Liberté - Page 3

  • Journalisme : les bateleurs d'un nouveau monde

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 03.02.21

     

    « Dès que nous serons nés, vous allez voir ce que vous allez voir ! Nous allons vous étonner. Nous allons vous surprendre. Nous allons vous éblouir. Nous serons insolents. Nous serons impertinents. Nous serons décalés. Notre journal ne sera pas comme les autres. Nous traiterons l’information sous des angles nouveaux, comme vous n’en avez encore jamais vus. Nous vous proposerons un autre regard. Nous aurons de l’humour, à défriser les yacks. Nous saurons vous séduire. Nous ferons du journalisme comme personne, depuis Théophraste Renaudot, le père de la Gazette, sous Louis XIII, n’a jamais osé en faire. Pour les autres journaux, autour de nous, le coup de vieux sera terrible. Nous ferons tomber les murs. Nous détruirons les fortifications mentales. Nous pulvériserons les vieux schémas, qui vous étouffent. Venez, souscrivez, abonnez-vous, un jour nous naîtrons, et la vie en elle-même sera renouvelée ! ».

     

    J’exagère ? A peine ! Ce discours de bateleur, c’est celui qu’enfant, j’entendais tous les automnes, lorsque je me rendais aux Arts ménagers, avec mes parents. Il fallait harponner le quidam, de grandes gueules s’y entendaient à merveille, leur promettant les lendemains enchanteurs d’une batterie de casseroles, ou d’une friteuse. Vieux comme le monde ! Et le plus fou, c’est que ça marchait : les acheteurs faisaient la queue ! Dans le monde des médias, aujourd’hui, en Suisse romande, c’est la même chose : on ne parle plus ni du passé ni du présent, on se contente juste de faire miroiter l’avenir. « Nous allons naître, votre vie en sera transfigurée, juste un peu de patience, en attendant vos dons ou souscriptions sont bienvenus ». Et les voilà, nos camelots, qui déboulent sur toutes les ondes, invités à s’exprimer non sur ce qu’ils ont fait, une fois dans leur vie, non sur ce qu’ils auraient, dans le métier, réussi à lancer, et qui, quinze ans, vingt ans après, perdurerait, non sur un legs, une réussite, mais… sur ce qu’ils se proposent de faire, une fois qu’ils nous auront fait l’honneur, entre l’Âne et le Bœuf, de venir au monde.

     

    Eh bien moi, ces drôles, je ne peux supporter leurs discours. Je ne peux plus les entendre, ni eux, ni leurs fades complices qui leur donnent la parole. Le journalisme est un métier. Il est fort bien de lancer de nouvelles offres, des journaux, des émissions, des sites, tout ce que vous voudrez. Mais il est encore mieux de tenir : des années, ou, comme le journal que vous tenez entre les mains, des décennies. Tenir un quotidien, produire une émission, c’est se battre tous les jours, avec une férocité que le profane ignore, pour que votre journal, votre émission, contre vents et marées, survive. Et pour qu’il garde sa place dans la Cité. Tout le reste, c’est du boniment. A ceux qui, aujourd’hui, travaillent sur des maquettes, dans l’écrit, en radio, en TV, sur internet, peu importe le support, je dis fraternellement « Bonne chance ! ». Mais j’ajoute immédiatement : « Commencez à exister, durez déjà quelques années, et puis, si nous sommes encore de ce monde, nous discuterons ».

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire
  • Adolphe Ribordy : un grand Valaisan nous a quittés

    Imprimer

     
    Sur le vif - Lundi 01.02.21 - 16.48h
     
     
    Avec une très grande tristesse, et je suis loin d'être le seul, j'apprends cet après-midi le décès d'Adolphe Ribordy. Avec cet homme de 78 ans, qui avait en lui le démon de la politique et celui du journalisme, c'est l'une des grandes figures du Valais qui nous quitte. Radical dans l'âme, il aimait son parti. Il aimait son canton. Il aimait son pays.
     
    Adolphe Ribordy, figure pleine de vie, homme passionné d'Histoire, de livres, d'échanges, fraternel dans la joute comme dans la complicité, c'était la politique à l'état pur, telle que seul le Valais est capable de nous l'offrir. Une passion qui passe par la langue, le verbe, la connaissance du terrain et des familles, la fougue de communiquer. Le Valais des bannières, celui des fanfares, si fier de mettre des couleurs dans la vie publique. Le Valais festif, jusque dans les actes citoyens.
     
    Adolphe Ribordy a longtemps été député radical, patron du Confédéré, président de Rhône-FM, c'est dire l'ampleur de son engagement. L'action, mais toujours le verbe, toujours l'engagement, toujours tenir les couleurs, brandir la bannière.
     
    Je ne l'avais plus revu depuis quelques années. Je garde de lui le souvenir d'un homme habité par la vie, par la passion de construire le Valais moderne. Il y avait en lui, je veux dire dans les arcanes de sa mémoire, la Bataille du Trient, le Sonderbund, les années difficiles sous le règne conservateur. Et puis, ancrée dans le tréfonds de l'âme, l'aspiration à un Valais d'aujourd'hui et de demain, terre de culture et de fraternité, enracinée dans le terroir pour grimper vers le ciel.
     
    Vers quel ciel ? Je l'ignore. Je dirai simplement une chose : le ciel d'Adolphe Ribordy, j'aimerais qu'il soit aussi le mien.
     
    A sa famille, ses proches, ses compagnons de route, ses frères d'armes, mes pensées émues.
     
     
    Pascal Décaillet
     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Pierre, Cyril, le feu

    Imprimer

     
    Sur le vif - Lundi 01.02.21 - 14.58h
     
     
    La CCIG, dont je suis membre depuis longtemps comme petit entrepreneur, et pour mon plus grand plaisir, soutient Cyril Aellen dans la course au Conseil d'Etat. Le directeur général, Vincent Subilia, l'annonce aujourd'hui, dans le bulletin d'information de février 2021.
     
    Je ne désavoue pas ce choix. Mais franchement, Pierre Maudet n'a-t-il pas fait un excellent boulot pour aider les entreprises, pendant les premiers mois de la crise, avant que ses chers collègues ne se liguent contre lui pour lui retirer tout dossier ? En pleine guerre, on prend un général qui se bat en première ligne du front, et on l'envoie se tourner les pouces à Limoges ! Les retours que j'avais, par d'autres entrepreneurs, sur le boulot de Maudet en cette période si difficile, étaient excellents.
     
    Alors, Aellen-Maudet, ça se discute. Deux hommes de qualité, je l'ai dit, je le répète. Je parle au niveau de l'Etat, le seul qui m'importe, non à celui de la morale et des visqueux règlements de comptes. Pour défendre les petites entreprises, il faut surtout le feu d'un tempérament. Pierre Maudet a cette énergie. Cyril Aellen a, lui, l'avantage d'être un VRAI chef d'entreprise, depuis des années, avec toutes les servitudes que cela comporte. Mais le feu, face aux six autres, l'aura-t-il ?
     
    Maudet-Aellen, ça se discute, oui. Au fait, la CCIG en a-t-elle discuté ?
     
     
    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire
  • Burqa : je voterai NON à l'initiative

    Imprimer

     
    Sur le vif - Dimanche 31.01.21 - 15.47h
     
     
    Je vais vous parler franchement, n'ai-je jamais rien fait d'autre ? Je déteste cette campagne sur la burqa. De même, j'ai détesté celle sur les minarets. Oh, je ne doute pas une seule seconde du triomphe, le 7 mars, de l'initiative burqa. Je serai donc dans le camp des perdants. J'ai l'habitude.
     
    Je n'éprouve assurément aucune sympathie pour la burqa. Mais je voterai contre l'initiative. D'abord, parce qu'il n'y a quasiment aucune burqa en Suisse, pas plus d'ailleurs qu'il n'y avait de minarets. On nous brandit donc une partie, infinitésimale, pour un tout, on érige un fait quasi-inexistant en thème national de votation, je n'aime pas ce procédé. Ils gagneront, je respecterai le vote, on logera la burqa dans la Constitution de notre pays, comme on y a introduit des minarets. Soit, c'est le jeu. Je suis, vous le savez, un défenseur acharné de la démocratie directe : ils auront gagné, j'aurai perdu.
     
    Il ne faut pas venir me raconter que l'initiative sur la burqa ne concerne que la burqa. Il faut voir le contexte, et c'est, comme dans l'affaire des minarets, celui de notre rapport à l'Islam. La partie pour le tout, la grande métonymie, la burqa pour l'Islam, c'est cela le calcul des initiants. Ils en ont le droit, je respecte la démocratie directe, mais je n'aime pas ces procédés.
     
    Nous avons, en Suisse, un nombre important de Musulmans. L'écrasante majorité d'entre eux ne posent strictement aucun problème. Venus principalement des Balkans (région où je ne sache pas que la burqa exerce un quelconque empire), ils sont chez nous, travaillent, participent à notre vie nationale, et, s'ils le souhaitent, pratiquent leur culte. Comme certains catholiques, protestants, orthodoxes, juifs, s'ils le souhaitent, pratiquent leur culte. Ces gens-là n'ont strictement rien à voir avec la burqa, tradition venue d'une toute autre partie de la planète, fort peu présente dans notre pays. Ils n'ont rien à voir, mais auront à souffrir, au sein de notre communauté nationale, d'une assimilation scélérate, dûment préméditée par les initiants.
     
    Je dis que le texte sur la burqa est, de façon déguisée (nous sommes, décidément, dans le carnaval sémantique du travestissement), un texte contre l'Islam. Les initiant s'en défendent, férocement. Ils nous mentent. Certains d'entre eux, comme dans l'affaire des minarets, savent parfaitement ce qu'ils font : on brandit à l'opinion un bout d'étoffe, c'est tellement plus facile que de lui donner à lire des ouvrages d'Histoire des religions, on sait très bien que l'émotion vestimentaire va l'emporter sur la réflexion. D'avance, on a gagné. Ils seront les vainqueurs du 7 mars. Je serai parmi les perdants. C'est cousu, comme un masque sur un visage.
     
    Je suis républicain, comme les initiants. Je suis un démocrate, j'accepte le jeu. Je suis un homme libre. Avec les gens qui ont lancé ce texte, je partage les valeurs d'indépendance, de souveraineté, d'attachement aux traditions, et plein d'autres. Mais nos visions sur l'Islam divergent. Elles ont toujours divergé ! J'affirme juste que la mienne est profondément renseignée, depuis l'enfance. Lectures, voyages, séjours, reportages. Bien entendu, je déteste la burqa. Mais je refuse, au risque de déplaire à la majorité des lecteurs de ce texte, de me laisser berner par un appât vestimentaire. Alors que le but réel des initiants est ailleurs. Et ce but-là, au nom de toutes les valeurs qui sont les miennes, et que je tiens d'un homme de lumière dans mon enfance, je le combats.
     
     
    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 12 commentaires
  • Réflexions sur les saveurs et les complexités de la question autrichienne

    Imprimer

    Sur le vif - Samedi 30.01.21 - 16.04h
     
     
     
    Ca travaille sec, dans mon for, je rumine à mort l'Histoire littéraire et musicale autrichienne, fin dix-neuvième, début vingtième. Rien que sur ce thème, je pourrais vous proposer 144 épisodes. Seulement voilà, il faut choisir. Et déjà, bien décider dans ma tête la part exacte que veux laisser à l'Autriche dans ma Série Allemagne.
     
    Comme je l'ai déjà écrit ici, l'Autriche ça n'est pas l'Allemagne, mais ça n'est pas non plus la non-Allemagne. Il y eut un millénaire de proximité, ce fut le Saint-Empire (800-1806). Puis, il y eut une rupture. Puis, l'Anschluss (1938-1945), puis à nouveau deux Etats bien séparés. Pour être franc, le statut exact de l'Autriche, dans le monde germanique, me fascine et m'habite intensément, depuis très longtemps.
     
    Mes portes d'entrées, depuis 1806 en tout cas, sont presque exclusivement littéraires et musicales concernant l'Autriche : la rupture du Saint-Empire, causée par les victoires de Napoléon, notamment celle d'Iéna contre la Prusse, a cassé quelque chose dans l'Histoire autrichienne. A bien des égards, la grande aventure de l'Autriche-Hongrie, au dix-neuvième, et le modèle impérial (jusqu'en 1918) avec ses innombrables minorités, montant jusqu'à la Galicie polonaise, ont servi de paravent de gloire à une incapacité, à partir de 1806, à intervenir avec crédit sur les fronts de l'Europe occidentale. Désormais, ces derniers (1870, 1914, 1940) seront franco-allemands. A Sadowa (1866), la Prusse avait vaincu l'Autriche, les Allemagnes du Nord avaient montré à celles du Sud qu'elles étaient, désormais, les maîtresses du jeu.
     
    Alors oui, je pourrais consacrer 144 épisodes à la seule Histoire autrichienne, de 1806 à 1945. Mais pour l'heure, il me faut parler d'Autriche, intégrer la grande équation autrichienne, qui est celle de toute la germanité du Sud, dans ma Série en 144 volets sur l'Histoire allemande. A priori, je pense qu'une bonne quinzaine des 115 épisodes qui me restent à construire devraient être consacrés, de près ou de loin, à des affaires autrichiennes, principalement musicales, poétiques et littéraires. Mais c'est un ordre de grandeur : rien que sur la Prusse, qui me fascine autrement que l'Autriche, et depuis l'enfance, et dont je connais par coeur chaque fragment d'Histoire depuis la Guerre de Sept Ans (1756-1763) je pourrais me plonger dans un monumental ouvrage en soi. C'est compliqué de choisir : cela a toujours été mon grand problème.
     
    Pour l'heure, j'écoute Mahler, que je pensais ne pas aimer dans mon adolescence, et vers lequel, maintenant, une forme irrévocable de puissance astrale m'attire. J'écoute Bruckner, auquel je fus initié dans la plus belle Basilique de Haute-Bavière, en juillet 1973, par Eugen Jochum et les Wiener Symphoniker. J'écoute Schönberg. J'équilibre, en me laissant guider par l'apparence hasardeuse de l'instinct, mon violent tropisme pour le Nord luthérien, par un attachement tout aussi viscéral à la latinité catholique des Allemagnes du Sud. En musique, cela donne un univers d'une saveur et d'une complexité qui, adolescent, me faisaient un peu peur. Et qui maintenant, en vieillissant, en contemplant, dans la jouissance de la simplicité, les splendeurs de la vie, m'emportent complètement. Je ne peux plus vivre sans Mahler. Je ne peux plus vivre sans Bruckner. Je ne peux plus vivre sans Schönberg.
     
    La question autrichienne, ces temps, me poursuit jour et nuit. Alors, je voulais juste vous en faire part. Le prochain épisode, no 30, est en préparation. Ceci n'était pas un épisode. Juste un intermezzo. Une viennoiserie. A l'heure du goûter.
     
     
    Pascal Décaillet
     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Pourquoi sommes-nous ici ?

    Imprimer

     
    Publié sur mon site FB - Jeudi 28.01.21 - 14.56h
     
     
    Si le géant sur lequel nous nous exprimons ici, perçu par nous comme espace de liberté, devient un cloître de censure, alors il nous appartient, à nous, de choisir l'émigration.
     
    Pourquoi sommes-nous ici ? Parce que nous sommes des hommes et des femmes libres, et que nous entendons le rester. Nous n'avons pas attendu le féminisme pour nous respecter d'un genre à l'autre. Nous n'avons pas attendu le climatisme pour aimer passionnément la nature. Nous n'avons pas attendu le moralisme pour nous comporter correctement sur cette Terre.
     
    Pourquoi sommes-nous ici ? Parce que ce réseau social (Facebook) offre à chacun d'entre nous, tel qu'il est et sans avoir à se farder, une fenêtre ouverte pour s'exprimer. Pour ma part, depuis une dizaine d'années, je tiens ici mon journal. Politique, culturel, historique, musical. J'écris des textes, vous aimez ou non, chacun est libre, et c'est tant mieux. Je tiens mon journal, et je vous prends à témoins, depuis juillet 2015, de l'immense chantier dans lequel je me suis lancé : raconter l'Histoire de l'Allemagne, depuis 1522, en 144 épisodes. Je publie ici ce qui sera, sans doute, un jour, un ouvrage. Je publie en feuilleton, en attendant le résultat d'ensemble.
     
    Pourquoi sommes-nous ici ? Parce que nous aimons la liberté. Celle du verbe, celle de l'esprit. Nous ne sommes pas des traceurs de marges, nous vivons dans le corps des textes, nous voulons vivre, respirer, à visage découvert. Et, puisque le temps est au masque pour raisons sanitaires, que du moins, ici, nous puissions rire et sourire, séduire, laisser se rapprocher nos âmes. Car nous avons des âmes.
     
    Pourquoi sommes-nous ici ? Parce que nous ne trouvons plus, dans les journaux traditionnels, cette liberté d'être et de dire qui vivifie les cœurs. Nous n'y trouvons plus que convenance, obédience, uniformité. Nous espérons mieux de l'écriture. Nous en attendons autre chose.
     
    Nous sommes ici pour la liberté. Mais si le support lui-même se met à ressembler à ces dieux qui dévorent leurs enfants, ou d'autres leurs parents, ou à ces chasseurs d'hérétiques qui bâillonnent les âmes, alors nous émigrerons. Nous irons chercher ailleurs le support de nos échanges. Au besoin, nous en créerons nous-mêmes. Une infinité de réseaux locaux, confiants et fraternels, dans la passion du savoir et dans celle du verbe, plutôt qu'un Moloch mondial.
     
     
    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Courageux Jeunes PLR

    Imprimer

     
    Sur le vif - Jeudi 28.01.21 - 08.33h
     
    À juste titre, les Jeunes PLR suisses rappellent ce matin l'absolue nécessité d'indépendance de la BNS. Il fallait, dans l'hystérie actuelle, avoir le courage de le dire. Comme il en avait fallu pour attaquer frontalement Billag. Des positions claires, qui tranchent avec la tiédeur du Marais.
     
    Hier après-midi, pour rappel, les sections romandes du PLR défendaient l'idée d'aller allègrement piocher quelques milliards dans notre Banque centrale. Voilà qui arrangerait bien les humeurs capitulardes, face à la dette, de certains de leurs grands argentiers cantonaux.
     
    Les optimistes diront qu'on voit dans cette diversité d'opinions, sur une question majeure, toute la richesse d'un grand parti national, héritier de celui qui a fait la Suisse. Les autres songeront aux dernières décennies de l'Empire romain. Lorsque le ver était dans le fruit. Et que néanmoins, on chantait, on dansait.
     
     
    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires
  • Mme Fontanet et ses paravents

    Imprimer

     
    Sur le vif - Mercredi 27.01.21 - 14.17h
     
     
    Désolé si je suis très seul à le dire et si je jette un froid, mais je ne suis absolument pas convaincu par la passion que semble investir Mme Fontanet dans les questions liées au genre, à l'anti-discrimination et à l'égalité.
     
    Thèmes à la mode, éminemment rassembleurs. Nul n'osera s'y opposer, de peur d'avoir face à lui la meute communautariste des collectifs et des associations, dûment subventionnés par le contribuable pour rugir, s'indigner, anéantir toute opinion contraire à leur dogme, dresser le bûcher des hérétiques.
     
    J'en veux à Mme Fontanet de tant insister sur ces sujets. Je ne suis pas dupe de son petit jeu : en brandissant des questions sur lesquelles le Parlement sera d'accord (en vertu des contraintes et intimidations énumérées plus haut), on s'achète à bas prix un label de rassembleuse, celle qui sait dégager des majorités, oh la grande dame, que même la gauche applaudira.
     
    Eh bien moi, je n'aime pas ce procédé. La ficelle est lisible, pour qui sait lire, c'est une forme de populisme, que personne n'osera condamner, puisqu'il va dans le sens de la doxa ambiante.
     
    J'y vois surtout un immense paravent. Habile, la ministre nous jette un rideau de fumée avec un sujet de société où elle sait qu'elle sera gagnante. Et ce procédé de trompe-l’œil lui permet de cacher quoi ? Réponse : l'essentiel de sa mission ! L'état terrible des Finances genevoises, dont elle a, jusqu'à nouvel ordre, la responsabilité. Les déficits se cumulent, la dette se creuse à n'en plus finir, Mme Fontanet elle-même s'y est convertie, nous allons laisser à nos enfants une ardoise hallucinante. Nous allons à la catastrophe.
     
    Dans ces conditions, en termes d'image, mieux vaut avancer des sujets de société où l'on pourra apparaître comme une réformatrice devant l'Histoire. Déjà, la notice biographique est prête. Déjà, le choeur des louanges est programmé. Le salut des contribuables, des classes moyennes, de ceux qui se lèvent le matin pour bosser, ce sera pour une autre vie.
     
     
    Pascal Décaillet
     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 6 commentaires
  • Le populisme n'est pas une parenthèse !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 27.01.21

     

    Il fallait les voir, le clan Clinton, le clan Obama, se pavaner sur le parvis du Capitole ! Après quatre ans de règne de Trump, le grand retour de l’Ancien Régime. Et cette petite phrase, terrible, dévastatrice, sur leurs lèvres et sur celles de la quasi-totalité de nos braves médias européens : « La parenthèse est refermée, désormais tout va rentrer dans l’ordre ».

     

    Quel ordre ? Le leur, bien sûr ! L’ordre du Parti Démocrate. L’ordre de l’avant-Trump, et celui de l’après-Trump, immédiatement restauré, et proclamé comme tel, à la seconde même de la prestation de serment de Joe Biden. Prenez les textes, reprenez les émissions : tous nous entonnent le même refrain, celui de la saine Restauration, avec un grand R, le retour de trois petits rois, en 1814/1815, après un quart de siècle de Révolution française, de Consulat et d’Empire. Allez dans la rue, faites un micro-trottoir : tous connaissent Napoléon, personne ne sait qui est Louis XVIII.

     

    Le peuple américain a élu Joe Biden, c’est en ordre. Mais il n’a pas voté pour voir le retour des grandes familles Démocrates devant le Capitole. Il n’a pas voté pour ce petit goût, très désagréable, de déjà-vu. On a l’impression qu’on a changé de Série, mais que l’éternel générique de Dallas, avec son monde impitoyable, et son casting sans cesse recommencé, nous est à nouveau imposé. Et puis, 75 millions d’électeurs ont voté pour Trump, près d’un Américain sur deux. Les Etats-Unis sont coupés en deux, Joe Biden le sait, il doit en tenir compte, toute insolence du nouveau pouvoir, face à ces gens-là, serait une immense erreur.

     

    Cet arrière-goût de Restauration, nous avons aussi pu l’éprouver en Suisse, suite à l’éviction, le 12 décembre 2007, de Christoph Blocher. Ils étaient tous d’accord, ceux qui l’avaient dégommé, pour nous persuader que c’était pour notre bien : ils avaient abattu le tyran, comme Brutus et Cassius, les assassins de César dans la pièce de Shakespeare, ils l’avaient fait pour le bien suprême, pour la démocratie. Ils restauraient le monde d’avant la parenthèse. Et nous, peuple suisse, devions leur être éternellement reconnaissants de leur acte salutaire.

     

    Dans les deux cas, Trump, Blocher, il y a juste un petit problème. Au-delà des hommes, les idées demeurent. Le courant conservateur, y compris dans ses composantes « populistes », est là, il se porte à merveille, il est en phase ascendante. Protectionnisme, soutien aux agriculteurs, lutte contre la mondialisation, retour aux frontières, contrôle drastique des flux migratoires, défense des classes moyennes, étouffées par la fiscalité, méfiance face à la démocratie représentative, besoin irrépressible de démocratie directe, tout cela existe, avec une force inouïe, au sein des peuples. Les grandes familles, qui semblent considérer le pouvoir comme leur propriété privée, leur fief, auront beau se lover sur les marches du Capitole. En face, il y a les autres. Ils n’ont certainement pas dit leur dernier mot.

     

    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 8 commentaires
  • Les survivants du Déluge

    Imprimer

    Sur le vif - Mardi 26.01.21 - 23.43h
     
     
    Dans la Saxe de Haendel et la Thuringe de Bach, s'est produit, dans les premières décennies du dix-huitième siècle, comme un éblouissement de la conscience humaine. Une lumière supérieure à celle de la foudre, plus douce et plus intense.
     
    Ce miracle ne s'est pas forgé par la science, bien que nous fussions dans les prémisses de l'Aufklärung, mais par des notes de musique, posées sur des paroles.
     
    Cette parole, c'est, chez Bach, celle de la traduction de la Bible par Luther, deux siècles plus tôt (1522).
     
    De ces provinces paisibles et paysannes, avec leurs villages nichés aux creux des vallons, à l'orée de l'immense forêt, le Thüringer Wald, juste signalés par le surgissement d'un temple, a surgi cette jonction d'une parole, d'un rythme et d'une tonalité, qui ont traversé les siècles.
     
    Il faut savoir une chose. Les Allemagnes du jeune Bach, du jeune Haendel, tous deux natifs de 1685, reviennent littéralement du néant. Une génération plus tôt, en 1648, à la fin de la Guerre de Trente Ans, c'était la ruine totale. Comparable à ce que sera celle de 1945.
     
    Bach, Haendel, et, juste avant eux, le grand Buxtehude à Lübeck, ont pour mission de réinventer un monde. Ils sont, comme Noé et ses fils débarquant sur le Mont Ararat, les survivants du Déluge.
     
    Ils reviennent de l'Apocalypse. Ils doivent tout reprendre à zéro. Pour l'un, c'est la sublimation des Psaumes. Pour l'autre, la narration du monde en opéras et en oratorios.
     
    Et avec eux, le destin allemand qui redémarre. Par les syllabes et par les notes. Par la langue, et par la musique. Par la voix, par le souffle et par le corps. Par le verbe, par l'esprit et par le chant.
     
     
    Pascal Décaillet
     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire
  • Maudites plumes !

    Imprimer

     
    Sur le vif - Mardi 26.01.21 - 13.07h
     
     
    Dernière minute - Le peuple pakistanais se prononcera le 7 mars sur une initiative visant à ancrer dans la Constitution l'interdiction du costume tyrolien.
     
    La population locale semble avoir de plus en plus de peine à supporter l'omniprésence - bien connue - des chapeaux à plume et cuissettes de cuir dans les rues des quartiers populaires de Karachi.
     
    Le costume bavarois, quant à lui, style Oktoberfest, n'est pas concerné par le texte. "Nous avons voulu, affirment les initiants, concentrer notre texte sur un objet précis. Nous n'entendons en aucun cas amalgamer notre interdiction à l'ensemble des coutumes vestimentaires traditionnelles de l'Arc alpin germanophone".
     
    Philosophes et parlementaires se déclarent favorables à l'interdiction. Et le martèlent à l'envi sur les réseaux sociaux.
     
     
    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Cyril Aellen : une campagne qui commence bien

    Imprimer

     
    Sur le vif - Lundi 25.01.21 - 13.59h
     
     
    Le début de campagne de Cyril Aellen est excellent. Parce qu'il nous surprend. Et a l'audace d'ouvrir des horizons.
     
    De ce spécialiste des Finances cantonales, avec qui, depuis une décennie, nous avons tant débattu de la dette et des déficits, on aurait pu craindre une campagne sur ce seul thème. Il n'en est rien : le candidat PLR défriche là où on ne l'attend pas. Et il a parfaitement raison.
     
    Il multiplie, par exemple, les interventions sur la Formation, au sens très large, incluant à juste titre la formation professionnelle et l'apprentissage. Et puis, ce matin, un autre thème, qui pointe une réalité en souffrance : il annonce intervenir au Grand Conseil pour une réouverture (dans le respect des normes sanitaires) des lieux culturels. C'est un vrai problème, il a raison de l'empoigner, il esquisse une solution, il ouvre une fenêtre, il nous donne un peu d'air, ça fait du bien par les temps qui courent.
     
    La Formation, la Culture. Deux domaines qui ne sont pas voués pour l'éternité à relever de la gauche. On rêve d'un DIP enthousiasmant, performant, passionné de culture et de transmission, sans pour autant charrier des armées d'apparatchiks. On rêve d'autre chose que d'un amas de décombres, un champ de ruines. On rêve d'une culture qui nous ébouriffe et nous élève, qui nous remue et nous soulève, sans pour autant verser dans le clientélisme. Une droite intelligente, éclairée, audacieuse, pourrait parfaitement gérer, à Genève, ces deux domaines.
     
    Une campagne qui commence bien. Ce qui, bien sûr, ne préjuge en rien de son résultat final. Nul d'entre nous, pour l'heure, ne peut prédire qui sera élu. Et c'est très bien ainsi : la démocratie est faite pour nous surprendre, elle est une affaire du peuple face au peuple, à des milliers de lieues des intermédiaires, des états-majors et des petits calculs des partis.
     
     
    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Ni anges, ni bêtes !

    Imprimer

     
    Sur le vif - Dimanche 24.01.21 - 14.39h
     
     
    Des esprits libres ? Mais chacun d'entre nous est persuadé d'en être un ! Convaincu, aussi, d'être soi-même un peu plus libre que tous les autres. Écrire, prendre position, c'est affirmer cette liberté, faire sans cesse vibrer d'infinies variations sur le thème du libre-arbitre, face à la convenance. Comme nous sommes très orgueilleux, chacun, dans cette dialectique, s'attribue le beau rôle : celui du penseur libre, face à la masse captive.
     
    En réalité, c'est plus compliqué, et nous le savons bien. Même ceux qui s'efforcent de penser librement (d'aucuns s'en dispensent facilement) se trouvent en fait configurés par un nombre impressionnant de paramètres, sur lesquels ils n'ont pas prise : leur passé, leurs souffrances, leur éducation, les choix de lectures qu'ils se sont eux-mêmes imposées. On érige sa statue comme on bâtit des murs, même glaise, même ciment.
     
    Personne n'est totalement libre. Et personne n'est entièrement captif. Nous sommes tous dans les méandres d'un entre-deux. Il y a ce qui nous conditionne, et il y a, parfois (on l'espère, tout de même), le feu de certaines percées. De la banalité comme de la saillie, nous sommes tous capables. Nul d'entre nous n'est maudit pour l'éternité, nul n'est sauvé a priori. Vivre, écrire, c'est tenter de se frayer un chemin entre l'erreur et la vérité, entre le masque et la sincérité, entre la parole qui porte et celle qui nous enferme dans notre solitude.
     
     
    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Demain l'insolence, promis juré !

    Imprimer

     
    Sur le vif - Vendredi 22.01.21 - 19.20h
     
     
     
    Ils disent tous : "Nous allons être insolents, impertinents, vous allez voir ce que vous allez voir !".
     
    C'est bien, mes amis, constamment interrogés, par vos confrères, sur ce que vous ALLEZ FAIRE. Un jour ! C'est fou, en passant, cette manie de se focaliser sur les INTENTIONS, là où on dispose d'une certaine matière, me semble-t-il, pour juger sur ACTES.
     
    C'est bien, avec vos futurs journaux, qui paraîtront UN JOUR, soyez insolents, impertinents.
     
    Mais juste une question : vous vous exprimez dans l'espace public depuis des années, et même des décennies pour certains. Vous avez déjà derrière vous de longues carrières dans la presse romande. Vous avez été rédactrices en chef de journaux, tiens certains d'entre eux ont disparu, d'ailleurs. Vous n'avez jamais songé, pendant ces longues années où vous en aviez le pouvoir et l'occasion, même de l'extrême commissure des lèvres, à vous montrer insolents, impertinents ?
     
    Ne me dites pas que la promesse de l'insolence, l'imminence de l'impertinence, ne seraient qu'un argument marketing. Ce serait un peu désespérant, non ?
     
     
    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires
  • Chair, feu, esprit

    Imprimer

     
    Sur le vif - Jeudi 21.01.21 - 22.53h
     
     
    Depuis l'enfance, grâce à un homme de lumière que j'ai fréquenté pendant quatre ans (1965-1969), je déteste l'idée qu'une religion soit supérieure à une autre.
     
    C'est pourquoi je n'en stigmatise aucune - je dis bien AUCUNE - et respecte infiniment tout mouvement spirituel, exprimé dans ses particularismes et au sein de l'infinie diversité du monde, amenant l'humain vers une forme de transcendance.
     
    Je combats absolument l'idée de religion universelle, qui devrait s'imposer sur les autres. Le polythéisme antique, tel que revisité par les plus fulgurants poètes allemands, Friedrich Höldelin en tout premier, m'habite intensément.
     
    J'écris ces quelques lignes en écoutant, sur la remarquable chaîne Stingray Classica, le violoniste letton Gidon Kremer interpréter, seul devant un autel doré, l'intégrale des Partitas pour violon seul, BWV 1001-1006, de Jean-Sébastien Bach.
     
    Chaque fois que je me rends en Thuringe, la patrie de Bach (j'y étais encore l'été dernier, 2020), je me dis que de ces racines-là, ancrées dans la palpitation du destin allemand, a jailli un jour l'universel.
     
    Pas du ciel ! Des racines.
     
    Faut-il préciser, à tout hasard, que c'est aussi, Saxe-Thuringe, la patrie de Martin Luther ?
     
    Cette patrie-là, de chair, de feu et d'esprit, matrice d'une musique et d'une langue, est aussi, au plus profond de ma vie intérieure, la mienne.
     
     
    Pascal Décaillet
     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire
  • Capitole : le Bal des Revenants

    Imprimer

     
    Sur le vif - Jeudi 21.01.21 - 15.50h
     
     
    On les croyait sur l'Aventin, les voici au Capitole. Tous, ceux de la Garde et ceux de l'Arrière-Garde, vétérans de toutes les guerres, à commencer par celles qu'en bon Démocrates, ils ont eu soin de déclencher. Quel casting : les époux Obama, les époux Clinton, le Ban et l'Arrière-Ban de l'Amérique qui pense si juste, si bien, que tous nos médias, en Europe, reprennent à l'unisson leurs couplets.
     
    Une investiture ? Non, Sire, une Restauration ! Il nous manquait juste, sur le parvis militarisé du Capitole, les Comtes de Provence et d'Artois, frères du Roi guillotiné il y a aujourd'hui 228 ans, devenus Louis XVIII et Charles X. Après la Révolution, le Consulat et l'Empire, ça fait rêver, non, le retour des perruques et des bas de soie ?
     
    Une investiture ? Non, tout au plus un Bal des Revenants. L'Amérique du New York Times et du Washington Post. L'Amérique qui a réussi, en août 1974, à avoir la peau de Richard Nixon. L'Amérique des flux cosmopolites et des déclarations de guerre au monde entier. Les consciences immaculées de la Pax Americana.
     
    Hier, devant le Capitole, sous une protection policière et militaire sans précédent, la Cérémonie de la Restauration. Le grand retour de l'Ancien Régime. Pendant quatre ans, ils vont nous dire que tout est rentré dans l'ordre. Quel ordre ? Mais le leur, pardi !
     
    Pendant quatre ans, ils vont totalement noircir le mandat de Trump. Occulter son absence de guerre, les remarquables résultats en économie et contre le chômage. Nous dire que ces quatre ans furent une anomalie de l'Histoire, une parenthèse. Mais que l'ordre juste, le cosmos qui est aussi beauté, en ce 20 janvier 2021 fut rétabli.
     
    Pendant quatre ans, tous nos médias européens vont, bien docilement, reprendre le refrain.
     
    Pendant quatre ans, ceux qui défendront le legs de Trump, et surtout sa doctrine politique, protectionnisme, priorité à l'économie intérieure, lutte contre le chômage, régulation des flux migratoires, se feront insulter. Pour délit d'opinion.
     
    Hier au Capitole, ce fut le Bal des Vampires, sans Polanski, surtout pas lui, vous pensez ! Et les vampires, politiquement incorrects avec leurs dents trop longues, juste remplacés par la diaphane tiédeur des Revenants.
     
     
    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 8 commentaires
  • Anti-Trump, défoulez-vous, c'est votre jour !

    Imprimer

     
    Sur le vif - Mercredi 20.01.21 - 12.34h
     
     
    Comment le 1230h RSR ose-t-il qualifier Donald Trump, dans ses titres, de "Président déchu" ?
     
    Donald Trump, comme Jimmy Carter en 1980 (face à Ronald Reagan), n'a pas été réélu. Comme George Bush Senior, en 1992, face à Bill Clinton. Ces trois Présidents ont intégralement accompli leur mandat. Il n'ont fait l'objet d'aucune "déchéance".
     
    C'est ma première remarque - il y en aura d'autres - sur l'hystérie contre un Président sortant qui n'a (contrairement à tous ses prédécesseurs) mené aucune guerre pendant son mandat, qui a relevé (jusqu'à la crise Covid) l'économie de son pays, fait baisser le taux de chômage.
     
    Hystérie, également, en faveur d'un Joe Biden qui n'a encore rien prouvé, si ce n'est sa précipitation à nous ramener au premier plan les poulains de l'écurie Obama. Cela porte un nom, comme en 1814, 1815 : cela s'appelle une Restauration.
     
    Mais vous ne restaurerez rien du tout, mes pauvres amis ! Trump s'en va, mais le trumpisme, comme doctrine politique, est plus vivant que jamais. 75 millions d'électeurs, et c'est un record, on voté pour le Président sortant : près d'un Américain sur deux !
     
    Les États-Unis sont coupés en deux. Les valeurs portées par Trump, protectionnisme, bilatéralisme, régulation des flux migratoires, sont plus vivaces que jamais. Peut-être davantage, encore, que lors de son élection, il y a quatre ans.
     
    Alors, médiateurs, éditorialistes, chroniqueurs bien pensants, perroquets des Démocrates, allez-y, défoulez-vous bien aujourd'hui, vomissez tout votre fiel sur le Président sortant. Profitez, c'est votre jour ! Et rendez-vous dans quatre ans, pour juger du bilan de Biden. Et de la santé des États-Unis d'Amérique.
     
     
    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 18 commentaires
  • Les réseaux oui, la censure non !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 20.01.21

     

    Je suis, vous le savez, un partisan acharné des réseaux sociaux. Ils ont changé ma vie, je l’assume totalement, comme celle de centaines de millions de gens sur la planète. Grâce à eux, toute personne peut, si elle le souhaite, créer un espace d’expression où elle sera souveraine. Vous y écrivez ce que vous voulez, vous choisissez les thèmes, le fond, la forme, les angles d’attaque, les titres : bref, vous êtes votre propre éditeur. Ainsi, le privilège que j’ai dans ce journal, celui de m’exprimer librement sur un sujet de mon choix, les réseaux sociaux nous l’offrent à tous. Pour peu que nous sachions à peu près nous tenir : respect de la loi, pas de diffamation, pas d’atteinte à la sphère privée, etc.

     

    Donc oui, vivent les réseaux sociaux ! On n’y sent peut-être pas l’intimité d’une rédaction, comme dans le journal que vous tenez entre les mains. Mais tout de même : vous y découvrirez l’infinie diversité de l’humanité, avec parfois de très belles plumes, vives, surprenantes, venant de parfaits inconnus : sans les réseaux, comment des talents insoupçonnés auraient-ils pu partager leurs enthousiasmes, leurs connaissances, leurs vibrations face à la vie ? De quel droit des « esprits supérieurs » pourraient-ils se permettre de prendre de haut cet accès de tous à l’expression ? Les puristes du style littéraire n’ont d’ailleurs pas de souci à se faire : les qualités de plume se voient, quel que soit le support, les déficiences aussi.

     

    Les réseaux ont fait irruption, et ils vivront. Leur accessibilité à tous, leur immédiateté, leur simultanéité face à l’événement (qui les rapproche beaucoup de mon média préféré, celui auquel j’ai le plus donné dans ma vie, la radio), tout cela donne un vertigineux coup de vieux au bon vieux monde des éditeurs, de livres ou de journaux, des intermédiaires, et même des « rédactions », avec leurs séances lourdingues, leurs pesanteurs, leurs hiérarchies, leurs rivalités internes. Face à ce marécage des ambitions, le réseau est vif, direct, il fuse, il pulvérise les codes.

     

    Bref, un espace de liberté. D’où notre stupeur à tous, lorsque nous avons vu un grand réseau mondial couper le sifflet, d’un coup, à un Président américain, comme par hasard au moment où tout le monde le quitte : les courageux censeurs de la vingt-cinquième heure ! Quoi qu’on pense de Trump, cette initiative catastrophique jette une ombre. D’autant plus avec la chasse aux sorcières qui a suivi : des milliers de fermetures de comptes, non pour atteinte à la loi, mais pour délit d’opinion.

     

    Aujourd’hui, Trump et les siens. Demain, qui ? Demain, nous tous ! Chacun de nous peut, à tout moment, déplaire, c’est même éminemment souhaitable dans une démocratie ! Alors, quoi ? Une instance supérieure (je ne parle pas ici de la loi) viendrait nous couper la chique, sous prétexte que nous ne serions pas dans le sillage du convenable ? Et ce sillage, qui le trace ? Une oligarchie ? Si nous allons à cela, alors toute l’expérience des réseaux, si libératrice dans un premier temps, se transformerait en une pitoyable machine à épouser la pensée dominante. Vous avez envie de ça, vous ?

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 4 commentaires
  • Religions antiques : comme mille lumières

    Imprimer

     
    Sur le vif - Vendredi 15.01.21 - 17.26h
     
     
    Se plonger dans l'Histoire des religions antiques, c'est s'immerger dans une extrême complexité, une infinie variété des cultes, très locaux, qui rompt totalement avec la prétention chrétienne à la totalité. Le mot katholikos, en grec, signifie "universel". Bien qu'issu de ce monde, et avec quelles racines, je n'ai jamais partagé cette aspiration à la religion planétaire.
     
    J'ai été éduqué dans le catholicisme, je l'assume totalement, mais tout autant (par un homme d'exception le Père Louis Collomb, aumônier du primaire entre 1965 et 1969), à un RESPECT TOTAL des autres courants spirituels de notre monde. Notamment les deux autres grandes religions du Livre, le judaïsme et l'islam. Et puis, tous les autres, que je connais moins, faute de les avoir étudiés.
     
    Ce qui frappe, dans la diversité cultuelle de l'Antiquité (en Grèce, à Rome, chez les Étrusques, etc.), c'est l'absence de prétention à l'unité, même si les courants dits "monistes" (un seul Dieu) apparaissent déjà, dans la philosophie grecque, avant le christianisme. Les dieux sont multiples, les divinités sont locales, les cultes sont villageois, familiaux même, les images racontent les mythes, par exemple sur les vases à figures rouges : l'occasion pour moi de vous recommander à tout prix mon musée préféré à Rome, celui de la Villa Giulia. Mais aussi, les musées étrusques du Latium, ou de Toscane.
     
    Cette complexité antique, je l'aime infiniment, depuis que je l'ai fréquentée, dans ma jeunesse. Dans cet univers, ni pape, ni dogme. La pluralité s'exprime, sans Livre saint, juste la modestie familiale des lieux de culte, les variations d'images sur les thèmes de la mythologie. On retrouve l'infinie diversité des papyrus, avec leurs fragments.
     
    C'est cela, dans la redécouverte de la Grèce à la fin du dix-huitième siècle, qui a tant frappé les esprits allemands. Un génie de la fulgurance de Friedrich Hölderlin. Mais aussi, plus prosaïquement, des générations de philologues, qui se sont patiemment mis à nous restituer ces textes, en les éditant. Ils méritent notre reconnaissance, par leur plongée dans les particularismes. Ils sont des donneurs de vie. Grâce à eux, la Grèce d'il y a vingt-cinq siècles vient frapper de plein fouet nos âmes d'aujourd'hui. Et cela, c'est un petit miracle, sans cesse recommencé.
     
     
    Pascal Décaillet

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Les Lumières et l'atelier de la langue

    Imprimer

     
    Sur le vif - Vendredi 15.02.21 - 11.20h
     
     
    Tribu (RSR) - La philosophe Corine Pelluchon parle admirablement des Lumières.
     
    L'écouter nourrit ma réflexion sur l'Aufklärung, puis sa dénonciation par le Sturm und Drang, et la plongée dans les particularismes de la langue et des récits allemands, à partir des années 1770.
     
    Corine Pelluchon évoque à plusieurs reprises, dans son entretien de ce matin, l'opposition entre la prétention des Lumières à l'universalisme, et l'immersion de leurs adversaires dans le foisonnement des singularités. Je pense, en l'écoutant, aux Frères Grimm et à leur époustouflant Dictionnaire de la langue allemande. Je pense au Sturm und Drang. Je pense à la redécouverte des textes grecs - autre civilisation de la pluralité - par Friedrich Hölderlin.
     
    La prise de congé de l'Aufklärung par les plus grands esprits allemands, autour de 1770, et pour plusieurs générations, dans les années de la Révolution française et les décennies qui suivent, constitue, vous avez pu vous en rendre compte, l'un des axes majeurs de ma réflexion sur la genèse de l'idée de nation (cf Fichte) dans les Allemagnes.
     
    À tout cela, j'ai déjà consacré de nombreux textes de ma Série en 144 épisodes sur l'Histoire allemande. Et j'y reviendrai largement. Particularismes contre universalisme, Gemeinschaft en opposition à Gesellschaft, ces thèmes centraux doivent absolument être traités. Si on veut, plus tard, aborder, dans l'Histoire allemande, les tragédies du vingtième siècle.
     
    Toute ma réflexion sur l'Histoire allemande est une réflexion sur l'Histoire de la langue allemande elle-même, c'est pourquoi je commence en 1522, avec la traduction de la Bible par Luther. Puis, tous les poètes, Hölderlin, Stefan George, Paul Celan. En parallèle, l'Histoire musicale allemande, qui me passionne jusque dans ses moindres détails.
     
    Tout cela forme un tout. Il me semble qu'un fil invisible relie les éléments d'apparence disparate, comme chez Wagner. Écouter Corine Pelluchon, la qualité de sa langue et de ses réflexions, nourrit l'atelier - encore tellement désordonné - de mon travail.
     
     
    Pascal Décaillet
     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire