fonctions vitales ou régaliennes. Pas comme distributeur de milliards à la première crise.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Sur le Mur, 16 juillet 1972

    Imprimer

     

    Sur le vif - Dimanche 31.05.20 - 13.20h

     

    Sperrgürtel der DDR. Extrait (ci-dessous) de mon Journal. J'ai écrit des centaines de pages, comme celle-ci, textes, dessins, croquis, photos, sur plusieurs années. C'était pulsionnel, il fallait que je tienne mon journal, j'adorais ça.

    Là, nous sommes le dimanche 16 juillet 1972. Je vivais tout au Nord de l'Allemagne, chez un ancien combattant de la Guerre à l'Est, à deux pas de la frontière historique entre la Prusse et la Saxe. Nous avons fait des milliers de kilomètres, lui et moi, dans sa Coccinelle vert bouteille. Tous les soirs, nous regardions le téléjournal de la DDR. Nombreuses visites sur le Mur de Fer, qui me fascinait.

    On était en pleine Guerre froide, mais instinctivement, je refusais les clefs de lecture de cette dernière. Je ne considérais ce Mur, cette ligne de fracture entre les Allemagnes, que comme un prix à payer, provisoire, pour la défaite d'étape du 8 mai 1945. Le Mur ne m'intéressait pas du tout comme séparation entre l'Est et l'Ouest, encore moins comme césure entre les Bons et les Méchants (je n'étais absolument pas anticommuniste). Mais comme une cicatrice interne au destin allemand. Une Mer Rouge réinstallée, en attendant la Réconciliation (Versöhnung). Quelque chose de biblique, puissant, comme dans la traduction de Luther.

    A noter que la Ligne de démarcation avait sacrément bien été tracée (sans doute par un Renseignement britannique, juste avant Yalta, qui savait lire des livres d'Histoire) : la frontière sur laquelle je me trouvais était non seulement celle entre Niedersachsen et Mecklenburg-Vorpommern, mais c'était la vieille frontière, si importante dans la Guerre de Sept Ans (1756-1763), entre la Prusse et la Saxe. Là oui, beaucoup plus qu'entre capitalistes et communistes, deux univers. Deux rapports à la langue allemande, aux mythes fondateurs médiévaux, à l'écriture, à la tradition musicale, à la Réforme.

    Je refusais les clefs de la Guerre froide. Pour autant, je n'aurais jamais imaginé, ce 16 juillet 1972, qu'une Réunification fût possible, 17 ans plus tard. Le Chancelier, à l'Ouest, s'appelait Willy Brandt. C'était un homme d'exception, que je place au plus haut rang de mon admiration. Nous étions dix-neuf mois après la génuflexion de Varsovie. Partout, autour de moi, surtout dans les cercles très particuliers que je fréquentais, on parlait d'Ostpolitik. Mais imaginer une Allemagne réunifiée, avant des siècles, c'était intellectuellement impossible.

    Déjà, le destin allemand me troublait, m'habitait, me concernait. Au plus profond. Pour des raisons que je discerne. Et aussi, pour d'autres. Un être humain, c'est une part de lumière, et des fragment plus enfouis. L'un et l'autre nous constituent.

     

    Pascal Décaillet

    DDR.jpg

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Toutes les manifs - Sauf une !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Samedi 30.05.20 - 17.19h

     

    Je suis ennemi viscéral de toute manifestation. Jamais participé à aucune, de toute ma vie. Je rejette absolument cette culture de la foule. Tout comme j'abhorre le monopole de la gauche sur la rue, depuis 75 ans. Aucune sympathie pour les défilés du 1er Mai, et je ne sache pas qu'on puisse me qualifier d'ennemi du travail. Jamais aimé les banderoles, encore moins les vociférations.

    Pour moi, le peuple, c'est le démos, le corps des citoyens qui font institution, par le suffrage universel. Et ça n'est certainement pas le pléthos, celui qui hurle dans le désordre de la rue.

    Des manifestations, il en est en pourtant une - UNE SEULE - à laquelle j'aurais aimé participer. Elle s'est déroulée il y a jour pour jour 52 ans, sur les Champs-Élysées. C'était pour soutenir Charles de Gaulle. Montrer - sans la moindre ambiguïté - où était la vraie majorité en France. Remettre à leur place les bourgeois libertaires du Quartier Latin. Mettre fin à la petite plaisanterie de Mai 68, qui demeure pour moi une verrue dans l'Histoire de la France au vingtième siècle.

    Je me souviens comme si c'était hier du 30 mai 1968. J'allais sur mes dix ans. Je terminais mon avant-dernière année d'école primaire. J'adorais l'école. Je ne comprenais absolument pas ce que mes aînés reprochaient à un système de transmission des connaissances qui, pour ma part, me convenait fort bien.

    Vous n'imaginez pas ce que cette école-là a fait pour moi, à quel point elle m'a ouvert l'âme, aiguisé l'esprit. A quel point j'ai aimé, dès l'âge de sept ans, l'Histoire avec ses dates et ses Traités, la géographie avec ses fleuves et leurs affluents. La musique, avec un prof génial - j'étais dans sa chorale - qui est devenu chef d'orchestre. Et, avant toute chose, le miracle de la langue. Les dictées. Les poèmes à apprendre par coeur : Paul Fort, Emile Verhaeren, Albert Samain. Oui, j'ai passionnément aimé mon école primaire, entre septembre 1965 et juin 1969. Et j'ai, déjà sur le moment, haï - je pèse mes mots - l'esprit de Mai 68. A commencer pas son leader.

    Alors voilà, j'exècre toutes les manifestations. Sauf une. Ca doit être comme dans la grammaire latine : il y a toujours une exception. Et on tombe sous son charme.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires